786

                            

Il est important d'agir. L'Islam traditionnel est le seul principe garantissant les libertés que d'aucuns s'empresseraient de rendre illégales si ce premier n'existait pas. La Soumisson est parfois utilisée abusivement, parfois mal comprise, souvent mal respectée et bafouée, mais toujours susceptible d'être abolie ou remise en question en terre d'Europe.

 


Lorsque le monde islamique interpelle le monde biblique sur les réformes qu'il propose au cours de leur campagne sur la libération sexuelle et s'étonne que nombre d'entre elles soient d'inspiration ou de nature libérale, licencieuse, l'homme biblique répond : " Nous proposons ce qui marche". C'est en fonction de ce seul critère que le monde biblique, du Partissisme, a inscrit dans son programme des réformes qui seraient qualifiées de "dangereuses" par les observateurs et commentateurs du monde islamique.

 

P

oint de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

    Dans le système idéologique, le contrôle des naissances est une chose primodiale, nécessaire, indispensable, reconnue d’utilité publique[5]. Et à Emmanuel Todd d’écrire sur ce sujet[6] : ²Le contrôle des naissances est, avec l'alphabétisation et l'industrialisation, l’un des éléments essentiels de la modernité[7]. Sa diffusion commence en Europe dès la fin du XVIII° siècle…²

Le contrôle des naissances.

   Types d’individus.

   Dans le monde du Monothéisme, il existe trois types d’individus concernant le problème des causes à effets. 1°) L’homme toranique qui lui, dans sa vie, ne se sert pas des causes. 2°) l’homme évangélique qui lui, au contraire, s’en sert. 3°) L’homme de l’Islam traditionnel qui lui se sert des causes, mais tout en plaçant sa confiance en son divin Créateur et Dispenseur des biens.

   A cela, il faut ajouter, dans ce monde européen, un quatrième type d’individus : L’homme idéologique lequel a déposé le divin Créateur de toute autorité sur Ses créatures. A l’entendre et à l’écouter, c’est lui et lui seul qui peut gouverner l’Univers, l’arranger, faire ce que bon lui semble ! En clair, n’est-ce pas un nemrodiste en herbe ? Un homme orgueilleux ? Prétentieux ?

   Le jeu des mots.

   Dans le monde européen, on aime jouer avec les mots. Exemple avec un mot à la mode, la « modernité »[8]. Pour nous, on préfèrera employer une toute autre formule plus adéquate : le changement de la condition de vie. Ex. : Naguère, en terre d’Europe, l’individu faisait la plupart de son activité avec ses mains. Le travail fait par les chercheurs, les scientifiques et autres personnes ; lui ont permis de les libérer et d’employer d’autres outils qui lui allègent (allègeront) son fardeau et lui facilitent (faciliteront) le travail journalier… L’homme incroyant, mécréant, athée, philosophe, idéologue, etc., verra là le bienfait de sa science, de son labeur, de la découverte, du progrès scientifique… L’homme croyant verra, lui, la manifestation du bienfait divin à son égard. Deux visions diamétralement opposées qui se côtoient sans jamais se rencontrer.

   Le contrôle des naissances. Dans la société idéologique, l’homme a peur de ce qu’il fait et entreprend. Il en devient même paranoïaque. Et il est même devenu un homme peureux et avare[9]. D’où la limite des choses qu’il veut s’imposer, s’accorder et imposer et accorder à autrui. Il veut tout contrôler[10] dans les moindre détails, jusqu’à la naissance de ceux qui lui succèderont ! Si héritier, il a. Et comble de l’ironie, il appellera tout ce qu’il fait ou entrepend, la « modernité »[11] ! ? Enfin, ce que constate les observateurs de 1800 à nos jours chez l’homme européen, biblique, alphabétisé ; c’est que loin d’être un homme civilé, éduqué, religieux, il apparaît tout son contraire !? Il devient jusqu’à l’ennemi de lui-même et prend sa religion, celle de ses ancêtres, en aversion[12] !  

   Idéologie + mariage + naissance.

   L’Idéologie[13] a déposée l’Autorité du divin Créateur et Législateur sur Ses créatures . Elle a engendrée dans un premier temps la désobéissance au divin Créateur. L’âme libérée de toute contrainte a pu alors donner libre cours à tous ses désirs, ses passions les plus infâmes. L’Idéologie a engendrée alors la licence, laquelle en matière de relations sexuelles ne connaît aucune limite, retenue. Et cet état de fait est,  d’une certaine partie (voire en grande partie), la faute du monde biblique, du monde de ses Dirigeants religieux. Le monde religieux a légiféré[14] pour la mono.gamie. Résultat. Dans les sociétés européennes, bibliques, on est monogame à la maison, polygame au-dehors ! Les uns désapprouvent, d’autres, vous diront, que cela fait partie de l’évolution de la société ! Le monde religieux a fait obstruction, a interdit (notamment partie du monde évangélique) le divorce. Résultat. A travers l’Idéologie, ce qu’on a pu avoir légalement, a l’a pris de/par force aux religieux.

   Conclusion. Au fil des temps, l’Idéologie a fait naître une société de plus en plus bâtarde. A un tel point que l’individu ne sait même plus avec qui co.puler tant le choix semble lui avoir été ouvert devant lui. Hier, on vous parlait de coït normal, légal. Aujourd’hui, anal, animal et autres. Même le contrat de mariage est remis en doute. La plupart des animaux vous diront que « modernité », dans le monde biblique européen, semble aller de pair avec bêtise humaine ! Affaire à suivre…            

   La contraception.

   Une arme idéale pour l’Idéologie, elle est liée avec le contrôle des naissances. Tout cela s’impose facilement là où un niveau de foi baisse. Car on veut bien s’amuser, mais en refusant d’en payer le prix ! Et à Emmanuel Todd d’écrire sur ce sujet : ²L'histoire du contrôle des naissances est, comme celle de la déchristianisation, saccadée. Durant le dernier tiers du XVII° siècle, la France décroche : le taux de natalité commence à baisser dans les villes. A la Révolution[15] correspond une accélération, la contraception[16] se  répandant  dans  les  campagnes² De plus : ²…: les révolutions démographiques française et nord-européenne coïncident avec deux crises religieuses majeures : le premier effondrement catholique des années 1730-1800, la chute du protestantisme entre 1880 et 1930.²

   Et entre guillemets, n’oublions pas que perte de foi = guerres[17]. L’Idéologie qui prédendait donner une nouvelle foi à l’Europe, un nouveau sens à la vie ; semble n’avoir pas fait mieux que ses prédécesseurs, ceux qu’elle se permettait de critiquer ! Pire ! elle aussi apportera son lot de désolation et de morts pour l’Europe… Preuve que changer de la Religion à l’Idéologie, pour l’Europe, n’a pas été un signe fort, bon, équitable, juste, salvateur.    

Alphabétisation + déchristianisation = contraception

   L’Idéologie est arrivée à mettre à genoux les gens du monde biblique d’Europe. L’Idéologie est ainsi passée du règne divin au règne féminin. Selon l’enseignement véhiculée, notre procréation appartient uniquement au monde féminin. Le divin Créateur n’a rien à y voir, de près ou de loin. C’est elle, (la personne féminine) et uniquement elle, qui dispose de notre avenir, de l’avenir du monde ! Que de prétentions ! Ce qui aura pour résultat aussi (au sein même du monde idéologique), de rendre la personne féminine : orgueilleuse, prétentieuse ! Autre problème en terre d’Europe : L'alphabétisation. Cette dernière servira entre autre, nous dit-on, au contrôle des naissances ! Emmanuel Todd d’écrire : ²L'alphabétisation n'est qu'une première condition du développement du contrôle des naissances ; l'effondrement des croyances religieuses semble un facteur presque aussi important. Ces deux éléments explicatifs une fois mis en place, l'histoire démographique de l'Europe, avec ses trois phases principales, devient compréhensible.²

   Puis, d’ajouter : Phase I : 1770-1830. La France est alors la seule nation d'Europe - au moins pour ce qui concerne le Bassin parisien - à être simultanément alphabétisée et déchristianisée. La hausse du niveau culturel permet la diffusion des connaissances. La disparition de l'Église catholique, dont la doctrine interdit toute intervention dans la mécanique naturelle de la procréation, donne aux individus la liberté nécessaire[18]. Dès la fin du XVIII° siècle, les Français considèrent, avec Diderot, qu'aucun Créateur ne surveille dans le détail leur vie quotidienne et surtout pas leur façon de faire l'amour[19]. Ils cessent de croire en la réalité du péché originel[20], notion que l'Eglise associe très fortement à la sexualité et qui justifie sa répression[21]. La déchristianisation désacralise l'amour physique, permet l'expérimentation individuelle en ce domaine et le développement du contrôle des naissances[22]. Dans cette première phase, ni le Nord ni le Sud de l'Europe ne peuvent suivre la France. Au Nord, l'alphabétisation est plus avancée, mais le christianisme est intact. Or le protestantisme sacralise autant que le catholicisme la sexualité. Au Sud, de vastes zones déchristianisées existent dès 1800, en Espagne, au Portugal ou en Italie, mais le taux d'alphabétisation est trop bas ; l'ignorance et la passivité règnent.

   Phase II : 1880-1930

   L'Europe du Nord rejoint la France. Elle reste alphabétisée mais abandonne la foi chrétienne. La transition démographique commence. La chute du taux de natalité dans les pays protestants n'est pas sans effet sur le comportement démographique des pays catholiques du Nord. En Belgique, en Suisse centrale, dans le Sud des Pays-Bas, en Allemagne rhénane et méridionale, en

Autriche, le taux de natalité fléchit, malgré la persistance d'un niveau élevé de pratique religieuse. Le même phénomène peut être observé en France, où les régions catholiques épargnées par la déchristianisation font apparaître,  entre  1800 et  1900,  des fécondités nettement inférieures à celles du reste du monde catholique. L'influence du comportement français majoritaire est sensible. Cependant,  en France comme en Allemagne, vers 1900, les zones catholiques ont quand même des niveaux de fécondité supérieurs à ceux du reste du pays.

  Phase III: 1920-1940

  En Espagne, au Portugal, en Italie, c'est la diffusion tardive de l'alphabétisation qui déclenche le gros du processus de transition démographique. Dans le Sud de ces trois pays, la déchristianisation était un phénomène ancien, dont le potentiel contracepteur était désactivé par la faiblesse du niveau culturel. La carte 27[23], qui situe dans l'espace et le temps le processus d'alphabétisation européen, permet de constater que le seuil des 50 % d'hommes alphabétisés n'est franchi par l'Italie et l'Espagne du Sud, par le Portugal central, qu'entre 1900 et 1940. Les femmes, indispensables à toute diffusion de la contraception, n'ont vraisemblablement atteint ce stade qu'à partir de 1920 : la coïncidence est donc parfaite. On peut noter dans ces pays, entre 1940 et 1965, une surfécondité persistante des régions restées pratiquantes[24].

   Le but de ce très court chapitre n'est pas d'étudier dans tous ses détails le processus de diffusion du contrôle des naissances. Il existe en effet sur le sujet une très vaste synthèse (menée sous la direction d'Ansley Coale) dont l'approche est résolument spatiale et cartographique[25]. Le découpage de l'Europe utilisé est très proche de celui que je propose. Certaines des réflexions générales sur la transition démographique européenne - celle de Ron Lesthaeghe en particulier - mettent bien en évidence les interactions entre alphabétisation, déchristianisation (sécularisation selon la terminologie anglo-saxonne) et structures agraires[26]. On trouvera dans les divers travaux correspondant à la synthèse de Princeton toutes les cartes nécessaires à une description des phénomènes démographiques européens entre 1780 et 1960.

   Transition démographique et transition idéologique

   Les facteurs qui déclenchent le développement du contrôle des naissances - déchristianisation et alphabétisation[27] - ne se contentent pas d'agir dans le domaine démographique. La perte du sens religieux, l’apprentissage de la lecture affectent l’ensemble de la structure sociale, et en particulier la vie idéologique des pays et régions. Les conditions d’émergence des idéologies modernes sont en effet les mêmes que celles de la diffusion de la contraception. C’est pourquoi transition démographique et transition idéologique coïncident si bien dans le temps et dans l’espace. [Explicit].

   Conclusion.

   Quoi de plus normal. On enfante ce à quoi on aspire. Ne dit-on pas que l’enfant est le secret du père ? L’être mécréant, athée, idéologue, philosophique, ect., aspire à un certain mode de vie qu’il aimerait bien voir appliquer pour lui-même et pour autrui. Sans recours d’un système en place, cela ne restera alors pour lui, qu’un beau rêve, lettre morte ! Peut-être, deviendra-t-il réalité avec le Diable banni (que Dieu le maudisse !) ? Pourquoi désespérer ? Car ce dernier que veut-il pour l’humain, n’est-ce pas qu’il vive dans le péché, le mal, la turpitude et le blâmable ? Et avez-vous entendu, un jour de votre vie, l’Idéologue vous parler de tout cela ? Nullement. Car tout cela n’étant que chimères pour lui. Aussi a-t-il destitué l’Autorité divine sur Ses créatures pour la donner gratuitement à Satan, le lapidé (que Dieu le maudisse !). Il a coupé ainsi le cordon ombilical qui liait, unissait, la créature au divin Créateur, c’est-à-dire : la Religion divine. Et l’Antéchrit, le Faux-Messie peut alors arriver plus vite et vivre en roi. Son époque ne sera-t-elle pas à une époque où la licence sera reine ? Le monde biblique ne fait ne cherche-t-il pas à provoquer sa venue ?     

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.  
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Evangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Voir dans ce domaine le rôle des dualistes (loges, sectes occultes, etc.)
[6] Voir : « L’Invention de l’Europe ». Edit. du Seuil.
[7] Il faudrait dire surtout dans la façon de penser (ou de nous faire penser) des idéologues. Non de tout homme religieux, censé. Car Celui qui crée, donne la vie, nourrit, c’est le divin Créateur. Pour l’Idéologue, Dame « Raison » et Dame « Nature ». Pour l’Idéologue, aller de l’avant ne peut se faire qu’en évitant toute naissance. Système pharaonique, de basse classe. D’un orgueil démesuré. On va de l’avant en tuant autrui ou en cherchant coûte que coûte qu’il vienne à la vie ! Compréhensible que le monde européen, biblique, fasse, sans cesse appel à l’étranger pour le vide qu’il a lui-même créé autour de lui !
[8] Dans « Nous n’avons jamais été modernes », nous lisons ce qui suit : « La modernité a autant de sens qu’il y a de penseurs ou de journalistes. Pourtant, toutes les définitions désignent d’une façon ou d’une autre le passage du temps. Par l’adjectif moderne, on désigne un régime nouveau, une accélération, une rupture, une révolution du temps. Lorsque les mots « moderne », « modernisation », « modernité » apparaissent, nous définissons par contraste un passé archaïque et stable. De plus, le mot se trouve toujours lancé au cours d’une polémique, dans une querelle où il y a des gagnants et des perdants, des Anciens et des Modernes. « Moderne » est donc asymétrique par deux fois : il désigne une brisure dans le passage régulier du temps ; il désigne un combat dans lequel il y a des vainqueurs et des vaincus. Si tant de contemporains hésitent aujourd’hui à employer cet adjectif, si nous le qualifions par des prépositions, c’est que nous nous sentons moins assurés de maintenir cette double asymétrie : nous ne pouvons plus désigner la flèche irréversible du temps ni attribuer un prix aux vainqueurs. Dans les innombrables querelles des Anciens et des Modernes, les premiers gagnent maintenant autant de fois que les seconds, et rien ne permet plus de dire si les révolutions achèvent les anciens régimes ou les parachèvent. De là, le sceptissisme appelé drôlement « post » - moderne bien qu’il ne sache pas s’il est capable de succéder pour toujours aux modernes. » (Op. cit.)
[9] le modèle idéologique a donné naissance à une société dite industrialisée et une société dite arriérée (le mot n’est pas trop fort). Une société riche et une société pauvre. Mais dans le monde biblique aime-t-on partager le bienfait des connaissances scientifiques et industrielles avec son prochain ? Nullement. C’est du goutte à goutte. On veut bien partager avec autrui, mais selon une certaine limite. On vous donnera volontiers un avion, mais sans les pièces détachées.  D’où cet état de dépendance permanente… inventée pour faire d’autrui un serf. L’homme industrialisé est donc un homme sans cœur, sans foi ni loi. Et ceci, contrairement à l’opinion qu’il se fait de lui-même.
[10] surtout à travers le Partissisme (et par extension le syndicalisme). On vous interdit de « penser », le parti a déjà « pensé » pour vous, ou « pense » (ou est entrain de « penser ») pour vous (genre de l’idéologie socialisante, partissisme des gauches) ! On monopolise, on emprisonne ainsi votre pensée, votre liberté de penser. On s’accapare partie de votre bien intellectuel.
[11] Voir à ce sujet : Nous n’avons jamais été modernes, Bruno Latour. Edit. La Découverte.
[12] Emmanuel Todd d’écrire : « La disparition de la métaphysique religieuse ne détermine pas à elle seule l’émergence des idéologies modernes. Pour s’identifier aux nouveaux systèmes de pensée, les peuples doivent avoir atteint un niveau éducatif minimal, savoir lire et écrire. Plus précisément, pour qu’une métaphysique sociale de remplacement puisse se répandre dans une société donnée, on doit y observer une proportion d’hommes alphabétisés au moins égale à 50%. Le passage de ce seuil des 50% d’hommes alphabétisés est, avec la déchristianisation, une condition nécessaire de l’idéologisation. Ensemble, déchristianisation et alphabétisation constituent les conditions nécessaires et suffisantes du passage à l’idéologie. Déchristianisation et alphabétisation peuvent coïncider dans le temps, mais un certain décalage, dans un sens ou dans l’autre, est la combinaison la plus commune. »
   Et pour l’auteur de ces lignes : Trois figures historiques peuvent être observées.
   a) La déchristianisation et l’alphabétisation sont simultanés. (…) Le recrutement religieux plonge à partir de 1730-1740 : la barre des 50% d’hommes alphabétisés est franchie vers 1700. Première manifestation idéologique moderne, la Révolution française peut éclater. b) l’alphabétisation précède la christianisation. C’est le cas de tous les pays protestants, où l’apprentissage de la lecture est très avancé au XVI° siècle, mais où l’effondrement religieux n’intervient qu’entre 1880 et 1930. (…)
   Les régions où le catholicisme survit à la crise des années 1730-1800, comme l’Allemagne du Sud, la Flandre, l’Irlande, l’Espagne du Nord, par exemple, se conforment à ce modèle, mais ne sortent de la phase de latence, alphabétisé mais préidéologique, que vers 1965. L’émergence d’idéologies modernes dans la majeure partie de l’Europe contraint cependant ces régions à produire de l’idéologie réactionnelle en abondance durant les années 1880-1965. c) la déchristianisation précède l’alphabétisation. Dans certaines régions catholiques, la déchristianisation, totale ou partielle, est au contraire très précoce puisqu’elle intervient au XVIII° siècle, mais l’alphabétisation est tardive. (…) L’activation idéologique de l’Europe occidentale est donc un phénomène global, mais qui s’étale dans le temps. Sa chronologie combine, comme celle du contrôle des naissances, les décalages Nord/Sud du processus d’alphabétisation et le rythme saccadé de la déchristianisation. L’idéologisation commence dans la France du Nord dès le XVIII° siècle. La Révolution met l’Europe à feu et à sang, mais ne parvient pas à éveiller à l’idéologie les peuples protestants suralphabétisés de l’Europe du Nord. Suit une pause, qui couvre le gros du XIX° siècle. Entre 1880 et 1900, les pays protestants, où la religion s’effondre, entrent dans l’âge idéologique… (Op. cit.)
[13] L’idéologie vient du Dualisme.
[14] En tronquant, falsifiant, au préalable, l’Écriture sainte : la Bible.
[15] En gras et souligné pour nous.
[16] Idem.
[17] Guerres de 70 + Guerres de 1940. N’oublions pas que l’Européen d’origine, blanc, où il se trouve ; est un guerrier par nature. Il aime donc imposer à autrui son mode de vie et de société. A l’instar de l’Italie antique, ancienne. Il le fera à travers son système politique (système judiciaire : lois, etc.) ou, le cas échéant, par la force des armes.
[18] Notamment à travers la formule : du droit de disposer de son corps. Concerne, en particulier, la personne féminine.
[19] « Amour » mot propre aux Latins. En anglais, mot rare. Faire l’amour, accomplir l’acte sexuel. Deux façons de le faire : légal et illégal. Dans le premier cas, l’acte sexuel est fait légalement et avec amour, et l’enfant qui naîtra de cette union, (vue qu’il est au départ, voulu, désiré) ; s’épanouira au sein de sa famille. Deuxième cas, né d’une façon illégale, l’enfant qui naîtra sera un futur rejeté, raté, taré de la société. En clair, la faute de deux êtres pour un temps, marquera à jamais l’enfant qui devra naître, un être non coupable. Il payera au prix fort les ébats de ces deux compères. Solution alors du monde idéologique : l’avortement. Le mot délit ici sera à peine invoqué. Donc aucune peine sera encourue envers les responsables de ce délit. La licence sera donc reine dans tout régime idéologique.
[20] Celui que tous les hommes, dans la croyance évangélique, auraient contracté en la personne d’Adam. Dogme rejeté par l’Islam traditionnel.
[21] Paul de dire : le chef de la femme, c’est l’homme (Bible. I Cor. 11/3). Ce n’est pas l’homme en effet qui a été tiré de la femme, mais la femme de l’homme ; et ce n’est pas l’homme, bien sûr, qui a été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. (11/8-9), etc. De notre temps, il semble que bon nombre de gens de la Bible ont pris en aversion ces paroles.
[22] Drôle de conception : d’un côté on vous libère, de l’autre on vous contrôle !
[23] voir l’ouvrage de l’auteur.
[24] foi = fécondité. Désir de procréation, de donner la vie à autrui. Mécréance = désir simplement de s’amuser entre des corps. Nul désir de procréer, de donner vie à autrui. Peur et constatation claire d’une faute. De critiques…
[25] Voir  l'ouvrage  de  synthèse  par  AJ.  Coale  et  S.G.  Watkins,  The Décline ofFertility in Europe. Le découpage administratif est très proche du découpage en 483 unités que j'utilise, mais s'étale beaucoup plus loin, puisqu'il englobe l'Europe orientale et la Russie. On trouvera dans ce livre la liste  des  monographies  nationales  qui  sous-tendent  la  synthèse  globale (France, Italie, Portugal, Belgique, Russie, îles Britanniques).
[26] Voir en particulier R. Lesthaeghe et C. Wilson, « Modes of production, secularization and thé pace ofthe fertility décline in Western Europe, 1870- 1930 », in A.J. Coale et S.C. Watkins, op. cit., p. 261-292.
[27] Preuve que plus on est instruit plus on devient bête !

 

 

Pardon, M'dame, c'est quoi.....

<-><->


  Point de divinité, de dieu, que Dieu !
"Vulnerant omnes, ultima necat."
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l'Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter,
publier tout document du site sans autorisation préalable. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance de la licence de droits d'usage,
en accepter et en respecter les dispositions.
    Politique de confidentialité du site.

 

 


Copyright © 2001 le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le 17/01/07 .
 

 Retour au menu 

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire