786

Etudes

La Mort présumée du Messie ?

Selon les Écritures.

Celui qui donne la vie ? qui est-il ?

                                                                                            selon les Écritures


Au nom de DIEU, Hachem, Allaha,
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !
Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !

P


oint de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4]

La Rédemption est-elle conforme aux Ecritures ? 

   Dire que Dieu le Père, le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes doit descendre lui-même sur la terre, est en désaccord avec les Écritures. La "visite" divine devait se faire, toujours selon les Écritures en plusieurs étapes, au Sinaï, puis à Séir et enfin à Paran (ou Pharan). Après la venue du Messie fils de Marie, il restait encore une "visite". Pour preuve : Dans l'Ouvrage de Mouslim, et selon une parole rapportée par Ayad fils de Himar, au Messager de Dieu (sur lui Prière et Paix !) de dire :

   "A Dieu de regarder la terre et d'en abhorrer ses [habitants] arabes et ses [habitants] étrangers[5], sauf un reste des gens de la Bible[6]. Il dit : "Certes, Je t'ai envoyé (ô Mohammad) pour t'éprouver et éprouver. J'ai fait descendre sur toi un Livre (divin) que l'eau ne lavera pas[7]. Tu le liras endormi et éveillé."

  Autres confirmations, bibliques, cette fois : Selon la Bible, nous savons tous que le Sceau des prophètes d'Israël est et était le "mot" divin[8] (: Sois !). Quant au Sceau de la Prophétie, il est représenté, et selon le prophète Habacuc, comme étant le "mot saint" de son Seigneur. Qu'on en juge :

   "Dieu va se manifester du Sanctuaire (de la Ka'bah)
   et le "mot saint" va apparaître des montagnes de Paran[9] (à la Mecque),
   apparition perpétuelle.
   Pour cela, on louera Dieu dans les cieux et sur la terre,
   et le mot d'Ahmad (le Très-Loué) empliera la terre."

   Autre variante :

   "Dieu est venu de Téman (ville et district de l'Idumée),
   et le saint (soit Ahmad-Mohammad) de la montagne de Paran (à la Mecque).
   La terre s'est emplie de la louange et de la sanctification d'Ahmad.
   Par la crainte, il a emplit la terre." (Comparer : Bible. Hab. 3:3).

   "A la Mecque sera élevé un étendard,
   Dieu sera avec son compagnon
   et son compagnon sera avec Dieu. (Coran XLVIII 3)
   Dieu le fera paraître au-dessus de l'ensemble des cités[10]."  

Autre preuve évidente. 

   Dans les Écritures anciennes, en langue syriaque, était écrit, dit-on, cette parole du fils de Marie (sur lui la Paix !) :

   "Celui qui me hait, hait aussi le Seigneur. Si je n'avais pas fait pour eux (les Fils d'Israël) des oeuvres que nul autre n'a faites (comme guérir le lépreux et l'aveugle-né, ressusciter les morts, etc.), ils (les Fils d'Israël) seraient sans péché ; mais maintenant (et après la réalisation de ces miracles et l'annonce de la venue de Mohammad) ils me répugnent ! Mais c'est pour que s'accomplisse (pour eux) la parole qui est écrite dans la Loi : "parce qu'ils m'ont haï sans motif." (Ps. 35, 19).
   Si est venu le Mouhammana, c'est celui que Dieu enverra vers vous. D'auprès du Seigneur, l'esprit de vérité. Il sera, lui, un témoin de moi. De même vous-mêmes, parce que vous étiez (vous les Douze) avec moi jadis. Ceci est ma parole pour vous (les Douze et vos suivants), pour qu'ainsi (ô gens de la Bible) vous ne doutiez pas, s'il est venu (parmi vous)." (Comparer : Bible. Je. 15, 22-27 ; 16, 4).

   Mouhammana, Menahhemânâ : nom du prophète Mohammad en langue syriaque. Ce passage, dit-on, existait dans les plus vieux manuscrits. Toutefois, les gens de la censure, sous-entendu les gens de la Bible ; lui feront subir le même sort qu'ils ont fait subir à d'autres documents ou textes de ce genre.
   On a dit à ce sujet : Selon son acception hébraïque, la racine nâham de menahhemânâ, signifie souffler, se plaindre ; d'où l'intensif actif consoler (et le substantif menahém ou consolateur, par exemple lorsque Job dit: "Vous êtes des consolateurs pénibles" [Jb 16,2]). En syriaque, la racine a pris un sens un peu différent, mais toujours sur la base de souffler, haleter : au causatif, vivifier quelqu'un ou le ressusciter. Guillaume remarque que ce mot syriaque : menahhamana veut dire : celui qui donne la vie, et surtout celui qui ressuscite un mort. Mais nous remarquons que le mot syriaque est dérivé de l'hébreu : menahâm = consolateur. Quant au grec, il est employé dans les écrits de Jean (Je. 14 16, 26 ; 15, 26 ; 6, 7 ; Epitre de Jean 1, 2,1). Il a aussi le sens de précurseur (voir G. Bormann : Der Paraklet in Juhan mesevaugeleum, Fesîschrift Bultamn, Stutgart/Köln, 1949, p. 12-35).
   Le dénommé Paul aurait dit à ce sujet : "Sachez-le donc : c'est aux goîm [entendre : aux non-juifs] qu'a été envoyé le salut [final] d'Elohîm [Dieu, en hébreu ancien, pluriel de respect]. Eux, ils l’accueilleront". Après ces paroles, les Juifs se retirèrent, discutant for entre eux. (Bible. Act. 28: 28-29).
   Dans ce nom prophétique : menahhemânâ, les gens de la Bible ne verront pas le fils de Abd Allah, Mohammad (sur lui Prière et Paix !), mais plutôt celui du fils de Marie (sur lui la Paix !). Pourtant, celui qui ressuscitera les cœurs morts n'est-ce pas lui ? Par la croix ? Nullement. Mais uniquement par la Connaissance. Mais cette clef, la Connaissance, les gens de la Bible l'ont perdu à jamais.

La Rédemption vue sous l'angle islamique

   Selon le dogme évangélique, la Rédemption, c'est : le salut[11] du genre humain par le Messie fils de Marie, lequel aurait racheté le genre humain du péché originel[12]. Pour l'Islam traditionnel, pas de salut et pas de réussite dans ce monde et dans l'autre, sinon qu'en obtempérant aux ordres divins et en suivant le Sceau de la Prophétie, le prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Pas de péché originel donc, pas de "personne" morte pour porter les péchés des autres. 

Le Sauveur de l'humanité. 

   Un sauveur, un vrai, n'est-ce pas celui qui vient avec le vrai Monothéisme ? La prière vraie ? Une justice, des transactions sûres et équitables ? Or dans ce domaine, que voyons-nous ? Des gens de la Tora, qui comme les gens de l'Hindouisme, considèrent que pour être de vrais monothéistes et être sauvés, il faut nécessairement être d'origine juive ! De même, des gens le l'Évangile, qui ont dénaturé de fond en comble le message du Messie fils de Marie, faisant de ce dernier un Homme-Dieu, un homme en qui on doit adorer Dieu ! Concernant la Prière, de 50 obligatoires quotidiennement, on a vu le nombre diminué chaque jour un peu plus ! Qui peut prétendre, parmi les Judaïsés, faire 50 prières par jour ? Les gens de l'Évangile ne considèrent-ils pas eux, qu'il n'existe aucune obligation les concernant[13] ? La prière étant de caractère purement conseillée ! Quant à la Loi divine, aux transactions, les premiers, bien que se réclamant de la Loi, ont cru bon de la contourner ou de l'arranger comme bon leur semble ! Quant aux seconds, fidèles à leur maître et seigneur, ils ont cru bon de faire appel à une loi d'essence humaine et non d'essence divine ! Dans ce cas, comment ces gens du monde biblique peuvent-ils se présenter comme "sauveurs" de l'humanité ? Oui le "sauveur" véritable de l'humanité, n'est-ce pas celui dont Habacuc, le prophète disait :  

   "Tu donnes le vertige à la terre et tu piétines les nations ;  
   parce que tu es apparu pour le salut [14] de ta communauté
   et la délivrance de l'héritage de tes pères[15]. (Comparer : Bible. Hab. 3:12-13).  

   Naguère, le Messager divin pouvait être envoyé à son peuple, ex.: Noé, ou à deux peuples, ex.: Mochè[16] (copte + hébreu), etc. Pour le Sceau de la Prophétie, le prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !), bien que d'Arabie, son Seigneur l'enverra comme miséricorde au monde visible et invisible. Ce qui donnera à son message une portée universelle. Ce que n'aime pas entendre parler bon nombre de gens de la Bible[17].
   Parole prophétique : “ Je suis envoyé pour le Rouge et le Noir ”. “ L’Arabe n’a de mérite vis-à-vis du Persan[18], ni le Persan vis-à-vis de l’Arabe, ni le Noir vis-à-vis du Rouge, ni le Rouge vis-à-vis du Noir que par la crainte ”. “ O hommes, votre Seigneur est un, votre père est un, vous êtes tous d’Adam et Adam est de poussière. Le plus digne devant Dieu est celui d’entre vous qui (Le) craint le plus[19]. ” 

   La bonne action ? 

   Dans l’Islam traditionnel, on notera que deux choses sont indissociables : la foi et les bonnes oeuvres (Coran CIII). Mais dirons-nous, qui est celui qui vient avec une bonne action ?
   Abd Allah a dit : “ Celui qui vient avec la “ bonne action ” est celui qui vient [devant Dieu] avec “ Point de divinité excepté Dieu ” et celui qui vient avec la “ mauvaise action ” est celui qui se présente avec de l’associationnisme[20] ”.
   Moudjâhid précise : “  “ La bonne action ” est la proclamation qu’il n’y a pas de divinité si ce n’est Dieu, formule de la consécration pure du culte ; quant à la “ mauvaise action ” c’est l’associationnisme et la mécréance.
   Quatâda a dit que le prophète (sur lui Prière et Paix !) disait : “ Les oeuvres [fondamentales] sont six : celle ayant une conséquence inéluctable et celle ayant une autre conséquence inéluctable, celle dont la valeur est multipliée et celle dont la valeur est aussi multipliée, celle qui ne vaut que ce qu’elle est en elle-même et celle qui ne vaut également que ce qu’elle est en elle-même.
   Les deux oeuvres ayant une conséquence inéluctable [pour celui qui les accomplit] :  
   - c’est, d’une part, le cas de celui qui rencontre Dieu sans rien Lui avoir associer : Il est nécessairement au Paradis ;  
   - c’est, d’autre part, le cas de celui qui rencontre Dieu en étant associateur : il entre nécessairement dans le Feu.
   Les deux oeuvres dont la valeur est multipliée :  
   - c’est, d’une part, les dépenses que le croyant effectue dans la Voie de Dieu : elles lui seront multipliées sept cent fois ;  
   - c’est, d’autre part, les dépenses que fait le croyant pour les membres de sa famille : elles lui sont décuplées.  
   Les deux oeuvres qui ne valent que ce qu’elles sont en elles-mêmes :  
   - c’est, d’une part, le cas du croyant qui songe à faire une bonne action et finalement ne la fait pas : sera inscrite à son actif une bonne action [telle que celle qu’il se proposait de faire ] ;
   - c’est, d’autre part, le cas du croyant qui songe à faire une mauvaise action et qui finalement la fait : sera inscrit ) son actif une mauvaise action [celle-là même qu’il aura faite] ”.  

   Remarque.
   Les gens de la Bible (croyants & incroyants) n'aiment pas entendre parler, en Europe et notamment en France, de dépenses pour la "cause de Dieu". Pour eux, pas de cause que celle agréée par eux préalablement ! D'où le fossé qui sépare le monde biblique du monde de l'Islam traditionnel. 

   La Soumission, c'est quoi ? 

   - Un seul Dieu tu adoreras, et aimeras parfaitement.  
   Le père de Aliya a dit : “ La Soumission c’est le culte pur rendu à Dieu seul, la dévotion à Son égard sans la moindre association, accomplir la Prière, donner l’Aumône (légale) et s’acquitter des autres obligations qui en découlent ”.
   Quand l'envie est aussi synonyme de jalousie :
   Safiya fille de Hay[21] dit au prophète : "Mon père et mon oncle rentrèrent un jour de chez toi. Et mon père demanda à mon oncle : qu'en penses-tu ? Mon oncle répondit : "Je dis qu'il est le prophète que Mochè a annoncé, que devons nous faire ? demanda mon père. Nous devons le combattre sur terre, répondit mon oncle." Telle est la jalousie.

   Celui qui veut être guidé, c'est quoi ?  

   Le fils de Mourra rapporte que le père de Dja’fâr a dit : “ Quand descendit le verset : “ Celui que Dieu veut guider Il lui ouvre la poitrine à la Soumission ” des gens demandèrent :  
   “ Comment ouvre-t-Il la poitrine ? ”  
   Il dit : “ Lorsque la Lumière descend dans le cœur, la poitrine se dilate et se détend ”
   Ils dirent : “ Y a-t-il à cela un signe par lequel cet état est reconnaissable ? ”  
   Il dit : “ Oui ! Le fait de se tourner vers le monde de l’immortalité, de ne plus supporter le monde de l’illusion et de se préparer à la mort avant que la mort ne survienne ”. 

   Rejet du Prophète ou des Signes divins ?

   Le père de Sâlih a dit : “ L’ange Gabriel vint un jour vers le prophète (sur lui Prière et Paix !) alors que celui-ci était assis et triste. L’ange lui dit : “ Qu’est-ce qui t’attriste ? ”
   Il dit : “ ces gens me déclarent menteur ! ”  
   L’ange lui dit alors : “ En vérité, ils ne considèrent pas comme menteur ; ils savent que tu es véridique, mais ce sont les Signes de Dieu que les gens injustes rejettent. ”  
   Nouvelle confirmation : Le père de Ishaq rapporte que Nâdjiya a dit : “ Abou Djahel[22] dit un jour au Prophète (sur lui Prière et Paix !) : “ Ce n’est pas toi que nous mettons en doute, mais nous mettons en doute ce que tu transmets ”. C’est alors que Dieu révéla : “ Or, en vérité, ils ne te considèrent pas comme un menteur, mais ce sont les Signes de Dieu que les gens injustes rejettent ”. (Coran VI 34). 

   Conclusion : 

   Les gens de la Thora ont nié les prophéties par deux fois : la "visite" à Séir, puis celle à Paran. Quant aux gens de l'Evangile, ils ont nié la "visite" à Paran. Et comme on peut le voir et le comprendre facilement, il est inutile pour le divin Créateur de se "métamorphoser" en homme. Et ceci contrairement à l'idée reçue.  (à suivre) Page 9


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] soit non-arabes.
[6] soit des Fils d'Israël.
[7] sous-entendu : n'effacera pas. Ce Livre au fil des siècles restera intact.
[8] Comparer : Coran III 39.
[9] Dans son commentaire, Rachi de prétendre : "Il a brillé du Seïr, pour eux." Il s'est dressé d'abord aux enfants d'Esaü pour leur offrir la Tora, mais ils l'ont refusée.
   "Il a resplendi pour eux de sur le Mont Paran." Car Il est allé là et l'a offerte aux enfants d'Ismaël, ils l'ont refusée."
[10] La Mecque étant considérée comme la « Mère des cités ».
[11] “ Il est invraisemblable, dit C. Guignebert, que des Juifs, même convertis au christianisme, en soient venus à ce degré d’audacieuse impiété : l’exemple de Paul suffit à nous en persuader, il vénère la Loi, tout en déclarant insuffisante pour assurer à l’homme le salut ”. (Le monde juif vers le temps de Jésus (1969), p. 228).
[12] Sur cette question du soit-disant péché originel : Le fils d’Abbas a dit à propos de ce passage : “ Quand la mort revint vers lui...  
   Mochè dit : “ cela est la faute d’Adam. Dieu nous avait alors établi en un séjour perpétuel où nous avions pas à mourir. Or la faute d’Adam nous fit descendre ici ! ”  
   Dieu dit alors à Mochè : “ Je vais t’envoyer Adam et tu t’expliqueras avec lui ! ”
   Mochè dit : “ Bien ! ”
   Lorsque Dieu eut envoyé Adam à Mochè (sur eux la Paix !), notre père Adam dit à celui-ci : “ O Mochè, tu as donc demandé à Dieu de m’envoyer vers toi ? ”  
   Il dit : “ N’eût été ce que tu fis, nous ne serions pas ici ! ”  
   Il dit : “ Dieu ne t’a-t-Il pas accordé à propos de toute chose, une exhortation et une explication ? Ne sais-tu pas [que Dieu a dit :] “ Jamais ne frappe une épreuve sur terre ou en vos âmes sans qu’elle soit [écrite] dans un Livre avant que Nous ne la produisions ” (Coran LVII 22).
   Il dit : “ Bien sûr ! ”  
   Et Adam l’emporta dans la controverse.
   Le péché originel, c'est le problème de la Prédestination auxquels les gens de la Bible ne croient pas. Car eux-mêmes sont des partisans du libre arbitre. D'où cette accusation gratuite et ce dogme mythique…
[13] Généralement, les gens de l'Evangile mettent plutôt l'accent sur les sacrements.
[14] ou la rédemption.
[15] soit de tes ancêtres les prophètes.
[16] En copte. Francisé : Moïse, arabisé, coranique, Moussa, avec un seul s.
[17] L'idée reçue en terre d'Europe, c'est le Judaïsme est réservé aux Hébreux, les Fils d'Israël, les Judaïsés, le Christianisme aux Européens [non-juifs, les Fils d'Esaü], l'Islam aux Arabes. On a toujours cherché à répandre comme propagande que cette religion ne peut, en aucun cas, s'adresser aux autres peuples : africains ou asiatiques ou autres. Pour cela, voir ce que les gens de la Bible firent en Afrique et Madagascar. Partout où le sol devait être foulé par les gens de la Bible, l'Islam devait disparaître à jamais du cœur et des pratiques des gens… Même son de cloche en Asie centrale avec notamment la colonisation de la  Turcophonie. Pour appâter ces gens, on leur fera croire que le combat du social-communisme et leur combat était le même ! Les gens de la Bible de Russie, avec une idéologie athée, matérialiste [ayant comme père : Karl-Max] chercheront donc à détruire l'Islam dans cette partie du monde. Pour cela, on ne reculera devant rien… Et chose étonnante, cette alliance du monde biblique (croyants, athées, mécréants, idéologues, philosophes, laïcs, etc.) pour la bonne cause, est jugée utile voir indispensable !
[18] Soit du non Arabe.
[19] Ce n'est pas ici une question de langue, de couleur de peau, de beauté ou de laideur, d'être fils de noble ou fils de pauvre, fils d'Israël ou Fils d'Ismaël, etc.
[20] Il existe plusieurs types d'associationnismes (chirk). Les gens de l'Evangile suivent, eux, l'Associationnisme dit de la Distinction, à travers la Trinité ou le Tri Théisme.
[21] faisait partie de la communauté juive d'Arabie.
[22] oncle du prophète.  

  Point de divinité, de dieu que Dieu !
"Vulnerant omnes, ultima necat."
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l'Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter,
publier tout document du site sans autorisation préalable. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance de la licence de droits d'usage,
en accepter et en respecter les dispositions.
    Politique de confidentialité du site.

 


Copyright © 2001 le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le 15/08/06 .
 

 Retour au menu 

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire