786

RAS/1

Pamphlet du /1/02

  • Le Ramadan ...
  • Le ravage de l'alcool !....
  • Ne pas prêter notre flanc à la critique de nos adversaires : intérieur et extérieur...
  • Entraide, dons, etc.
  • Changement de nom pour personnes handicapées ?...
  • L'avenir !...
  • L'Infos !...

Le cri du vampire.


Le Ramadan

Le jeûne de Ramadan vient de s'achever. Cette année, par la grâce divine, on note une fois de plus, que le nombre de jeûneurs ne cesse d'augmenter. Dans les années 70, on avait honte de faire le jeûne de Ramadan, de parler de jeûne. Prétexte invoqué : Ici c'est la France, je suis en France, non au bled (comprenez : au pays, en terre d'Islam) ! Avec un ton qui frôlait l'énervement !

Le travailleur venu d'Afrique, notamment d'Afrique du Nord, semblait avoir un seul et unique but dans sa vie : venir en terre d'Europe pour y devenir riche, pour fuir la pauvreté de son pays ! A cette époque l'humanisme, à travers la doctrine du social-communisme, était roi. On avait sa carte syndicale comme sa carte du parti. Bon nombre de gens reconnaissaient bien l'existence de leur Seigneur, mais se refusaient absolument le droit de L'adorer et de Le servir ! Au bled, disaient certains, nous étions piliers de Mosquée. Et à Paris ? Silence... Puis, nous sommes devenus ce que nous sommes, à savoir : piliers de bistrot !

Le froid à cette époque était rigoureux. Le travail était toujours à l'extérieur. Sur des chantiers, faire les poubelles, etc. Les plus chanceux se retrouvaient en usine, à faire la chaîne. Les gens de la Bible (croyants & et incroyants) voyant leur état de souffrance les invitaient à boire un vin chaud ! Au début pas question, ma religion me l'interdit, disait-on ! Puis, petit à petit on finit par se laisser convaincre. Le résultat ne tardât pas à se faire sentir. Un véritable désastre s'abattit sur ces gens. Tout l'argent de la semaine, du mois passait au café ! Des bagarres terminaient la nuit. Au pays, la famille s'inquiétait. Les mariés n'envoyaient plus rien. Pourquoi ? Question souvent sans réponse. Ajouter à cela, la prostitution, la délinquance qui firent peu à peu son apparition. Barbès, Pigalle, Belleville n'en deviendront-ils pas les hauts lieux ? 


[Haut de page]


Le ravage de l'alcool !

 Selon le dicton populaire en vogue auprès des amoureux de la bonne bouteille : Boire un petit coup c'est agréable ! Mais il ne faut pas rouler dessous votre table... A ce sujet, écoutons l'avis qui suit : Aujourd’hui encore, l’alcoolisme ravage la communauté indienne. (…) le professeur Lorraine Lorch, pédiatre et médecin généraliste pendant 12 ans chez les Navahos et les Hopis, a eu ces mots : “L’alcoolisme est un véritable fléau, tant chez les hommes que chez les femmes. Des corps vigoureux sont anéantis par la cirrhose, la mort accidentelle, le suicide et le meurtre. Qu’il est triste de voir l’alcool passer avant les enfants, le conjoint, et même avant Dieu ! Les rires se transforment en larmes, la douceur en violence.” Elle ajoute : “Même certaines cérémonies, autrefois tenues pour sacrées par les Navahos et les Hopis, sont parfois profanées en raison de l’ébriété et de la lubricité. L’alcool vole à ces gens d’une grande beauté leur santé, leur intelligence, leur créativité et leur vraie personnalité.”

   Philmer Bluehouse est conciliateur au ministère navaho de la Justice, à Window Rock (Arizona). Par un bel euphémisme, il qualifie d’“ automédication ” les excès de boisson et l’usage des stupéfiants. On recourt à l’alcool et à la drogue pour noyer son chagrin et tenter d’échapper aux dures réalités du chômage et d’une vie qui n’a bien souvent aucun but.

L'alcool a volé à ces gens d'origines arabes, berbères, etc., leur foi, leur santé, leur intelligence, leur créativité et surtout leur vraie personnalité. Qu’il est triste, comme a dit cette personne, de voir l’alcool passer avant les enfants, le conjoint, et même avant Dieu ! Très vite, les rires se transformèrent en larmes, la douceur en violence. Les foyers, les maisons d'accueil, les bars, etc., devenant des antres infernales de bagarres et de perversité en tout genre, des lieux diaboliques et invivables...

On a eu recourt à l'alcool (et plus tard leurs enfants à la drogue) pour noyer son chagrin et tenter d'échapper aux dures réalités de la vie. Et à notre époque, aux dures réalités du chômage et d'une vie qui n'a bien souvent aucun but. Sinon d'être comme celle des animaux : boire, manger, copuler et dormir ! En 70, on fuyait, nous disait-on son pays, pour raison politique, de misère, etc. Trente ans plus tard, for est de constater que cette misère est tombée sur les propres descendants : les enfants. Elle est là, elle vous colle à la peau. Elle a tissée sa toile. On voudrait bien s'en débarrasser, mais... Et où est donc ce paradis terrestre promis par ceux qui désespèrent des gens des tombeaux et ne croient au rendez-vous avec leur Seigneur ?

 
[Haut de page]


SiteAdd  

Ne pas prêter notre flanc à la critique de nos adversaires : intérieur et extérieur.

Nos adversaires sont de plus en plus critiques envers nous. En Europe, on regarde beaucoup le côté comportement des gens. Une moindre erreur et vous êtes grillé ! Et comme l'Islam vient du monde arabe, l'Arabe est devenu un personnage qui n'a pas droit à l'erreur. Erreur fait-il, et tout le monde est arrosé ! Certains vivants en Europe, ne comprennent pas cela. Pourquoi toujours nous et pas les autres, s'exclame-t-on ! 

Dans un article de presse : ISLAM ET "BRANCHITUDE" "Le ramadan devient tendance", nous pouvons lire : 

Les bobo-ethno-chics en pincent pour le ramadan

...On ne s'étonnera donc pas de découvrir que, chez nous, le ramadan a le vent en poupe. Libération, quotidien de la branchitude parisienne, y consacre sa page Société du lundi (19/11). Sous un titre à demi-emprunté à Dutronc - "5 heures du mat, c'est ramadan" - on lit que "cette année, la première nuit du ramadan tombait au deuxième jour du beaujolais nouveau". C'est donc tout bénef pour les bistrots. "A Paris, écrit Libé, le ramadan est devenu un alibi de la vie culturelle et branchée, qu'il rythme des soirées orientales". C'est si vrai que le très catholique (!) Télérama de cette semaine s'est offert une affichage en kiosque sur ce titre : "Le ramadan, une fête pour tous". C'est en effet le thème central de son supplément Sortir qui explique combien le ramadan peut être "une occasion de se distraire en découvrant les cultures arabo-musulmanes". (Imaginez-vous un instant, pour rire, Tribune juive ou Le Matin d'Alger vous invitant à vous éclater pendant le carême pour découvrir les cultures judéo-chrétiennes ?) Télérama poursuit : "Tout le monde, ou presque s'y précipite : les clubbers qui se mettent à fréquenter les soirées raï electro, les branchés toujours à l'affût de la dernière mode, le public plus intellectuel qui fait de la curiosité un art de vivre". Bref, qu'on se le dise, "le ramadan devient tendance". Dans ces soirées "ramadanesques", "il y a environ 30% de public communautaire, 30% de cultureux et 30% de branchés", d'où cette question de Télérama : "Quel fut le déclic qui ouvrit ainsi l'esprit (sic) des Occidentaux ?"

Ramadan, Lambada, même combat

Au commencement était le raï, puis la lambada, puis "aussi un petit côté branché" car "la mode et l'Orient ont en commun la recherche du raffinement, de la fête et du plaisir". D'ailleurs, on découvre dans ces fêtes "une autre image de la femme arabe que celle que nous renvoient les sempiternels clichés. La danse exhale (sic) de façon remarquable sa féminité, comme dans le flamenco", dit le patron du Divan du monde. Donc, entre "soirées New Bled Vibrations", "électro-nouba qu'on nous promet inoubliable" et "oriental-dub, chaâbi-jungle et raï funky", vous n'avez aucune raison de rester chez vous. Et puisque tout cela c'est la même semoule, les "créateurs" nous ont même fabriqué "des djellabas pour rappeurs" et "une collection de babouches urbaines". Preuve, s'il vous en fallait encore une, qu'on ne fait pas plus branché que le ramadan : "le milieu gay parisien s'est saisi lui aussi de cette "mode orientale", nous dit Télérama. Alors...

   Alors on ne saurait ignorer le côté mercantile de la chose, et comme le confie un patron de bar algérien au journaliste de Libération : "C'est la qu'on remplit le tiroir-caisse. C'est devenu très bon. Même la banlieue vient." Et Libé d'expliquer : "Il ne dit pas comment lui rapporte une nuit de loto : à 10 F le carton, avec 50 convives, une vingtaine de tours et 10% sur les gains (entre 1500 et 3000F par tour), pas de déclaration au fisc et aucune charge sociale... "Ça fait un paquet de fric" ". Sans blague ? D'ailleurs, précise Libération, la manne qui tombe dans l'escarcelle des Algériens fait des envieux, notamment chez les Tunisiens et les Marocains (sans parler des Français de souche et autres Bougnats, bien sûr). Les Algériens sont en effet "les seuls étrangers non-européens à bénéficier de la licence IV, celle qui autorise à servir de l'alcool jusque tard dans la nuit". Un privilège à mettre sur le compte des Accords d'Evian de 1962, un grand nombre de cafetiers algériens risquant alors de perdre leur licence en perdant la nationalité française ! Mais qu'entends-je on me dit que le ramadan serait "aussi" une fête religieuse. (NH 905 -Semaine du 22 au 28 novembre 2001. Topoline.) 

Arnol Fouquet, dans Rivarol d'écrire : Si le ramadan a des effets négatifs sur la santé et le comportement des Jeunes jeûneurs des cités et quartiers sensibles, il en a en revanche de fort positifs pour d'autres personnes de même confession : les cafetiers et les commerçants de gros ou de détail arabes qui profitent de l'amaigrissement général pour grossir leurs comptes en banque : "C'est là qu'on remplit le tiroir-caisse" dit l'un d'eux qui organise des soirées loto tout bénéfice puisque non déclarées (plus de 60 000F quotidiens !).

   Il est vrai que les cafetiers de nationalité algérienne bénéficient d'un privilège exorbitant que leur envient leurs voisins et concurrents auvergnats et aveyronnais : en vertu (...) des accords d'Evian de mars 1962 qui, les changeant de nationalité risquaient de leur perdre la fameuse licence IV permettant de servir de l'alcool jusque tard dans la nuit, un accord spécial fut signé entre les délégations gaulliste et fellouze, spécifiant - en toute Coranitude, bien sûr - que les bistrots algériens seraient les seuls non-français à disposer de cette licence, conservant par ailleurs l'autorisation officielle d'ouvrir jusqu'à l'aube pendant le ramadan.

   Et ce ne sont pas seulement les bougnats qui font la tête devant cette dérogation extravagante qui montre bien à quel point de soumission ou de connivence étaient réduits les plénipotentiaires français face au FLN : les débitants de boissons marocains et tunisiens n'en bénéficient pas... (Rivarol n° 2552). 

Pas de bel argent pour les "BELLES NUITS DE RAMADAN" ! Le 20 septembre, la gauche socialo-trotskiste au conseil régional d'Ile-de-France escomptait faire accorder une subvention de 50 000F à une société privée organisant, au Café de la Danse à Paris, une manifestation intitulée "Les Belles Nuits du ramadan". Une "véritable provocation à l'heure où le gouvernement a été contraint de réactiver le plan Vigipirate pour faire face à la menace que la 5ème colonne islamite implantée en France par le biais de la colonisation étrangère fait peser sur l'ordre public", a estimé le MNR dont, à la suite de Jean-Yves Le Gallou, les élus se sont, "par compassion à l'égard des récentes et nombreuses victimes du terrorisme islamique, de la Tchétchénie à la côte est des Etats-Unis en passant par Béziers", opposés par voie d'amendement à cette scandaleuse libéralité. (Article. Rivarol n° 2543). Normalement les "BELLES NUITS DE RAMADAN" ça se passent, en hiver surtout, au coin du feu, en famille ; et ceci après avoir fait les prières demandées à la Mosquée. Non jamais comme les gens pervers, prévaricateurs, athées, irreligieux, dans des débits de boissons : antres par excellence du diable banni ! Si certains ont choisi en ce mois sacré comme divinité Bacchus, d'autres, Dieu merci, le Seigneur de ce mois sacré, Dieu (exalté soit-il !). 

Un lecteur écrivant au journal Rivarol dit lui : MERCI TELERAMA "Le Ramadan une fête pour tous", tel est le credo de Télérama (voir RIV. du 23 nov.). Donc, arrêtons de manger, de boire, chômons le vendredi, cloîtrons nos femmes, clitoridectomisons-les. Supprimons le cochon, le pernod, le beaujolais. Remplaçons-les par le mouton, le thé, l'eau plate. Remplaçons l'Evangiledu Christ par le Coran de Mahomet. Plus de costard-cravate, et vive la djellaba ! Reloquons nos églises tant qu'on y est : le minaret sur Notre-dame, ça ferait classe non ? Merci Télérama  

Conclusion : Nous dirons : Cette façon de voir et de présenter aux gens les "soirées de ramadan" nous vient tout droit d'Egypte, la "Mère de ce bas-monde" (oum douniya). De nos jours, n'est-elle pas la capitale de la musique, du cinéma du monde arabe et partie de l'Afrique ? Ensuite, vient, selon les branchés, l'Algérie ? Passer un mois de ramadan au Caire est parfois signe de tristesse. Le programme de télévision, après la rupture du jeûne, est un programme réservé exclusivement au cinéma égypto-arabe, ses vedettes, aux gens de la musique et du show-business ? A croire que ce mois est leur mois ! Même si feuilleton il y a, on prend bien soin de le mettre au moment de la Prière de la nuit ('icha). Ainsi, on insiste les gens à rester, chez eux, plutôt que de passer une partie de leur temps à la Mosquée ! Telle est l'Egypte de nos jours. Ancienne capitale de la lecture du Coran !

Secundo : Les gens de la licence, les pervers, les débauchés, les buveurs d'alcool, les prévaricateurs, les joueurs de jeux, etc., dans ce mois béni voudraient coûte que coûte nous assimiler à eux. Pour dire ainsi : Nous et vous, on est pareil ! On est tous du même bled ! Dans le même bateau ! Sans doute n'ont-ils pas assez médité sur cette parole divine : "Dis (leur) : "Le mauvais et l'excellent ne sont pas égaux, même si le nombre énorme des mauvais t'étonne ! Craigniez Dieu, donc, ô gens d'intelligence. Peut être serez-vous gagnants ?" (Coran V 100) Et : Dieu ne saurait laisser les croyants dans l'état où vous êtes. Jusqu'à ce qu'Il distingue le mauvais du pur. (Coran III 179) De plus, le croyant, pratiquant, observateur de son culte, croit avec certitude en un vin pur, propre, qui ne dégage aucune odeur nauséabonde, qui ne soûle pas, ne cause aucun désagrément à soi-même et à autrui, ne fait trinquer personne après l'avoir bu, et surtout est offert gratuitement par le Seigneur du Paradis à Ses hôtes (Coran XLVII 15). Le coup en vaut bien la chandelle !  

Troisièmement : le problème des cafetiers algériens est un problème qui ne leur fait pas honneur. Ni la vente du sidi-brahim, ou tout autre produit lui ressemblant. Quant à ceux qui négocièrent les accords d'Evian, on peut se demander, à l'époque, s'ils avaient pour Seigneur Bacchus ou Dieu (exalté soit-Il !). A notre époque, bon nombre de gens d'Afrique du Nord, ayant la quarantaine et plus, ne se plaignent-ils pas, eux et leurs enfants, du mauvais accueil des gens du bled ? Ne les accuse-t-on pas d'avoir sali leur image, l'image de leur pays en terre d'Europe ? En terre de France ? Pire ! la retraite venue au lieu d'aller retrouver les siens au pays, certains ne préfèreront-ils pas terminer leurs vieux jours en foyer, seul, sur la terre d'Europe, parmi les gens de la Bible ? Nous savons tous que lorsqu'on quitte, on voyage en terre étrangère, il faut soigner nécessairement son image. Fait-on une mauvaise action, alors on en viendra à détester votre race, le pays qui vous a vu naître. D'où l'importance d'être toujours sur ses gardes, pour ne pas donner à son adversaire la moindre occasion de...   

Quatrièmement : Nous pourrions, nous aussi dire que dans les années 50-60, le Noël chrétien avait un côté religieux, spirituel. Avec l'évolution de la société, l'athéisme galopant ; le côté "business", mercantile, marchands du Temple, a peu à peu pris le dessus. Ce phénomène de société a d'ailleurs contaminé bon nombre de gens d'origines d'Afrique du Nord. Les "intégrés" ont peu à peu imité les gens de la Bible dans de nombreux domaines. A un tel point que les fêtes du monde biblique ont plus de valeurs auprès de certains d'entre-eux que celles de leur propre religion ! Ainsi on fête Noël, on fête le nouvel an comme le fait le monde évangélique ! Et on délaisse ses propres fêtes ! Ne l'oublions pas, au Jour des Comptes, on sera ressuscité avec ceux qu'on aime ! 

Cinquièmement : Qui a fait et fait campagne toute l'année pour que la jeunesse de confession islamique fréquente bar, boîtes de nuit, dancing en tout genre, etc. ? Pour qu'elle devienne inculte ? Irréligieuse ? N'est-ce pas ceux-là même qui nous critiquent en permanence, et aujourd'hui dans ce mois sacré ? Ils sont donc devenus maintenant vos frères en religion. Pourquoi au mois de ramadan dire spécialement qu'ils sont de nous ? de chez nous ? Le croyant et le mécréant seraient-il pareils ? l'obéissant et le désobéissant au Seigneur des mondes seraient-ils pareils ? Le propre et le sale seraient-ils pareils ? Non, tout croyant sincère, pratiquant et observateur de son culte ; ne peut s'adonner à ce que nous venons de lire. Ni lui, ni son épouse, ni ses enfants. Le mois de ramadan est trop sacré au cœur du croyant pratiquant pour qu'il se livre à une telle infamie. Avant, pendant et après ramadan. Qu'on se le dise ! Nous devons tous sacraliser le profane et non profaner le sacré !

Sixièmement : Chaque peuple ne se ressemble pas. Goûts et couleurs, dit le dicton, ne se discutent pas. Ex.: Un peuple mangeant toujours du riz et buvant du thé au lait, peut-il ressembler à un peuple mangeant un plat surnommé "couscous" et buvant toujours du thé vert ? A l'île de la Réunion, par exemple, une personne de notre culte nous faisait remarquer que les gens d'origine indienne de cette île, au mois de ramadan ; n'avaient pas pour habitude d'inviter des groupes de chanteurs et de musique de leur pays. Par contre, tel n'est pas le cas, disait-il, des nouveaux arrivants d'origines d'Afrique du Nord. A peine nouveaux arrivants sont-ils, que des affiches publicitaires apparurent dans les journaux locaux,  invitant les gens à assister aux "soirées branchées de ramadan" ? A croire que la musique leur est attachée, collée au corps beaucoup plus que leur présence en Mosquée ! Et que le mois sacré de ramadan n'a chez eux aucune sorte de valeur !  

                                                                                                                                        
[Haut de page]


Entraide, dons, etc.

Là encore nous avons beaucoup de progrès à faire.

Un des plus terribles spectacles à voir au mois de ramadan, c'est ce nombre croissant de femmes (de tous âges), le plus souvent d'Afrique du Nord, aux portes de nos Lieux de Culte. Les gens d'Afrique, d'Asie centrale, etc., se faisant rare. Certaines, sans doute, sont dans un besoin pressant. D'autres, sans scrupules, sont là pour salir un peu plus l'image de notre religion dans notre beau pays. Mais dirons-nous, où est l'entraide familiale ? Des gens de leurs pays d'origine ? Là encore ce fléau nous semble venir tout droit de l'Egypte. Au mois de ramadan, exceptionnellement, les Lieux de culte sont envahis par des personnes féminines (de tous âges), souvent sans scrupules, et accompagnées d'enfants sales, très mal vêtus. Pour attitrer un peu plus l'attention. Les associations charitables sont dépassées. On a vu parfois des femmes se battrent, entre elles, pour un rien. Tant la tension est vive. Dans le pays où on aime, à qui veut bien l'entendre, se faire appeler la "Mère du monde d'ici-bas" ; certaines personnes, et c'est devenu une habitude, préfèrent, de notre temps, faire la manche, quémander, plutôt que chercher du travail ou travailler ! Motif invoqué : c'est plus lucratif ! En faisant la manche, je gagne deux fois plus que tout autre personne, et surtout sans fatigue ! Spectacle plutôt désolant pour l'étranger, et pour un pays se disant la capitale du monde arabe ! 

Une fois rendant visite à un prêtre d'Auvergne avec un ami, nous nous sommes permis de lui poser cette question : Prêtre, vous avez l'habitude de nous louer, mais dites-nous plutôt aujourd'hui une chose désagréable à entendre ! Le prêtre hésita, puis après quelques minutes, il nous dit ceci : Excusez-moi, je n'ai pas l'habitude de dire des choses désobligeantes. Mais puisque vous me l'avez demandé si sagement, je me permettrais de vous dire ceci : Quand les gens d'Afrique du Nord sont venus ici, la population était très hostile à leur présence. Personne ne voulait les embaucher, les faire travailler et leur fournir un toit. Alors, nous, nous sommes intervenus pour dissiper les malentendus, les doutes. Nous sommes allés voir les préfets, les maires, les responsables de sociétés, les gens... Nous avons même ouvert nos lieux de culte pour qu'ils puissent, eux aussi, prier dignement. Maintenant les années ont passées, et ces gens, loin de nous remercier, continuent à venir frapper à notre porte. Cela est intolérable. N'est-ce pas plutôt à la porte des gens de leur pays d'aller frapper ? Ceux qui maintenant vivent dans l'aisance, ont une voiture, une famille, un toit, un travail... ? Sont-ils donc gens incapables à se prendre en charge ? De gérer leur vie, leur foyer ? Le prêtre était furieux. Pour notre part, nous avons pu que constater.


[Haut de page]


Changement de nom pour personnes handicapées ?

Certains personnes du Sud lorsqu'elles arrivent en Europe, sentent naître en elles un complexe d'infériorité. Dans un article : Y'a pas de honte. Nous lisons : Mademoiselle Yasmina Belkacem est une beurette bien intégrée. Pour bien le prouver elle a décidé (comme bien d'autres) de franciser son nom. Belkacem cela veut dire "Le Chevalier" en arabe et c'est sans aucun problème que Yasmina a pris le nouveau patronyme de Le Chevalier ! A l'heure où certains francraouis dépensent de l'énergie et de l'argent pour ne plus s'appeler Mégret ou Le Pen, il est bon de savoir que ces noms maudits ne sont pas perdus par tout le monde. A quand un Le Pen africain et un Mégret Kurde ? (L'Epervier n° 4)?

Le fait n'est pas nouveau. Dans les années 70 déjà, quel est l'homme venu d'Afrique du Nord qui ne rêvait pas d'opter pour une autre religion, ex.: le Christianisme, et surtout changer nom et prénom ? Certains ont d'ailleurs franchi ce pas allègrement. L'homme venu de ces terres lointaines a honte d'être d'origine arabe ! Honte d'être descendant des Fils des Compagnons ! Honte d'être descendant africain ! Le monde européen l'a tellement fasciné, envoûté, subjugué, qu'il est prêt à changer de nom, de prénom, de religion, tout cela pour une poignée d'argent ! A l'heure où certaines gens d'Europe dépensent beaucoup d'énergie pour embrasser la Religion divine, voire adopter un autre prénom ; il est triste de savoir que des gens venus de la Terre d'Islam soient prêts ou ont fait déjà ce pas dans l'autre sens, vers l'inconnu... N'est-ce pas le monde à l'envers !

En venant en terre d'Europe on a vu surtout le bien matériel, le côté terre à terre. On est fasciné par l'Europe, envoûté, subjugué. On envie l'européen. Il est riche, beau, intelligent. Il a tout à sa disposition. Ne parlons pas de ces européennes qui les fascinent ! Alors pour une pièce d'identité, un passeport européen n'est-on pas prêt à vendre son âme au diable ? Pour les biens de consommation, les avantages sociaux, n'est-on pas prêt à vendre son âme au diable ! La terre de l'Europe est une terre verdoyante ! La terre de l'Arabie, une terre désertique, famélique, de désespoir ! Les causes ont détruit la certitude en Dieu. Et l'adversaire de l'Islam a su par ces subterfuges ravir à lui ce cœur malade, angoissé. On raconte, à l'époque de la chevalerie, qu'un homme soumis voyant passer près de lui un cavalier richement vêtu, un homme du monde biblique ; se mit intérieurement à se plaindre de son état à son Seigneur. La nuit venu il fit un rêve. C'est alors qu'il entendit une voix qui lui disait : ô un tel ! si tu désire devenir comme celui que tu as vu, Nous allons changé tout cela ! Nous allons faire que ce riche cavalier prenne ta place, et toi la sienne ! S'étant réveillé, il demanda pardon à son Seigneur et Le supplia de ne pas changer son état. Ne l'oublions pas le Seigneur des mondes a mis à la disposition de Ses créatures Ses bienfaits. Ainsi trouvons-nous, par exemple, l'électricité chez le croyant comme chez le mécrant. L'un a vu ce bien lui être accordé dans l'agrément divin, l'autre dans la colère divine ! Aussi, au Jour des Comptes, la place du mécréant et du croyant n'est pas la même. L'un partagera les joies paradisiaques, l'autre les souffrances du monde infernal, des damnés, et cela pour l'éternité de l'éternité !


[Haut de page]


Ramadan : attention au péril jeûne !

Titre dans Rivarol (N° 2552). L'article d'Arnold Fouquet est sans pitié pour les jeûneurs. A entendre, le jeûne causerait de graves dégâts en milieux scolaires et universitaires. Qu'on en juge :

   Pourtant les enseignants sont unanimes à constater les dégâts occasionnés par l'observance de ce rite en terre non musulmane, dont les rythmes sont très différents. Malaises, somnolences, maux de tête, troubles visuels, maux stomacaux, stress sont le lot commun de ces jeunes en pleine croissance qui, non seulement ne boivent ni ne mangent du lever au coucher du soleil, mais qui ensuite participent aux grands repas familiaux, et se couchent fort tard. De ces privations de nourriture et de sommeil naissent bien évidemment des comportements énervés et agressifs. "Un rien peut mettre le feu aux poudres" affirme la directrice d'un établissement de banlieue parisienne dont 50% des élèves sont musulmans. "Il y a plus de problèmes qu'en temps ordinaire, des agressions verbales et des bagarres entre gamins principalement" dit-elle encore en édulcorant évidemment ses propos : ce sont en fait des batailles rangées qui voient s'affronter dans et hors d'établissements scolaires des sauvajeunes affamés et déshydratés. Sans parler des violences exercées à l'encontre de ceux qui ne veulent pas se plier à ces coutumes contraignantes...

Collabbobos branchés.

Mais pour Libération du 19 novembre, dans un article très Ali-couche-toi-là, tout n'est pas bonheur dans le ramadan et rien n'est plus "bobo-ethno-chic" que de se rendre le soir à Couronnes (entre les XIe et XXe arrondissements parisiens) pour y déguster une chorba entre collabobos branchés et occupants méprisants. D'ailleurs, "Antoine et ses amis des Beaux-Arts venus exprès du VIe arrondissement" ne sont pas gênés pour cracher dans la soupe chrétienne : "C'est authentique, pas ce business déprimant qu'on a avec notre Noël" déclare ce petit bourge, qui a il est vrai quelques excuses du fait de l'attitude du clergé catholique, tellement empressé à gommer les aspects traditionnellement joyeux des fêtes chrétiennes. (Op. cit.).

Nous dirons : Le jeûne en milieu scolaire, universitaire est assez nouveau. Quant au fait que les enfants se couchent tard, c'est un phénomène propre à l'ensemble de l'Afrique. On vit la nuit et on dort le jour, dit le dicton populaire. En Egypte, visiter un ami en début d'après-midi, chez lui, est un manque de politesse. Venez en soirée, tard dans la nuit, et la porte vous sera grande ouverte ! En Europe, si le programme télé est sans intérêt, si rien est à faire, on préfère, en général, se coucher tôt pour se lever tôt. Comme on le voit monde africain et monde européen sont loin de se ressembler. Et tout cela n'a rien à voir avec un quelconque domaine religieux. C'est une habitude, une coutume populaire : rien de plus, rien de moins. Secundo : faire le jeûne dans ce mois ne signifie nullement qu'on doit se laisser aller... Il faut, au contraire, montrer que cela ne change rien à ses habitudes quotidiennes. Je vais à l'école, je vais en classe, je fais mes devoirs, je travaille, etc. Et surtout, j'essaie de me coucher tôt pour être en forme la journée. Le rôle des parents étant primordial, si rôle il y a bien sûr...  Troisièmement : L'agressivité est un manque d'éducation à la maison. Il est vrai que bon nombre de parents sont coincés entre le marteau et l'enclume. Ces dernières années, le droit de l'enfant primant sur le droit parental. Le résultat nous le connaissons tous. A l'école, pas de respect de l'enseignant, les enfants sont livrés à eux-mêmes ! Pire ! on assiste à un système de passe passe. Chacun renvoyant sur l'autre la responsabilité de ce qui se passe. Les parents rejetant toute responsabilité sur l'Etat et les responsables des milieux scolaires et inversement. En attendant le mal, la délinquance, etc., s'installent, et s'il s'agit d'un enfant de confession musulmane, d'origine arabe, le mal est vite trouvé : c'est l'Islam ! Alors qu'il se peut que l'enfant de cette famille mit en cause, ne connaît ni religion et surtout la pratique de celle-ci ! Enfin, présenter ces jeunes comme "des sauvajeunes affamés et déshydratés", c'est-à-dire comme des diables enragés, est encore une fois une bonne excuse pour dénaturer notre religion. Car il faut faire la distinction ici en vérité et propagande. Et venant du monde des médias une règle semble être de rigueur : attendons pour voir ! Si faute, il y a, il faudra punir, réprimander. Si faute, il y a des médias, que faudrait-il faire ? Quatrièmement : Les évènements internationaux aggravent souvent les tensions et les prétextes pour sévir. A droite, le bâton, à gauche, la carotte ! Mais dirons certains, quand il s'agit de dénaturer et salir l'Islam, il n'y a plus de droite et de gauche ! Tous, unissons-nous pour un même combat : abattre l'ennemi : l'Islam ! Le reste étant une histoire de goût ! Cinquièmement : Arnold Fouquet semble furieux parce que dit-il : Des qui sont plus sceptiques sur les bienfaits physiques et moraux de ce "mois sacré" ce sont les enseignants. Pas tous puisque, dans une interview accordée à l'AFP, un certain Pierre Decaudin, directeur d'un collège "catholique" à Roubaix dont la moitié des élèves sont de tradition musulmane, aimerait qu'à l'occasion du ramadan, "les élèves retrouvent une fois véritable pour répondre au fanatisme et aux attentats du 11 septembre". D'autres apportent un bémol à cet enthousiasme intercommunautaire car, comme le dit l'un d'eux dans Le Parisien du 20 novembre, "l'école est laïque et j'en suis fier mais elle est obligée de prendre en compte les évènements religieux. Je ne programme jamais un contrôle important le jour d'une fête juive, par exemple" (souligné par nous ; mais ce prof' de maths du Val-de-Marne ne nous dit pas ce qu'il fait ou ne fait pas à l'occasion des fêtes chrétiennes). "En ce moment, pendant le ramadan, je ne change pas vraiment mes cours, mais je donne moins de travail à faire le soir" poursuit-il, sans nous aviser de ce qu'il advient pendant cette période de ces élèves catholiques ou protestants : sont-ils surchargés de devoirs pour compenser le manque à étudier des autres ? (Op. cit.)

Nous dirons : ce refrain n'est pas nouveau. Déjà en 70 des voix s'élevaient pour demander aux Savants religieux de notre confession, pour qu'ils changent une fois pour tout le jeûne du mois de ramadan, en un autre mois de l'année ! On trouvait insupportable, pour certains, d'imposer en Europe une telle charge aux masses laborieuses ! Un Président arabe, très aimé du monde biblique  d'Europe, à l'époque ; prendra d'ailleurs les devants en invitant les masses laborieuses de son peuple à ne plus faire le jeûne ! Lui, comme chef d'Etat, prendrait, par contre, leur charge (entendez leur péché) sur ses épaules ! La suite, nous la connaissons tous. Conclusion : Depuis quand les enseignants (entendez le monde intellectuel, qui rend caduc la Révélation et prenne la raison pour une divinité) sont-ils devenus gens croyants et surtout gens pratiquants de leur culte pour donner des leçons d'éthique, de civisme, de religiosité et de savoir vivre aux autres ? Nous savons tous que le milieu intellectuel en France est plus proche de l'athéisme que de la foi. Nous avons vu l'attitude, par exemple, de bon nombre d'entre eux devant le "Foulard". On a même vu, dans certains établissements, des enseignants faire grève et menacer de ne plus enseigner, si... ! Normalement dans ces hauts lieux de l'enseignement, la personne enseignante n'a pas à faire de la politique ni du syndicalisme ni même faire du prosélytisme. Si elle pense le contraire, alors à elle d'aller rejoindre ce qu'elle aime, et laisse sa place à personne plus compétente. L'enseignement est un art, et pour s'appliquer à sa tâche sérieusement, il est bon d'avoir d'occupation que celle-ci. Dans le cas contraire, il ne faut pas s'étonner si de nos jours les enfants des écoles sont devenus ce qu'ils sont devenus. Aujourd'hui c'est le jeûne qui revient au devant de la scène. Demain, ce sera au tour de ces bêtes sacrifiées le jour de la Fête de l'Égorgement. Et après, à qui le tour ? Ne l'oublions pas jeûner est un ordre divin. Un ordre que les gens de la Bible ont délaissé pour se donner corps et âme à un régime alimentaire, à des allègement de repas proposé par leur monde médical. Ainsi on a foi au médecin traitant et non au Seigneur du médecin traitant ! N'est-ce pas le monde à l'envers ! Oui, la rétribution du jeûne appartient à Celui qui l'a institué à Ses créatures ? N'en connaît-Il pas les bienfaits ? Qu'on re-lise bien la Bible, le Messie a jeûné combien de jours ? Et Moïse ? Et vous ? 


[Haut de page]


L'avenir !

Il n'est pas désespérant ni sombre, car il ne faut pas désespérer de la miséricorde divine (Coran XXXIX 53). En trente ans, une évolution s'est faite peu à peu parmi la communauté des gens d'origines africaines et surtout des gens d'origines d'Afrique du Nord et bon nombre d'autres gens. Bon nombre de gens ont ainsi redécouvert leur religion, la religion de leurs lointains ancêtres. Certes, cela ne c'est pas fait sans douleurs. Et les réticences sont encore vives et nombreuses. Pour se défendre, on évoque, pour certains, ce qui se passe au bled et dans le monde ! Mais dirons-nous, n'est-ce pas l'occasion de revenir à Dieu, de redoubler d'efforts, de supplier son Seigneur ? D'aller porter aux gens la bonne parole : Point de divinité sauf Dieu - Mohammad est Son messager ! N'écouteras-tu pas la parole du sage : Bouge-toi et le monde bougera ! Cesse de gémir et de pleurnicher comme les enfants gâtés qui sont devenus gâteux ! Dépense ton énergie dans ce que ton Seigneur aime et agrée ! Fréquente régulièrement ton lieu de culte ! Apprends à jeûner d'avantage ! Lève-toi, au milieu de la nuit, pour y lire le Coran et y implorer ton Seigneur ! Recommande le bien à ta famille ! Eduque-les ! Respecte le bien d'autrui ! Aime pour toi même ce que tu aimerais pour ton prochain ! Respecte la terre d'accueil qui t'a vue naître ! Respecte l'étranger, l'indigent, le pauvre, l'affamé, le sans-abri ! Appelle les gens au sentier de Dieu ! Fais revivre l'effort prophétique ! Apprends à servir et non à être servi ! Et peut-être alors verras-tu poindre la grâce et la miséricorde de ton Seigneur à l'horizon ! A bon entendeur, Salut !

    [Haut de page]

Infos.

L'Europe bouge !

Premiers cours de religion islamique dans deux écoles primaires de Berlin. Les premiers cours de religion consacrés à l'islam ont été donnés dans deux écoles primaires berlinoises, un an et demi après le premier feu vert de la justice allemande pour cet enseignement. Ces cours, dispensés par la Fédération islamiste, concernent 38 élèves, dans deux élèves, dans deux écoles d'un quartier nord de Berlin.

Les cours de religion musulmane dans les écoles publiques de la capitale ont fait l'objet d'une longue bataille judiciaire. Fin août 2001, le tribunal administratif de Berlin a fini par confirmer un arrêt de la Cour administrative fédérale, qui, en février 2000, avait autorisé la Fédération islamiste à dispenser des cours de religion musulmane dans ces écoles. La Cour avait ainsi rejeté l'argumentation de la ville de Berlin selon laquelle la Fédération n'était pas une communauté de religion.

La ville dénonçait les tendances fondamentalistes de certains responsables de la Fédération islamiste par l'Office de protection de la Constitution. Fin 1998, le tribunal administratif de Berlin avait en première instance fait droit à l'organisation, estimant que celle-ci présentait, à l'instar des Eglises chrétiennes, "toutes les caractéristiques d'une communauté religieuse".

L'enseignement des religions chrétiennes est obligatoire dans les écoles publiques allemandes, gérées par les régions, et son contenu approuvé par les Eglises. Dans les villes-Etats de Berlin et Brême ainsi que dans le Brandebourg, toutefois, il n'est que facultatif.

L'enseignement de l'islam était jusqu'ici restreint, pour l'essentiel, aux écoles coraniques et à quelques essais dans les écoles publiques de Rhénanie-Westphalie. (Source : "Présent" n° 4906.) En France, européenne, ça ne pourrait être qu'un vœu pieux : on n'image pas une seconde les cohabitant qui ont la charge des citoyens tenter de franchir le pas, tant la haine et l'inimitié du "curé" semble être très vivace chez bon nombre de gens de la Bible. Selon le dicton populaire : curé = royauté = Vatican = retour au passé... Ah ! ce bon Jules s'il voyait cela ! Bon nombre de gens de la Bible comprenne donc mal cette démarche des gens de la Soumission et l'assimile à un retour en arrière !

En coulisses.

Durant la seconde partie du ramadan, les Egyptiens ont pu voir la série télévisuelle à succès, Le Chevalier sans cheval, dont l'acteur principal est la vedette Muhammad Subhi (et où jouent même quelques français parmi les 400 personnages). Cette série a fait scandale auprès des organisations juives internationales car le scénariste y évoque longuement les Protocols des Sages de Sion et décrit la volonté de domination des Juifs. L'un des banquiers y déclare notamment : "Nous allons établir un super-Etat qui dominera le monde." (Source : Faits & Documents. n° 123). Preuve que la hache de guerre est bel et bien déterrée entre Fils de la Délaissée et Fils de celle qui a un époux...

Lire et Michel Houellebecq, qui avait déclaré (avant les attentats du 11 septembre) que "la religion la plus con, c'est quand même l'islam", sont assignés, le 5 février, devant le tribunal correctionnel de Paris par la Société des Habous et des lieux saints de l'islam, représentée par Dalil Boubaker, recteur de la Mosquée de Paris, l'Association rituelle de la grande mosquée de Lyon, la Fédération nationale des musulmans de France (présidée par Mohamed Béchari) et la Ligue islamique mondiale. Les quatre associations musulmanes réclament la bagatelle d'un million de F. (Source : Faits & Documents. n° 123). 

Problème de Foi !

Selon l'Association de recherche chrétienne, il y aura en 2013 plus de pratiquants musulmans réguliers que d'Anglicans pratiquants. Et, en 2039, les musulmans dépasseront les Chrétiens, toutes branches confondues.(Source : Faits & Documents. n° 123). Ce qui compte dans pareil cas, ce n'est pas la quantité mais plutôt la qualité. Nous savons tous que les mécréants, les athées, les agnostiques, les irréligieux, les orgueilleux, les associateurs, les hypocrites, les apostats, les sectaires, etc., n'hériteront pas du Royaume paradisiaque promis par le Seigneur de l'Univers, Dieu (exalté soit-Il !). Et selon le dicton : A eux ce bas-monde, et aux heureux Elus le monde de l'Au-delà ! De quoi fait rager le Démon et ses acolytes !

L'Euro !

Le saviez-vous, le h-érau-t média vous annonce : le nouveau "Veau d'Or" est enfin arrivé ! Vive lui ! Souhaitons lui une longue longue vie, dans la paix et la solitude ! Devant lui prosternons-nous ! Qu'on l'adore s'exclameront en cœur ses fans ! Selon les poli-ti-siens, les "branchés", il sera un bon moyen pour faire de l'Europe divisée une seule et même communauté ! Après, le dieu "Raison", voilà le dieu "Or" dans votre bas de laine, il est là pour l'accompagner dans tous ses déplacements et élucubrations ! Une pièce de monnaie peut-elle à elle seule changer l'Histoire du monde ? On a toujours droit de rêver ! Samiri (biblique : Mikha) et Coré n'auraient pas fait mieux ! Ne l'oublions jamais, ni l'argent, ni la politique, ni aucune idéologie si belle soit-elle, ni aucune philosophie si belle soit-elle, ni la science si belle soit-elle, ni la puissance si grande soit-elle, ne peuvent unir les cœurs des Fils d'Adam, les Fils de l'Europe ! Seul le Seigneur du Trône céleste et sublime peut les unir entre-eux. Qu'on re-lise les Livres saints et méditent sur les paroles des messagers et prophètes divins ! Fils d'Adam, Fils de l'Europe ! Le monde a été créé pour vous, et vous pour l'Au-delà ! Ce qui perdure et l'éphémère ne peuvent cohabiter dans un coeur croyant avec certitude au monde invisible, au Royaume des cieux, au Royaume paradisiaque ! Conclusion : Ne pas donner une importance à une chose plus qu'elle en mérite... Sensibiliser les Fils d'Adam, les Fils de l'Europe unie sur le monde de l'Invisible, sur ce qui se passera après leur mort, n'est-ce pas ce qui doit être le plus important à leurs yeux ? A bon entendeur, Salut !


[Haut de page]


Rappel : Certains articles de journaux rattachés à un lien, et cités ci-dessus, peuvent être payants voire supprimés. Le Carrefour de l'Islam ne peut être tenu responsable du contenu de ces liens. 

RAS/1            

Pamphlet du /1/02

Copyright © 2001 le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le 20/08/06 .
 

 Retour à l'accueil 

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire