786
 Au nom de DIEU, Allaha,
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !
Que les meilleures salutations soient sur les Messagers et Prophètes divins !

   S'agissant de l'interrogation de celui qui se demande : Comment s'habiller de notre temps ? Est-ce qu'il adoptera les pratiques actuelles ? C'est une interrogation étonnante ! Car la façon de s'habiller actuellement chez bon nombre de gens de confession soumise dont les personnes féminines, n'a rien de légal par rapport aux dispositions de la loi religieuse. Et aucun prophète ne l'approuvera.

La nudité du visage et le tenue vestimentaire.

Voiler le visage féminin. Verse et contreverse. 

Antiquité. Le voile dans l’Antiquité. Bref aperçu. 

  Les lois assyriennes de Teglat-Phalazar 1er : « Les femmes mariées qui sortent dans la rue n’auront pas la tête découverte. La concubine qui va dans la rue avec sa maîtresse (l’épouse) sera également voilée. La hiérodule (prostituée sacrée) qu’un mari a prise sera voilée dans les rues. Et celle qu’un mari n’a pas prise ira la tête découverte. La prostituée non sacrée ne sera pas voilée, sa tête sera découverte. » 

Le monde gréco-romain, byzantin. Femmes voilées (dont les vestales). 

Gens du monde de l'Évangile. Entre réalité ou fiction ? Le monde de l’Évangile. Ce que la Bible nous dit. 

  Paul, le pharisien insiste dans ses lettres pour que la femme se couvre, particulièrement quand elle prie et prophétise[1]. Qu’on en juge :
   "...Par contre, toute femme qui prie ou prophétise la tête non voilée déshonore son chef : c'est comme si elle avait les cheveux coupés[2]. Si donc une femme ne m'est pas le voile qu'elle se fasse tondre[3] ! Mais si c'est une honte pour une femme d'avoir les cheveux coupés ou la tête tondue, qu'elle mette un voile ! (...) Voilà pourquoi la femme doit avoir un signe de sujétion à cause des anges. (...) Est-ce que la nature elle-même ne vous enseigne pas que c'est une honte pour l'homme de porter les cheveux longs, mais que pour la femme c'est une gloire de les laisser croître, la chevelure lui ayant été donnée en guise de voile ? " (Bible. I Corinthiens 11 : 5-6 ; 10, 14-15).
  Question : Si à notre époque la plupart des Eglises ont décidé d’abolir ces paroles de leur maître Paul, les épouses pourront-elles encore prier devant leur Seigneur, et surtout prétendre ensuite prophétiser ? Et comment devons-nous interpréter ces autres paroles du maître :
  "Pareillement, que les femmes âgées aient la tenue qui sied aux personnes saintes ; qu'elles soient ni médisantes ni esclaves du vin[4]; qu'elles soient de bonnes éducatrices, sachant former les jeunes (femmes) à aimer leur mari et leurs enfants, à être d'esprit pondéré, chastes, appliquées aux soins domestiques[5], bonnes, soumises à leur mari, afin qu'on ne parle pas en mal de la parole de Dieu. Pareillement exhorte les jeunes gens à être pondérés en tout." (Tite. 2 : 4-6).
  Monde de l'Evangile, pour éviter à travers les femmes qu’on parle en mal de la parole de Dieu (exalté soit-Il !), et toujours en mal du Maître et Seigneur de l’univers, de Sa religion et de Ses lois ; les femmes de l’Evangile doivent-elles suivre et continuer à suivre ces paroles de leur maître à la lettre ou bien feindre de les ignorer ? Ont-elles encore le droit à l’erreur ? Ne risquent-elles pas en abandonnant ces paroles de leur maître de mettre en péril, demain, la société évangélique, l’Evangile elle-même ? Ont-elles encore le droit d’oublier ces autres paroles de leur maître :
   « Je veux que les hommes prient[6] en tout lieu tenant levées des mains pures, étrangers à la colère et la dispute ; pareillement les femmes, dans une tenue décente, parées avec pudeur et modestie, sans tresses, ni bijoux d'or, ni perles, ni vêtements coûteux, mais avec des oeuvres bonnes, comme il sied à des femmes qui font profession de piété[7]. Que la femme reçoive l'instruction en silence avec une entière soumission. Quant à donner l'enseignement ou à régenter l'homme[8], je ne (lui) permets pas ; mais qu'elle se tienne tranquille. C'est Adam, en effet, qui a été formé le premier ; Eve ensuite. Et ce n'est pas Adam qui s'est laissé séduire, mais la femme qui, une fois séduite, est tombée dans la transgression[9]. Toutefois, elle sera sauvée par la maternité[10], pourvu qu'il y ait persévérance dans la foi, la charité et la sanctification, jointes à la modestie. (Thimothée 2 : 8-15).
   Oui, Gens de l'Evangile, où sont ces qualités, ces promesses du monde de l’Evangile, de l’Eglise primitive, celles notamment enseignées voilà près de 20 siècles par le fils de Marie, son cousin, le fils de Zacharie, par Marie, les Douze, et bien d’autres encore ? Demain, si les femmes de l’Evangile abandonnent définitivement ces qualités, que restera-t-il au juste de leur propre religion ? de la religion prêchée et enseignée naguère par le fils de la vierge Marie ? Chaque fille ou femme du monde de l’Evangile ne voudraient-elles pas ressembler à Marie, à sa mère, et à sa tante, la mère de Zacharie ? Par leur attitude, ne risquent-elles pas de mettre en péril demain leur religion, et à travers elle, leur propre existence, leur survie ? Oublieraient-elles pourquoi ont-elles été créées ? Si tout cela est négligé, comment le monde de l’Evangile peut-il encore prétendre appeler vers une chose au quelle aucune personne ne semble croire ? Et surtout de sermonner les gens d’autres communautés religieuses ? Oui, dans ce monde biblique actuel, quelle place occupe réellement la femme biblique ? N’est-il pas écrit quelque part dans la Bible, que la femme est une sorte d’être damné, maudit (Bible. Thora. Genèse : 3:16-20) ? N’est-ce pas à Tertullien, le théologien, de déclarer :
   « Femme, tu devrais toujours porter le deuil,
   être couverte de haillons et abîmée dans la pénitence,
   afin de racheter la faute d’avoir perdu le genre humain ».
   Selon Augustin (354-430) la femme, dans le domaine de la foi, est l’égale de l’homme. Mais, en dehors, il invoque l’ordre naturel pour affirmer qu’elle est inférieure à l’homme. Elle ne peut commander, intervenir dans des activités judiciaires ni enseigner dans l’Eglise ou au-dehors. 

Gens de la Torah. 

      On dit que la tradition juive insiste sur le caractère essentiel des liens conjugaux, sur le port du voile (au lieu de la perruque pour certains) et les règles de la pudeur[11]. Le Rabbin Yossef 'Haïm déclare : "La pudeur est très importante pour la femme. D'abord au niveau de la tenue vestimentaire : il est interdit de porter un habit qui laisse découverte une partie de son corps, à l'exception du visage, du cou et des mains..." (Les Lois de la Femmes, éd. Salem Yshua, Jérusalem). Et Franklin Rausky d'écrire : La tradition d'Israël nous enseigne que la vie humaine repose sur un équilibre entre deux pôles opposés de l'existence, tout aussi nécessaires l'un que l'autre : Tsin'a et Farhesia.
   Ces deux termes talmudiques[12] représentent les deux sphères où se meut tout être humain. Personne ne saurait vivre dans une seule de ces sphères. Tsin'a c'est la vie privée, l'intimité, le chez-soi, la vie hors de la vue des autres, la vie dans ses moments de totale solitude, ou dans le secret du couple, ou dans la chaleur du foyer. Ici, l'homme cesse d'être un citoyen, un producteur, un consommateur, un salarié, un cadre, un enseignant, un acteur social dans un monde de rôles et de fonctions, pour être soi-même, ou être seulement un conjoint, ou un ami, ou un parent, ou un enfant, dans des relations privilégiées, hors des masses, des organisations et des institutions.
   Farhesia désigne la vie publique, celle de l'homme en face-à-face avec le monde qui l'entoure, dans son travail, dans ses études, ou ses actes et ses paroles appartiennent au domaine public. Sans vie publique, l'homme serait prisonnier d'un étouffant et infernal huit clos. C'est une préoccupation constante des Sages de la Tradition de définir ce qui appartient à la sphère du privé et ce qui appartient à la spère du public. Ainsi la nudité appartient au domaine du privé, car le corps ne saurait se métamorphoser en objet de spectacle… (Article : Loft Story : un jeu insignifiant ou dangereux. Actualité Juive. N° 703. Jeudi 17 mai 2001). 

La nudité des créatures humaines. La Loi divine en ce qui les concerne.  

  Comme nous le savons tous chez les logiciens, l’homme est un animal doué de la parole[13]. Et est à l’inverse de l’animal que nous connaissons tous, il a besoin de vêtements décents pour couvrir sa nudité. Dans le Coran, au Seigneur des mondes de révéler qu’Il avait bel et bien, dès le commencement de Sa création, honoré les Fils d’Adam (XVII 70). La preuve, quand nos parents Adam et Eve descendront sur terre, il leur sera alors enseigné comment confectionner des vêtements pour se couvrir et se vêtir[14].

Tenue vestimentaire. L'Antiquité arabe. 

   Au Seigneur des mondes de révéler : « O Fils d’Adam ! Que le diable ne vous tente point comme il a fait sortir du Paradis vos père et mère, leur arrachant [à tous deux] leur vêtement pour leur rendre visible leurs nudités. Vraiment, il vous voit, lui et ses semblables, de telle sorte que vous ne les voyez pas. Vraiment, à ceux qui ne croient pas, Nous avons désigné les diables pour affidés. De même la plume[15] [d'oiseau]. Quant au vêtement de la piété[16], c'est le meilleur. C'est un des signes de Dieu. Peut-être se rappelleront-ils ? » (Coran VII 27-28).
   Selon les commentateurs : Dieu (Pureté à Lui !) s'adresse ici à ces ignorants parmi les Arabes (associateurs) qui faisaient la circumambulation (tawâf) autour de la Maison sacrée (Ka'bah) en état de complète nudité en se conformant ainsi aux ordres du Démon et en négligeant totalement l'obéissance qu'ils devaient à Dieu. Dieu leur fait donc savoir ici comment ils ont été abusés par Satan, comment celui-ci les a trompés en les illusionnant pour parvenir à faire d'eux ce qu'il voulait et comment, pour que la nudité des uns apparaisse aux yeux des autres, celui-ci les a soustraits au bienfait du "voile" dont Dieu les avait recouverts, agissant ainsi avec eux comme il le fit auparavant avec leurs ancêtres primordiaux Adam et Eve qu'il trompa également en les illusionnant (cf. Coran VII 22). Dieu leur dit donc :
   "Nous avons fait descendre[17] sur vous le vêtement pour cacher vos nudités" c'est-à-dire : Nous avons créé pour vous des vêtements et Nous vous en avons pourvu afin que vos parties honteuses soient cachées à vos yeux. Les commentateurs interprètent dans ce sens en se référant aux propros suivants :
   Moudjâhid a dit à propos de ce passage : "Certains Arabes faisaient nus la circumambulation (tawâf) autour de la Maison sacrée (Ka'bah) et aucun ne remettait un habit dans lequel il avait circaumambulé".
   De même :
   "De même la plume[18] [d'oiseau]. Quant au vêtement de la piété[19], c'est le meilleur."
   Son sens : "Nous avons fait descendre sur vous des vêtements dérobant au vu votre nudité et une richesse ainsi qu'un vêtement de crainte pieuse, cela étant meilleur" c'est-à-dire : tout cela, ces vêtements, cette richesse d'habit et ce vêtement de crainte pieuse est meilleur pour vous que de vous dépouiller de vos vêtements lors de votre circumambulation. Craignez donc Dieu en vous revêtissant des habits qu'Il vous a accordés et n'obéissez pas à Satan qui vous incite à vous dénuder, car, pour lui, c'est là une façon de se moquer de vous en vous tournant en ridicule et de vous tromper comme il le fit avec vos premiers ancêtres qu'il trompa de la sorte pour les dépouiller de cet habit d'obéissance dont Dieu les avait revêtus, habit qu'ils portèrent tant qu'ils obéirent à Dieu en ne mangeant pas du fruit de l'"arbre" défendu. 

Son sens profond. 

   Son sens profond, selon les commentateurs coraniques[20], est de dire que Dieu veut sensibiliser ici les âmes sur la crainte de Dieu en tous les interdits et en tous les ordres qu'Il leur a énoncés et cela englobe tout autant la foi, l'œuvre pie, la pudeur et la crainte devant Lui, que les beaux traits du visage.
   En effet, quelqu'un qui craint Dieu est forcément quelqu'un qui croit en Lui, qui met en œuvre ce qu'Il a ordonné, qui a peur de Lui, qui est vigilant et qui a honte d'être vu par Lui dans un état en lequel Il n'aime pas voir Ses serviteurs. Or chez quelqu'un qui a un tel état, les effets du bien transparaissent sur lui tant la beauté des traits du visage que dans l'excellence de la conduite et il rayonne la joie et la lumière de la foi. 

L'action du diable banni, Satan, et ses effets. 

   "Vraiment, Nous avons fait des démons les "affidés" de ceux qui ne croient pas".
   Dieu veut dire : Nous avons fait les soutiens des mécréants qui ne reconnaissent pas l'Unicité de Dieu ni la véridicité de Ses envoyés[21]

Excuse du peuple des mécréants, des athées, des prévaricateurs, des pervers... 

  "Lorsqu'ils font une turpitude" : lorsque ces gens, qui ne croient pas en Dieu et auxquels Dieu a donné les démons pour "affidés", font une action laide, il s'agit notamment là du fait de se dénuder entièrement[22] pour faire la circumambulation (tawâf) autour de la Maison Sacrée, et qu'ils sont blâmés pour leur comportement vil[23], ils répliquent : "Nous avons trouvé nos ancêtres qui la faisaient" : nous avons trouvé que nos pères se livraient à des pratiques semblables aux nôtres et nous ne faisons que faire comme eux et suivre leur exemple, et d'ailleurs comme "c'est Dieu qui nous l'a ordonnée" nous ne faisons par conséquent que suivre Son ordre.
   Dieu ordonne ensuite à Son prophète (sur lui Prière et Paix !) de dire à ces gens : "Dieu n'ordonne aucune turpitude" : Il n'ordonne pas à Ses créatures de commettre des actes vilains ou mauvais[24]; ô gens "allez-vous dire à propos de Dieu ce que vous ne savez point ?" : allez-vous penser que Dieu vous ordonne de vous dénuder ainsi alors que vous ne savez même pas réellement[25] qu'Il vous a ordonné un tel ordre ? 

L'ordre divin actuel et décret divin primodial. 

   Dieu ordonne donc à Son prophète (sur lui Prière et Paix !) de dire à ces gens qui prétendent que c'est Dieu qui leur a ordonné de commettre les turpitudes[26] auxquelles ils se livrent, qu'en réalité Dieu n'ordonne aucune turpitude et que, bien au contraire Il "a ordonné l'équité"… A notre époque bon nombre d'entre nous ne devrait-il pas méditer sur ces paroles divines et prophétiques ? Mais comment se faire entendre d'un peuple atteint de surdité ? (à suivre)

Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu’Il aime et agrée !


[1] Chez les gens de la Bible, certaines femmes peuvent être prophétesses. L'Islam traditionnel reconnaît, lui, cette qualité qu'aux hommes. On notera que le Messie, fils de Marie était le Sceau des Prophètes d'Israël.
[2] La fille ou la femme qui coupe ses cheveux pour ressembler aux hommes ou aux garçons perd toute féminité.
[3] pratique courante et connue chez les gens de la Thora.
[4] véritable fléau de la société évangélique. On se "noie" pour oublier ses ennuis, ses malheurs, etc.
[5] qualité se perdant de plus en plus en Europe…
[6] dans le sens d'invoquer…
[7] De nos jours, seules certaines communautés évangéliques d'Amérique semblent suivre ce genre de recommandations.
[8] De quoi énerver et faire enrager tout mouvement féministe (biblique, athée, philosophique, etc)…
[9] c'est-à-dire a trompé son mari. Si ce n'était Eve, la femme n'aurait pas trompée son mari…
[10] la personne célibataire n’a pas raison d’être dans la société du dénommé Paul. Que doit-on penser des personnes vivant dans les couvents ? Seront-elles sauvées ? Et Marie et son fils, seront-ils sauvés ?
[11] Pour connaître ce que les gens du Talmud pensent des relations avec les femmes des goïm (non-juifs), lire : Le Juif Talmudiste. Abbé Auguste Rohling & Abbé Maximilien de Lamarque. Selon Abarnel, une femme étrangère, qui n'est pas fille d'Israël est un animal (Dans Comm. Deuter.)
[12] Le Talmud. On reconnaît deux Talmuds : 1°) de Jérusalem et 2°) de Babylone. Compilations, commentaires et interprétations de la Torah et de la Loi…
[13] Pour lui, impossibilité de couvrir sa nudité.
[14] Chose inconnue du monde biblique en général. Selon l'idée reçue, les premiers humains étaient sans vêtement. Leurs cheveux longs ou leurs poils servaient à cacher un semblant de nudité...
[15] Sous-entendu : la parure, vos parures. Métaphore.
[16] Dans un sens métaphorique.
[17] Soit : Nous avons créé… Certains légistes, jurisconsultes, argument par ce verset, la nécessité pour l'humain de "voiler" la nudité.
[18] Sous-entendu : la parure, vos parures. Métaphore.
[19] Dans un sens métaphorique.
[20] Ex.: de Tabari.
[21] Tel est le cas, par extension, à notre époque de ceux et celles qui déclarent, haut et fort, le nudisme permis, l'habillement "léger" permis (notamment pour le sexe féminin), etc. Pour l'impudique, le pervers, le prévaricateur, l'athée, le mécréant, le philosophe, l'idéologue, etc., il n'y a qu'une vie, alors autant en profiter…Et le sexe a été créé avant tout pour copuler, autant en profiter… Le mot "licite" (ou d'une façon "licite") n'a pas de place dans leur conversation, leur vocabulaire quotidien. D'où leur devise : il est interdit d'interdire.
[22] A notre époque, on pourrait étendre ce sujet à ceux et celles qui aiment se dénuder et se faire bronzer (en parlant des hommes blancs ou des mats de peau) sur les plages ou autres lieux. On vous répondra que c'est la nature ? Un phénomène de société ? Et surtout qu'il n'a aucun mal à agir ainsi !
   Autres lieux publics (ou parfois privés) : 1°) L'armée. A l'armée, le simple soldat est invité, le plus souvent, à prendre sa douche dans une salle commune ! Pudeur et foi ne semblent pas faire bon ménage en ces lieux ! Dans le monde arabe, le monde militaire imprégné du système biblique, le "hammam" ressemble étrangement et volontiers aux douches communes des militaires du monde biblique. Là aussi, on a profané le sacré. 2) le sport. Les salles de sport connaissent ce genre de problèmes. Certains sportifs aimant se "balader" dénudés, au milieu des gens, dans les couloirs… De même pour leur séance de massage. 3°) les piscines publiques. Même problème. Un soumis ou une soumise n'y ont pas leur place. Ce qui fait, au passage, enrager bon nombre d'institutions, organismes publiques ou privés. On comprend mal la demande des garçons de se baigner en pantalons bouffants (plutôt qu'en slip ou maillot de bain). Même son de cloche pour les jeunes filles de confession soumise. La pudeur en ces lieux semble strictement interdite ! Mais dirons-nous, le premier attentat à la pudeur, n'est-ce pas d'apparaître en un état non conforme à celle-ci ? à la retenue ? 4°) Le monde médical. Le comportement de certaines femmes ou hommes de ce milieu, est souvent sujet à discussions. A remarques. Déshabiller publiquement une personne pour raser ses parties intimes, est-ce un acte louable de la part de gens du corps médical ? Est-ce à dire que raison médicale prime et doit primer, en ces lieux, sur la pudeur et le respect de la personne humaine ? 5°) Publicité. La femme (ou la jeune fille jeune) est un produit qui se vend bien dans le monde commerciale biblique. Elle n'est en fait qu'un sujet, un morceau de chair servant à la vente de produits en tout genre. Même son de cloche pour les films osés ou certains spectacles… 2. Télévision. La bêtise humaine n'ayant plus de limite, on peut (en direct, s.v.p.) voir son fils ou sa fille s'amuser et copuler avec une autre personne. Et dans ce domaine, la honte semble être tombée aussi sur des gens d'origines d'Afrique du Nord et de confession soumise ! ? Le corps humain s'est trouvé, en quelques instants, métamorphosé en objet de spectacle. Tout est filmé, il n'existe aucun espace pour la pudeur. Bref, il n'y a ni vie privée ni vie publique, mais une existence ressemblant en tout point à la vie bestiale : porcine, ânerie, de singe. Un des signes de la fin des temps, dirons nos Savants. Le péché est ici pour le copuleur comme pour celui qui, derrière son écran, prend un malin plaisir à contempler ce genre de spectacle éhonté. En ce domaine, le chameau pourrait peut-être donner, à certains, quelques leçons d'éthique, de retenue, de pudeur ? Lui qui n'aime pas être regardé, par un étranger, lors de sa copulation.  Sans doute, le monde biblique (croyants et incroyants) a-t-il oublié ce genre de paroles de leurs religieux. Qu'on en juge : Le Rév. H. R. Gough d’écrire : « Un grand nombre de notre peuple ne possède guère le sens du péché ; ils peuvent ne pas être actuellement immoraux, mais ils n’ont pas de sens moral. La conscience s’est tellement ternie par une désobéissance continuelle à ses exigences qu’il n’existe plus un sens de bien et de mal. Nous semblons ne plus avoir honte de nos péchés. Lorsqu’un peuple parvient à cet état, le désastre est proche. » (The Watchman, Mars, 1941, p. 93, Londres). Et ne méditeront-ils pas sur ces paroles du fils de Marie (sur lui la Paix !) à ses compagnons :   "Que feriez-vous, si vous voyiez votre frère découvert par le vent pendant son sommeil ? Ils dirent : Nous le recouvririons. Il (leur) dit : Dites plutôt que vous dévoileriez sa honte !" Ils s'exclamèrent : "Pureté à Dieu ! Qui pourrait agir de la sorte ?" Le fils de Marie leur dit : "Quiconque d'entre vous qui, en entendant un mauvais propos sur le compte de son frère, y joint un autre mauvais propos plus grave encore et le répand."
   Ainsi agissent les colporteurs de mauvais propos. Mentionnons au passage, qu'il existe au Châm dont au Liban, une secte qui adore le sexe féminin. Secte secrète. Une fois l'an on se réunit et la personne choisie apparaît dénudée en un lieu surélevé. Les personnes présentent se prosternent alors devant elle... Tels les partisans du Loft d'une télévision connue. Quel est le but du jeu ? Et de celui ou de celle qui se "branche", de son lieu de travail, de sa demeure, sur le lieu des scandales ! N'est-ce pas pour voir la "nudité" des participants et participantes ? Pour y joindre un autre mauvais propos plus grave encore et le répand...
   6°) Vie familiale. Un père ne peu prendre la douche avec son (ou ses) enfant(s). De même, la mère. Elle ne peut demander également qu'on lui frotte le dos, alors qu'elle est dénudée dans sa baignoire ou sa douche ou salle de bain. Devoirs exclusifs de son époux. Et inversement.

[23] Essayer de faire comprendre à celui qui n'a ni foi ni loi qu'il est indécent de se dénuder ou simplement de se vêtir d'un simple maillot de bain (homme ou femme) devant les gens, et vous verrez combien il cherchera à vous ridiculiser.
[24] Se dénuder en des lieux publics est-ce un acte de bienveillance ou un acte vil ? Le monde biblique ne pourra comprendre ce genre d'attitude. En effet, la Bible (actuelle) semble ne pas aborder ce sujet. Notamment l'Evangile. Aussi, ne nous étonnons pas de l'attitude du monde biblique face à la nudité et la pudeur. Rappelons une fois encore, que n'enseigne-t-on pas, à travers la Bible, que nos parents Adam et Eve étaient nus en Paradis ? Sans honte ?
[25] vous êtes dans le doute, et surtout vous n'avez aucune preuve écrite.
[26] le Nudisme est une turpitude, de même aimer se promener dénudé ou à moitié nu.

Point de divinité, de dieu que Dieu !
"Vulnerant omnes, ultima necat."
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l'Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter,
publier tout document du site sans autorisation préalable. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance de la licence de droits d'usage,
en accepter et en respecter les dispositions.
    Politique de confidentialité du site.

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


Copyright © 2001 le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le 17/01/07 .
 

Retour au menu

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire