المسيح و المسيح الدجّال

 

Sommaire

 

 

 

 

Prélude.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le monde de la Synagogue refuse délibérément de croire au fils de Marie. Motifs invoqués.

 

 

 

 

Réponse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Refus de voir en le fils de Marie, le Messie. Propos abusés de Maimonide sur le Messie et Mohammad.

 

 

 

 

 

Réponse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accélérer la venue du Messie, Comment ?

 

 

 

Réponse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Torah, par la venue du Messie, ne saurait être annulée.

 

 

 

Réponse

 

 

 

 

 

 

 

Doute sur les miracles. Survie uniquement grâce à la transmission de la Torah.

 

 

 

 

 

 

 

Torah immuable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conduite du Messie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Prophéties.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Alliance. L'Engagement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes

 

Histoire ancienne du monde biblique. - Le cas du fils de Marie. - Le refus. La venue du Messie version toranique. - Comment accélérer sa venue ? Et doit-on accélérer sa venue ? - Entendre et désobéir. - Loi ancienne et loi nouvelle. - L'observance de la Torah. - Conclusion.


L'histoire des peuples anciens présente pour nous un intérêt tout spécial, puisque les populations de ces temps anciens sont aujourd'hui encore mentionnés dans les Livres saints. Les années passent, mais les paroles restent ! Tous nous attendons la fin des temps, mais chacun à sa façon et suivant ses croyances.

Tous se passionnent pour le 'Messie' à attendre et l'époque messianique. Les gens de la Thora voient, et selon les dires de leurs rabbis, un 'Messie' Roi qui rassemblera les gens de la diaspora, et viendra avec eux en Terre sainte. La joie sera à son comble ! D'immenses festivités seront à attendre ! Les gens de l'Evangile voient un 'Messie' Roi en la personne du fils de Marie, qui viendra surtout pour 'juger les vivants et les morts' ! Enfin, le monde de l'Islam traditionnel voit la venue : 1) d'un Commandeur des Croyants au nom du Mahdi, de la descendance du Prophète Mohammad et de son cousin et gendre Ali, 2) du Faux-Messie d'origine juive, de la communauté juive d'Ispahan. Lequel rassemblera, sous sa bannière, toutes les religions de son temps, tous les opposants et adversaires de la Religion divine pour un dernier combat en Terre sainte, à Jérusalem avec les Croyants soumis de la Communauté mohammadienne ; 3) le 'retour' du Messie, fils de Marie (sur lui la Paix !) du Paradis. Il viendra pour : a) confondre les gens de la Bible (toranique + évangélique), b) tuer le Faux-Messie, annoncé dans les Ecritures, et bien d'autres choses encore. Les gens de Gog et Magog sortiront de leur tanière pour semer désordre et corruption sur terre. Leur sortie sera signe de leur destruction...
   Enfin, le temps messianique tant attendu des hommes sera au Rendez-vous. Les gens pourront le goûter, mais une prière de deux inclinaisons aura plus de valeur, à cette époque, que tout ce que la terre regorge de bienfaits. Le Jour des Comptes ne sera-t-il pas proche ?

Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].


    La venue du futur Messie, Version rabbinique.
 "Faux Messies - Vrai Messei" - משיח שקר - משיח אמת


HISTOIRE BIBLIQUE UNIVERSELLE

    

L'âge de la Perfection. Le Négationnisme.

   Le cas du fils de Marie.

   De notre temps, c’est une zone de conflits permanents entre les gens de la Torah, d’une part, et les gens de l’Evangile d’autre. Les gens de l’Evangile insistent pour dire que le fils de Marie (sur lui la Paix !) est bien le ‘Messie’ annoncé dans les Ecritures. Les gens de la Torah rétorquent que non. Et à eux de donner des réponses à travers Maimonide, jugé comme un maître en la matière. Aussi, nous dit-on :

   “Il est important à comprendre pourquoi les Juifs ne croient pas en Jésus[5]. Il ne s'agit pas là de dénigrer d'autres religions, mais de clarifier la position juive. Plus nombreuses sont les données dont on dispose, mieux on peut faire son choix quant à son itinéraire spirituel.
   Les Juifs n'acceptent pas Jésus en tant que Messie parce que :
   1) Jésus n'a pas accompli les prophéties messianiques[6].
   2) Jésus n'a pas incarné les qualifications personnelles du Messie[7].
   3) Les versets bibliques que l'on applique à Jésus sont traduits de manière erronée.
   4) La foi juive est basée uniquement sur une révélation nationale[8]. (par le Rabbin Shraga Simmons).

    Nous dirons : Le fils de Marie, à l’inverse de l’idée reçue, n’avait nullement l’idée, pendant sa première mission ; de se prendre pour 'Le messie', c’est-à-dire le Prophète attendu par les nations de toute la terre. Preuve : Coran LXI 6 ; comparer Bible. Je. 1 21. Ce sont les ‘scribes’ qui lui feront dire le contraire, les Dignitaires religieux du monde de la Synagogue.
   La confusion sera reine à son époque, et après son départ, ses adversaires et opposants peu à peu auront le dessus. Des gens comme Paul dénatureront la religion du Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, et la mission prophétique du Messie au sein de son peuple.
   Vue qu’il n’était pas ‘le Prophète attendu’, les prophéties seront accomplies par un autre que lui, prophète comme lui, le Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Il a incarné pleinement les qualifications personnelles du ‘Prophète attendu’, que les gens de la Bible ont refusées de re-connaître comme telles. Ils ont mêmes été jusqu’à les censurer de la Bible, altérer les textes, pour mieux servir leur cause et maintenir leurs descendances dans une ignorance totale. 
   Quant à ce qui reste des prophéties bibliques, des versets prêtant à caution ; nous assistons à tout moment, à toute époque ; à une passe d’armes entre les gens de la Torah, d’une part, et les gens de l’Evangile d’autre part. Chacun campant sur ses positions. Et chacun accusant l’autre de dénaturer la vérité.
   Quant à dire enfin que ‘la foi juive est basée sur une révélation nationale’, tous présent à la Montagne du Sinaï, n’est pas une référence en soi et ne tient pas. A eux d'aller simplement vers leur destin, le dessein et décret du Miséricordieux. La ‘Religion’ divine a été bâtie non sur un peuple, non sur une personne, non sur la ‘Raison’ (ou l’Intellect), mais uniquement sur la Révélation. De l’Egypte au Sinaï combien de fois, le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, a manifesté aux Fils d’Israël et aux Judaïsés Ses bienfaits ? Mais, dirons-nous, ont-ils été reconnaissants après cela ? Si oui, alors pourquoi avoir adoré un ‘Veau’ fait de la main de Mikha ? Et d’accuser ensuite injustement le prophète Aharon (sur lui la Paix !) d’avoir permis, autorisé et participé à sa construction ? Ce qui est indigne de leur part. N'est-ce pas porter une grave accusation contre un prophète innocent ? Les Prophètes, gens infaillibles, protégés par leur Seigneur sont purs des accusations que leur porte le monde biblique. N’est-ce pas le cas des rabbis, rav et sages et autres personnages ?

   Le refus. La venue du Messie version toranique

  Les Juifs, nous a-t-on dit, n'acceptent pas Jésus en tant que Messie, et pour cause : Quant à Jésus, né à Nazareth, qui se figura être le Messie, il fut condamné à mort par le Tribunal Rabbinique[9]. C'est Daniel qui l'avait prophétisé, en disant : "Des enfants scélérats de ton peuple s'insurgeront en se flattant réaliser la vision, mais ils succomberont." (Daniel XI, 14). Y a-t-il plus grande faillite que celle-là : alors que tous les prophètes annoncent que le Messie délivrera les enfants d'Israël et les sauvera[10], qu'il rassemblera les exilés[11] et les renforcera dans l'accomplissement des commandements, ce personnage n'a-t-il pas causé l'extermination des enfants d'Israël par le glaive, la dispersion de leurs restes, leur humiliation, l'abolition de la Torah et l'induction en erreur de la majeure partie de l'humanité, séduite par l'adoration d'un faux dieu ?
   Pourtant, les pensées du Créateur sont trop profondes pour que l'homme ait la force de les saisir, car Ses voies ne sont pas nos voies et Ses pensées ne sont pas nos pensées. Et tous ces événements liés à Jésus le nazaréen, aussi bien que ceux de Mo'hamad, son homologue ismaélite venu après lui, n'ont eu lieu qu'afin d'aplanir le terrain au Roi Messie et de restaurer l'humanité entière au service, ensemble, du Seigneur, comme il est dit : "Alors Je répandrai une langue épurée parmi les peuples, pour que tous invoquent le Nom du Seigneur et L'adorent d'un cœur unanime." (Tsefaniah III, 9). (La messianité d'Israël (Hil'hoth Méla'him oumil'hamotéhem, Lois des rois et de leurs guerres XI-XII) Rabénou Moché Ben Maïmon) (
l'amandier fleuri)

   Nous dirons : Accusations graves[12] portées à l'encontre des Prophètes (sur eux la Paix !). Comment oser dire, en parlant du Messie (sur lui la Paix !) ainsi : « …ce personnage n'a-t-il pas causé l'extermination des enfants d'Israël par le glaive, la dispersion de leurs restes, leur humiliation, l'abolition de la Torah et l'induction en erreur de la majeure partie de l'humanité, séduite par l'adoration d'un faux dieu ? » ? En vérité, ce personnage biblique, Rabénou Moché Ben Maïmon se trompe lourdement. Qui a guidé les pas de Paul pour dénaturer la religion du Messie, égarer ses suivants ? N’est-ce pas les gens de la Synagogue de son temps ? Qui n’accepta pas qu’on révise, modifie, abolit les Lois contenues dans la Torah dont le repos du Samedi ? N’est-ce pas les gens de la Synagogue ? Qui voulut attenter à sa vie ? Qui fut enfin la cause de la destruction du second Temple ? Le Messie où les Fils d’Israël et les Judaïsés ? Qui l’a refusé, refusé l’Evangile du Saint et Saint d’Israël et des mondes, Allaha ? Et sur qui le Saint et Seigneur des mondes, Allaha, fera tomber Sa colère ? Non, jamais le Messie et sa mère ont prétendu être deux divinités en dehors du Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha (Coran V 116-120). Rabénou Moché Ben Maïmon ici ne fait que ressortir la haine, l’inimitié farouche qu’il porte envers le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !), à l’instar de ses ancêtres, de ceux qui vécurent au temps du Messie et après.

   Quant à dire enfin : « ...Et tous ces événements liés à Jésus le nazaréen, aussi bien que ceux de Mo'hamad, son homologue ismaélite venu après lui, n'ont eu lieu qu'afin d'aplanir le terrain au Roi Messie et de restaurer l'humanité entière au service, ensemble, du Seigneur… », nous dirons :
   La venue du sceau des Prophètes d’Israël, le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !) n’a eu lieu qu’afin d’annoncer la bonne nouvelle d’un Messager divin après lui dont le nom sera : Ahmad ! (Coran LXI 6). Il était son Précurseur. Puis, quand celui-ci vint à eux avec des preuves, ils mécrurent en lui (Coran II 89). Pourtant, il réalisera la Prophétie le concernant. Il restaurera la vrai Religion, restaurera l'humanité entière au service du Seigneur des mondes. Et à lui d’annoncer, de mettre en garde, les gens contre la calamité de tous les temps : le Faux-Messie, l’Antichrist, que les gens de la Synagogue prennent, prendront eux, et le temps venu, pour vrai ! Viendra-t-il, alors à eux d'aplanir le terrain au Roi Messie… et de le suivre !

   On nous dit encore : “Maïmonide considère que la popularité du christianisme (et de l'islam) fait partie de plan de D.ieu pour propager les idéaux de la Torah à travers le monde[13]. Ces deux religions tendent à rapprocher la société d'une plus grande fidélité à la morale et d'une meilleure connaissance de D.ieu[14]. Tout cela constitue des signes précurseurs de l'ère messianique.”
   Nous dirons : Il viendra dans l’Histoire de l’Humanité un jour où les trois religions monothéistes se rencontreront toutes à Jérusalem. Pas de doute là-dessus. Toutes monteront à Jérusalem[15]. Et au Miséricordieux de faire triompher, en ce jour mémorable, Sa Religion sur toute autre religion ! Et ceci quel que soit la répugnance qu’en auront certaines gens !
   En attendant, que faut-il comprendre par “l’ère messianique”[16] ? Elle comprend trois étapes dans l’Histoire de l’Humanité. La première ère, en la personne du Messie fils de Marie (sur lui la Paix !), les gens de la Thora la rejetèrent, sauf un petit nombre. La deuxième ère avec le sceau de la Prophétie, le Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !), idem. Reste une : La troisième ère qui rassemblera trois personnages important :

   1. Le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !), lequel re-descendra[17] du Paradis,
   2. Le Mahdi et les Croyants de la Communauté mohammadienne,
   3. Le FAUX-MESSIE, l’Antichrist[18] avec son armée d’hommes et de femmes, de toutes confessions, de toutes langues, de toutes couleurs ; annoncé par tous les Prophètes depuis la création du monde.

   Selon Anas (que Dieu l'agrée !), le Messager de Dieu (sur lui Prière et Paix !) a dit :
  
"Il n'est pas un prophète qui n'ait mis en garde sa communauté contre le Borgne menteur. N'est-il pas borgne alors que votre Seigneur exalté soit-Il ne l'est pas ? Entre ses yeux est écrit : (en lettres arabes) "K, F, R" ( Kâfir soit : mécréant)".  
   A Mochè de demander à son Seigneur :
"Seigneur ! Je trouve dans la Torah mention d'une communauté dont les membres croient au premier et au dernier Livre révélé, et combattent les chefs de file de l'égarement. Ils finiront par combattre le borgne imposteur (le Faux-Messie). Fais qu'ils soient parmi ceux de ma communauté !" Dieu lui dit : "Ce seront les membres de la communauté de Ahmad ! " 

   A cette époque, quel sera l’homme[19] que les gens de la Torah suivront ainsi que partie du monde de l’Evangile et gens d’autres religions ? Le Messie fils de Marie ou l’Antichrist[20] ?

   Comment accélérer sa venue ? Et doit-on accélérer sa venue ?

   Réponse : Comment pouvons-nous accélérer la venue du Messie[21] ? Le meilleur moyen est d'aimer généreusement toute l'humanité[22], d'observer les mitsvoth de la Torah du mieux que nous pouvons, et d'encourager les autres à en faire autant[23].
   “Malgré l'obscurité dans laquelle il est plongé, le monde semble se diriger vers les temps messianiques. Un signe[24] apparent en est le retour du peuple juif sur la Terre d'Israël et l'épanouissement de celle-ci grâce à ses efforts. En outre, un mouvement majeur fait revenir nombre de jeunes Juifs vers les traditions de la Torah.
   Le Messie peut venir à tout moment[25], et son avènement ne dépend que de nous. D.ieu sera prêt quand nous le serons. Comme l'a dit le Roi David : "
La rédemption arrivera aujourd'hui - si vous écoutez Sa voix. [26]"”

   Nous dirons : C’est là l’interprétation des gens de la Synagogue, de la Thora, de gens comme Maïmonide. Contrairement à l’idée reçue, accélérer sa venue n’est pas souhaitable. En effet, lorsqu’il viendra, sa rencontre et sa compagnie feront faire perdre toute foi, comme mentionné ci-contre. ‘Aimez vous les uns et les autres’ sera peu d’actualité en cette période de troubles. Et qui pourra observer les commandements de la Bible à cette époque chaotique ? Ce sera, par la venue de Messie-Menteur l’âge de perfection ! Peu s’en faut !
  
‘Le monde est en quête désespérée d'une rédemption messianique’, nous dit-on encore ; pourtant, elle nous est bien venue lors de la mission prophétique du Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !)[27]. Mais il semble que les gens de la Thora n’en voulurent pas en profiter, sauf un petit reste. Leur Seigneur était au rendez-vous, eux non. Ils ont endurci leurs cœurs, selon les mots de l’Ecriture : Dieu leur a donné un esprit de torpeur : ils n’ont pas d’yeux pour voir, d’oreilles pour entendre jusqu’à ce jour[28]. Et ils n’ont pas écoutez Sa voix, comme l'avait stipulé, dit-on, le Roi David : " La rédemption[29] arrivera aujourd'hui - si vous écoutez Sa voix[30]."
   Quant à dire : Malgré l'obscurité dans laquelle il est plongé, le monde semble se diriger vers les temps messianiques. Nous dirons, nullement. Pour que vienne ce temps, il faut que le monde soit dans l’obscurité la plus totale : absence de foi, de justice, développement du mal, du blâmable, de la turpitude, du meurtre, etc. Qu'on en juge :
   Dans le traité Sota (49b) du Talmud, les signes de la fin des temps sont décrits comme suit : “A la veille de l’arrivée du Messie, l’insolence grandira et l’honneur sera perverti. La vigne donnera son fruit, et pourtant le vin sera cher. Le royaume se tournera vers l’hérésie, et il n’y aura personne pour prononcer des blâmes. La maison de l’étude deviendra un lieu de débauche. La Galilée sera dévastée, la terre de Gablan stérile ; les gens de cette contrée erreront de ville en ville, et nul ne les prendra en pitié. La sagesse des érudits dépérira, et l’on méprisera ceux qui craignent le péché. La vérité sera honnie. Les enfants outrageront les vieillards, les adultes se lèveront devant les plus jeunes. “Le fils vilipendera son père, la fille s’insurgera contre sa mère, la bru contre sa belle-mère ; chacun aura pour ennemi les gens de sa maison (citation tirée de Mi 7, 6 ; cf.: Mt 10, 35-36, Lc. 12, 53).” Le visage de la génération sera celui d’un chien. Le fils ne rougira pas devant son père. A qui nous fierons-nous désormais, si ce n’est à notre Père céleste (version française, (légèrement modifié ici) suivant Aggadoth du Talmud de Babylone, éditions Verdier (coll. “Les Dix Paroles”), Lagrasse, 1982. p.819) ?”
   ...Si effectivement le terme minouth utilisé dans le texte précité s’applique au christianisme, qui à ce moment se répand de plus en plus dans le “royaume” (l’Empire romain), la remarque touchant la Galilée et les Galiléens sont faciles à comprendre : la Galilée sera détruite – de même que la région voisine du Gablan (aujourd’hui : Golan) – parce qu’elle a été le berceau de l’hérésie chrétienne. Les gens de cette contrée, qui ont été à l’origine de cette hérésie, erreront de ville en ville, sans que nul ne les prenne en pitié ; en d’autres termes, nul ne leur pardonnera le mouvement qu’ils ont déclenché. (Voir Marie, un regard juif sur la mère de Jésus. Schalom ben Chorin. Edit. Desclée de Brouwer).
   De même : Un signe apparent en est le retour du peuple juif sur la Terre d'Israël et l'épanouissement de celle-ci grâce à ses efforts. Nous dirons, nullement. Le temps n’est pas encore au rendez-vous[31].
   Le vrai ‘retour’ du monde toranique en Terre sainte aura vraiment lieu, mais uniquement lors de la venue du (Faux-)Messie. Il les ramènera tous, sans exception, des quatre coins du monde à Jérusalem[32], au Châm. A cette époque, cette ville sera le trône et la capitale du Mahdi. Il aura à affronter les gens de l’Evangile venus pour lui faire la guerre. Ils viendront d’Europe et voudront dominer Jérusalem et ses alentours. Puis, le (Faux-)Messie viendra entouré de ses pères, ses troupes, ses femmes, pour un dernier combat avec le Messie fils de Marie, le Mahdi, Chef des Croyants de l’époque et Les Croyants de la Communauté mohammadienne. Il sera mis à mort par le fils de Marie (sur lui la Paix !) à la Porte de Lod[33], à Jérusalem. Après cela, les rescapés de ces tribulations pourront goûter enfin, et pour un temps, au temps messianique. "et la "Sécurité" descendra sur terre en sorte que les lions s'égayeront avec les chameaux, les tigres avec les vaches, les loups avec les moutons ; les jeunes gens joueront avec les serpents sans mal pour les uns ou les autres...". Mais à quoi bon, le jour des Comptes sera proche après le décès du Messie fils de Marie (sur lui la Paix !)...

   De même :

   “Le judaïsme affirme que le Messie naîtra de parents humains, et qu'il possédera des attributs physiques normaux comme les autres gens. Il ne sera pas un demi-dieu, et ne sera pas investi de qualités surnaturelles[34]. En fait, chaque génération contient en son sein un individu qui aurait la capacité de devenir le Messie[35] (voir Maïmonide - "Lois sur les Rois ", 11, 3).” (Op. cit.)

   Nous dirons : ‘En fait, chaque génération contient en son sein un individu qui aurait la capacité de devenir le Messie’, c’est vrai dans un certain sens, car avant l’arrivée du (Faux-)Messie d’autres sont attendus[36]. De parents humains : sans aucun doute. Des Juifs, disent les Savants, d’Ispahan. ‘qu'il possédera des attributs physiques normaux comme les autres gens. Il ne sera pas un demi-dieu, et ne sera pas investi de qualités surnaturelles.’ : sa taille sera sensiblement haute et surtout il sera borgne, laid. Son moyen de locomotion, sa monture : son âne[37]. Dans un premier temps, il se fera connaître comme un homme de bien, puis un prophète, et enfin une divinité. Il possèdera des pouvoirs ‘magiques’ qui lui permettront, comme tout bon magicien, de tromper son auditoire.

   Selon Imrân fils d'Houssain, le Prophète (sur lui Prière et Paix !) a dit :

   "Que celui qui entend parler du Faux-Messie s'en éloigne ! Car, par Dieu, il en est qui viendront le trouver (par curiosité) s'estimant des croyants (sincères) et qui finiront par le suivre à cause de tous les miracles douteux avec lesquels il aura été envoyé." (Transmis par Ahmad).

   Il se peut qu’on dise : ‘cet “antéchrist de type islamique” ne répond aucunement aux critères de gens comme Maïmonide ! Motif : ‘le messie juif machiah ne sera pas borgne comme la religion islamique décrit le ''Massih Dajjal'' (ou l'antéchrist), et n'auras aucune inscription sur la tête...’

   Nous dirons : Les descriptions bibliques attribuées à un ‘Messie’ appartiennent, en priorité, au ‘Prophète attendu des nations’. Et il y a eu de la part des ancêtres du monde de la Synagogue une inversion des rôles à travers leur travail de falsification des textes bibliques. Ce Prophète (sur lui la Paix !), quant il est venu et s’est présenté comme tel aux gens de la Bible, n'ont-ils pas refusé de croire et de suivre, sauf un petit nombre ? Et ont prétendu attendre alors un ‘autre Messie de descendance davidique’ ! ? Pourtant, les gens de la Torah ne savaient-ils pas, depuis des siècles, que le ‘Prophète attendu’ des Ecritures sera des fils de la Délaissée, Agar ? Mais par pure jalousie, ils feindront de ne pas le connaître ! Et quand re-viendra le fils de Marie (sur lui la Paix !) sur terre, ce sera, comme l’indique les traditions, pour faire triompher une seule Religion : la Religion divine, et enfin confondre les gens de la Bible (toranique + évangélique).

   Et à une question : 3. Q : Saviez-vous que croire en Jésus était la démarche la plus Juive que vous pouviez entamer ?   
   R : Si on s'en tient au Judaïsme, le Messie ne sera pas divin[38] et n'annulera pas non plus l'obligation d'observer la Torah[39]. Les juifs croient en effet à un système monothéiste qui implique un D.ieu sans incarnation corporelle[40]. Or, en croyant que Jésus est "égal à D.ieu le Père", les juifs pour Jésus[41] ont franchi un abîme de façon irréparable en acceptant une croyance considérée comme idolâtre par les juifs.

   Résumons : De notre temps, il est facile pour un homme de la Synagogue de parler ainsi. Toutefois, rappelons encore : 1) le Messie fils de Marie ‘n’a pas incarnée les qualifications personnelles du Messie’. Sans aucun doute. En effet, celui auquel croit la Synagogue, à notre époque, est un personnage qui doit “monter” avec l’ensemble des Juifs en diaspora en Israël. Il sera un ‘Roi’, non un prophète[42]. 2) Le mot « messie » jettera le trouble dans les esprits, ceci depuis la venue du sceau des Prophètes d'Israël, le Messie fils de Marie (sur eux la Paix !). Car le nom du fils de Marie sera : Le Messie, Ichoua fils de Marie (Coran III 45). C’est-à-dire : tel sera son nom ! 3) ‘n'a pas accompli les prophéties messianiques’, cela est vrai car les prophéties messianiques appartiennent au Prophète attendu et annoncé : On a dit que les docteurs juifs traduisirent de l’araméen, le vocable « masiyâ » en « Almasiyâ » (soit Le messie). Le Messie Ichoua fils de Marie soit « le masiyâ (le Messie) des Fils d’Israël ». Quant « Almasiyâ » (Le messie ») soit le prophète attendu et annoncé dans les Ecritures : Ahmad-Mohammad (sur lui la Paix !). 4) ‘Les versets bibliques que l'on applique à Jésus sont traduits de manière erronée’, ceci c’est l’éternelle querelle entre les gens de la Bible entre eux. 5) ‘La foi juive est basée uniquement sur une révélation nationale’, nous avons vu, plus haut, ce que cela implique et signifie pour les gens de la Synagogue. 6) ‘Les juifs croient en effet à un système monothéiste qui implique un D.ieu sans incarnation corporelle. Or, en croyant que Jésus est "égal à D.ieu le Père", les juifs pour Jésus ont franchi un abîme de façon irréparable en acceptant une croyance considérée comme idolâtre par les juifs.’ C’est vrai. Mais ne serait-il pas bon d’expliquer qui est à l’origine des ces croyances erronées ? N’est-ce pas le peuple hébreu lui-même ? Plus tard, à Paul de reprendre, sur ordre des gens de la Synagogue, ces fausses croyances, et de les proposer aux gens de l’Evangile. Lesquels les prendront et les propageront parmi les nations.

   Entendre et désobéir.

   On nous dit : “Nous autres Juifs disons que nous avons observé la Tora[43] pendant des milliers d'années[44], non pas à cause de miracles ou d'autres phénomènes surnaturels qui auraient traversé l'histoire juive, mais parce que nous nous sommes tous tenus au pied[45] du Mont Sinaï et que nous avons entendu Dieu parler[46]. Ce message ayant été transmis de génération en génération[47]. L'histoire de la survie du peuple juif[48] est dans une large mesure celle de ce qu'on a appelé chalchéleth hakabbala le processus de transmission de la Tora d'une génération à la suivante.  

   Chez les Juifs[49], le processus de transformation en une nation a commencé en dehors de leur patrie[50], sous l'esclavage et dans les pires conditions[51], conçues pour effacer toute identité culturelle ou historique. Les Juifs ne sont pas devenus une nation en promettant fidélité à l'Etat d'Israël. Une bande disgracieuse d'esclaves en fuite est devenue une nation dressée au pied de Mont Sinaï disant à Dieu: " Nous ferons et nous écouterons[52] ! " Ils s'engageaient ainsi à exécuter les commandements de la Tora et à apprendre à assumer la mission qui allait avec[53].” (Op. cit.)

   Nous dirons : Tous, sans exception, doivent leur survie au sceau de la Prophétie. Naguère, lorsqu'un prophète venait, le peuple avait deux solutions : croire ou mécroire en lui. Mécroyait-il, alors au châtiment divin de tomber sur lui. Voir les récits des prophètes et des nations de l'Antiquité. Le sceau de la Prophétie étant venu comme miséricorde aux mondes, elle comprendra alors l'ensemble du monde biblique. Et un rendez vous est à attendre leur de le venue du sceau des Prophètes d'Israël, le Messie fils de Marie (sur eux la Paix !). A cette époque, la Vérité triomphera sur l'Erreur !

   Loi ancienne et loi nouvelle.

   “Ceci est donc valable pour celui qui vient prêcher en faveur d’une autre foi. Mais cette législation toranique condamne également une personne dont l’intention se limiterait ne serait-ce qu’à une réforme partielle du système théologique hérité de nos ancêtres, ne serait-ce que quelques détails du code d’ensemble de la Tora[54]. Celui-ci fonctionne selon une logique interne à toute épreuve (10) : la Tora elle-même proclame le caractère éternel de sa validité[55] qu’aucun prophète ne saurait donc à jamais remettre en doute, par le biais de modification, allégement ou autres initiatives. Cette loi conserve toute sa pertinence même face au prophète qui prétendrait greffer un détail infime aux commandements divins, ou, à l’inverse, frapper de caducité tel ou tel principe (11). En fait, ce principe va jusqu’à concerner le prophète qui annoncerait en son nom propre, afin de s’en voir attribuer la paternité, une loi qui existe déjà dans la Tora (12).
   Inutile dès lors de s’attarder sur la réaction qui fut celle des tenants du Judaïsme traditionnel lorsque l’on vint leur affirmer que l’ancienne doctrine était "dépassée" et qu’une nouvelle loi était promulguée ! Il est vrai qu’historiquement ce message remonte à Saül de Tarse (Paul), et qu’il n’est point imputable à Jésus lui-même, lequel déclarait ne pas souhaiter métamorphoser la loi du Sinaï d’un seul iota[56]. Cependant, il faut bien reconnaître qu’à maints égards, Jésus lui-même bouleverse quelques principes généraux intégrés jusqu’alors, et menace, par son exemple, le Judaïsme d’implosion : il semble récuser[57] l’importance des règles alimentaires, il paraît remettre en question la centralité du Chabbath, etc.… Toutefois, en cette ère formatrice du Christianisme, la Tora, à travers ses dimensions prescriptives et donc contraignantes, n’est pas encore rejetée par les Chrétiens comme elle le sera sous Saül de Tarse.” (
Kountrass).

   Nous dirons : dire : 'Mais cette législation toranique condamne également une personne dont l’intention se limiterait ne serait-ce qu’à une réforme partielle du système théologique hérité de nos ancêtres', ne tient pas. Ce n'est pas la législation toranique qui le dit mais bel et bien l'interprétation tendentieuse qu'en font les gens de la Synagogue. Ne pas confondre ! La Religion divine n'enseigne pas le chauvinisme. Loin de là. Nous avons été créés pour le Paradis et la terre a été créée pour nous. Qui le comprendra ? Et le Paradis est la propriété exclusive du Miséricordieux. Par Sa Miséricorde on y entre, par Sa Justice, on entre dans le Feu infernal !

   L'observance de la Torah.

   Le Messie conduira le peuple juif à une pleine observance de la Torah[58]. La Torah énonce que toutes les mitsvoth (commandements) resteront toujours en vigueur, et que quiconque voudra changer la Torah sera aussitôt identifié comme un faux prophète[59] (Deutéronome 13, 1-4).
   Tout au long du Nouveau Testament, Jésus prend le contre-pied de la Torah[60] et affirme que ses commandements ne sont plus applicables (voir Jean 1, 45 et 9, 16 ; Actes 3, 22 et 7, 37).

   Nous dirons : Avec quelle Thora ? Celle entre les mains des gens de Synagogue ? Laquelle est leur Thora, certes, mais nullement celle révélée au prophète Mochè (sur lui la Paix !). L’original ayant disparu de la circulation. Secundo : Avec une telle affirmation n’est-ce pas exclure d’emblée le sceau des Prophètes d’Israël, le Messie (sur eux la Paix !) ? Car n’est-ce pas à cause de cela : suppression de règles et lois comme le Samedi et son repos…; que leurs ancêtres voudront sa perte ? Troisièmement : N’est-ce pas exclure aussi le sceau de la Prophétie (sur lui Prière et Paix !). Pourtant, la Prophétie n’indiquait-elle pas la révélation d’un NOUVELLE TORAH ? Laquelle abolirait, changerait, modifierait les lois anciennes ?  La Prophétie n’enseignait-elle pas à travers le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, et les Prophètes :
   On a dit que Dieu le Très-Haut (Hachem) a dit :

   1) "O Mohammad ! Certes, Je vais faire descendre sur toi, une Nouvelle-Thora.
   Par elle, tu ouvriras des yeux aveuglés, des oreilles sourdes, des coeurs incirconcis.
   D'elle sortira la science, la compréhension de la sagesse et le printemps des coeurs."

   2) A ce sujet, au Saint et Seigneur d'Israël de révéler, dit-on, par l'intermédiaire d'Esaïe, le prophète (sur lui la Paix !) aux Fils d'Israël, et concernant Son sceau :

   "Mon esclave que Mon âme agrée, Je lui donne Mes paroles ;
   et alors, il fera apparaître aux nations (du monde), Ma justice.
   Il les commandera par les commandements. Il ne rit pas[61], ni ne crie pas.
   Il ouvre les yeux bornes et fait entendre les oreilles sourdes.
   Il fait revivre les coeurs morts.
   Et de ce que Je lui ai donné, Je l'ai donné à aucun autre : Ahmad.
   Par la louange de Dieu le Très-Haut sera une nouvelle louange.
   Il viendra de la meilleure terre.
   Le désert (de l'Arabie) et ses habitants seront heureux de lui.
   Ils proclameront l'Unicité de Dieu sur chaque hauteur.
   Ils Le grandiront sur chaque colline.
   Il ne faiblit pas, ne sera pas vaincu et ne penchera pas vers la passion.
   Il n'avilit pas les gens de bien, qui sont eux, comme un roseau faible.
   Par contre, il renforce les (gens) véridiques et les humbles.
   Il est la lumière de Dieu le Très-Haut, qui ne s'éteint pas.
   La trace de son pouvoir (soit de la Prophétie) se trouve sur son épaule." (Comparer : Bible. Es. 42:1-4). 

   Autre variante :

   "Mon esclave et Mon messager en qui Mon âme se complaît.
   Je ferai descendre sur lui Ma révélation.
   Alors, il fera apparaître Ma justice aux nations[62], et il les commandera par les commandements.
   Il ne rira point et on n'entendra pas sa voix dans les marchés.
   Il ouvrira les yeux bornes et les oreilles sourdes, et fera revivre les coeurs incirconcis.
   Et de ce qui lui a été donné, il ne sera donné à personne d'autre (que lui).
   Il louera Dieu d'une nouvelle louange. Il viendra avec lui des contrées de la terre.
   La terre et ses habitants se réjouiront. Ils unifieront Dieu sur chaque colline.
   Il ne faiblira pas et ne sera pas vaincu. Il ne penchera pas vers la passion.
  
Mouchaffaha[63]. Il n'abaissera pas les gens de bien, lesquels sont comme des roseaux faibles ;
   mais renforcera plutôt les (gens) véridiques. Il sera l'appui des gens modestes.
   Il est la lumière de Dieu, qui ne s'éteint pas.
   La marque de son pouvoir est sur son épaule." 

   D'ailleurs parmi les paroles que le Saint d'Israël révéla au prophète Moché (sur lui la Paix !), nous trouvons celles-ci : 
  
"Avec son Livre (le Coran), Je scellerai les Ecritures.
   Et par sa Loi, Je scellerai les lois.
   Celui qui l'aura rencontré (en son temps d'entre les Fils d'Israël) et ne croit pas en lui, et n'entre pas dans sa loi ; sera de la part de Dieu (jugé)
   Je ferai que sa communauté construise d'est en ouest des Lieux de prosternations (des Mosquées).
   Si Mon nom est invoqué en eux, le nom de ce prophète sera rappelé avec Moi.
   Son nom ne cessera (d'ailleurs) d'être mentionné jusqu'à la fin du monde."

   Conclusion.

   Si, comme le disent les gens de la Torah, l’Alliance (ancienne) se particularise avec Moïse, ce n’est pas une réalité différente, et la Nouvelle Thora[64] invite à considérer que cette Alliance[65] est renouvelée en/avec la venue du sceau de la Prophétie, le Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Et au bénéfice de tous les peuples, sans exception. Entendu qu’il sera envoyé comme miséricorde pour les mondes[66]. Car en définitive, le « peuple de Dieu » n’est pas seulement telle nation ou tel groupe particulier, mais l’immense Communauté mohammadienne[67]. Et à ce sujet, au Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, de révéler :

   Par Dieu, (Il) est connaisseur des (gens) prévaricateurs. (Coran II 95).

   Soit : il y a pour là  pour les judaïsés, à la fois une menace, une intimidation  et une mise en garde. Et au Seigneur et Saint d'Israël de mettre en avant le vocable "prévarication" parce qu'il englobe en lui-même, une grande étendue de significations. Ainsi, chaque mécréant est un prévaricateur, mais à l'inverse, tout prévaricateur n'est pas forcément un mécréant. C'est pour cette raison que ce vocable a été pris ici au sens large du mot, et aux judaïsés, ici, d'entre être les premiers concernés.

   Selon le fils de Djarîj : "Dieu possède la Science [véritable] au sujet de l'injustice des hommes qu'ils soient juifs, nazaréniens[68], ou appartenant à toutes autres traditions et Il sait ce qu'ils font. Le propre de l'injustice des juifs [de l'époque du Prophète], est d'avoir été impie à l'égard de Dieu, d'une part en transgressant l'ordre qu'Il leur avait donné d'obéir et de suivre le "Louangé" [annoncé dans leur Livre] et cela, alors qu'ils avaient eux-mêmes imploré [contre les Arabes associateurs] l'assistance de ce Prophète avant qu'il ne soit suscité et, d'autre part, ils ont été impies dissimulateurs en reniant la vérité de sa fonction prophétique alors même qu'ils savaient qu'il était prophète et messager".

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Evangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Sur les miracles opéré par le Messie, on nous dit : Le miracle est une notion charnière dans l’édifice théologique chrétien : il est même possible d’affirmer qu’hors de lui, point de salut ! Des phénomènes extra-naturels n’ont cessé de rythmer le bref parcours de Jésus, à en croire du moins les sources évangéliques : il a ressuscité un mort, il a guéri des lépreux et des paralytiques, il a multiplié des pains, etc. Par la suite, nombreux furent ceux qui eurent droit eux aussi à des miracles, et se virent conférer un rôle prépondérant dans l’histoire sainte de la Chrétienté et allèrent rejoindre la galerie des " saints ".
   Pourtant, les Juifs sont restés totalement indifférents face à ces événements, et ont rejeté en bloc cette religion et la proclamation de ses hauts faits. Les raisons de ce refus absolu et collectif sont évidemment variées et diversement justifiées, mais il nous a semblé particulièrement instructif de cerner au plus près la conception du Judaïsme face à la question du miracle, un thème qui, en dernière analyse, se voit réactualisé de génération en génération…
   (…) Le Rachbam et le Sforno (19), en effet, expliquent que ces faux prophètes font appel à la magie ou à divers procédés permettant d’avoir accès à des connaissances concernant l’avenir (ov, yid‘oni, etc.).
   Quand le verset parle des prouesses de ce genre de personnages (id. 4), le Rachbam explique :
   Il [D.] a accordé de la force aux pratiques magiques, qui permettent de connaître l’avenir, afin de mettre Israël à l’épreuve et de lui conférer plus de mérites. Il leur a enjoint de s’opposer à ce qu’il y ait parmi eux des personnes s’adonnant à des divinations, des pythies, etc.
   C’est donc, selon le rav David Tsvi Hoffman (Devarim/Deutéronome), que ces faux prophètes tirent leurs forces de sources surnaturelles, que D. leur a permis d’employer afin d’inciter le peuple juif au relâchement dans son respect de la Tora, tout cela pour le mettre à l’épreuve et lui octroyer des mérites lorsqu’il réussit à en venir à bout.
   Il y a lieu, ajoute cet auteur, de renforcer l’explication du Rachbam par les versets 14 et 15 du chapitre 18 :
   Car les nations que tu vas déposséder ajoutent foi à des augures et à des enchanteurs ; mais toi, ce n’est pas là ce que t’a départi Hachem, ton Eloqim. C’est un prophète sorti de tes rangs, un de tes frères comme moi, que Hachem ton Eloqim suscitera en ta faveur : c’est lui que vous devrez écouter !
   Il ressort donc bien de l’opposition qu’effectue le verset entre les deux systèmes que les faux prophètes ont recours à ces méthodes de magie.
   Le rav Hoffman fait enfin remarquer que nos Sages semblent bien avoir également admis que Jésus puisait ses forces à de telles sources (cf. le texte censuré de la Guemara Sanhédrin, rapporté dans l’Evangile du ghetto en p. 141, qui affirme : " Jésus pratiquait la sorcellerie "). (
Kountrass)
      C’est d’ailleurs ce que confirmeront les gens de la Thora au temps du Messie. Qu’on en juge : Puis, quand celui-ci vient à eux avec des preuves, ils disent : « C’est de la magie manifeste ! » ( Coran LXI 6). Et on voit clairement que les gens de la Synagogue, de la Thora, ont un doute certain sur le "miracle", le "signe" divin (Coran IV 155). Quant aux gens de l'Evangile, ils ont cru aux miracles, mais au lieu de dire clairement que le Messie faisait ceux-ci avec la permission du Miséricordieux (Coran III 49, etc.) ; à eux de déclarer que c'était plutôt Dieu incarné en la personne du Messie qui les faisait ! Dieu fait homme !
[6] On nous dit : A. Construira le troisième Temple (Ezéchiel 37, 26-28).
   En effet, on a dit que Dieu (exalté soit-Il !) révéla à Yacob (Jacob), le prophète (sur lui la Paix !) :
   "Certes, Je vais envoyer de ta descendance des rois et des prophètes, jusqu'à ce que J'envoie le prophète du Lieu sacré. Sa communauté construira le Temple de Jérusalem. Il est le sceau des prophètes et son nom sera Ahmad".
   B. Rassemblera tous les Juifs revenus sur la Terre d'Israël (Isaïe 43, 5-6).
   C. Fera entrer le monde dans une ère de paix universelle, et mettra fin à toute haine, oppression, souffrance et maladie, ainsi qu'il est écrit : " Une nation ne s'élèvera pas en brandissant l'épée contre une nation, ni un homme n'apprendra plus l'art de la guerre " (Isaïe 2, 4).
   D. Propagera la connaissance universelle du D.ieu d'Israël, qui unira l'humanité comme ne formant qu'un peuple. Comme il est écrit : "D.ieu sera Roi sur tout le monde, en ce jour, D.ieu sera Un et Son Nom sera Un " (Zacharie 14, 9).
   Il est de fait historique que Jésus n'a accompli aucune de ces prophéties messianiques.
   Les Chrétiens répliquent que Jésus accomplira celles-ci lors de sa deuxième venue, mais les sources juives assurent que c'est d'emblée que le Messie accomplira ses prophéties, sans avoir besoin de venir une deuxième fois.
   De même : 5) Plusieurs de ces passages prophétiques parlent d'un descendant du Roi David qui régnera l'Israel pendant l'âge de la perfection. Isaïe 11:1 - 9 ; Jérémie 23:5 - 6, 30:7 - 10, 33:14 - 16 ; Ezekiel 34:11 - 31, 37:21 - 28 ; Osée 3:4 - 5.
   9) La réclamation que Jésus accomplira la prophétie messainique quand il retourne ne lui donne pas n'importe quelle crédibilité pour son « premier » venue La bible ne parle jamais au sujet du Messie retournant après un premier apparition. La théorie « du second retour » est une tentative désespérée d'expliquer l'échec de Jésus parti. Les passages bibliques que des chrétiens sont forcé de considérer comme second retour(# 5 ci-dessus) ne parlent pas de quelqu'un qui retourne, ils ont une « premier retour » perspective.
   Qu'ils le veuillent ou non, le retour du Messie (sur lui la Paix !) est une chose réelle. Elle viendra en son temps. Et, parmi les choses qu'il fera, il confondra les gens de la Bible (toranique + évangélique).
[7] On nous dit encore : A. Le Messie comme prophète
   Jésus n'était pas un prophète. La prophétie ne peut exister en Israël que lorsque le pays est habité par la plus grande partie du peuple juif. A l'époque d'Ezra - vers l'an 300 avant l'ère commune - quand la majorité des Juifs refusa de quitter Babylone pour retourner en Israël, la prophétie prit fin avec la mort des derniers prophètes - Aggée, Zacharie et Malachie.
   Jésus est apparu sur la scène de l'histoire environ 350 ans après la fin de la prophétie.*
   Nous dirons : 1) Jésus n'était pas un prophète. Pour les gens de l’Evangile, sans aucun doute. Par contre, il était le sceau des Prophètes d’Israël (sur eux la Paix !). Et le Texte coranique confirme, dès sa naissance, qu’il était bel et bien un messager et un prophète envoyé aux Fils d’Israël (Coran III 48-9 ; XIX 30 ; comparer Bible. Mt 5 5-6 ; 15 24). 2. ‘La prophétie ne peut exister en Israël que lorsque le pays est habité par la plus grande partie du peuple juif.’ Interprétation erronée. D’autant qu’à l’heure actuelle, la majorité vivant en Terre sainte n’est-elle pas en majorité de gens de la Torah ? Alors pourquoi la prophétie est-elle absente ? 3. Jésus est apparu sur la scène de l'histoire environ 350 ans après la fin de la prophétie. Cela est vrai qu’il apparut bien après Esdras, mais n’existe-t-il pas avant lui un prophète du nom de Zacharie (sur lui la Paix !) ? Preuve qu’après Esdras, la prophétie restera jusqu’à la destruction du second Temple. Et c’est alors qu’elle prendra fin pour les Fils d’Israël et les Judaïsés.
   B. Descendant de David
   Le Messie doit être un descendant du côté paternel du roi David (Voir Genèse 49, 10 et Isaïe 11, 1). Or, selon la thèse des Chrétiens, Jésus est né d'une femme vierge, et donc n'avait pas de père. Il est par conséquent impossible qu'il ait pu satisfaire aux exigences d'une filiation paternelle remontant au roi David !
   Nous dirons : Lequel Messie doit-être d'une filiation paternelle remontant au roi David ? Selon la version du monde de la Synagogue, le Messie attendu devra être comme David, c’est-à-dire un roi non un prophète. En clair, le (Faux-)Messie, que les gens de la Torah prendront pour le vrai. Pourquoi ? Comme il est dit dans la Bible : “…à l’adresse de ceux qui sont voués à la perdition pour n’avoir pas accueilli l’amour de la vérité qui leur aurait valu d’être sauvés. Voilà pourquoi Dieu leur envoie une influence qui les égare, qui les pousse au mensonge, en sorte que soient condamnés tous ceux qui auront refusé de croire la vérité et pris parti pour le mal” (Bible. II Thess. 2 10-11). De tout temps, le monde biblique a fait référence à un roi : David, alors qu’il voue pour lui que peu d’amour ! Est-ce pour s’inventer une excuse ? Secundo : Où sont ceux qui peuvent prétendre réellement être de la descendance du roi David ? Qu’on en juge :
    Après l’élévation du Messie de Dieu, on a dit que les Italiens (anc. : les Romains) recherchaient les survivants de la lignée davidique. Nous lisons, en effet, dans Eusèbe de Césarée ceci :
   “ Et l’on rapporte, en outre, qu’après la prise de Jérusalem, Vespasien ordonna de rechercher tous les descendants de David, afin qu’il ne restât plus, parmi les Juifs, un homme de la tribu royale. Et, à cause de cet ordre, une très grande persécution fut de nouveau suspendue sur la tête des Juifs... ” (Eusèbe de Césarée : Histoires ecclésiastiques : III, XII.)
   “ Le même Domitien ordonna de supprimer les descendants de David. Une ancienne tradition rapporte que certains hérétiques dénoncèrent les descendants de Jude, qui était un frère du Sauveur selon chair, comme étant de la race de David, et comme appartenant à la parenté du Christ lui-même. C’est ce que montre Hégésippe, qui dit quelque part en ses propres termes : “ Il y avait encore, de la race du Sauveur, les petits-fils de Jude, qui lui-même était appelé son frère selon chair. On les dénonça comme étant de la race de David. L’evocatus les amena devant Domitien César, car celui-ci craignait la venue du Christ, comme Hérode (c’est-à-dire le fameux “ retour ” de Jésus, sur les nuées (Bible. Mt. 14, 30 et 34). Et il leur demanda s’ils étaient de la race de David, et ils dirent oui. Alors, il leur demanda combien de propriétés ils avaient, de quelles richesses ils étaient les maîtres. Ils dirent qu’à eux deux ils possédaient seulement neuf mille deniers, et que chacun d’eux en avait la moitié, et ils ajoutèrent qu’ils n’avaient même pas cela numéraire, mais que c’était l’évaluation d’une terre de trente-neuf plèthres, sur lesquels ils payaient les impôts et qu’ils cultivaient eux-mêmes pour vivre. Puis, ils montrèrent leurs mains, comme preuve de leur travail personnel, ils alléguèrent la rudesse de leur corps, ils présentèrent leurs durillons incrustés dans leurs propres mains par suite de leur labeur continuel. Domitien, là-dessus, ne les condamna à rien, mais les dédaigna comme des hommes simples, et il les renvoya libres ? ” (Eusèbe de Césarée : Histoires ecclésiastiques, III, XX.)
   “ Après Néron et Domitien, sous celui dont nous examinons maintenant les temps (Trajan), une persécution fut soulevée contre nous, à ce que rapporte la tradition, partiellement et en certaines villes, à la suite d’un soulèvement des populations, Siméon, fils de Cléophas..., consomma sa vie par le martyre, à ce que nous avons appris. (III) Certains de ces hérétiques assurément accusèrent Simon, fils de Cléophas, comme étant de la race de David et chrétien. (III.)... ” (0p. cit. III, XXXII.).    
   Conclusion : Après l’élévation du Messie, l’assassinat de Zacharie puis de son fils (sur eux la Paix !), la Palestine va vivre des heures sombres. Et le « roi » attendu, libérateur du peuple, n’étant pas apparut, que pouvait attendre les Fils d’Israël et les Judaïsés ayant refusé l’Evangile de Hachem ? Sinon leur exil et la fin du second Temple. Les gens de l’Evangile ne pourront en hériter car à eux de pratiquer ‘l’Associationnisme de la Distinction’, et de croire à une ‘Jérusalem d’en haut’ (Voir Apoc./Rév., tout cela selon les conseils de Paul, l’Iduméen et sur ordre des gens de la Synagogue de l’époque. Des heures sombres allaient donc attendre les gens de la Bible. Secundo : Qui, parmi les gens de la Torah, peut prétendre réellement être, de notre temps, de la descendance de David ? Après plus de vingt siècles, où sont les “documents généalogiques” ? Et si quelqu’un ose le prétendre, quelle sera, le moment venu, l’attitude de l’ensemble des gens de la Torah ? On a vu que dans l’histoire toranique, à différentes époques, des gens ont prétendu, haut et fort, être le ‘Messie’ des Ecritures !
[8] Au Sinaï, comme nous avons vu, et en présence de tout le peuple d’Israël. Aussi, nous dit-on : Sur les 15 000 religions recensées dans l'histoire humaine, seul le judaïsme base sa croyance sur une révélation nationale, c'est-à-dire une révélation où D.ieu s'adresse à la nation entière. Si D.ieu devait faire naître une nouvelle religion, il va de soi qu'Il l'annoncerait à tout le monde, et pas à une seule personne. (Op. cit.) (Voir Coran IV 123-125). A leur Seigneur de révéler : « Ce n'est pas Lui qu'on interrogera sur ce qu'il fait ; mais c'est eux qu'on interrogera ». (Coran XXI 23). 
[9] Reconnaissance de fait par Rambam. Ce qui met à mal les accusations graves portées sur les occupants de l'époque (Romains). C'est bien les gens de la Synagogue qui voulurent la mise à mort du fils de Marie (sur lui la Paix !). Et au Rambam de le reconnaître. Secundo : Gérad Israël : ...Or le reproche majeur fait à Jésus (en tout cas le chef d’accusation principal) était le trouble précisément dans le Temple. Les Rabbis ont donc préféré, pour éviter un tel rappel, se référer à une incrimination seconde et non déterminante comme la sorcellerie, les prodiges et la séduction du peuple.
   Et de poursuivre : Le plus ancien texte talmudique se rapportant explicitement à la passion de Jésus, rappelant les motifs de la condamnation et, si l’on peut dire, la procédure d’appel se lit ainsi : “On rapporte : la veille de Pâques, on pendit Jésus. Quarante jours durant un héraut le précédait en annonçant : On emmène Jésus de Nazareth pour le lapider en châtiment des faits suivants : sorcellerie, séduction et égarement d’Israël. Quiconque a connaissance de quelque chose qui soit à sa décharge doit se présenter et plaider en sa faveur ! Mais on ne lui trouva rien qui soit à sa décharge et on le pendit la veille de Pâques (Sanhédrin XLIII, a. Voir le recueil des textes du Talmud faisant allusion ou citant nommément Jésus in Jean-Pierre Osier, l’Évangile du Ghetto, Paris, Berg International, 1984).” Rappel : Les gens de la Synagogue, à l'instar des Témoins de Jéhovah, parlent de la 'pendaison' du Christ, non d'une crucifixion ! Troisièmement : Interprétation tendancieuse. Daniel ne peut parler en mal d’un Prophète qui est pur de ce dont il est accusé !
[10] Version et interprétation propre aux gens de la Synagogue, non des Prophètes. Ne pas confondre ! Si tel était le cas, l’Evangile puis le Coran n’auraient jamais été révélés.
[11] Qu’on reprenne la Prophétie de Daniel : (..) Et Moi, Je ne suis pas content d'eux, et Je ne leur pardonnerai pas leur faux pas. Ils seront ainsi dans Ma colère, jusqu'à ce que J'envoie Mon Messie, de la pure, de la vierge. Après cela, Je ferai que leur fin soit dans la malédiction et la colère, et (alors) ils resteront ainsi .
   Sur eux, l'avilissement et la pauvreté jusqu'à ce que J'envoie un prophète des Fils d'Ismaël, dont Hagar avait annoncé. Je lui avait envoyée Mon ange (Gabriel), lequel le lui a annoncée. Je descendrai Ma révélation sur ce prophète et Je l'ornerai de la piété. Et Je ferai la bonté son symbole. La voie droite son chemin. Je lui donnerai en particulier un Livre (le Coran), confirmateur de ce qu'il y a de leurs Livres (la Bible). Abrogateur de certaines choses s'y trouvant (en elle). Je le ferai voyager auprès de Moi, et le ferai monter de ciel en ciel, jusqu'à ce que soit élevée sa descendance. Je le saluerai et Me révélerai à lui. Ensuite, Je le renverrai à Mes esclaves avec la joie et le présent (la Prière). Protecteur de ce qu'il lui a été confié. Exécuteur de ce qui lui a été ordonné. Il appellera à Mon Unicité et Mes adorations. Il les informera de ce qu'il a vu de signes. Ils lui feront du mal."
   Pour que prenne fin l’exil, une condition : se convertir et suivre le sceau de la Prophétie (Coran VII 155-7). Le Saint et Seigneur d’Israël veut la conversion de chaque personne de la Torah. Et à partir de cela, Sa colère se transformera en Miséricorde ! En dehors de cela, Il n’a pris aucun engagement avec Ses Prophètes pour une fin de l’exil. Pas de Rédemption !
[12] Autre accusation grave, portée cette fois contre Isaïe, le prophète. Qu’on en juge : Par une triste ironie de l'histoire, les prophéties de persécution du livre d'Isaïe se sont accomplies notamment au XIème siècle, où les Juifs ont été torturés et massacrés par les Croisés qui agissaient au nom de Jésus.
   D'où sont venues ces traductions erronées ? Saint Grégoire, évêque de Nazianze au IVème siècle, a écrit : " Un peu de jargon est tout ce qui est nécessaire pour en imposer aux gens. Moins ils comprennent, plus ils admirent." (Op. cit.)
   La Prophétie d’Isaïe a un rapport avec la destruction du Temple, non pas avec ce qui se passera au XIème siècle entre gens de la Torah et gens de l’Evangile. Qui est un problème personnel entre les deux communautés de l’époque. Ne pas confondre !
[13] Nullement. Le plan divin est uniquement de faire diffuser la Vérité aux nations, non les idéaux de la Torah. Laquelle est dépassée par la venue du sceau des Ecritures : le Coran. Les lois anciennes étant des lois drastiques.
[14]  S’écrit ainsi chez les gens de la Torah : D.ieu. On croit, en effet, qu’Il ne peut être prononcé.
[15] Autre : 10 Nous croyons au rassemblement littéral d'Israël et au rétablissement des dix tribus. Nous croyons que Sion (la nouvelle Jérusalem) sera bâtie sur le continent américain, que le Christ régnera en personne sur la terre, que la terre sera renouvelée et recevra sa gloire paradisiaque. (JOSEPH SMITH. ARTICLES DE FOI DE L'ÉGLISE DE JÉSUS-CHRIST DES SAINTS DES DERNIERS JOURS. History of the Church, vol. 4, pp. 535-541). Chez l'Oncle Sam, note l'observateur, il y a une multitude de sectes des gens de l'Evangile, autant, disent les commérages, qu'un pasteur pourrait en bénir ! Et de notre temps, partie du monde de l'Evangile a pris fait et cause pour les gens de la Torah. Lune de miel ?
[16] De là est né le Messianisme.
Croyance en la venue d'un libérateur ou d'un sauveur qui mettra fin à l'ordre présent, considéré comme mauvais, et instaurera un ordre nouveau dans la justice et le bonheur. (Copyright (©) Larousse 2007) D’où ensuite : Attente et espérance du Messie, dans la Bible.
   Les gens de l’Islam traditionnel n’attendent pas d’autres 'Messie', que 1) le Faux-Messie, de même : 2) le Messie fils de Marie et le Commandeur des Croyants de leur époque, le Mahdi.
[17]  On nous dit parmi les gens de la Torah : 5) Plusieurs de ces passages prophétiques parlent d'un descendant du Roi David qui régnera l'Israel pendant l'âge de la perfection. Isaïe 11:1 - 9 ; Jérémie 23:5 - 6, 30:7 - 10, 33:14 - 16 ; Ezekiel 34:11 - 31, 37:21 - 28 ; Osée 3:4 - 5. La réclamation que Jésus accomplira la prophétie messainique quand il retourne ne lui donne pas n'importe quelle crédibilité pour son « premier » venue La bible ne parle jamais au sujet du Messie retournant après un premier apparition. La théorie « du second retour » est une tentative désespérée d'expliquer l'échec de Jésus parti. Les passages bibliques que des chrétiens sont forcé de considérer comme second retour(# 5 ci-dessus) ne parlent pas de quelqu'un qui retourne, ils ont une « premier retour » perspective.
   Autre : Quand le Saint, béni soit-Il, créa la terre, l’ange de la mort n’existait pas, ce qui est également le cas avec Perez puisque le Messie viendra de sa postérité et alors l’ange de la mort disparaîtra du monde ; c’est pourquoi, il a deux vav (Ex.R. 30.3).
   Nous dirons : Sa mission est double. Premier mission, nous la connaissons tous. Deuxième mission, parmi les choses qu’il fera : il confondra les gens de la Bible. Les gens de la Tora en premier. Secundo : Quand la terre fut créée, les Anges existaient dont l'ange de la Mort. Et même avec la présence du 'Messie', il sera pour venir cueillir son âme !
[18] Généralement, on parle d’Antéchrist. En vérité, anti = contre, il sera donc contre le Messie fils de Marie. Plus approprié. Selon le monde biblique :
Adversaire du Messie qui, selon certaines apocalypses juives et surtout chrétiennes, doit venir quelque temps avant la fin du monde pour s'opposer à l'établissement du Royaume de Dieu. (Copyright (©) Larousse 2007).
[19]  On nous dit : Comme le dit le Talmud, une des premières questions que l'on pose à un Juif le jour du jugement est : "As-tu souhaité la venue du Messie ? ". (Op. cit.) Nous dirons oui : Mais lequel ?
[20]  Il est décrit dans la Bible. II Thess. 2.
[21]
Dans le judaïsme, envoyé de Dieu qui rétablira Israël dans ses droits et inaugurera l'ère de la justice. (Copyright (©) Larousse 2007). Sens large : Jacob ben Isaac d’écrire : Pharaon donna cet ordre à son peuple (Ex. 1 :22). Rachi et la Guemara (Sot. 12a-b, Sanh. 101b) écrivent : Les astrologues dirent à Pharaon quel jour le Messie d’Israël allait naître : toutefois, ils ne purent prédirent s’il serait un Juif ou un Egyptien. Ce Messie périrait à cause de l’eau. Pharaon fit donc jeter dans le fleuve tous les enfants, y compris les Egyptiens ; cependant les astrologues ignoraient que l’eau signifiait que Moïse serait châtié, mais pas tué. Il frappa un rocher dans le désert, afin que le peuple d’Israël ait de l’eau à boire. Le Saint, béni soit-Il, le punit en lui interdisant de pénétrer en terre d’Israël. (Op. cit.) En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
  
Ce ‘Messie’ annoncé ne sera pas oint d’une huile sainte. Pourtant, on emploiera ce mot pour le prophète Mochè (sur lui la Paix !) ! Même son de cloche pour le Messie fils de Marie des gens de l’Evangile ; on nous parlera aussi de ‘massacre des innocents’, les deux récits se ressemblent. L’un sera présenté comme le ‘Lébérateur’ des enfants d’Israël, en Egypte. L’autre ‘Libérateur’ de l’humanité pécheresse. Secundo : On devra parler d’un Fils d’Israël pour les astrologues, non d’un Juif. Ce mot apparaîtra dans le vocabulaire biblique qu’après la Révélation de la Thora et l’adoration du ‘Veau’. Ne pas confondre ! Main d’un scribe falsificateur. Troisièmement : Celui qui sera châtié sera Pharaon, non le prophète Mochè (sur lui la Paix !). Et s’il frappa un ‘rocher’, c’est uniquement à la demande de son peuple (Coran VII 160). Ne pas confondre là encore ! Ce genre de récit fait partie des récits légendaires rabbiniques. Il ne peut être une référence pour nous, il s’agit d’un récit tronqué.
[22] Avec ce qui se passe au quotidien en Terre sainte, c’est pas demain la veille, disent les Savants ! Le monde toranique est peu emprunt à aimer autrui. En Terre sainte, en premier, en Terre étrangère, en second. Et le monde de l’Islam traditionnel ne croit pas un seul instant aux paroles mielleuses du monde toranique.
[23] Dire que le monde toranique suit les ‘mitsvoth’ est un grand mot. Cela reste pour le monde des marginaux, note les Savants. Pour les suivre réellement, n’est-ce pas en Terre sainte ? Mais pour cela ne faut-il pas faire son ‘aliya’, c’est-à-dire monter en Israël ? Pour l’homme riche comme pour le plus démuni ?
   Il t’inviterait et tu mangerais de son sacrifice (Ex. 34 :15). La Guemara dit (A.Z.36b) ; Rabbi Siméon ben Eliézer explique : Les Juifs qui vivent en diaspora hors de la terre d’Israël adorent les idoles ; en effet, si un païen célèbre un mariage et que des Juifs participent au festin, c’est exactement comme s’ils avaient adoré les idoles. Même s’ils boivent et mangent de la nourriture cacher, il faut bien mettre en garde les Juifs de ne pas aller s’amuser aux festins des idolâtres.
   Question : Mais qui sont ici les idolâtres ?
[24] Etonnant de parler ainsi pour un peuple qui nie les ‘signes’ divins ! ?
[25] Jacob ben Isaac d’écrire : Dans la suite des jours (Gen. 49 :1). Jacob appela ses enfant pour leur dévoiler quand le Messie viendrait, mais, on le sait, à ce moment précis, le don de prophétie l’abandonna. Il leur annonça aussitôt d’autres nouvelles : la rédemption ressemblerait à la libération d’Egypte ; toutefois, elle apparaîtra bien meilleure encore puisque la sagesse et la raison seront très supérieures (Gen. 98. 1-3). De même : (Gen. 49.9) : Les deux Temples furent construits par les enfants de Juda, le premier par le roi Salomon, le second par Zaroubabel. Le troisième sera érigé par le Messie qui lui aussi descend de Juda. (Op. cit.).
   Nous dirons : Un prophète peut oublier une chose. Et non perdre le don de prophétie. Secundo : Pour voir apparaître le troisième Temple, le monde de la Synagogue devra, et selon ce sens, attendre la venue du Messie. En attendant, point autorisation leur est donnée ! Point capital !
   De même : Ce qui peut retarder le Messie : (Ex. 20 :7) (…) Par contre, on peut prononcer mille faux serments par jour sans craindre personne. Pas étonnant, dans ce cas, que nous attendions toujours le Messie, puisque le seul péché de faux serment suffit à compromettre sa venue. (Op. cit.). Pour nous, et selon nos Savants, c’est l’inverse. C’est provoquer l’arriver du (Faux-)Messie.
[26]  (Traduit de l'anglais par Jacques KOHN) Pour une étude plus approfondie, lire : "Le vrai Messie", par le rabbin Aryeh Kaplan (traduction française de Jacques KOHN - Editions EMOUNA).
[27] Et tout spécialement pour les Fils d’Israël. N’avaient-ils pas commis un péché mortel ? Adorer un ‘Veau d’Or’ ? Voir pour cela : Coran VII 155-7. De même : Dis : « O hommes ! Vers vous tous je suis le Messager du Dieu à Qui appartient la royauté des cieux et de la terre. Pas de dieu que Lui. Il donne la vie et II donne la mort. Croyez donc en Dieu. Et en Son messager, le prophète illettré (gentil) qui croit en Dieu et en Ses paroles. Et suivez-le ! Peut-être saurez-vous vous guider ? » (Coran VII 158).
  
Paul usurpera ce titre, et prétendra, à tort, être l’apôtre des gentils ! Pour donner à son mouvement une image universelle, et détourner : 1) son peuple de ses devoirs, 2) égarer un peu plus les gens de l'Evangile. 
[28] Voir Bible. Rom. 11 8.
[29] Ils la refuseront, sauf un petit nombre. Jacob ben Isaac d’écrire : "Depuis l’année où il s’est vendu à lui jusqu’à l’année du Jubilé (Lév. 25 :50). Depuis le commencement de l’exil parmi les nations jusqu’au Jubilé, c’est-à-dire la rédemption de l’exil. Elle est appelée ainsi car toutes les nations apporteront des cadeaux au Messie (Yom. 86b). Cela prouve également que les nations accompagneront le peuple d’Israël jusqu’à Jérusalem dans de magnifiques chariots décorés. Ce sera comme si elles apportaient un présent, puisqu’elles conduiront le peuple juif jusqu’à la ville sainte à la rencontre du Messie."
   Très belle image féerique, mais tout cela risque d’être un beau rêve non une réalité, note l’observateur lucide. Et notre époque, ne correspond en rien avec ce qui vient d’être dit. Ce serait plutôt son contraire. Peut-on voir demain ‘les nations conduire les gens de la Thora jusqu’à la ville sainte à la rencontre du Messie’ sur... ? Faut pas rêver !
   Que s’il ne se rachète pas ces moyens, il sortira en liberté l’année du Jubilé (Lév. 25 :54). La rédemption adviendra, même sans repentir. Le peuple d’Israël n’aura pas à attendre quand le moment de la rédemption sera venu, comme le dit le verset : « Moi, YHVH, Je hâterai la chose en son temps (Is. 60 :22). » Si les Juifs se repentent, Je précipiterai la venue du Messie : sinon, le Messie n’apparaîtra qu’au moment prévu par le Saint, béni soit-Il. (Op. cit.). En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent ! Mais ici une condition est posée pour les gens de la Torah : la repentance ! Alors quand sera-t-elle ? Le fils de Zacharie invita son peuple à cette dernière. Fut-il écouté ou fut-il décapité ?
[30] Il leur était demander : d’écouter + d’obéir. Soit deux choses. Ils prendront la première et laisseront la deuxième (Coran II 93). Ecoute et obéit Israël !
[31] D’ailleurs, il existe des avis différents entre les gens de la Synagogue. L’unanimité n’est pas de mise.
[32] A notre époque, et malgré l’apparence, note l’observateur ; bon nombre de gens de la Thora préfère la vie en leurs terres d’adoption, plutôt que venir re.joindre leurs frères en Terre sainte ! ? Secundo : Bon nombre de gens du judaïsme ne peut r.entrer, car ils ne font pas partie des gens de l’orthodoxie. Ils ne répondent pas aux critères fixés par ces derniers. Sarait-ce une unité de façade, demandent les Savants ?
[33] ou Lodd.
[34]
Au figuré. Par définition : Celui dont on attend le salut ; personnage providentiel.
[35] Autre avis : Selon Arnabel, le Messie de la fin des temps : Le Messie sera un homme, doué d'un pouvoir surnaturel ; c'est-à-dire que les transformations qu'il opérera se feront sans violence. (…) Arnabel préfère voir dans le Messie un prince de paix, un juge dont la fonction essentielle est d'élever le niveau spirituel de l'humanité.
   Il sera aidé dans cette tâche par les changements décisifs intervenus dans les conditions d'existence : suppression des luttes armées, retour de la nature à son état primitif et élimination des maux d'une civilisation artificielle. Israël pourra désormais accomplir son rôle de nation-prêtre, tandis que le monde vivra dans la perfection en vue de laquelle il a été créé (Commentaire Gn. 1, 2). (Voir "messianisme et histoire juive". Benjamin Gross. Edit. Berg international).
   Jacob ben Isaac de le rejoindre : Vous n'entrez pas dans le pays (Nom. 14:30). Le Behaye écrit : On indiqua à Moïse et Aaron qu'ils n'iraient pas en terre d'Israël et qu'ils mourraient dans le désert pour la gloire du peuple juif. Ainsi, quand le Messie viendra, Moïse et Aaron se lèveront pour conduire ceux qui sont morts dans le désert. (Op. cit.)
   Autre : (Ex. 28:6). Au temps du roi David, Juda gagna toutes les guerres. A la venue du Messie, Juda, fils de David, sortira victorieux de tous les combats.
   Autre : (Lév. 8:4). Quand le Messie viendra, tous les morts ressusciteront, depuis Adam jusqu'à la dernière personne décédée. Ils se réuniront tous à Jérusalem. Si le Saint, béni soit-Il, n'agrandit pas la ville sainte, il ne sera pas possible d'y accueillir tout le monde. (!!!)
   On croit aux paroles des rabbis, et ont refusent catégoriquement de croire aux paroles et miracles du fils de Marie (sur lui la Paix !), des Prophètes (sur eux la Paix !) ? !
[36] A tout époque des gens ont prétendu cela, et cela sera jusqu’à l’arrivée du Faux-Messie.
[37] On a dit : "Il sera monté sur un âne stérile, semblable à un mulet ; la distance qui sépare ses oreilles sera de cinquante coudées."
   Répartition des gens. Selon le fils de Mas'oud : "A l'apparition du Faux-Messie les gens se répartiront en trois groupes : un groupe qui le suivra, un groupe qui se réfugiera sur une terre où pousse l'absinthe et un troisième qui s'établira sur le littoral irakien et qui se battra avec le Faux-Messie. Les croyants finiront pas se regrouper dans la campagne de Châm et enverront une de leurs patrouilles dans laquelle se trouvera un cavalier au cheval roux ou bien blanc et noir; ils combattront [le Faux-messie] et pas un ne reviendra vivant." (Transmis par Thaouri).
   Jacob ben Isaac d’écrire (Ex. 4 :18) : Moïse emmena sa femme et ses enfants. Il les fît monter sur un âne, le même que celui sur lequel Abraham partit offrir Isaac en sacrifice. A sa venue, le Messie apparaîtra également sur cet âne (Ex.R. 5.4, PRE 40 et 31, Tanh.Zav. 13). (Op. cit.).
   Il serait bon de savoir où il se cache, car il aura vécu de nombreuses années ce petit âne ! Serait-il immortel ? En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !
[38] Mais le Faux-Messie se prétendra comme tel
.
[39] On sait ce que cela a failli coûter au fils de Marie (sur lui la Paix !), la Mort ! Dans un premier temps, les gens de la Torah ne voulurent pas accepter la Torah, sauf lorsqu’ils virent la Montagne du Sinaï au-dessus de leurs têtes. Dans un deuxième temps, ils refusent catégoriquement maintenant de s’en séparer !? Et pour prouver leur bonne foi, prennent le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, et Ses Prophètes dont Mochè (sur eux la Paix !) à témoins ! Ils sont donc pour le statu quo. Pour rester dans un état de léthargie total. Paul, leur frère, a accepté une modifications des lois (Bible. Heb. 8 13), mais a déraillé lorsqu’il prétendit que sa communauté n’avait pas besoin de lois divines, et que le Messie ‘a aboli les lois toraniques par sa [prétendue mort] sur la croix' ! ?
[40] Ce qui est correct
. Tel n’était pas le cas, par contre, de gens vivants au temps du Messie fils de Marie (sur lui la Paix !).
[41] Groupe de gens invitant les Juifs à se convertir au christianisme
.
[42] Voir les définitions de Maïmonide
.
[43] Ne pas oublier la cause de la destruction du premier Temple : non observation de la Torah, etc. Ajouter à cela : Djabîr rapporte ces paroles de l’Envoyé de Dieu (que Dieu prie sur lui et le salue !) : « Craigniez l’injustice, car l’injustice se transformera en ténèbres au jour du Jugement. Craigniez aussi l’avarice car c’est elle qui a causé la perte de ceux qui vous ont précédés. Elles les a poussés à répandre le sang et à légaliser ce qui leur avait été interdit. » (Transmis par Mouslim).Selon nos pieux Savants : Tel est le cas des Fils d’Israël. A cause de leur avarice, ils ont perdu la Terre sainte. Secundo : elle est signe de jalousie (V. Coran II 90, etc.). Et à cause de cela, ils jalousent notre communauté qui chaque jour ne fait que s’agrandir. Ces deux choses sont la cause principale de leur perte dans ce monde et dans l’Autre.
[44] Au Seigneur de nous rappeler : « Ne faites pas votre propre éloge. Il connaît bien ceux qui sont pieux. » (Coran LIII 32).
[45] Mauvaise traduction. Au pied du Sinaï nullement. Le Sinaï fut pris au-dessus des gens présents
[46] Les 70, sans doute. Le peuple, nullement.
[47] A été corrompu, falsifié. Il n’est plus ce qu’il était. Et n’a pu arrivé jusqu’à notre époque intégralement.
[48] Dépend uniquement du Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha. En dehors de Lui, point de survie !
[49] Comprendre gens du judaïsme, sans doute. Comprendre que la Religion des Patriarches, Matriarches et des Douze Tribus étaient le judaïsme, nullement (Coran II 140).
Le midrache nous rapporte, qu'entre autres, Yaacov demanda à ses enfants réunis autour de son lit de mort: "Peut-être l'un ou l'autre d'entre vous a-t-il senti germer un doute en son cœur et n'a-t-il plus en lui cette foi totale en Dieu que j'ai essayé de vous inculquer?" Alors, d'une voix unanime, ses treize enfants s'écrièrent: "Chéma, Israël ... Ecoute Israël notre père: Achem est notre D… et le Dieu unique que tu nous as appris à adorer!" Et le patriarche, rasséréné, ne put que louer Achem devant cette réussite de sa vie, avant de s'endormir .
[50] En parlant des descendants de Jacob, on parlera toujours des Tribus qui formeront le peuple d’Israël ou le peuple hébreu, non de nation (au sens comprit à notre époque, et la classe politique). Son histoire commencera avec Jacob et ses Douze enfants, vivants au Châm, en Palestine. Leur Seigneur décréta que, tous devront émigrés en Egypte pour un temps. Puis, le temps venu, ils devront tous quitter l’Egypte pour se rendre dans le Sinaï pour y recevoir la Torah. Cette marche d’un peuple qui va à la rencontre de son Seigneur sera pénible. Les Fils d’Israël accumuleront erreurs sur erreurs, faux-pas sur faux-pas, péchés sur péchés. Invités à prendre les armes, faire la guerre sainte, pour conquérir leur nouveau territoire,pour défendre leur culte ; ils refuseront catégoriquement de le faire. Pour avoir refusés et désobéis, ils devront rester au Sinaï pendant une longue durée…
[51] S’il s’agit de l’époque égyptienne, cela est faux. Dans un premier temps, ils vécurent heureux au temps de Joseph (sur lui la Paix !). Mort, ils désespèreront : « Et très certainement Joseph vous est venu avec les preuves, mais vous n’avez cessé d’être en doute sur ce qu’il avait apporté. Puis lorsqu’il est mort, vous dites : « Jamais Dieu ne suscitera de messager après lui ! » - Ainsi Dieu égare-t-Il celui qui est outrancier, est dans l’incertitude : ceux qui disputent sur les signes de Dieu sans qu’autorité leur soit venue. » (Coran XL 34).
   Aussi, à cause de leur mécréance, ils seront réduits à l’état d’esclaves. Secundo : Deuxième étape. La situation des Hébreux est critique. Première entrevue avec Pharaon. Le texte biblique diffère du texte coranique. Pharaon n’écoute pas les émissaires Mochè et Aharon (sur eux la Paix !). Le roi d’Egypte (et non Pharaon !) leur dit : « Pourquoi, Moïse et Aaron, voulez-vous débaucher le peuple de ses travaux ? Retournez à vos corvées. (Bible. 5 4). Le scribe semble vouloir nous faire apparaître l’état lamentable des Hébreux seulement. Texte coranique : Rencontre avec Pharaon. Invitation à la foi. Permission de laisser partir les Fils d’Israël et de ne plus les châtier. Pharaon demande à mieux connaître leur Seigneur, il demande la preuve de leur mission prophétique… On remarque ici qu'aucune mention est faite pour aller au travail. Les évènements d’un texte à l’autre, dans leur déroulement, ont peu de chose en commun. La conversion des magiciens est passé sous silence et bien d’autres faits. La main du scribe ‘falsificateur’ de son histoire est passée par là. 
[52] Nullement. Il fallut pour cela que la Montagne du Sinaï soit dressée au-dessus de leurs têtes. Et à eux de dire : « Nous avons entendu et nous avons désobéi ». (Coran II 93) Ne pas confondre !
[53] Nullement. Par la suite, ils devinrent infidèles aux Alliances, aux Engagements pris (Coran IV 154-7). Et surtout celui concernant la venue du sceau de la Prophétie.
[54] Toutefois, tout cela ne saurait comprendre les rabbis, rav et sages. Lesquels ont tous pouvoirs pour faire de la Loi ce qui leur plaît. Les Prophètes non, eux oui !
[55] Disons, on lui fait dire ainsi !
[56] Certes, mais sans oublier ce qui suit : "O assemblée des Fils d'Israël ! craignez Dieu en ce qu'Il vous a ordonné et en ce qu'Il vous a interdit dans le Livre qu'Il révéla à Moché, respectez l'engagement que vous prîtes avec lui et "obéissez-moi" (soit suivez-moi) lorsque je vous appelle à reconnaître la vérité, et ce pour quoi j'ai été missionné auprès de vous ! (Comparer : Bible. Mt. 5:17). 
   Et surtout il demande à son peuple : respectez l'engagement que vous prîtes avec lui et "obéissez-moi" (soit suivez-moi) lorsque je vous appelle à reconnaître la vérité, et ce pour quoi j'ai été missionné auprès de vous. Cette deuxième partie ‘manque’ dans le langage des gens de la Synagogue. Aussi, refuseront-ils de lui oébéir, le suivre. La suite, nous la connaissons tous.
[57] Il récusera rien. C’est la main du falsificateur (paulien) qui lui fera dire telle ou telle chose. Ne pas confondre !
   Selon Wahab fils de Mounabbah :
   "En vérité, Ichoua (sur lui la Paix !) suivait la Loi de Moché (sur lui la Paix !) ; il respectait le samedi, s'orientait pour prier vers Jérusalem et disait aux Juifs :
   "Certes, je ne vous invite pas à changer d'un iota ce qui se trouve dans la Thora, mais (je suis venu à vous) pour que (par là), je vous rende licite partie de ce qui vous était interdit et ôte de vous vos fardeaux". (Comparer : Bible. Mt. 11: 11 ; 28-30).
   "O assemblée des Fils d'Israël ! craignez Dieu en ce qu'Il vous a ordonné et en ce qu'Il vous a interdit dans le Livre qu'Il révéla à Moché, respectez l'engagement que vous prîtes avec lui et "obéissez-moi" (soit suivez-moi) lorsque je vous appelle à reconnaître la vérité, et ce pour quoi j'ai été missionné auprès de vous ! (Comparer : Bible. Mt. 5:17). 
[58] Avec celui qui doit venir, on pourra constater que non. Jacob ben Isaac d’écrire : (…) La deuxième guerre sera menée contre Esaü au temps du Messie. Au cours de la première guerre, Moïse et Josué aidèrent Israël et pour la dernière bataille, le prophète Elie et le Messie, fils de Joseph, viendront en aide au peuple d’Israël. Le prophète Elie est un descendant de la tribu de Lévi comme Moïse. Le Messie, fils de Joseph, qui lancera l’ultime guerre contre Esaü appartient, comme Josué, à la tribu d’Ephraïm. Lors de la première bataille, un grand nombre de païens se convertirent, et il en sera de même au temps du Messie. Cette lection se trouve située près de celle du don de la Torah car, lorsque le Messie viendra, il donnera une grande intelligence au peuple d’Israël. Ensuite, ce sera le jour du jugement ; la lection Michpatim suit donc celle de Jethro (Mekh. Jethro 1). Cela prouve qu’à la venue du Messie, des jugements et des lois seront proposés aux gens. (Le commentaire sur la Torah).
[59] Ceci selon une interprétation des gens de la Synagogue pour ne pas perdre leurs prérogatives, estiment les Savants.
[60] Il ne prend rien à contre-pied (Coran III 50 ; comparer : Bible. Mt 5 17). Ce sont des gens comme Paul, l’Iduméen et ses suivants qui prendront le contre-pied de la Torah et affirmeront que ses commandements ne sont plus applicables. Et ceci, sur ordre des gens de la Synagogue de l’époque. Pour éviter ainsi que les gens de l’Evangile héritent, eux aussi, du Paradis.
[61] Entendre : il sourit simplement. Rire à pleine gorge est affaire des ignorants.
[62] Et non au peuple arabe seulement.
[63] La louange. "Mouchaffaha". En hébreu la "louange" se dit : Chaffahâ. Louange à Dieu soit Chaffâ-lâ-hâ. Soit en langue hébraïque : Mohammad. Arabe : la louange (alhamd), racine hmd. Hammad (qui ne cesse de louer Dieu), Hamid (qui loue).
[64] Entendre : le Coran.
[65] Entendre : Engagement.
[66] Coran XXI 107.
[67] Coran III 110. Propagera la connaissance universelle du Seigneur des mondes, du Saint et Seigneur d'Israël, Allaha. Propagera la bonne parole : Point de divinité que Dieu, Mohammad est Son Messager ! qui unira l'humanité comme ne formant qu'un peuple. Comme il est écrit : " D.ieu sera Roi sur tout le monde, en ce jour, D.ieu sera Un et Son Nom sera Un " (Zacharie 14, 9). Qui autre que la Communauté mohammadienne a pu, peut rassembler les gens, les Fils d’Adam, en une seule Communauté ? Qui autre que la Communauté mohammadienne a pu, peut faire entrer le monde dans une ère de paix universelle, et mettra fin à toute haine, oppression, souffrance et maladie, ainsi qu'il est écrit : " Une nation ne s'élèvera pas en brandissant l'épée contre une nation, ni un homme n'apprendra plus l'art de la guerre " (Isaïe 2, 4). Les gens de la Bible ont-ils pu réaliser ces prophéties ? Qui autre que cette Communauté a pu, peut restaurer le Temple de Salomon, la Mosquée Très lointaine avec l’agrément divin (Ezéchiel 37, 26-28) ? Que fit le Vicaire, le Commandeur ‘Omar fils de Khattab (que Dieu l’agrée !) en venant à Jérusalem ? Qui restaura la Deuxième Maison de Dieu (Hachem) en Terre sainte ? Au Châm, à Jérusalem ? Dieu (exalté soit-Il !) n’avait-Il pas révélé à Yacob (Jacob), le prophète (sur lui la Paix !) :
   "Certes, Je vais envoyer de ta descendance des rois et des prophètes, jusqu'à ce que J'envoie le Prophète du Lieu sacré. Sa communauté construira le Temple de Jérusalem. Il est le sceau des prophètes et son nom sera Ahmad".
   Peut-on changer l’Ordre divin ? Le Décret divin ? C’est exactement de cette façon que la Communauté mosaïque a perdu sa vigueur, sa raison d’être. Il fut un temps où les gens de la Torah pensaient que les gens de la Synagogue professait une vérité absolue, non soumise à changement. Mais maintenant que le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, a permis des changements notoires, Il ne reste que peu de gens à prendre encore le monde de la Synagogue au sérieux.
[68] Par extension, les chrétiens, les gens se réclamant de l’Evangile.


Écoute, Israël, L’ Éternel, notre Dieu, est un seul Éternel. (Bible. Deutéronome 6:4)

שמע ישראל יהוה אלהינו יהוה אחד

لا اله الا انت سبحانك اني كنت من الظالمين


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

 


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
20/07/08 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire