786

Histoire

MESSIANISME ET FIN DES TEMPS

Selon les Écritures.

Au nom de DIEU, Allaha,
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !

Le Faux-messie - المَسيح الدّجّال

Première Partie.
*.*.*

P


oint de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut[3]. Que les meilleures salutations[4] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[5].

   Le Faux-Messie. 

   Selon les gens de l’Islam traditionnel, le Faux-messie n’est pas une légende ou un conte pour enfant ou ancien, mais bel et bien une réalité. Un être humain qui apparaîtra à la fin des temps, et ceci avant la fin du monde. Qu’on en juge :
   1°) Son origine : juive. Le père de Bakra rapporte ces propos de l'Envoyé de Dieu (sur lui Prière et Paix !) : "Le père et la mère du Faux-Messie demeureront trente années sans avoir d'enfants, puis leur naîtra un fils borgne, le plus nuisible et le moins utile qui soit : ses yeux dormiront, mais pas son cœur. Puis il nous décrivit ses parents :
-          Son père est grand, bien en chair, pourvu d'un long nez comparable à un bec, et sa mère est une femme forte avec de longues mains…" (Transmis par Tirmidzi).
   2°) Son lieu de naissance : Judée-Ispahan (ou Isfahan[6]), en Perse, ou selon une autre variante : en Perse orientale, dans le Khorassan (ou Khurâsân), à la frontière du Türkmenistan et de l'Afghanistan. "Le Faux-Messie apparaîtra en Orient, dans une terre appelée Khorassân…" Ce qui signifie à l'Est de l'Arabie, vers la Mésopotamie, près de Babylone. Terre chère aux gens de sciences occultes, aux affidés de Nemrod[7]
   Remarque :   On a dit dans l'Encyclopédie des nations[8] : Lorsque les juifs sortirent de Jérusalem, au temps de Bakhtanassar, et furent emmenés (en captivité) en Irak ; ils emmenèrent avec eux de la terre et de l'eau de Jérusalem. Ils ne descendirent pas alors dans un endroit ou n'entrèrent pas dans une ville, sans en avoir, au préalable, pesés leur terre et leur eau. Ils agissaient de cette façon jusqu'à ce qu'ils arrivèrent à Ispahan. Ils descendirent alors en un lieu nommé : Bandjarou, mot hébreu signifiant : descendez. Ils se mirent alors à peser l'eau et la terre de ce lieu. Ils constatèrent qu'il existait une ressemblance identique avec la terre et l'eau de Jérusalem. Ils en furent rassurés, et se mirent alors à construire des habitations. Ils se marièrent, eurent des enfants et donnèrent naissance à une descendance. Ils nommèrent après cela ce lieu, la Judée[9].
   On a dit : Alexandre reconstruit la ville de Jay (Gabae), au lieu-dit al-Yahûdiyya (la Judée), ancien établissement hébreu près de l'actuel Esfahan, en Perse, "sur le lit de l'étang du serpent" ; la ville s'était effondrée plusieurs fois à cause d'un serpent. (M. Hamadâni, 'Ajâeb-nâme, p. 411-412) (Alexandre le "circumnavigateur" dans le roman persan de Tarsusi. Angelo Michele Piemontese). 
   On a dit aussi : Le serpent fut descendu à Ispahan, et quelle en dénombre des sortes différentes, nombreuses.

   Remarque seconde : La descendance du Messie. Descendance bâtarde ?

   Selon Elie Munk, commentateur de la Thora : « La dynastie davidienne, appelée à donner naissance au Messie, fils de David, à la fin des temps, fut en effet, « découverte à Sodome », selon les termes du Midrach. Le fait que le futur rédempteur de l’humanité ait sa première origine dans une union inceste passible selon la loi juive de la peine de mort semble s’entourer d’un mystère. Il est d’autant plus troublant qu’il se répète une seconde fois dans l’ascendance paternelle de David, Ruth, la Moabite, ancêtre de David, épousa, en effet, Boaz issu de la tribu de Juda. Or, l’origine de cette tribu remonte également à une union incestueuse celle de Juda avec Thamar, sa bru (Gen. XXXVIII, 16 ; cf. Lévit. XVIII, 15). Ces événements historiques ne sont assurément pas fortuits. Ils contiennent une signification profonde. Aussi est-il permis de présumer que le futur rédempteur de l’humanité doit porter dans ses veines une goutte de sang impur et non-juif afin d’être en mesure de comprendre l’état d’âme de tous les êtres humains, de partager leurs faiblesses et de pouvoir, par son ascendant et par son langage, trouver le chemin de leur coeur et les ramener à Dieu ». (La Voix de la Thora. Gen. 19 32).
    Nous dirons : L'Islam traditionnel réfute pareilles croyances. Sur le Trône de David (sur lui la Paix !) viendra après lui son fils Salomon (sur lui la Paix !), et à la fin des temps un descendant d'Ismaël (et par extension des Arabes). Cette prophétie se réalisera à l'époque du Vicaire 'Omar fils de Khattab (que Dieu l'agrée !). Le fils de Marie, et contrairement à la croyance juive, était de noble descendance[10] (Coran IV 156). Rappelons qu'il n'avait qu'une descendance maternelle. De même le Sceau de la Prophétie avait une noble descendance[11]. Notons enfin qu'au temps même du Sceau de la Prophétie, certains religieux de la Communauté juive d'Arabie essaieront, mais en vain, de lui rappeler qu'un héritier du Prophète David héritera bel et bien de son trône… Pourtant, à notre époque, et après la création de l'Etat d'Israël, aucun descendant montera sur son trône. Et la royauté disparaîtra pour une autre forme de gouvernement. N'oublions pas qu'après l'élévation du Messie fils de Marie (sur lui la Paix !), une guerre sans merci sera menée contre les descendants de David (sur lui la Paix !). Et qu'après l'an 70 évangélique, ce sont les Sabéens ( ou les gens du Paganisme), les Fils d'Esaü qui s'empareront de Jérusalem et ses environs. Ni les gens de la Thora, ni les gens de l'Evangile domineront cette partie du monde. Trois siècles plus tard, Constantin mettra sur pied ce que les gens d'Europe appelleront la Chrétienté ou le Christianisme.  

   3°) Son nom : on a dit : Abd Allah fils de Sayâtîd.
   Pour le monde toranique différents noms ont été avancés. Ex.:  Menahem[12].
   "Les rabbins disent : Quant au roi Messie, qu'il fasse partie des vivants ou des morts, il se nommera David (c'est-à-dire, qu'il existe déjà ou non, il sera de souche royale). En voici, selon R. Tanhouma, le motif. Il fait grâce, est-il dit, à son oint, à David (Psaume XVIII,51). R.Josué ben-Lévi dit qu'il se nommera Cémah; selon R. Judan. b. R. Aïbo, son nom sera Menahem (consolateur). R. Hanina fils d'Abahou, dit : Il ne faut pas croire que l'avis de l'un contredise l'autre, car au fond ces noms sont les mêmes. Le fait suivant, raconté par R. Judan fils de R. Aïbo, le prouve : Un jour un israélite, pendant qu'il cultivait son champ, entendit sa vache pousser des cris plaintifs. Un arabe qui passait l'écoute : "Fils de Juda, dit-il, fils de Juda, délie ta vache et délie ta charrue, car le temple est ruiné (et tu devras ou te mettre en deuil, ou fuir, au lieu de cultiver la terre)". La vache mugit une seconde fois :"Fils de Judas dit l'Arabe, rattache ta vache à ta charrue, car le roi Messie vient de naître. ¾ Comment s'appelle-t-il ? Menahem. -  Et comment se nomme son père Ezéchias. ¾ Et d'où est-il ? De la ville royale de Bethlehem en Judée". L'Hébreu vendit sa vache et sa charrue, et acheta des vêtements d'enfant. Il alla ainsi de ville en ville. Lorsqu'il arriva à la ville désignée, il vit que toutes les femmes achetaient des effets, excepté la mère de Menahem . Aussi entendait-il répéter par les femmes : "Mère de Menahem, viens donc acheter quelque objet pour ton enfant. Oh, disait-elle, je voudrai voir l'étranglés les ennemis d'Israël ! Car, au jour de la naissance de l'enfant le temple de Jérusalem est détruit. Nous sommes certains, répondit le voyageur, que si à cause de lui le temple doit être ruiné, il sera rebâti par lui. (Console-toi et achète). Mais, dit-elle, je n'ai pas une obole. Que t'importe ? dit-il; va, achète ce qu'il te faut; si tu n'as pas aujourd'hui devant toi l'argent nécessaire, un autre jour je viendrai me faire payer". Peu après, il revint effectivement dans cette ville : "Qu'as-tu fait de ton enfant, demanda-t-il à la femme" ? Je ne sais, répondit-elle; depuis que tu m'as vue, des vents d'orage et des tempêtes sont survenus et me l'ont enlevé des mains". R. Aboun dit : A quoi bon apprendre tout cela du fait concernant l'Arabe ? Un verset textuel de la Bible le confirme : Le Liban, est-il dit (Isaïe, X, 34), tombera avec majesté; et ces mots sont suivis de ceux-ci : une branche sortira de la souche d'Isaïe (c'est-à-dire, la destruction du temple sera compensée par la naissance d'un Messie descendant de David). (Talmud. Traité des Berakhot., Chap. II. T. I., p. 41-42).
   "Quel est son nom ? Chez RaBBi CHi''Lo on disait que son nom est CHi''Lo[13], suivant la parole de l'Ecriture (Gn 49, 10), jusqu'à ce que vienne CHi''Lo". - Chez RaBBi YaNaY, on affirmait que son nom était YiNoN, comme il est dit (Ps 72, 17) : "Que son nom subsiste éternellement, que son nom grandisse face au soleil." - Chez RaBBi HaNiNaH on disait qu'il se nommait HaNiNaH, suivant la parole du prophète (Jr 16, 13) : "Car je ne vous accorderai point de grâce[14]". D'autres avancent que son nom est MeNaHem, fils de HiZaia, comme il est dit (Lam 1, 1) : "Car il s'est éloigné de moi le consolateur[15], celui qui me rendrait vie." Et les Docteurs disent que son nom est : le lépreux de l'école de RaBBi, suivant le verset d'Isaïe : (53, 4) "Cependant ce sont nos maladies qu'il a portées, nos souffrances dont il s'est chargé, alors que nous le considérions comme atteint, frappé par Dieu, humilié[16]." (Sanh 98b).
   Et selon Benjamin Gross commentant ces paroles : "…De plus ces trois noms soulignent le niveau auquel le Messie portera l'ensemble de ses qualités, de telle sorte qu'il apparaît comme un être exceptionnel auquel tous se soumettent. Les peuples lui porteront l'offrande (CHayLo''), c'est-à-dire se soumettront à sa Loi, parce qu'ils discerneront dans sa présence la grandeur (YiNoN) et la grâce (HaNiNah) divines." (messianisme et histoire juive. Edit. Berg international).
   4°) Son nom et son surnom. Si le Faux-messie porte ce nom, c'est qu'il apparaît comme étant une redoutable caricature du Messie fils de Marie. En ce qui le concerne, le mot Messie signifie : celui dont l'œil a été effacé, le rebelle débauché, le menteur, celui qui parcourt la terre de long en large, le difforme, le dirham poli, dont l'usure a effacé toutes les inscriptions [allusion à son œil].
   Surnom : père de Joseph[17]. Les gens de l’Evangile ne verront-ils pas en leur Messie, le fils adoptif, pour les uns, le fils charnel, biologique, pour les autres, de Joseph le Charpentier ? Dans « Paul, un regard juif sur l’Apôtre des Gentils » à Schalom Ben-Chorin d’écrire : « ...la secte de Qumran croyait à l’avènement de deux Messies : Un Messie prêtre, et un Messie roi de la souche de David. Il faut noter que cette idée des deux Messies n’était pas strictement propre aux Esséniens ; le judaïsme rabbinique prédisait lui aussi la venue de deux Messies ; le Messie vaincu, « fils de Joseph », et le Messie victorieux, « fils de David ». D’ailleurs, les Synoptiques allaient reprendre cette tradition en présentant Jésus comme étant à la fois fils de Joseph et fils (descendant) de David, de sorte que les deux Messies se trouvent réunis en sa personne. C’est là la réponse des Synoptiques à la « christologie » rabbinique. »
   5°) Sa description. Son rôle.
   Selon le prophète (sur lui la Paix !) qui a dit : "Le Faux-messie apparaîtra, borgne de son oeil gauche qui sera recouvert d'une corne épaisse ; il guérira l'aveugle et le lépreux et ressuscitera les morts. Ensuite, il dira aux hommes :   "Je suis votre seigneur[18]. Celui qui confirmera en disant :   - tu es mon seigneur, sera victime de la sédition, mais celui qui dira : - mon Seigneur est Dieu, et cela jusqu'à sa mort sera préservé des troubles qu'il [le Faux-Messie] suscitera des châtiments qu'il infligera, puis Ichoua[19] apparaîtra à l'Occident (à Damas), confirmant les propos de Mohammad (sur lui Prière et Paix !) et professant l'Islam[20]; il tuera le Faux-messie et ce sera (après cela) l’échéance de l'Heure (soit des Comptes)."
   Selon Arnabel, le Messie de la fin des temps : Le Messie sera un homme, doué d'un pouvoir surnaturel ; c'est-à-dire que les transformations qu'il opérera se feront sans violence. (…) Arnabel préfère voir dans le Messie un prince de paix, un juge dont la fonction essentielle est d'élever le niveau spirituel de l'humanité[21]. Il sera aidé dans cette tâche par les changements décisifs intervenus dans les conditions d'existence : suppression des luttes armées, retour de la nature à son état primitif et élimination des maux d'une civilisation artificielle. Israël pourra désormais accomplir son rôle de nation-prêtre[22], tandis que le monde vivra dans la perfection en vue de laquelle il a été créé (Commentaire Gn. 1, 2). (Voir "messianisme et histoire juive". Benjamin Gross. Edit. Berg international).
   6°) Mise en garde : Selon Anas, le messager de Dieu (sur lui Prière et Paix !) a dit :   "Il n'est pas un prophète qui n'ait mis en garde sa communauté[23] contre le Borgne-menteur. N'est-il pas borgne alors que votre Seigneur exalté soit-Il ne l'est pas ? Entre ses yeux est écrit : "K, F, R"[24].
   Autre propos : "Depuis la création d'Adam (sur lui Prière et Paix !) jusqu'au jour du Jugement, il n'y a pas d'événement plus important [que l'apparition du Faux-Messie]."
   Autre propos : "Que celui qui entend parler du Faux-Messie s'en éloigne ! Car, par Dieu, il en est qui viendront le trouver [par curiosité] s'estimant croyants [sincères] et qui finiront par le suivre à cause de tous les miracles douteux avec lesquels il aura été envoyé." (Transmis par Ahmad).
   7°) Moyen de locomotion. On a dit : "Il sera monté sur un âne stérile, semblable à un mulet ; la distance qui sépare ses oreilles sera de cinquante coudées."
   8°) Répartition des gens. Selon le fils de Mas'oud : "A l'apparition du Faux-Messie les gens se répartiront en trois groupes : un groupe qui le suivra, un groupe qui se réfugiera sur une terre où pousse l'absinthe[25] et un troisième qui s'établira sur le littoral irakien et qui se battra avec le Faux-Messie. Les croyants finiront pas se regrouper dans la campagne de Châm et enverront une de leurs patrouilles dans laquelle se trouvera un cavalier au cheval roux ou bien blanc et noir[26]; ils combattront [le Faux-messie] et pas un ne reviendra vivant." (Transmis par Thaouri).
   9°) Villes interdites. Médine et la Mecque.
  10°) Fuite des gens. "Les gens fuiront le Faux-messie en se réfugiant dans les montagnes". (Transmis par Mouslim).

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] En arabe, ta’alâ. En hébreu, El Elyon.
[4] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[5] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[6] On a dit aussi un de ses villages. Dans sa banlieue.
[7] Et ceci contrairement à l'idée répandue en Europe, parmi certaines Eglises (notamment de la Réforme, etc.), les sectes occultes, les gens de la Thora, qui veut que Rome soit le siège de l'Antéchrist par excellence. D'où l'effort permanent fait en Europe pour détruire la Papauté, ou de souhaiter sa disparition totale. Les Frères
, dit-on, essaieront bien à travers Napoléon, mais ce dernier les trahira. En France, à travers la "Révolution", le monde révolutionnaire arrivera, selon les aspirations de l'idéologie occulte (franc-maçonnerie, etc.), à mettre à genoux la Royauté, et à travers elle, l'Eglise catholique de France. 
[8] en langue arabe.
[9] Selon les biblistes : On appelait Judée la partie méridionale du territoire palestinien, limitée à l‘est par le Jourdain et la  mer Morte, au sud de l’Idumée, à l’ouest de la mer Méditerranée, au nord par la Samirie. C’était l’ancien royaume de David au début de son règne, le foyer de la vie nationale et religieuse, le dernier bastion du judaïsme menacé de toutes parts par l’hellénisme et le paganisme. Jérusalem en était la capitale. On notera que tous les gens de la Bible attendaient leur Messie de cet endroit du monde : gens de la Thora + gens de l’Evangile. De Bethléem, la ville de roi David. Pour les uns, ce Messie est venu en la personne du fils de Marie. Pour les autres, il reste à attendre. Tous voient, par contre, ce Messie, de la descendance de David. Ceci selon l’interprétation de leurs propres prophéties. 
[10] Il n'était pas de descendance juive = de Juda, fils de Jacob. Pas de confession juive, mais soumise (entendre :  islamique).
[11] Entendre : descendance bâtarde. De Adam à son père, aucun homme de cette descendance n'a commis la fornication ou l'adultère.
[12] Il paraît peu probable qu'il s'agisse du Faux-Messie. On a dit à ce sujet : Guillaume remarque que ce mot syriaque : menahhamana veut dire : celui qui donne la vie, et surtout celui qui ressuscite un mort. Mais nous remarquons que le mot syriaque est dérivé de l'hébreu : menahâm = consolateur. Quant au grec, il est employé dans les écrits de Jean (Je. 14 16, 26 ; 15, 26 ; 6, 7 ; Epitre de Jean 1, 2,1). Il a aussi le sens de précurseur (voir G. Bormann : Der Paraklet in Juhan mesevaugeleum, Fesîschrift Bultamn, Stutgart/Köln, 1949, p. 12-35). Ce mot syriaque sera repris donc par les gens de l'Evangile pour lui donner un tout autre sens. De même, et comme nous le voyons, avec les gens de la Thora. Pourtant, et selon les Textes anciens, au Messie de dire : "…Lorsque viendra le Munhamnana, que Dieu vous enverra d'auprès le Seigneur et l'esprit de justice qui a procédé d'auprès le Seigneur, il rendra témoignage de moi, et vous aussi car depuis l'éternité vous étiez avec moi. Cela je vous le dis afin que vous ne doutiez pas."
   Le dénommé Paul aurait dit à ce sujet : "Sachez-le donc : c'est aux goîm qu'a été envoyé le salut d'Elohîm. Eux, ils l’accueilleront". Après ces paroles, les Juifs se retirèrent, discutant for entre eux. (Bible. Act. 28: 28-29).
[13] CHi''Lo, YiNoN, HaNiNah, MeHaNem sont tous des noms qui appartiennent au Sceau de la Prophétie, le Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !), non au Faux-Messie. Les gens de la Thora sont en retard dans ce domaine.
[14] HaNiNa : en hébreu : grâce. De là, le nom de Jean. Youhanna.
[15] En hébreu MeNaHem.
[16] Nous allons retrouver ce nom souvent dans notre étude.
[17] En arabe, abou Youssouf.
[18] comparer : II Thess. 2: 3-4.
[19] Echoua-Issa-Jésus. Nom inconnu des gens de l'Evangile.
[20] Religion universelle, et religion, sans exception, de tous les prophètes et messagers divins.
[21] Si tel est le cas, il faut entendre par Messie ici, le Sceau de la Prophétie, le Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Car telle est sa description dans les Ecritures anciennes.
[22] Ce beau rêve s'est achevé par l'arrivée du Sceau des Prophètes d'Israël, le Messie fils de Marie (sur eux la Paix !). Après lui, la Prophétie et le Livre passeront aux mains des Fils d'Ismaël (et par extension des Arabes).
[23] la communauté de Mochè (Moïse), comme celle du fils de Marie, etc. Similitude. R. Hiya bar-Aba dit, au nom de R. Yochanan : Tous les prophètes n'ont fait leurs prédictions qu'en vue du règne messianique, mais non de la vie avenir, selon ces mêmes mots : Nul ne l'a vu (l'avenir) en dehors de toi, Eternel. Ceci contredit l'avis de Samuel, qui dit (Tr. Schabbath, fol. 63a et 151 b; tr. Pesahim, fol. 68a) : La vie actuelle ne diffère du règne messianique que par la soumission aux rois (désormais supprimée), comme il est dit : le pauvre ne cessera d'être au milieu de la terre (Deutéronome, XVI, 11) (Traité des Berakhoth. Chap. V. p. 366)
[24] kafir soit : mécréant. Et aussi : "Tous les croyants le verront, qu'ils sachent lire ou non." (Transmis par Bokhari et Mouslim). Dans une autre parole du fils d'Abbas, il est décrit comme un être vil à la tête comme une tête de boa. (Transmis par Ahmad).
[25] Comparer : Bible. Ap./Rév. 8, 11.
[26] Comparer : Bible. Ap./Rév. 6, 4-5.


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

 

Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
24/06/09 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire