LIBRE - LIBERTÉ D'AGIR - LIBERTÉ DE PENSÉE !
La Tradition de ton Prophète en danger ! Porte-là, défend-là et invite autrui à son application. Sinon !...

Le monde islamique de la Terre d'Europe et des Gaules face à son avenir et à sa survie...

Infos.

   Caricatural

.
- La laïcisation de la France se caractérise par l'anticléricalisme, défini comme le refus de l'immixtion du clergé de l'Eglise catholique dans les affaires publiques (civiles). Cela dégénèrera en hostilité vis-à-vis de la Religion d'Etat : le Catholicisme (c'est le cas du journal La Lanterne). L'oeuvre de la laïcisation consiste notamment en la laïcisation des locaux (on enlève ainsi des crucifix des écoles au début des années 1880).

     
Illustration allégorique de 1907 symbolisant la sépararion des Eglises et de l'Etat. La République [représentée sous cette forme féminine si chère à l'idéologie républicanisme] dit au curé : « Séparons-nous, Je garde vos biens. » Roger-Viollet. 

Invraisemblable ! "En un sens, le dreyfusisme eut pour heureux effet la loi de séparation des Églises et de l'État de 1905, dont tous les partis purent, à la longue, se féliciter. D'un autre côté, cette politique anticléricale retarda le « ralliement » des catholiques aux institutions républicaines. Il est vrai que le pape Léon XIII, fin politique, mort en 1903, avait eu pour sucesseur Pie X, dont l'intransigeance doctrinale et la raideur diplomatique ont pu décourager les hommes du compromis." (Michel Winock, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris. Les Collections de l'Histoire, n°10). 
- Question : Sans cette histoire, est-ce à dire qu'il n'y aurait jamais eu de loi 1905 ? Est-ce une loi qui a été faite pour pénaliser l'Eglise catholique de France ? Une loi vengeresse ? Et en quoi le monde de l'Islam traditionnel est-il concerné, pénalisé, par cette histoire du passé, vieille de 100 ans ? 

   Une chose est sûre, les observateurs lucides de l'époque d'antan, noterons que toute campagne anticléricale est faite (a été faite), de plus en plus, pour déchristianiser les générations nouvelles, avec les subsides de l'Etat, donc avec l'argent des contribuables.  
- Note documentaire.
- Voici la lettre-circulaire, que l'Ecran scolaire, une des filiales du Syndicat national des Instituteurs et Institutrices de France, vient d'adresser à tous les secrétaires de section du Syndicat, avec prière de la reproduire dans leurs bulletins locaux, afin de lui assurer la plus large publicité possible dans le monde des instituteurs et institutrices.

   Et c'est à cet état d'esprit fomenté par la Maçonnerie, que MM. le sénateur Brenier et le ministre Herriot se sont efforcés, par une manoeuvre hypocrite, de faire donner au Sénat une sanction et une aide légales, malgré la clairvoyante protestation de M. Dominique Delahaye :

        Mon cher collègue,
.
   Le jour de la Fête-Dieu 1927, Versailles présentait une animation inaccoutumée : après 45 ans, les processions et reposoirs du Soleil-Dieu réapparaissaient triomphants. 

   L'Eglise trouve des millions et des millions pour lancer une nouvelle Notre-Dame de Lourdes à Lisieux. Dans certains départements de l'Ouest, le nombre des élèves des écoles libres surpasse le nombre des élèves des écoles laïques.

   L'esprit
laïque recule.

   Le mysticisme est habilement exploité par la grande bourgeoisie financière, et la veulerie de l'Etat, dit républicain, nous laisse sans défense. Au train où vont les idées, le Parlement votera, dans quelques années, les crédits proportionnels entre les écoles laïques et religieuses, puis, encore, l'enseignement sera libre.

   Une institutrice à laquelle je tenais ce raisonnement, m'a répondu : « Nous sommes vaincus d'avance ; le peuple n'est pas mûr pour le règne de la raison ; il lui faut un paradis céleste ou terrestre, l'église, le goupillon ou le bolchevisme, la dictature du prolétariat.
   Vieux militant dreyfusard, auteur du cathéchisme républicain, élevé religieusement et émancipé par la science, je me refuse à voir mon pays sombrer dans la folle cléricale ou bolchevique ; je me refuse, comme M. Poincaré, laïque, à contempler mon nombril lorsqu'une procession passe, en m'écriant : « Pauvres gens, je les plains ! » Je conserve ma foi dans un avenir de justice sociale, conforme aux grands principes de la solidarité, et je continue le Catéchisme républicain, livre défendu sous le ministre Combes, par M. Chaumié, ministre de l'Instruction publique, dans les distributions de prix.

   Avec l'appui des militants du Syndicat national, j'ai fondé l'Ecran scolaire et déjà groupé un bon noyau d'instituteurs et d'institutrices qui ont compris le but de l'œuvre.
   Fournir aux instituteurs des documents scientifiques, dont l'exposition seule démontrera aux enfants, aux adultes, aux grandes personnes de bonne foi, la duplicité de l'Eglise pour conserver son prestige et sa caisse, devant les grands principes de solidarité moderne, en un mot, devant la morale laïque. 

   Déjà Clémendot a sonné le rappel dans le bulletin du Syndicat, et je l'en ai félicité, et je suis de ceux qui trouvent que la place faite dans les colonnes du bulletin à de semblables problèmes est véritablement trop exigüe en face de celle qu'occupe la discussion de vos intérêts matériels immédiats.

   D'un autre côté, sans doute, il n'est pas besoin de vous convaincre : vous êtes laïques ! Oh ! je n'ignore pas que déjà, dans vos rangs, certains prétendent enseigner la morale laïque à l'école et conforment leurs actes avec la morale religieuse ou bolchevique. Heureusement, ils sont peu nombreux ; ils sont déjà de trop.

   Non ! Le but qu'il faut poursuivre, c'est de vous outiller pédagogiquement pour qu'à côté de l'enseignement de la lecture, de l'écriture et des éléments de calcul, vous puissiez laisser dans l'esprit des enfants des faits acquis de la science moderne et leur faire comprendre que, selon la belle parole de Renan, jamais un miracle n'a été constaté là où la science a été appelée à l'observer.

   Il faut que vous puissiez proclamer hautement cette incompatibilité entre l'esprit scientifique moderne et ce qui reste des vieilles fumées mystiques dans le cerveau des hommes, fumées qui ne sont autre chose que des restes de l'animalisme qui a imprégné les premiers pas de la pensée naissante.

   Oh ! je sais, et j'ai payé pour le savoir, ce qu'il vous en coûterait de prononcer encore aujourd'hui de telles paroles dans vos écoles après 50 ans de République dit laïque ! On dira que vous ne respectez pas la neutralité ! Et M. l'Inspecteur, M. l'Inspecteur d'Académie, M. le Recteur, M. le Ministre, ne veulent pas avoir d'histoires, et les députés non plus !

   Et pourtant, c'est ce droit de pouvoir proclamer hautement l'impossibilité du miracle devant la science, qui est la base de tout enseignement laïque : tant que vous ne l'aurez pas conquis (et vous ne le conquerrez qu'en le prenant), l'esprit laïque en France ne sera pas stable.

   L'affaire Dreyfus a été une véritable chance pour l'esprit laïque en 1898. M. Méline allait l'étrangler demain, un autre M. Méline bon teint, M. Chéron, par exemple, sera prêt à répéter la manœuvre :

   Attention ! Ne dormez pas ! Vous sommeillez, réveillez-vous ! 

  
Cordialement.
                                                H. ARNAULD,

                                       Ingénieur des Arts et Manufactures

                                            Directeur de l'Ecran scolaire.
(La Nation, 26 novembre 1927).

   Les intellectuels, hommes dangereux ? - L'auteur de ces lignes, adorateur de Dreyfus, s'inquiète. N'avoue-t-il pas, en son temps, son athéisme et son adoration toute particulière pour la "raison" ? Mais dirons-nous, où il se trouve maintenant, cela lui fait-il goûter toujours pareille joie ? Et au Jour des Comptes, que deviendra sa superbe ? Secundo : N'avoue-t-il pas sa mécréance pour les miracles, les signes divins ? Aussi, comme les gens de la Synagogue, ne met-il pas en avant l'étude sur la croyance au miracle ? A-t-il oublié que la "science" qu'il défend, est une science bâtie sur le doute, et que la science divine, elle, est bâtie sur la certitude ? Il prétend que "sa" science l'a émancipé, mais de quoi ? De la croyance en Celui qui l'a créé dans le ventre de sa mère ? Et que propose réellement cet individu pour les futurs écoliers, en échange de celui, naguère dispensé par des Religieux du monde de l'Evangile et qu'il semble avoir pris en aversion ? N'est-ce pas sous le couvert d'un prétendu droit à prendre, un enseignement sans-religion, athée, qui nie le miracle et met en avant la science humaine ?. Qu'on en juge : c'est ce droit de pouvoir proclamer hautement l'impossibilité du miracle devant la science, qui est la base de tout enseignement laïque... Et d'ajouter à l'intention des enseignants : tant que vous ne l'aurez pas conquis (et vous ne le conquerrez qu'en le prenant), l'esprit laïque en France ne sera pas stable !!! Donc, ce qu'il veut maintenant, n'est-il pas clair comme l'eau de roche ? Pour lui donc, et surtout pour les générations à venir, n'est-ce pas que l'écolier, dès son plus jeune âge, affiche, haut et fort, sa mécréance aux signes et miracles divins et sa désobéissance surtout à obtempérer aux ordres divins ? Le "Seigneur Dieu " nouveau, c'est lui ! N'est-ce pas, comme toute personne du Partissisme, partisan du culte de la "Raison",  vouloir imiter Pharaon (Coran XXVI 29) ? De plus, à force de vouloir tout prouver, n'imite-t-il pas par son attitude, les Fils d'Israël et les Judaïsés ? Lesquels, quand le Messie, fils de Marie "vint à eux avec des preuves évidentes, dirent : « C'est là une magie manifeste »" (Coran LXI 6). Non, les gens qui suivent pareilles croyances ne sont pas des gens à suivre et à fréquenter. Le monde du Partissisme (régime des partis), biblique, de France, serait-il passé subitement du Laïcisme au Césaropapisme ?

  • Invitation.

      
    Quel cadeau de fin d'année ou de nouvel an évangélique, nous prépare donc les gens du Partissisme, de la terre des Gaules, pour le sexe féminin et son avenir ? Voilé ou dénudé ?


    - Ce que vous apprendra jamais un homme de la politique :
    -
    L’œuvre sexuelle ne désireras, qu’en mariage légal seulement.

  •  

  • Le Foulard, le Foulard, le Foulard... et ses retombés...
    Quand la pudeur islamique exaspère bon nombre de gens du monde toranique et d'adversaires de la Tradition prophétique... Imiter les Matriarches ou les Mères des croyants, la femme de Pharaon, Marie mère du Messie (Coran LXVI 11-2) où imiter la femme d'Abou Lahab (Coran CXI 4), de Noé et de Loth (Coran LXVI 10) ?

    Quand Rabbi Jacob poétise à Astérix et Obélix :

       De par l'idéologie ripou-blicanisme, défense à Dieu
        de faire porter le voile à Ses esclaves croyantes, soumises à Lui.
        Au Fils d’Antochius, l'homme toranique de faire sonner trompettte : Lang Jack 
        et à l'As.s.emblée, elle, d’en faire sonner la charge...
     

  • Pour Lang, Raffarin n'est « pas clair » sur le voile. Jack Lang a reproché au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin d'être « incapable de prendre une décision claire » sur le port des signes religieux à l'école, alors que, selon lui, une loi aurait « un effet psychologique fort » et « valeur de message » pour la société. « C'est triste de voir un Premier ministre raconter aujourd'hui qu'il faut une charte, un code, un machin, un truc», a déclaré sur LCI l'ancien ministre PS. Dimanche soir, Raffarin avait déclaré qu'il ne faisait pas une loi sur la laïcité « un préalable », tout en prônant le regroupement des textes dans un « code de la laïcité ». (Libération. Mardi 15 novembre 2003.)

    - Impudique point ne seras, de corps ni de consentement.
    -
    L’oeuvre sexuelle ne désireras, qu’en mariage légal seulement.

  •  

  •  

    Avec le mariage légal, positive ! Accueillez la vie et combattez la Mort des enfants sacrifiés sur l'autel des désirs du Démon maudit !... 

    .

    -
    Dis[-leur ô Prophète]: « Venez, je vais vous réciter ce que votre Seigneur vous a interdit ; — ceci : Ne Lui associez quoi que ce soit ; — soyez cependant bienfaisants envers les père et mère ! - Et ne tuez pas vos enfants pour une pénurie de vivres : la nourriture, Nous l'attribuons à vous tout comme à eux. Et n'approchez pas des turpitudes ¾ tant de ce qui en paraît que de ce qui s'en cache. Et, sauf en droit, ne tuez personne que Dieu ait défendu ; — voilà ce que Dieu vous enjoint ; peut-être comprendrez-vous ?
    (Coran VI 161)

  • Le monde journalistique avec le Partissisme ! L'apologie de l'insanité ! Le combat des ennemis et adversaires de l'Islam traditionnel, tant intérieur qu'extérieur, de l'impudicité contre la pudeur et pour qu'on lui porter atteinte ! Après la guerre larvée, naguère, contre les gens de l'Evangile du Catholicisme, est-ce le tour maintenant de l'Islam traditionnel ? Mécontents de leurs résultats, est-ce à dire que les partisans de la religion laïque, seraient passés subitement du Laïcisme au Césaropapisme ? Ce système politico-religieux dans lequel l’Etat contrôle l’Eglise. A l'instar d'Ivan IV le Terrible, nouveau tsar autocrate (1533-1584), qui chercha à appliquer le césaropapisme bysantin dont il se sentait l’héritier. Il convoqua, nous dit-on, une succession de conciles dans le but de raffermir l’Eglise et de l’assujettir au pouvoir de l’Etat ! Et que veulent donc les adversaires et les ennemis de l'Islam traditionnel en France, tant intérieur qu'extérieur ? N'est-ce pas imiter Ivan IV le Terrible ? Et qu'a fait le social-communisme en son époque, en Europe central et de l'Est, en Asie ? N'est-ce pas de réduire la Religion divine en un mouchoir de poche ? Partie du Partissisme des droites et du centre, se serait-elle convertie à leurs croyances ? Nous savons tous que le Partissisme des droites n'a jamais défendu la religion du Messie fils de Marie. Il n'a toujours fait qu'enteriner les croyances, les lois, les décisions des gens de l'opposition, les gens du Partissisme des gauches. Car la terre des Gaules est, dit-on, profondément dualiste. Qu'on re-lise l'Histoire ? De même, et selon les observateurs, les gens du Partissisme, athées et foncièrement contre l'Eglise catholique et la Papauté, sont souvent gens du Dualisme (gens des loges, sectes de l'Occultisme, etc.) ou manœuvrés par eux... On a d'ailleurs dit : N'avons-nous pas entendu, en 1958, le F\de de service pour le sermon dominical à la radio nationale : « La maçonnerie est la chambre de réflexion de la République ». Aucune personnalité, nous dit-on encore, républicaine n'a démenti cette affirmation.
       Enfin, certaines gens de la Bible, du monde toranique, en particulier, partie du monde évangélique (Protestantisme, etc.) ; ne sont-ils pas affolés de voir apparaître, de nouveau, le retour de la "suprématie" d'une religion sur une autre ? D'où le slogan reprit en choeur chez les gens du Laïcisme contre l'Islam traditionnel : Religion nationale mais pas religion d'Etat...

  • Commentaire "Baroud d'honneur", par Jean-Marcel Bouguereau  Revue de presse

  • Balladur contre une loi antivoile. Edouart Balladur (UMP) juge que l'on n'a « pas besoin d'une loi » pour interdire le port du foulard à l'école et qu'il suffit d'appliquer « celles qui existent ». « Nous avons construit depuis bientôt un siècle un équilibre en France autour des problèmes des rapports entre la religion et la vie publique. Cet équilibre est stable et grosso modo respecté », a déclaré l'ancien Premier ministre sur RTL. Pour régler les cas litigieux, le député de Paris a suggéré que soit créée, « dans chaque académie une commission avec des élus, des parents, des professeurs, qui sous 48 heures rendrait une décision ». (Source : Libération. mardi 18 novembre 2003).  

  • Un missionnaire comme Samuel Zwimmer n’a-t-il pas eu l’audace de déclarer un jour :  « Le but réel des missions n’est pas de christianiser les Musulmans mais de détourner les Musulmans de leur religion et en cela, nous avons réussi grâce à nos écoles privées et aux écoles publiques qui ont adopté nos programmes. » Ce genre de paroles ne sera-t-il pas repris par les gens du Partissisme qui ont opté pour l'idéologie du Laïcisme au lieu de la Religion divine ? 

  •  

    Le nombre de programmes signalés interdits aux moins de 10 ans ou aux moins de 12 ans sur les chaînes de télévision hertziennes françaises a augmenté en 2002 par rapport à 2001, annonce le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) dans sa "Lettre" de novembre publiée jeudi. "Cette hausse résulte, pour une part non négligeable, d'une meilleure classification des programmes et en particulier des magazines et documentaires", explique le CSA. Le nombre de magazines et documentaires signalisés a "plus que doublé en un an", passant de 56 en 2001 à 133 en 2002, précise le CSA. Cette hausse a eu un impact plus important sur les émissions interdites aux moins de 10 ans. Le nombre de programmes signalés interdits à cette catégorie d'âge sur TF1, France 2, France 3, Canal+ (sans compter les multidiffusions), France 5, Arte et M6, a été de 1.406 en 2002, soit une augmentation de 20% par rapport à 2001, selon le CSA. "Cette progression s'est manifestée à tous les horaires et en particulier en journée (+20%) et après minuit (+40%)", précise le CSA. Le nombre des émissions signalées interdites aux moins de 12 ans s'est élevé à 326 en 2002, en augmentation de 13% par rapport à l'année précédente. "La hausse se manifeste surtout en première partie de soirée" et "après minuit", selon le conseil. En revanche, le nombre de programmes interdits aux moins de 16 ans a diminué de 6% en 2002 par rapport à 2001. Celui des émissions interdites aux moins de 18 ans est resté stable. Sur l'ensemble des chaînes hertziennes diffusées en clair (toutes les chaînes sauf Canal+) en 2002, les programmes signalés interdits aux moins de 10 ans ou aux moins de 12 ans sont "restés majoritairement d'origine américaine", tandis que les émissions interdites aux moins de 16 ans sont demeurées en majorité d'origine française, selon le CSA. http://www.telesatellite.com/actu/#8262

  • Diverses.

  • Une présentatrice d'Al-Jazira met le voile islamique
    Auteur: AFP
    Lire l'article

  • Lettre ouverte à Monsieur Sarkozy
    Auteur: Hani Ramadan
    Lire l'article
    Portrait de présidentiable
    Auteur: Denis Sieffert
    Lire l'article
  • Être féministe, ce n'est pas exclure
    Auteur: Communiqué de l'association Femmes Publiques
    Lire l'article
  • Un problème peut en cacher un autre, par Pierre Bourdieu
    Auteur: Pierre Bourdieu
    Lire l'article
  • Alain Lipietz, contre l'exclusion des élèves voilées
    Auteur: Alain Lipietz
    Lire l'article
  • Les Eglises chrétiennes contre une loi sur le voile
    Dans une lettre à Jacques Chirac, les représentants des Eglises catholique, protestante et orthodoxe se prononcent contre une loi sur le voile, qui serait "ressentie comme discriminante". La commission Stasi sur la laïcité doit rendre son rapport jeudi prochain. 
    l'article
  • Laïcité : les Églises haussent le ton
    Les Églises chrétiennes de France ont publié une prise de position unitaire pour s’opposer à une loi qui interdirait les signes religieux à l’école > Lire l'article
  • Les Français pour une loi contre le voile. Les Français sont à 72% favorables à une loi « interdisant le port visible de tout signe d'appartenance religieuse ou politique dans les écoles publiques », d'après un sondage réalisé par le magazine Profession politique. 23% y sont opposés. 83% des sympathisants de l'UMP sont pour une telle loi, ceux de l'extrême gauche 61%. Quand on leur demande enfin s'ils ont le « sentiment que les pouvoirs publics défendent la laïcité avec détermination » les Français se montrent, cette fois, très circonspects. 43% répondent oui, 51% non. (C.C. Libération, vendredi 21 novembre 2003). 
  • Stasi lève le voile sur le voile. Le président de la Commission sur la laïcité, Bernard Stasi, médiateur de la République, vient enfin de sortir de la réserve diplomatique drapant ses travaux. Dans un entretien à Ouest France, il a défini le voile islamique comme étant « objectivement un signe d'aliénation de la femme. Même s'il a plusieurs explications au voile ». « Il est possible que des jeunes filles le portent pour manifester leur indépendance. Elles le portent surtout parce que leurs parents, leurs grands frères, des groupes religieux les obligent à le faire. Si elles ne le portent pas, elles sont insultées. » (Libération. samedi 1er et dimanche 2 novembre 2003).
    - Pareil individu n'a rien rien d'un médiateur, c'est, au contraire, une personne très engagée politiquement, donc qui n'a rien à voir une quelconque neutralité. Pour lui, la morale de l'Islam : la pudeur, n'est rien d'autre « qu'un signe d'aliénation » !!! Quant à son argument : «
    Il est possible que des jeunes filles le portent pour manifester leur indépendance. Elles le portent surtout parce que leurs parents, leurs grands frères, des groupes religieux les obligent à le faire. Si elles ne le portent pas, elles sont insultées », il est nul et non avenue, puisque ce signe divin ne fait rien chez lui que de le faire croître en rébellion et en mécréance. Et que fait-il des personnes féminines qui sont battues par leurs parents, leurs proches, etc. ? Leur péché ? Parce qu'elles veulent garder leur pudeur = leur foi ? Non, vraiment de tels gens non pas leur place dans de telle commission, en encore moins pour la diriger. De plus, qui sont ces prétendus "sages" de la commission ? La plupart n'ayant ni la carrure n la stature de "sage"...      
  • La presse s'est fait l'écho de diverses piscines municipales, notamment à Lille, Mons-en-Baroeul ou Strasbourg, où des tranches horaires sont réservées pratiquement de manière illégale, aux femmes musulmanes. Etrangement, la mairie de Paris n'a jamais citée, alors même que la piscine Oberkampf (XIe arrondissement) propose des horaires spéciaux pour « les femmes », notamment le samedi de 8h30 à 10H30. Les observateurs notent que sur la cinquantaine de femmes présentes, toutes sont des musulmanes, dont la quasi-totalité est entièrement voilée (tchador iranien et burkha afghane), y compris les fillettes présentes. (Source : F&D, n°161).

  • Fadela Amara http://www.elle.fr/html/petition.htm 
    «Le voile, c'est le sceau de l'humiliation des femmes»

    www.lexpress.fr/express/info/societe/dossier/foulard/dossier.asp  
    Rencontre avec Fadela Amara, présidente du mouvement Ni putes ni soumises...

    - Pareil propos, n'est-ce pas une insulte aux Matriarches, aux Mères des Croyants, aux épouses du Prophète de l'Islam ? N'est-ce pas vouloir les salir et salir toute personne féminine de notre Communauté qui voudrait les suivre et les prendre en exemple ? Combien le Seigneur des mondes est au-dessus de ce qu'elles décrivent et Lui associent ! 
  • Maroc ----------------------------------
    La femme égale de l'homme
    Le nouveau Code de la famille que le Parlement s'apprête à adopter réforme en profondeur le statut de la femme. Tout le talent de Mohammed VI aura été d'inscrire cette modernisation dans la continuité de l'islam...

    A lire aussi
    . Divorce : la course contre la montre
    . M'hamed Boucetta : «Une modernité conforme à l'islam»
    - Il serait bon de voir et de comprendre comment cette soi-disant "réforme" a été adoptée. N'est-ce pas suite à des évènements classés "terroristes", que cette "réforme" a été adoptée ? Les évènements qui ont secoués le Maroc, ont permis ainsi de "museler" et de marginaliser un peu plus toute personne croyante, pratique et observatrice de son culte. Quant aux motifs avancés, ils sont dus non au code divin, à la loi d'essence divine, mais tout simplement à la Justice du Maroc, c'est-à-dire aux individus qui n'ont rien fait pour appliquer les lois divines, après l'Indépendance. La négligence n'est-elle pas à mettre au compte du Partissisme régnant dans ce pays ? Ces derniers ont-ils vraiment envie que la loi d'essence divine remplace la loi d'essence humaine ? Pas sûr ! Ni eux, ni les gens de la Bible, lesquels sont plutôt pour le statu-quo. Étonnant d'ailleurs ces "allées venues", depuis quelques temps, entre gens de la Bible d'Europe (dont la France en particulier) et le continent africain dont l'Afrique du Nord, en particulier ! N'est-ce pas, en terre dite arabe, en Tunisie ; que l'annonce d'une loi contre le foulard a été faite ? Cette terre loin de faire hommage à Oqbah fils de Nafé (que Dieu l'agrée !), l'a pris en aversion, lui et sa religion.     
  • Laïcité : la commission Stasi rend son verdict ce matin.
    La commission Stasi sur l'application du principe de laïcité dans la République
    devait remettre ce jeudi à 9h son rapport au président. Selon plusieurs
    quotidiens, les "sages" devraient notamment proposer à Jacques Chirac une
    législation pour donner force de loi à la jurisprudence du Conseil d'Etat, qui
    interdit le port de signes religieux "ostentatoires" à l'école.

    Laïcité : la commission Stasi
    pour un texte de loi

    La commission propose, dans son rapport remis ce matin à Jacques Chirac, d'interdire à l'école les signes religieux et politiques "ostensibles", de rendre fériés les fêtes juive de Kippour et musulmane de l'Aïd-el-Kebir, et d'affirmer dans un texte "le strict respect du principe de neutralité par tous les agents publics". Le chef de l'Etat s'exprimera mercredi prochain. l'article
    .
    Verbatim Les conclusions et propositions de la commission  Dictionnaire : "ostensible" n'est pas "ostentatoire"  Les réactions    Revue de presse  Commentaire "Un climat nouveau et inquiétant", par Jean-Marcel Bouguereau

  • Le rapport Stasi dévoilé jeudi, la balle dans le camp de Jacques Chirac 
    PARIS, 10 déc (AFP) - La commission Stasi créée cet été en pleine polémique sur le voile islamique remet jeudi matin son rapport sur "l'application du principe de laïcité dans la République" au président Jacques Chirac qui a déjà annoncé son intention d'en tirer "toutes les conséquences".
    En soulignant le 21 octobre à Valenciennes que "la laïcité n'est pas négociable", le président de la République avait indiqué attendre de la commission "des propositions concrètes". "J'en tirerai toutes les conséquences, en ayant recours, s'il le faut, à la loi", avait-il ajouté.
    Une loi rendue nécessaire, selon ses partisans, par les entorses aux règles de liberté et de tolérance dans l'espace public et particulièrement à l'école, lieu essentiel de formation des jeunes de toutes croyances et de toutes origines.
    La commission qui travaillait encore mercredi après-midi à la rédaction de son rapport, a dû imaginer des propositions conciliant des exigences apparemment contradictoires.
    Ces exigences se sont largement exprimées lors des auditions auxquelles la commission a procédé: d'un côté, respecter les libertés religieuses et garantir l'égalité de traitement entre tous les cultes, des plus anciens comme le judaïsme et le christianisme aux plus récents comme l'islam. De l'autre réagir aux tentatives d'emprise de courants politico-religieux sur l'espace public et assurer la protection des individus (et notamment les femmes) contre les pressions communautaires.
    Alors que le débat, hors commission, se concentrait sur l'opportunité d'une loi interdisant les signes religieux à l'école, les auditions embrassaient un domaine beaucoup plus large: l'école, mais aussi les services publics et notamment les hôpitaux et les prisons, et encore l'action municipale ou la politique de la Ville.
    On imagine mal alors que les propositions puissent éviter le recours à la loi qui donnerait un cadre clair à tous les acteurs (enseignants, fonctionnaires, élus) confrontés à des situations parfois ingérables.
    Ce cadre, le même sur tout le territoire de la République, a notamment été réclamé avec insistance par les chefs d'établissements lassés de gérer les affaires de voile au gré des rapports de force locaux, mais aussi, notamment, par le personnel hospitalier confronté à la montée de comportements radicaux.
    Pour réserver au président de la République la primeur de leurs recommandations, les vingt "sages" se sont engagés à une discrétion absolue jusqu'à jeudi matin. Une conférence de presse est prévue à 11h30 au Sénat.
    Un accord entre tous les membres de la commission, dont les sensibilités et les expériences professionnelles sont extrêmement variées, serait de bon augure pour la viabilité des solutions proposées.
    La commission comprend des universitaires, des élus, des militants associatifs, des enseignants, des juristes. L'historien catholique René Rémond y côtoie l'islamologue Mohammed Arkoun et le sociologue protestant Jean Baubérot, les philosophes de la laïcité Régis Debray et Henri-Pena-Ruiz, l'avocate Nicole Guedj.
    Hanifa Chérifi, médiatrice sur les affaires de voile à l'école, Maurice Quénet, recteur de Paris, Gaye Petek, militante associative, et Patrick Weil, sociologue, en font également partie. 10/12/03 16:41 
  • Liberté d'expression: France Television bafoue la liberté de culte !!!
    Halte à deux femmes portant le voile dans les coulisses de l'émission Campus ( France 2 )

  • Chirine Ebadi assume son prix Nobel
    -
    Onzième femme et première musulmane lauréate du Nobel de la Paix, l’Iranienne Chirine Ebadi reçoit son prix mercredi 10 décembre à Oslo
    .
    - C'est une femme avant tout de la secte du Chiisme qui a reçut ce prix. Cela ne concerne nullement l'Islam traditionnel. Nous connaissons tous le penchant et l'appui, sans faille, que les gens de la Bible nouent, accordent et louent avec les sectes islamiques, y compris avec leurs intellectuels et autres personnages. Le Chiisme n'est-elle pas une secte qui possède, comme certaines secte du monde de l'Evangile, un Clergé ? 
    - On notera également, qu'à notre époque, les gens de la Bible se démènent, corps et âme, pour nous imposer ceux, appelés et vus par eux-mêmes, comme étant des (ou des futurs) "Réformateurs" de l'Islam ! ?
  •  
  • L'intégrisme laïque est-il en marche ? L'Athéisme et la Mécrance en terre des Gaules à nouveau sur les rails !   
    -
    Loi sur les signes religieux à l'école: partisans, opposants et ralliés 
    PARIS, 9 déc (AFP) - Faut-il une loi pour régler la question des signes religieux à l'école? Les partisans sont de plus en plus nombreux, au nom d'une clarification du cadre de la laïcité dans l'enseignement. Mais pour les opposants, il suffit d'appliquer les textes existant.
    Parmi ces textes, la loi du 10 juillet 1989 consacre la liberté d'expression des élèves, l'avis du conseil d'Etat de novembre 1989 juge qu'un foulard ne peut être un motif de sanction, la circulaire Bayrou de 1994 y voit au contraire un signe ostentatoire, mais un arrêt du conseil d'Etat de 1996 admet le port d'un signe religieux à l'école, sans prosélytisme ni danger.
    Voici un récapitulatif des positions affichées:

    - LES PARTISANS DECLARES D'UNE LOI:

    En tête de file figurent les chefs d'établissements scolaires, amenés à trancher des situations parfois intenables. Le SNPDEN, syndicat national des personnels de direction de l'éducation nationale, qui fédère 80% de la profession, milite activement pour une loi, encarts publicitaires à l'appui.
    C'est aussi la position officielle du parti socialiste - qui a déposé en novembre une proposition de loi visant à interdire le port apparent de signes religieux, politiques ou philosophiques dans l'enseignement public - et celle d'une frange laïque au sein de l'UMP, dirigée par le porte-parole François Baroin.
    La mission d'information parlementaire sur la laïcité à l'école présidée par Jean-Louis Debré (UMP) a évoqué une nécessaire "disposition législative".
    57% des Français souhaitent l'interdiction de tout signe religieux à l'école, selon un sondage CSA publié dimanche 7 décembre.

    - LES PLUTOT FAVORABLES:

    La majorité des enseignants semble favorable à une loi. Mais la FSU, leur principale organisation syndicale, préférerait une loi plus large sur la laïcité.
    Alors qu'ils étaient plutôt hostiles à une loi au départ, certains hommes politiques dont Nicolas Sarkozy, Dominique Perben ou le premier secrétaire du PS François Hollande et l'ancien ministre de l'Education Jack Lang ont changé d'avis au fil de leurs "réflexions" et sont finalement convaincus qu'il faudra en passer par le parlement.
    Jean-Pierre Raffarin, partisan d'un "code de la laïcité" qui rassemble "tous les textes qui existent déjà" et d'une loi seulement en "ultime recours", a laissé entendre qu'il faudrait légiférer.
    A contre-courant dans le milieu associatif, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) Roger Cukierman est favorable, au nom du principe de laïcité, à une loi interdisant les signes "ostentatoires" dans les écoles et entreprises publiques.

    - LES PEU CONVAINCUS:

    La Ligue de l'enseignement, réseau d'associations laïques para-scolaires, et le ministre délégué à la Ville Jean-Louis Borloo ont plaidé pour un code de la laïcité plutôt qu'une loi. Le Conseil national de l'UMP veut un code regroupant toutes "les règles applicables", avant d'envisager une loi contre les signes religieux "ostentatoires" à l'école.
    Les ministres Xavier Darcos et surtout Luc Ferry sont sceptiques quant à la nécessité de légiférer. Le cas échéant, ils suggèrent d'intégrer le propos dans la future loi d'orientation sur l'école, prévue fin 2004.
    Au PS, Martine Aubry ou Dominique Strauss-Kahn ont dit leur réserve.

    - LES OPPOSANTS CATEGORIQUES:

    En tête des opposants farouches à une loi figurent les représentants des trois grandes religions monothéistes. Les musulmans du CFCM dénoncent une loi d'exception visant le foulard. Le Conseil d'Eglises chrétiennes en France (CECF), qui regroupe catholiques, protestants et orthodoxes, rejette l'idée d'une loi, "ressentie comme discriminante". Le grand rabbin de France Joseph Sitruk y est aussi opposé.
    Hostiles également, les Verts, le parti communiste, François Bayrou (UDF) et des membres de l'UMP dont Alain Madelin, Christine Boutin et Edouard Balladur. Le milieu associatif et syndical, du MRAP à SOS-Racisme et de la CGT à la CFDT et FO, est également contre une loi, jugée au mieux inutile et au pire dangereuse. Tout comme Fadela Amara, présidente de l'association Ni putes ni soumises. 
    09/12/03 11:24 

    Rapport Stasi: une loi contre les signes religieux "ostensibles" à l'école

    PARIS, 11 déc (AFP) - La commission Stasi sur la laïcité propose l'adoption d'une loi interdisant les signes religieux "ostensibles" et instituant un jour férié juif et un autre musulman à l'école, dans un rapport remis jeudi au président Jacques Chirac.
    Cette loi, proposée par la commission de vingt "sages", interdirait dans les écoles, collèges et lycées publiques "les tenues et signes manifestant une appartenance religieuse ou politique".
    Les signes religieux visés sont "les signes ostensibles tels que grande croix, voile et kippa", précise le texte qui ajoute que les "signes discrets" (médailles, petites croix, étoiles de David, mains de Fatima, petits Corans) ne sont pas concernés.
    La loi interdirait également aux usagers des hôpitaux de "récuser du personnel soignant" et leurs rappellerait le "respect des règles d'hygiène et de santé publique". 

    Parallèlement, la commission propose de décréter les fêtes juive de Kippour et musulmane de l'Aïd el-Kebir jours fériés dans toutes les "écoles de la République". 

    Elle propose aussi que le Code du travail permette de prendre des dispositions relatives aux tenues vestimentaires et aux signes religieux dans les entreprises, dont les salariés pourraient choisir un jour de fête religieuse (Kippour, Aïd el-Kebir, Noël orthodoxe) sur leur crédit de jours fériés. 

    Jacques Chirac, qui s'exprimera mercredi, a déclaré que sa position serait guidée par "le respect des principes républicains et l'exigence de l'unité nationale et du rassemblement des Français". Il a garanti à chacun "l'égalité des chances" et "sa liberté, avec pour seule limite le respect de la règle commune". 

    La commission propose par ailleurs l'adoption, sous forme de guide, d'une "charte de la laïcité" définissant les droits et les obligations de chacun, et préconise l'inscription dans la loi du "strict respect du principe de neutralité par tous les agents publics". Cette obligation serait étendue aux personnels des entreprises liées d'une manière ou d'une autre au service public.
    La commission relève la multiplication de comportements "attentatoires à la laïcité". Les causes en sont "les difficultés de l'intégration", "les conditions de vie dans les banlieues", les discriminations mais aussi l'action de "groupes extrémistes" qui testent "la résistance de la République", selon la commission qui n'entend pas remettre en cause le statut concordataire de l'Alsace-Moselle et demande la création d'une école nationale des études islamiques. 

    En ce qui concerne le voile islamique, la commission estime que "la question n'est plus la liberté de conscience mais l'ordre public". 

    Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Dalil Boubakeur a indiqué qu'il respecterait une loi interdisant le voile à l'école mais qu'elle ne devait pas être "brutale dans son application". L'intellectuel musulman Tarik Ramadan estime que la commission a eu une démarche "de clarification" sans "stigmatisation".
    Pour le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), ces propositions vont "dans la bonne direction". Pour la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra), elles "amèneront à plus de sérénité".
    La Fédération protestante de France a salué "l'équilibre général" du texte.
    Le PS a estimé que "la République peut sortir plus forte de cette épreuve", selon son porte-parole, Julien Dray.
    Le député UMP, Yves Jégo, s'est réjoui d'"un bon compromis", Jean-Marie Le Pen du FN a dénoncé une "promotion de l'islam".
    Le président de SOS-Racisme Dominique Sopo a trouvé "bonnes" ces propositions même si elles restaient "floues" sur le communautarisme. Mouloud Aounit du Mrap s'est déclaré hostile à une telle loi et a estimé qu'une "religion (est) montrée du doigt, l'islam".
    Le principal syndicat d'enseignants des collèges et lycées, SNES-FSU, a redouté "davantage d'exclusions" dans les établissements, tandis que la Ligue de l'Enseignement a craint de voir s'instaurer une "sanctuarisation" de l'Ecole. bur-dp/bp/oaa 11/12/03 16:54

    Les propositions de la commission Stasi sur la laïcité 

    PARIS, 11 déc (AFP) - La commission Stasi propose dans son rapport remis jeudi au président Jacques Chirac l'adoption d'une loi sur la laïcité et dresse l'état des lieux des obligations du service public, en proposant plusieurs nouvelles mesures. 

    ADOPTION D'UNE LOI SUR LA LAICITE, affirmant le strict respect du principe de neutralité par tous les agents publics et personnels liés au service public. Les usagers doivent se conformer aux exigences de fonctionnement du service public.

    - A l'école, les tenues et signes manifestant une appartenance religieuse ou politique sont interdits. Les tenues et signes religieux interdits sont les signes "ostensibles", grande croix, voile ou kippa.
    Les signes "discrets" (médailles, petites croix, étoiles de David, mains de Fatimah ou petits Coran) sont autorisés.
    - Dans l'enseignement supérieur, possibilité d'adopter un règlement intérieur rappelant les règles liées au fonctionnement du service public.
    - Dans les hôpitaux, interdiction pour les usagers de récuser du personnel soignant, et respect des règles d'hygiène et de santé publique.
    - Dans les entreprises, le code du travail permettra d'intégrer dans le règlement intérieur des dispositions relatives aux tenues vestimentaires et au port de signes religieux.
    - Les fêtes juive de Kippour et musulmane de l'Aïd-El-Kebir sont décrétées jours fériés dans toutes les "écoles de la République".
    Les entreprises doivent permettre aux salariés de choisir un jour de fête religieuse sur leur crédit de jours fériés.
    - création d'une école nationale d'études islamiques. 

    OBLIGATIONS DU SERVICE PUBLIC: 

    - La commission demande aux administrations de lutter fermement contre le racisme et l'antisémitisme, notamment à l'Education nationale.
    - Une Charte de la laïcité serait remise solennellement à différentes occasions: rentrée des classes, accueil des migrants, remise de la carte d'électeur, formation initiale des agents du service public, notamment les futurs enseignants en IUFM.
    - A l'école, instauration d'une "Journée de Marianne" pendant la semaine internationale de lutte contre le racisme. La laïcité doit être un thème majeur de l'instruction civique.
    - Respect de l'obligation scolaire et du contenu des programmes
    Enseignement du fait religieux mieux assuré
    Programme pluriannuel pour apposer le triptyque républicain sur le fronton des nouveaux établissements scolaires
    - Les administrations sont invitées à prévoir des mets de substitution dans les cantines publiques et prendre en compte les impératifs religieux funéraires.
    - Possibilité d'instauration d'un service civil pour favoriser le brassage social et l'apprentissage du vivre ensemble 

    SUPPRESSION DES PRATIQUES DISCRIMINANTES 

    La commission recommande la destruction des ghettos urbains et l'accès à l'école publique dans toutes les communes.
    A l'école, elle propose le remplacement progressif des enseignements des langues et cultures d'origine (ELCO) par l'enseignement des langues vivantes, notamment la langue arabe, d'assurer un enseignement complet de l'histoire en y intégrant l'esclavage, la colonisation et l'immigration.
    Elle recommande de rééquilibrer le soutien apporté aux associations, au profit des associations culturelles (opposées aux associations confessionnelles), et de recruter des aumôniers musulmans dans l'armée et les prisons.
    Enfin, la commission demande de donner aux courants libre-penseurs et aux humanistes rationalistes un accès équitable aux émissions télévisées de service public. 11/12/03 10:02

    Les médias arabes, unanimes, condamnent l'"intégrisme laïque" français
    -
    http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-345572,0.html

  • Les signes religieux à l'école: ce que disent les textes 

    PARIS, 9 déc (AFP) - La présence de signes religieux à l'école publique est encadrée par plusieurs lois, circulaires ou arrêtés :
    - Loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l'Etat, texte fondateur de la laïcité française : stipule qu'il "est interdit à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions".
    - Circulaire du 15 mai 1937 : Jean Zay, ministre de l'Education nationale du Front Populaire, souligne "la nécessité de maintenir l'enseignement public (...) à l'abri "des propagandes politiques" et "confessionnelles", "aucune forme de prosélytisme ne saurait être admise".
    - Avis du Conseil d'Etat du 27 novembre 1989 : reconnaît aux élèves "le droit d'exprimer et de manifester leurs croyances religieuses à l'intérieur des établissements scolaires, dans le respect du pluralisme et de la liberté d'autrui, et sans qu'il soit porté atteinte aux activités d'enseignement, au contenu des programmes et à l'obligation d'assiduité".
    Le port de signes religieux n'est pas en lui-même incompatible avec la laïcité, à condition qu'ils n'aient pas de "caractère ostentatoire ou revendicatif" de nature à perturber le fonctionnement du service public et qu'ils ne constituent pas "un acte de pression, de provocation, de prosélytisme ou de propagande".
    - Circulaire Jospin du 12 décembre 1989 : le port de signes religieux n'est pas en lui-même incompatible avec la laïcité mais "les élèves doivent se garder de toute marque ostentatoire, vestimentaire ou autre, tendant à promouvoir une croyance religieuse". En cas de conflit, "le dialogue doit être immédiatement engagé avec le jeune et ses parents afin que, dans l'intérêt de l'élève et le souci du bon fonctionnement de l'école, il soit renoncé au port de ces signes."
    - Circulaire Bayrou du 20 septembre 1994 : il n'est "pas possible d'accepter à l'école la présence et la multiplication de signes si ostentatoires que leur signification est précisément de séparer certains élèves des règles de vie commune de l'école". En cas de refus, l'élève risque l'exclusion.
    - Avis du Conseil d'Etat 10 juillet 1995 rejetant un recours en annulation contre la circulaire Bayrou : considère que la prohibition de "signes ostentatoires" sans définition de cette notion ne fait que renvoyer au cas par cas, réaffirme que le foulard ne saurait être regardé comme un signe et refuse toute interdiction générale.
    - Avis du Conseil d'Etat du 3 mai 2000 (saisi du cas d'une surveillante intérimaire dont la mission avait été interrompue parce qu'elle portait un foulard islamique) : "Le principe de laïcité fait obstacle à ce que les agents de l'enseignement public disposent, dans le cadre du service public, du droit de manifester leurs croyances religieuses". 09/12/03 12:18

    Le rapport Stasi reçoit un accueil mitigé
    Politiques, syndicats et religieux sont partagés sur les propositions de la commission, dont l'interdiction du port "ostensible" de signes religieux.
    l'article
     Le rapport complet
      (pdf)   Revue de presse  Commentaire "Pas superfétatoire", par Jean-Marcel Bouguereau  Interview "La première explicitation de la laïcité", par Jean Baubérot (commission Stasi)

    Rapport Stasi : une loi et deux jours fériés
    Le président de la République, qui a hier reçu, comme prévu, le rapport élaboré par la commission Stasi, résultat de trois mois de travail et d'auditions très larges, se prononcera sur ce projet de «loi de laïcité» le 17 décembre. La principale disposition de cette loi générale préconise, comme Le ... 
    Les principales recommandations
    Chirac en quête d'un équilibre républicain
    Pas d'école pour Kippour et l'Aïd-el-Kébir ?
    Des réactions mitigées
    Comment le voile bouleverse les autres pays d'Europe

    Jours fériés : la classe politique dans l'embarras
    La proposition de la commission Stasi de décréter deux nouveaux jours – l'Aïd-el-Kébir, qui marque la fin du ramadan pour les musulmans, et Yom Kippour, la fête du Grand Pardon pour les juifs – a pris de court bon nombre de responsables politiques, à droite comme à gauche...

    - Si demain, le Yom Kippour est accordé, le monde toranique de France ne devra--t-il pas remercier chaleureusement les personnes féminines de France ? Loin de les vilipender, il ferait mieux de les remercier, car jusqu'à ce jour, bien qu'étant un ardent fervent du Laïcisme ; ce dernier n'a jamais voulu reconnaître leurs fêtes religieuses... Bientôt, et avec ce que le Partissisme a apporté après la dé-colonisation, et l'ouverture des frontières aux colonies, à l'invitation de "devenir" français, etc.; il faudra penser à d'autres bien fêtes. Ex.: l'Hindouïsme, le Vaudou, le Bouddhisme, etc. Vraiment,
    les voies du Laïcisme sont multiples !

    -
    Un échec du modèle français d'intégration, selon la presse internationale
    Le débat sur le voile islamique à l'école trouve quelque écho vendredi dans la presse internationale.

    vendredi 12 décembre 2003 (Liberation.fr - 13:42)
    A savoir
    Bernard Stasi, homme de compromis
    Télécharger l'intégralité du rapport en pdf
    Les membres de la commission et les personnes auditées
    Les sages disent oui à une loi sur le voile

  • La chronique de Jacques Attali - Se compter

  • Elles ont 20 ans et portent le voile
    La commission Stasi remet le 11 décembre son rapport à Jacques Chirac. Des jeunes filles voilées expliquent à «La Croix» quelle sera leur attitude si le principe d'une loi est retenu > Lire l'article

  • L'Italie limite la procréation assistée
    La loi votée jeudi 11 décembre au Sénat italien devrait condamner lourdement les dons d'ovocytes et de spermatozoïdes > Lire l'article

  • A consulter "NON à la pub sexiste !"
    - http://perso.club-internet.fr/la_pie/infos/manifestes/pubsex.htm 
    - http://www.antipub.net/rap/resister/liens.htm 

    -
    http://lameute.org.free.fr/index/ 
    -
    http://www.media-awareness.ca/francais/ressources/educatif/activities/secondaire_3-5/publicite_marketing/sexe_publicite.cfm 

  • Qui se voile (la face) ?
    Auteur: Martin Winckler Lire l'article

  • Entretien avec Emile Poulat, directeur d'études à l'Ehess
    Auteur: Xavier Ternisien Lire l'article

  • La loi sur la laïcité préoccupe Washington
    Laïcité : Paris inquiète Washington
    Les Etats-Unis ont indiqué qu'ils allaient "suivre attentivement" les mesures qui seront prises concernant
    le port du foulard islamique en France. 
    l'article
    Les femmes voilées manifestent dimanche

  • Spiritualité L'étranger est un don
    Les débats sur l'intégration et l'immigration risquent de masquer l'enjeu spirituel que représente l'accueil de l'étranger parmi nous > Lire la suite

  • Solidarité: REVEILLONS NOUS !!!!!!

  • Liberté d'expression: Un Voile, Une voix : Votez contre la loi raciste et discriminatoire !

  • Nouveau Rappel :

  • - Impudique point ne seras, de corps ni de consentement.
    -
    L’œuvre sexuelle ne désireras, qu’en mariage légal seulement.

  •  

  •  

  • Rappel : certains liens de revues ou journaux cités ci-joint peuvent être payants. 

Aide-toi et le ciel t'aidera
Et quand tu te sens en danger, dans l'inquiétude, en soucis, cherche refuge dans l'endurance et la Pri
ère.
Sache ! qu'il vaut mieux perdre une chose qu'on aime plutôt que sa Pudeur !

Sommaire

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire