786
Au nom de DIEU, Allaha,
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !
Que les meilleures salutations soient sur les Messagers et Prophètes divins !

   S'agissant de l'interrogation de celui qui se demande : Comment "faire et élever nos enfants" de notre temps ? Est-ce qu'il adoptera les pratiques actuelles ? C'est une interrogation étonnante ! Car la façon de se comporter actuellement chez bon nombre de gens en Europe, de confession soumise ; n'a rien de légal par rapport aux dispositions de la loi religieuse. Et aucun prophète ne l'approuvera.


La cellule familiale.
L'Enfance malmenée

   Le Peau-li-tique ou le politiquement incorrect.

 Démocratie ou Démon-cratie [1] ?

    En Europe, depuis des décennies, nous assistons à l’usage inconscient du terme très controversé “peuple” dans les médias, sur les lèvres des politiciens, comme thème de campagne publicitaire, etc. Le peuple veut, le peuple a décidé, lepeuple accepte, le peuple parle, le peuple s’oppose, etc. Ce peuple que les médias, les politiciens de tout bord, etc., ne cessent de solliciter, est quotidiennement sur toutes les lèvres. Mais une partie de celui-ci serait-il contre les citoyens ? Le peuple lointain, lors de la Révolution, par exemple, s’est éveillé un jour, s’est organisé en “partis” et a décidé de punir violemment ses propres compatriotes. A ses yeux, les compatriotes « croyants » à une religion révélée ne font pas et ne sont pas une partie de leur peuple. A ses yeux, les « croyants » ne font pas partie intégrante du peuple. Selon une culture populaire, représentée indifféremment par les politiciens de toute formation comprise, le peuple a raison et il reconnaît d’instinct qui est l’ami de l’Etat et qui lui est hostile. C’est pourquoi la célèbre chaleur populaire de l’époque s’est mise à incendier des maisons et des Lieux de Culte, le Livre saint, la Bible, etc.

   Une fois de plus, on assiste à l’émergence d’un peuple qui est prêt pour la dictature. Ce mouvement populaire dispose de milices prêtes à entrer en action. Les émeutiers se sont engouffrés dans ce vide et ils ne risquent pas de le dégager. Ce vide est un appel à la dictature. Ainsi, à la suite d’un événement connu, on va laisser que le massacre des « croyants » se perdurent jusqu’à ce que des appels se fassent entendre en faveurd’un état d’urgence géré par unhomme fort”. Puis parallèlement à cela, la guillotine entre en action, exécutions sommaires, déportations, humiliations, vexations, etc., en accord avec le Tribunal révolutionnaire évidemment. Tout cela n’est-il pas grave et ne revient-il pas à enfoncer un coin dans la “démocratie”, la Justice, le Droit, la Légalité et l’Équité ?  
   Quant aux gouvernements de notre époque, on ne peut que leur rappeler de faire leur travail : traiter ses citoyens sur un pied d’égalité. Le plus vite possible.

Quand l’Histoire du monde biblique donne à réfléchir.

   L’éclatante leçon se trouve française en ce moment. Elle n’est pas d’essence exclusivement française. Tous les pays la peuvent connaître à leurs dépens. Et notre France l’a plus d’une fois connue.
   En d’autres termes, c’est une manœuvre utilitaire en plus d’un pays : c’est une manœuvre passe-partout.

   Et voici en quoi consiste la manoeuvre :
  
Qu’auteur d’une idée spécieuse [2] , faite pour flatter certains amours-propres, certains intérêts, ou certaines passions, des tribuns [3] échauffés et des politiciens bons manoeuvriers créent une agitation artificielle, cela s’est vu partout.
   L’Idée soudain est magnifiée [4] . C’est la Grande Pensée du Siècle [5] . D’elle tout doit sortir ; par son application, tout doit se renouveler... Et ainsi se produisent l’aveuglement et l’envoûtement.
   Qu’importe qu’à en disputer des haines se créent, qui compromettent l’intérêt national, l’avenir peut-être d’un pays !
   Bientôt les meneurs, eux-mêmes aliénés par leur propre passion, ne voient plus que cette idée : sincèrement, ils la tiennent pour si capitale que tout doit lui être sacrifié.
   Ici, le mot « aliéné » est véritablement un mot de génie : il faut bien que de tels meneurs soient des fous lucides, pour ne pas être des assassins conscients !

   Mais que va-t-il arriver ? Il va arriver de deux choses l’une :
   1° Ou que l’œuvre de mal réussira à plein ;
   2° Ou que l’œuvre de mal sera circonscrite et limitée, sinon totalement empêchée.
   Si, par malheur, on se laisse impressionner, si un peuple abusé, trompé, égaré, dévoyé, suit, si les adversaires intimidés se rendent, l’Idée triomphe [6] , et, des siècles parfois, un pays souffre [7] ou peut périr d’une chimère qui s’est imposée, à laquelle il a subordonné, en les y contraignant, la loi et les moeurs.

   Veut-on la bien voir ici, la manœuvre de l’Etranger. En apparence, il n’y a là strictement qu’une question intérieure. En réalité, c’est toute l’intrigue européenne ; c’est tout le drame occulte de l’Europe, et, par conséquent, de la planète.
   En apparence, c’est-à-dire, aux yeux du grand public, aux yeux de la majorité des citoyens, aux yeux de l’opinion ! Car, par définition même, l’apparence, cette évidence du pauvre, est la reine de l’opinion !
   Mais, en réalité ! En réalité, c’est-à-dire, pour le petit nombre de ceux qui savent, pour la minorité avertie et informée, c’est bien autre chose.
   En réalité, ce phénomène de société, cette réforme, cette prise de position, c’est une formidable et sinistre entreprise de l’Etranger, pour nuire à la France, et la disloquer [8] .
   Le point de départ, c’est peut être quelque propos de politicien. Mais le propos va être savamment et puissamment repris et orchestré, charpenté et manoeuvré par l’Etranger.
   On dit : « La politique est l’art de tromper les peuples », aussi « une souillure », tandis que, sous l’invisible approche de la mort, les peuples se bercent complaisamment dans leur rêve enchanteur de Souveraineté [9] .

L’Idée magnifiée. L’objection de la cellule familiale saine.

   Faire naître un « homme nouveau », débarrassé de tout scrupule moral et de toute entrave sociale, libre de donner cours à la satisfaction de ses pulsions les plus profondes [10] . C’est le mérite de Désiré Dutonnerre d’avoir, dans cet ouvrage capital qu’est La Marée noire de la Pornographie [11] , montré la convergence des attaques menées par la franc-maçonnerie, le libéralisme philosophique, les associations antinatalistes (essentiellement, la Fédération Internationale du Planning Familial) [12] et les courroies de transmission du communisme international, contre la structure familiale ; et d’avoir mis en évidence que la pornographie devait être utilisée comme l’outil déterminant d’une détérioration de l’armature morale des individus, préalable, indispensable à une décomposition du système social fondé sur les valeurs dont ils sont imprégnés :

   — « En juin 1978, le « Dossier de présentation du Planning familial » n’en faisait pas mystère : la contraception était destinée à développer la contestation des comportements et des situations traditionnelles. Il s’agissait de favoriser les relations sexuelles précoces, le concubinage mais aussi l’homosexualité, celle-ci étant considérée comme un moyen de réduire le nombre des naissances [13] (en vérité le plus efficace) et de dégrader l’image de la femme. »
   — Le Bureau des archives du Congrès des États-Unis (Parlement fédéral) a publié le 10 janvier 1963 le programme du Parti [14] communiste [15] qui annonçait très clairement sa volonté de faire exploser les valeurs morales. Parmi ses 45 points, voici trois articles :

   * “faire disparaître toutes les lois réfrénant l’obscénité en les appelant une censure ou une violation de la liberté de parole et de presse” ;
   * “faire tomber les normes culturelles du sens moral en poussant la pornographie et l’obscénité dans les livres, les journaux illustrés, le cinéma, la radio et la TV” ;
  * “présenter l’homosexualité, la dégénérescence et la promiscuité des sexes comme normales, naturelles et bonnes pour la santé” (Voir La Marée noire de la Pornographie.).

   — Deux fois Grand Maître de la Grande Loge de France, co-fondateur du Mouvement français pour le Planning familial et conseiller du ministre de la Santé lors des grands débats législatifs sur la contraception, le docteur Pierre Simon écrit dans son livre De la vie avant toute chose que l’objet de son combat c’est “la vie avant comme matériau” et qu’il faut voter des lois favorables au développement de moeurs “nouvelles” pour “congédier la transcendance et saluer la matière”.
   Secrétaire de rédaction de la revue Sortilèges, frappée par une des rares mesures d’application de l’article 14 de la loi du 16 juillet 1949, Anne Dugüel, confirme dans “Censure” (v. 2.1.) : “Dans les années 1960 on pensait que le sexe était révolutionnaire. Le sexe non-institutionnalisé, du moins. Celui qui se riait du mariage et du livret de famille. Les enfants de l’après-guerre ont brandi leurs zizis comme des étendards, revendiqué le droit à la déviance, milité pour l’épanouissement sexuel, la réhabilitation des perversions, la multiplicité des partenaires et la variété des expériences.” On ne peut être plus clair. (Les réseaux pornocrates en France. Marcel Rivier. Action familiale et scolaire.).
  Le spectacle offert par la société biblique d’aujourd’hui a cependant de quoi nous faire tous réfléchir. L’effondrement des barrières morales, consécutif à la faillite des religions et régimes bibliques en place, a rendu « banal » la notion même du péché. Affaire à suivre.

Du suicide religieux au suicide physique.

   Et ce Suicide de religiosité entraîne nécessairement le Suicide physique.
   Qu’est-ce que la terrible crise de -natalité qui est en train de vider la France de sa population d’origine française [biblique], au profit d’une union libre, du libertinage [16] ?
   C’est la conséquence d’un secret et inconscient désespoir, d’une « non-foi en Dieu », d’une non-confiance en Dieu, seul Pourvoyeur et seul Nourricier des cieux et de la terre » !
   Pour propager la vie, il faut croire au Vivant qui donne la vie ! La -population est, très évidemment, fille de l’in-croyance. Fille du Démon banni (que Dieu le maudisse !).

   Si on ne croit pas à la vie, comment avoir le goût et la force de vivre ? S’il n’y a pas un Dieu Sage, Juste, Capable de gouverner l’univers, comment croire à la valeur de la vie ? Dans cette lutte éternelle entre Mal et Bien, si on ne croit pas à la victoire final du bien sur le mal, comment avoir le courage d’agir ? Croire à la victoire du bien, voilà, partout et toujours, le fond de tout. Eh bien, donc, croire en Dieu sincèrement et véritablement, c’est croire en la victoire du bien. Et la vraie religion, au fond, c’est la religion du charbonnier... Qu’est-ce, en effet, pour le charbonnier que croire en la victoire du bien ? C’est avoir la conscience de la force et la certitude du droit divin. Celui qui croit à la victoire du bien a bien raison d’y croire, puisqu’il en est la cause, puisqu’il la fait vivre. Et celui qui en doute a bien raison d’en douter, puisqu’il la défait. Pareillement, croire au désordre dans l’univers, ou, en tout cas, douter de l’ordre, n’est-ce pas d’avance, décourager, briser l’effort ?...
   Ravir sa foi à son semblable, dit-on, est pire que de lui voler son argent ou sa maison, pire que de lui prendre sa vie. C’est détruire le toit sur sa tête, le sol sous ses pieds. Vous tremblez à l’idée que vos enfants se trouveront un jour dans la vie sans nourriture et sans abri. Comment peut-on supporter qu’ils soient sans foi ? Celui-là qui ne croit pas à la prédestination du bien et du mal est véritablement sans feu ni lieu.
   Croire en Dieu, c’est croire à la victoire du bien sur le mal ; et la vraie religion, c’est la religion du charbonnier [17] . La foi en Dieu, ainsi comprise, voilà donc bien le roc sur lequel seul peut se fonder la vraie vie de l’humanité. En quoi cette foi offense-t-elle la raison et l’Etat ? Et pourquoi voudrait-on l’arracher de nos coeurs ?
      La force vive du peuple sera donc la foi ferme et inébranlable en la victoire générale du Bien sur le Mal, par conséquent en la victoire du Dieu juste et sage de l’univers. Il faut pour le peuple, pour vivre, la foi ferme et inébranlable en un Dieu Un et Unique, le Dieu du monde visible et invisible et de l’Homme. Sans cette foi, le défaitisme civique triomphera inévitablement.
   Le peuple ne saurait devenir infidèle aux alliances divines, sans péricliter à nouveau et risquer de périr de nouvelles convulsions, aboutissant à l’anarchie ou à la tyrannie.
   Car, sans une foi « vive » et agissante, « la foi qui sauve » de l’obscurantisme et de l’égarement, les peuples, comme les individus, sont en péril d’impuissance, de stérilité et de mort, ou, de ce qui est pire que la mort, la servitude ; le mot d’Alexis de Tocqueville étant aussi vrai que jamais : « Si un peuple ne croit pas, il faut qu’il serve [18] . »
   Tout l’effort de la Pensée moderne, pour consolider les bases d’une société idéale et moderne dans laquelle nous aurons l’honneur et la dignité de vivre, doit donc tendre à procurer à l’humain, « le passage de la mort à la vie, de l’asservissement à l’affranchissement  ».    

Le dépeuplement, un fléau européen ?

   Polyre en 150 av. J.-C., dans une Grèce tombée alors sous domination romaine, de déclarer :

   « Le dépeuplement nous a rapidement surpris, sans que nous nous en apercevions, parce que nos hommes s’étaient pervertis à la passion du faste et de l’argent, et au plaisir d’une vie corrompue et en conséquence ils ne se mariaient plus ou, s’ils se mariaient, ils se refusaient à élever leurs enfants ou au maximum ils en élevaient un ou deux seulement pour leur transmettre l’héritage du bien-être... »
   Texte d’actualité.

La civilisation "moderne" biblique au bord du gouffre ?

   De nos jours, la propagande sur la nudité ne semble-t-elle pas être décrite dans cette société dite moderne et civilisée de l'Europe biblique, comme une chose belle, un bien public, voire une affaire d’or pour le domaine fiscal ? Hier, on se permettait de critiquer, de singer les peuples d’Asie, d’Amérique et d’Afrique [19] . De les traiter et de les considérer comme des gens fous, ignorants, gens de la préhistoire, des moins que rien. Aujourd’hui, non seulement on les imite, pire par absence de Foi ; on semble donner libre court à ses pires instincts. Et ceci dans tous lieux : sur les plages, dans les piscines, à la maison, dans les lieux publics, à l’école. Et de plus que dire de ce que l’on voit dans certains journaux, revues, à la télévision, dans certaines salles de spectacles, de cinéma, de jeux, à travers certaines publicités présentées notamment à la télévision, etc. Lors du 4ème salon « Erotica » à Paris, n’a-t-on pas écrit en titre dans un article de journal : Les tristes dessous de la foire au sexe ? ! Oui, la pornographie est de nos jours partout : promenez-vous dans la rue, elle s’affiche dans les kiosques à journaux, sur les panneaux publicitaires, etc. Que doit-on penser de ces individus de tous âges, milieux sociaux et niveaux d’éducation devenant des lecteurs avides de revue pornographiques ? Oui, la pornographie présente, qu’on le veuille où pas, une vision faussée et idolâtre du sexe, laquelle peut engendrer des difficultés dans le mariage, surtout la vie familiale. Elle a en outre un message avilissant : « Le sexe est uniquement une question de jouissance personnelle. » De plus, elle est imprégnée de viol, d’esclavage, de débauche et de violence sadique. N’est-ce pas là le signe d’une décadence notable de la société biblique (à tous les niveaux), et surtout la preuve irréfutable que l'idéologie politique (toute tendance confondue), républicaine, démocratique, athée, matérialiste, libertaire, a donné naissance à une société libidineuse, irréligieuse, d’idolâtrie et d’asservissement [20]

Selon le Prophète (sur lui Prière et Paix !) : "Dieu maudit les hommes qui cherchent à ressembler aux femmes, et les femmes qui cherchent à ressembler aux hommes." (Transmis par Bokharî et Mouslim). De même, d'après le fils d'Abbas, le Prophète(sur lui Prière et Paix !) a maudit les hommes efféminés et les femmes qui se comportent comme des hommes. Il a dit : "Sortez-les de vos maisons !" (Transmis par Bokharî et Mouslim). Et aussi : "Il est maudit celui qui sodomise sa femme." (Transmis par Ahmad, le père de Dawoud). (à suivre..)

Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu’Il aime et agrée !


[1] Régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté lui-même sans l'intermédiaire d'un organe représentatif (démocratie directe) ou par des représentants interposés (démocratie représentative). Dans le monde soumis, on parle plus de la "démon-cratie" en Europe en général, que de « démocratie ». Ce dernier, le mot « démocratie » étant jugé par bon nombre de gens soumis, comme un mot propre au langage et au vocabulaire biblique, et tout spécialement à leur monde intellectuel, laïque, idéologique et politique... Qu'on en juge :
   « ...Les luttes pour les droits de l’homme, la démocratie et l’égalité sont toujours allées de pair avec les processus de laïcisation, parce qu’il y a toujours un abîme entre les traditions religieuses et les idées humanistes. Il en est ainsi en Israël comme dans tout autre pays... » (Haarets, supplément littéraire du 21 septembre 1994, par Benyamin Beit-Hallahmi.)
   Rappelons une fois encore cette phrase : ...les humanistes ne revendiquaient pas le droit d’adorer le vrai Dieu, car au XVIe siècle ce droit était déjà assuré ; il ne leur restait donc que la revendication du droit de refuser cette adoration.  En clair, ils sont opposés au règne de Dieu sur terre.
[2] Selon "le petit Larousse illustré" 1982 : Qui n'a qu'une apparence de vérité, sans valeur : raisonnement spécieux.
[3] 1. Démagogue éloquent, orateur populaire. 2. Ancien. Membre du Tribunal créé en France par la Constitution de l’an VIII. 3. Antiquité : Nom de divers magistrats romains.
[4] Méthodiquement et systématiquement, de puissants journaux ont eu mission de faire le siège de l’esprit public chez le peuple et chez la bourgeoisie.
   Et soudain, comme dit M. Madelin, voilà l’idée magnifiée ; c’est la grande pensée du siècle !
   Selon Epiphanius : L’observation de la réalité sociale permet la description de telles techniques, d’emploi courant, de violation de la conscience des foules pour les conduire aux fins voulues, fut-ce même au-delà de l’État et de ses lois [...]. En manoeuvrant opportunément avec les moyens d’information capables de pousser à plaisir les réactions émotives de l’opinion publique, on stimule ou on amplifie les réactions de rejet contre ses activités occultes, en les présentant contre des phénomènes dommageables à la société :
   * égoïsme, racisme, discrimination,
   * violation des droits de l’homme,
   * pollution, destruction de l’écosystème,
   * violence, militarisme.
   Sur la vague émotionnelle produite on pousse ensuite à prendre des mesures législatives et financières pour soutenir et protéger ses propres activités occultes... (Op. cit.).
[5] Ex.: la loi sur l’avortement, la pillule, la loi de l’union libre, ou celle de Sodome et Gomorrhe, etc. L’idée : l’évolution de la société, nous oblige d’agir ainsi ! C’est un effet de société ! Les opposants seront montrés du doigt, banalisés, Accusés de tous les maux, etc. Cette idée magique sera reprise ensuite et soutenue par une puissance campagne médiatique. L’aveuglement et l’envoûtement commenceront de s’emparer peu à peu de l’opinion publique. La suite nous la connaissons... Parmi la réalité cruelle de la société : Selon le baromètre Santé-2000, 4,6% des femmes interrogées avoir subi des rapports sexuels forcés, 40% de ces abus ont eu lieu avant l’âge de 16 ans et 15,5% avant l’âge de 10 ans. (France-Soir. Faits. 4/10/2000). Dans un dossier : Pourquoi tant de cruauté ? (Minute) (…) "La télévision a dépassé le cadre du débat sur la violence, pour atteindre celui de l'humiliation et de la méchanceté. Les nouveaux divertissements, de "Loft Story" au "Maillon faible", en passant par "Les Aventuriers de Koh-Lanta", font tous appel à des processus d'élimination, de complot et de mensonge. L'ordre du jour n'est plus à la compétition, au sens noble du terme, pour permetre au meilleur de gagner, mais il s'agit d'encourager le mensonge, les relations de méfiance, la délation, le double jeu et la perversité. Alors que les hommes politiques, la main sur le cœur, n'ont jamais autant utilisé les mots tolérance, de compréhension, de partage et de solidarité, la télévision met maintenant en exergue les traits de caractère les plus abjects d la société. En 2001, ce n'est plus le meilleur (le plus beau, le plus intelligent, le plus cultivé voire le plus fort…) qui gagne, mais celui qui aura su le mieux dissimuler ses intentions, comploter efficacement contre ses petits camarades ou jouer un double jeu un double jeu vis-à-vis de ses éventuels adversaires. En clair, le plus pourri a toutes les qualités pour l'emporter… Une révolution dans la télévision française. On est bien loin des règles d'"Intervilles" où les candidats d'une équipe devaient se soutenir mutuellement, s'entraider, afin que l'équipe la plus soudée et la pus complice puisse gagner.
   Comment la France est-elle tombée dans le sado-masochisme télé-visuel ? Non, le mot n'est pas trop fort. Dans le reportage, diffusé sur TF1, présentant les préparatifs de l'émission "Les aventuriers de Koh Lanta", la vraie règle du jeu est très rapidement apparue. Un candidat explique : "On nous avait parlé de deux équipes qui s'affrontaient en épreuves. Mais on a vite compris que ce serait chacun pour soi." Dans ce contexte, les complots commencent à se former au sein des équipes : "S'il y a trois mecs, il faut qu'il n'y ait pas plus que deux filles. Restons toujours majoritaires. Sinon les filles vont nous griller !" souligne un participant. Commentaire de son acolyte : "Il y a une façon de tricher : la gestion de l'hypocrisie." (Op. cit. n° 2017)
[6] Dans l'Islam traditionnel, on a vu cela à travers la chute de l'Empire ottoman.
[7] Ex.: le monde arabe à travers la Palestine.
[8] C'est ce qui se passa à travers la destruction de l'Empire ottoman. L'Etranger (le monde biblique et ses forces occultes) a su triompher sur l'écervèlement du monde arabe. Tout acquis à l'Etranger, ils ont fait une bouchée de pain de l'unité du monde islamique et de cet Empire…
[9] Proposition faite au monde arabe de l'époque : si vous nous donnez un coup de main, demain vous redeviendrez les maîtres du Vicariat (khalifah). Vaines paroles !
[10] "Les députés allemands ont adopté hier un projet de loi visant à améliorer la situation des prostituées. Celles-ci auront droit à une couverture sociale et à des contrats de travail. Elles pourront poursuivre leurs clients devant la justice, prétendre aux prestations, chômage, maladie et retraite. L'encouragement à la prostitution, délit actuellement puni de trois années d'emprisonnement, sera partiellement rayé du Code pénal." (Le Figaro. Samedi 20- Dimanche 21 octobre 2001). Comme le Code pénal divin est au-dessus de ce qu'ils Lui associent ! Les gens de la Bible ont-ils oublié la "Parabole des dix vierges" (Bible. Mt. 25 1-13) ? La Pérennité de leur Loi (Bible. Lc. 16 17) ?
[11] Et que dire de la pornographie ? On a dit : En général on calcule qu’aujourd’hui les films pornographiques à la télévision font à eux seuls tripler l’«audience ». Ils constituent désormais le secteur le plus rémunérateur pour les producteurs, rendant au moins le triple de l’investissement initial, et leur diffusion se fait exclusivement par cassettes vidéo.
   Si on y ajoute les C.D.-Rom pornographiques, produits pour 90% aux U.S.A., les gains augmentent bien plus : il suffit de penser qu’en France seulement la croissance des ventes des C.D.-Rom, dont 40% sont représentés par des films pornographiques, a été de 80% en deux ans seulement.
   Ceux qui possèdent la soif de profit, de pouvoir d’argent : il n’est pas pensable de pouvoir justifier une haine et inimitié d’une telle portée pour l’humanité, pour en désirer le nivellement, l’abrutissement, la disparition définitive, dans un seul but d’exploitation : c’est la doctrine luciférienne, du Diable banni (que Dieu le maudisse !) et de ses armées...
[12] Selon l’U.N.I.C.E.F., sur le droit à la vie des enfants à naître :
   « (...) on n’obtiendra pas une diminution du taux des naissances sans recourir à l’avortement, légal ou illégal (...). Les avortements provoqués ont un effet beaucoup plus efficace pour diminuer le taux de natalité que l’utilisation des méthodes contraceptives » (« Carnets de l’enfance », n° 18, avril-juin 1972, cit in « Lectures françaises », n° 450, octobre 1994.)
[13] Pour les gens de la Bible, le "nourriceur" des cieux et de la terre est l'Homme, non le divin Créateur. D'où la peur permanente d'une sur-population de la planète… Ainsi on croit, à tort, à la capacité humaine non à celle du divin Créateur. Et à partie de là, on se prend un malin plaisir à faire peur aux gens !
[14] Cette idéologie d’un autre monde a fini, malgré elle, sa course folle dans les oubliettes de l’Histoire. Elle disparaît à un moment où elle voit renaître de ses cendres, celle qu’elle a toujours combattu, corps et âme, la Religion.
[15] Porte-parole de l’Athéisme et du Matérialisme. La matière cette chose morte est vénérée et adorée par leur idéologie nouvelle.
[16] « Au fur et à mesure que la liberté politique et économique diminue, la liberté sexuelle a tendance à s’accroître à titre de compensation. Et le dictateur sera bien avisé d’encourager cette liberté. S’ajoutant au droit de rêver sous l’influence de la drogue, du cinéma, de la radio, elle contribuera à réconcilier avec l’esclavage ceux dont il est le destin ». (Préface au livre « Le meilleur des mondes », d’Aldous Huxley, 1948.).
   Nous savons tous que lorsque l'individu refuse de croire en Dieu, l'adorer et le servir, son Seigneur le fait devenir esclave de Ses créatures.
[17] Celui qui travaille au fond d’une mine est noir comme le charbon. Pourtant, s’il nous était permis d’ouvrir son coeur, on y découvrirait sans doute, et Dieu est plus savant, la blancheur de la foi. Une foi claire comme l’eau de roche et plus encore... En effet, là où il travaille, la galerie à tout moment ne risque-t-elle pas de s’effondrer sur lui-même ?
   Certaines gens de certains métiers ne rapprochent-ils pas du divin créateur ? Ex.: l’agriculteur, car il sait très bien que l'ensemble de son travail dépend du divin Créateur du ciel. Même chose pour celui qui part en mer, du pêcheur. Tel n’est pas le cas de l’ouvrier ! Lequel fait dépendre sa vie plus de son patron, que du Patron de l’univers, Dieu (exalté soit-Il !). On remarquera qu'en France, le milieu des travailleurs bibliques est le vivier par excellence des partis politiques de tout bord. C'est d'ailleurs en celui-ci que se développe ou a tendance à se développer  des idéologies en tout genre, l'athéisme, la mécréance, le matérialisme...
[18] C’est ce qui est arrivé aux peuples soumis dont ceux d’Afrique du Nord, après la chute de l’empire ottoman.
[19] Dans les années 50 et plus, on se moquait de ces gens d'Afrique, lesquels vivaient dénudés. Ces femmes africaines avec leurs seins à l'air. C'était des "sauvages" nous disait-on. Des gens non civilisés ! Le progrès a tellement élevé et boulebersé l'homme biblique d'Europe, à notre époque ; qu'il est devenu un homme aveugle. Pire ! un homme inculte, sans cœur, un homme avare, sans foi ni loi, un homme aveugle à toute réalité, un homme orgueilleux, arrogant, prétentieux... Conclusion : Plus on s'élève avec cette science de l'ici-bas, plus notre cerveau semble nous faire défaut ! Au lieu de nous élever davantage, on rétrograde… Exemple de Coré. Encore un peu et la terre risque de se fendre sous nos pieds !
[20] Protection insuffisante. On nous dit : "La prévention a encore bien des progrès à faire", à en juger par le nombre d’avortements et de contaminations par le VIH relevé par l’auteur. La pilule et le préservatif rebutent encore beaucoup de personnes. Les relations sexuelles reposent, parfois à tort, sur la confiance. Parmi les entraves à l ‘épanouissement sexuel, Janine Mossuz-Lavau évoque la violence et le poids de la religion, notamment catholique et musulmane. Enfin, l’étude souligne "une meilleure tolérance de la société française vis-à-vis de l’homosexualité, malgré une homophobie persistante".


Point de divinité, de dieu que Dieu !
"Vulnerant omnes, ultima necat."
Nous ne le dirons jamais assez.

Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l'Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter,

publier tout document du site sans autorisation préalable. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance de la licence de droits d'usage,

en accepter et en respecter les dispositions.
    Politique de confidentialité du site.

 

Copyright © 2001 le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le 17/01/07 .
 

Retour au menu

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire