Au nom de DIEU,
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !
Que les meilleures salutations soient sur les Messagers et Prophètes divins !

Suite Page 7

Le Messager de l'Alliance.

L'Unicité et l'Unité de la Religion divine : la Soumission.

Parole d'un sage : "N'est-ce pas vrai que tout en dehors de Dieu est vain ?" 

LE TESTAMENT DE NOÉ

   L'Imam Ahmad (que Dieu lui fasse miséricorde) a rapporté, d'après 'Abd Allah fils de 'Amrou : « Nous étions chez le Prophète (sur lui Prière et Paix !), lorsqu'un homme du désert vêtu d'une tunique (arabe, djoubbah) fabriqué à Saihân (Syrie) rayé et serti de brocard entra et dit : "Votre compagnon que voici veut rabaisser tout cavalier fils de cavalier et élever tout berger fils de berger !" Le Messager de Dieu (sur lui Prière et Paix !) le prit alors par le pan de sa tunique et lui dit : "Ne vois-je pas sur toi les vêtements de quelqu'un qui n'a pas d'intelligence ?" Il dit ensuite : "Lorsque le prophète de Dieu, Noé, fut à l'article de la mort, il appela son fils et lui dit : « Ô mon fils ! Je te laisse ce testament consistant en deux recommandations et deux interdictions. Je te recommande de témoigner qu'il n'y a de dieu que Dieu (Hachem, Allaha), car si on mettait les sept cieux et les sept terres sur l'un des plateaux d'une balance et l'attestation qu'il n'y a de dieu que Dieu sur l'autre, la balance pencherait du côté du plateau de cette dernière. Et si les sept cieux et les sept terres étaient un anneau solide, la formule "Il n'y a de dieu que Dieu, et pureté à Dieu et louange à Lui !" les aurait brisés. C'est par elle aussi que se lient les choses et par elle que la Création reçoit leur subsistance. Quant aux choses que je t'interdis, ce sont l'Associationnisme (arabe, le chirk), l'orgueil (l'arrogance).

           Il dit : J'ai dit (ou on a dit) : "O Messager de Dieu ! Nous savons ce que signifie l'Associationnisme ; mais qu'est-ce l'arrogance orgueil ? S'agit-il d'avoir une paire de belles sandales avec de beaux lacets ? " Il (le Prophète) dit : "Non !" "S'agit-il de porter un beau vêtement ?" Il (le Prophète) dit :"Non !" Il dit : "Est-ce le fait de posséder [pour l'individu] une monture qu'il monterait ?" Il dit (le Prophète) : "Non !" "Est-ce le fait d'avoir des amis pour l'un d'entre nous qui lui permettrait de s'asseoir auprès de lui ? Il dit (le Prophète) : "Non !" J'ai dit (ou on a dit) : "O Messager de Dieu qu'est-ce que l'arrogance alors ?" Il (le Prophète) dit "L'arrogance (الكبر) consiste à ignorer (nier) la Vérité (سفه الحق) et à mépriser les gens (غمض الناس - calomnieur, diffamateur)". 

Conclusion.

   La religion de Noé (sur lui la Paix !) est bien celle des prophètes d'avant lui et d'après lui. Non pas le Noa'hisme comme le prétendent, à tort, le monde de la Synagogue. N'en déplaise aux détracteurs de la Religion divine ! De plus, l'histoire du prophète Noé (sur lui la Paix !), n'ayant rien à voir, de près ou de loin, avec la légende ; mais elle met en exergue la vérité sur la religion de l'ensemble du monde prophétique. L'Unicité divine et l'Unité dans la religion datent de la nuit des temps. Depuis l'apparition de l'homme sur terre. Le Judaïsme n'est donc pas l'héritier, comme il le prétend à tort, du pur Monothéisme. Avant l'apparition du prophète Ya'cob (Jacob) (sur lui la Paix !) et de ses douze enfants qui formeront plus tard les 12 Tribus d'Israël ; le Monothéisme était bien là, et surtout la Soumission comme religion des hommes de l'époque. N'en déplaise au monde de la Synagogue, toranique ! Secundo : Tous les prophètes, sans exception, ont appelé à l'Unicité divine. Et ici, nous voyons que Noé (sur lui la Paix !) ne fait pas exception à la règle. Il met, du même coup, en valeur la formule de l'Unicité divine. Troisièmement : Par cette formule le monde vit et les choses s'unissent. Rien n'est rattaché ici aux Fils d'Israël et aux Judaïsés. Et par cette formule le monde entier vit, non par les prétentions des gens de la Synagogue. Quatrièmement : Face au Monothéisme se trouve l'Associationnisme. Il perdra l'homme dans ce monde et dans l'Autre, sauf s'il se repent. Cinquièmement : Au Seigneur des mondes de révéler :  

           « Qui délaisse la Tradition d'Abraham si ce n'est celui qui ignore sa propre âme ? 
           Nous l'avons en effet élu dans ce monde, et dans l'Autre, il est parmi les Pieux parfaits ».
           « Lorsque son Seigneur lui dit "Soumets-toi" et [qu']il dit (répondit) "Je me suis soumis au Seigneur des Mondes" ». (Coran II 130-1 - langage biblique, toranique : juste, même sens, qui implique l'idée de soumis à...).
           
           Commentaires. 

           « Qui délaisse la Tradition d'Abraham...»  
           C'est-à-dire : quels sont les gens qui délaissent cette Tradition (milla) pour une autre ? La question fait allusion aux Juifs (Yahoûd) et aux Nazaréniens (naçarâ - chrétiens) qui préfèrent respectivement la tradition juive et la tradition nazarénienne (chrétienne) à la Soumission fondamentale. Pourtant, la Tradition d'Abraham est la religion pure (hanafiyya) et saine (mousallama). Dieu (exalté soit-Il !) (Hachem, Allaha) a dit : « Abraham n'était ni un Juif, ni un Nazarénien (chrétien) mais un pur (hanîf) et un soumis (mouslim) » (Coran III 67).  
           Qatâda a dit : « Ceux qui ont délaissé la Tradition d'Abraham sont les Juifs et les Nazaréniens qui ont adopté respectivement le Judaïsme et le Nazarénisme (christianisme) connue comme une innovation qui ne vient pas de Dieu et qui ont laissé la Tradition d'Abraham c'est-à-dire la Soumission en mode pur. C'est ainsi que Dieu suscita Son Prophète Mohammad avec la Tradition d'Abraham ».
           « il est parmi les Pieux parfaits » Parmi les descendants d'Adam, celui qui est "çâlih" est celui qui s'acquitte des droits que Dieu a sur lui. Dieu informe donc ici qu'Abraham a été dans ce monde un Ami pur (çafiyy) et qu'il est dans l'Autre un Saint (waliyy), parvenu "aux aiguades" réservés aux Saints de Dieu qui ont atteint la certitude totale au sujet de Son pacte.
           « Lorsque son Seigneur lui dit "Soumets-toi" et [qu']il dit (répondit) "Je me suis soumis au Seigneur des Mondes" ».
           "soumets-toi !" c'est-à-dire : Voue-Moi une adoration pure et sincère et soumets-toi à Moi par l'obéissance. Quant à l'"Islam", sens : maçdar du verbe "aslama", d'où l'impératif "aslim".   
           Quelqu'un nous dira peut-être que la particule "idh" doit renvoyer à un moment précis, et il nous demandera quel est ce moment. Nous répondrons que ce passage vient à la suite de l'affirmation « Nous l'avons en effet élu dans ce monde », mentionnée dans le verset précédent ; voici donc le sens de l'ensemble : Nous l'avons en effet élu dans ce monde lorsque son Seigneur lui dit "Soumets-toi" et qu'il dit (répondit) "Je me suis soumis (aslamtou) au Seigneur des mondes". 
           Enfin quelqu'un nous demandera peut-être ceci : Dieu appela-t-il Abraham à la Soumission et, éventuellement, dans quel état était alors Abraham ? Nous répondrons qu'il en est effectivement ainsi et que tout ceci est évoqué dans les passages où Dieu dit qu'Il éprouva Abraham par les étoiles, la lune et le soleil et que finalement Abraham dit ceci : « O mon peuple ! Je me suis affranchi de ce que vous associez [à Dieu] ; en vérité, j'ai orienté, en mode pur, ma face vers Celui qui créa, en les séparant, les cieux et la terre, et je ne suis pas d'entre les associateurs » (Coran VI 79). (V. Tabarî).

Reproches.

          Ce qui leur est reproché (aux gens de la Bible) ici c'est d'être attaché à leur religion respective avant même d'être attaché à ce qui est le fondement de ces deux religions et qui en constitue l'essentiel. Ce n'est donc pas la spécificité de ces formes traditionnelles qui est ici en cause et, dont la légitimité est par ailleurs reconnue (Coran II 62) mais la question limitative et particulariste que les Juifs et les Nazaréniens ont respectivement de ces deux formes de la Tradition abrahamique ; celle-ci sera appelée "hanafiyya mousallama", le "Religion pure et saine" qui est la Soumission fondamentale au Principe Unique, ou encore le Monothéisme pur et intégral tant sur le plan doctrinal que sur le plan dévotionnel. Cette religion (dîn) n'est en définitive rien d'autre que la réalisation en mode abrahamique, de l'adéquation primordiale, scellée dans toute âme, entre l'existence immédiate et sa finalité ultime dans l'inaltérable harmonie de l'Unique : « Je n'ai créé les génies et les hommes que pour qu'ils M'adorent » (Coran LI 56) ... « et tu ne verras pas de hiatus dans la création du Tout-Miséricordieux » (Coran LXVII 3). Le Prophète a dit : « Tous les hommes naissent soumis ; ce sont leurs parents qui les rendent juifs, nazaréniens (chrétiens) ou dualistes (mages) ».
           Ce verset est d'ailleurs formulé sans spécification, en sorte que, si les commentaires indiquent qu'il fait allusion aux Juifs et aux Nazaréniens oublieux de leurs origines, rien n'empêche de considérer qu'il peut s'appliquer à tous ceux qui peuvent se trouver dans une erreur équivalente ; les aspects circonstanciés et structurels des versets du Coran ne doivent pas faire oublier que le Coran est en premier lieu un "guide" pour les "soumis" (V. Coran II 2).

      L'Alliance biblique.

Pour le monde biblique, toranique, toute alliance avec le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes ne peut se faire sans "écoulement" d'un sang. Et cela commence donc par la circoncision (mila). Aussi, a-t-on dit : Ainsi, cette union par le sang est mise en relation avec le motif même de la création dans l'union du ciel et de la terre (voyez le traité Chabbate 137b).
           Nous dirons : Cela est faux. Tout alliance contractée avec les Fils d'Israël et les Judaïsés ont été faites à travers leurs Écritures : la Torah, le Psautier et l'Évangile. Et ceci par l'intermédiaire de leurs prophètes (sur eux la Paix !). Car pour condamner quelqu'un, la loi exige des témoins et des preuves écrites. Et quels meilleurs témoins que leur divin Créateur, leurs Prophètes et leurs Écritures ! Et ici, on peut s'étonner de cette valorisation du "sexe" par le monde de la Synagogue ! ? Shalom Ben-Chorin d'ailleurs d'écire : Le membre de la Connaissance [ou le sexe !!!], placé sous le signe du péché originel, est dès lors consacré à Dieu et donc dépénalisé. (Marie, un regard juif sur la mère de Jésus. Edit. Desclée de Brouwer). En vérité, combien le Saint et Seigneur d(Israël et des mondes est au-dessus de ce qu'ils décrivent et Lui associent !
         De même : 

En ce sens, les prophètes utilisent toujours ce mot "ôrla, prépuce, bouché" pour qualifier le peuple qui ne veut pas connaître la parole de D.ieu, ni l'entendre , ni l'appliquer, ni se différencier par là des autres peuples et qui finira par en mourir après avoir cru dans les alliances internationales avec les puissants, au lieu de miser sur cette alliance unique avec le D.ieu des Juifs.
Les prophètes Jérémie et Ezéchiel, surtout, utilisent ce mot pour  interpeller le peuple : vous êtes des bouchés, votre oreille est bouchée, votre cœur est bouché. Lisez Jérémie 6, 10 et 9, 25, et Ezéchiel 44, 1 et 9 ; ils montrent combien la fermeture des oreilles et des cœurs entraîne la fermeture des bénédictions que l'alliance de la circoncision aurait dû assurer.
Cette nécessité d'interpeller le peuple est comme une jalousie amoureuse où quelqu'un ne veut pas perdre l'amour obsédant pour l'autre et sait que l'autre, finalement, ne peut vivre que par cela. La position extrême de cette attitude est celle du prophète Eliyahou qui a secoué Israël s'éloignant à la dérive, et il a volé à la défense du peuple pour le faire survivre avec une violence de langage et des actes. Il est allé jusqu'à dire à D.ieu que Son peuple a oublié Son alliance. Or, jamais on ne doit dire du mal d'Israël, cela n'est jamais pardonné par le Ciel. Le midrache raconte qu'alors Dieu lui a dit, : "à cause de ces paroles accusatrices, tu devras désormais aller assister à chaque circoncision pour être témoin de la fidélité de Mon peuple". C'est l'origine de la chaise d'Eliyahou le prophète, présente à chaque circoncision, nommée, et mise en valeur pour se souvenir de tout cela, pour honorer Eliyahou et bien comprendre l'importance de cette alliance. Il est nommé pour cela l'ange de l'alliance, maleakh habbérite. (Voyez le texte dans I Zohar 93a).

Nous dirons : Élie (en hébreu : אֵלִיָּהו [ēliyahū], Dieu est son seigneur ; en arabe : ايليا [īlyā] dans la Bible, ou إِلْيَاس [ilyās] dans le Coran) est un prophète dans la Bible comme dans le Coran. Secundo : Nous connaissons tous le peu de valeur qu'accorde les gens de la Synagogue pour/envers leurs prophètes (sur eux la Paix !). Ni ils les honorent ni ils les respectent. De plus, ils se permettent de critiquer leurs paroles comme ici concernant le prophète Élie (sur lui la Paix !). Ce qui est inacceptable ! Troisièmement : ils ont fait de lui "l'ange de l'alliance". Ce qui est faux. L'ange de l'alliance, dans les Écritures, concerne uniquement le Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Qu'on en juge : 

« Voici que J’enverrai Mon messager
Par Ma présence, il réservera alors un chemin.
Et alors, il viendra à son Temple.
Le saint que vous vous sollicité,
le messager circoncis qu’aussi vous désirez.
Voici qu’il vient a dit Dieu, Seigneur des armées. »
   Autre version :
« Voici, Je vais envoyer Mon mandataire,
pour qu’il déblaie la route devant Moi.
Soudain, il entrera dans son sanctuaire,
le maître (l’Adôn) dont vous souhaitez la venue,
le messager de l’alliance que vous appelez de vos vœux :
Voici qui vient, dit l’Eternel-Cebaot. »

   De même :

   Voici, J’envoie Mon messager. Il aplanira le chemin devant Moi.  Subitement, il entrera dans son Temple, le Maître que vous cherchez, L’Ange de l’Alliance que vous désirez ;
   Le voici qui vient dit le Seigneur, le tout-puissant. (Bible. Malachie. 3 1).

Quand Héraclius vint au pouvoir, ce fut l’époque où naquit le Prophète annoncé dans la Bible. Il vit dans une vision que le règne du « prophète circoncis » était arrivé. En clair, cela signifiait qu’enfin le règne des incirconcis, instauré par Paul allait prendre fin. On lui conseilla alors de tuer tous les circoncis du royaume, sous-entendu : les Juifs...

   On notera la parole des Judaïsés au temps du Messager de l'Islam : « Nos cœurs sont incirconcis » : quand c’est Dieu qui a scellé leurs cœurs à cause de leur mécréance, si bien qu’à part quelques-uns ils ne croiront pas. (Coran IV 155 ; II 88).

   Preuve que c'est bien la foi des Fils d'Israël et des Judaïsés qui est à mettre en doute, non celle de leurs prophètes. Et le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes a permis à Ses prophètes de dénoncer les égards le langage et les faux pas des Fils d'Israël et des Judaïsés. Et à cause de cela, Il leur dira : Chaque fois, en vérité, qu'un messager vous apportait ce que vous-même ne désirez pas, comme vous vous enfliez! Car les uns vous les traitiez de menteurs et les autres vous les tuiez (Coran II 87). 
   Et jusqu'à ce jour, note bon nombre de gens du monde islamique, le comportement de la Synagogue vis-à-vis de ceux et de celles qui ne veulent pas penser comme eux, et partager leurs idées ; reste le même. Tous ces gens doivent être combattus, dénoncés, traduits devant les tribunaux, accuser de faire de l'anti-judaïsme, etc. !
   Enfin, on notera l'influence du Sabéisme, du paganisme, sur les croyances du monde toranique. Du "sang" versé lors d'une circoncision peut-il rapprocher l'individu du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes ? Le monde toranique le croit, la réalité veut qu'il ne soit pas ainsi. L'homme parfait est uniquement celui qui pratiquera deux circoncisions : celle du sexe, pour les enfants mâles, et celle du cœur une fois devenu adulte. Car seule la piété, la pratique réelle de son culte, obéir au divin Créateur, peut rapprocher réellement de Lui, et non du sang animal ou humain. Dans le cas contraire, c'est vivre dans une illusion. Et tout au long de son histoire, les Fils d'Israël et les Judaïsés, partie d'entre eux ; ont vécu dans cette illusion et ont fait vivre autrui. En quoi croyaient-ils vraiment ? Et étaient-ils gens de la foi et de sa pratique ? 

   Le monde biblique, évangélique.

   Pour lui, et sur ordre de Paul, pas de circoncision. Et bon nombre de gens de l'Évangile répugne de parler de cela, et de se circoncire. Certes, ils admettent volontiers que le Messie était circoncis, mais ils pensent que cela ne les concerne pas. D'où leur aversion pour cette tradition abrahamique. Aussi, militeront-ils contre la circoncision et l'excision, de Paul à nos jours ! Et jugeront très sévèrement toute personne voulant imiter leurs prophètes (croyants & incroyants) ! Le sacrement du baptême n'est pas reconnu par le divin Créateur, Allaha (Coran II 138). La majorité des gens de l'Évangile verront leur Nouvelle Alliance, eux aussi, par le sang [présumé] versé par le Messie (sur lui la Paix !) (Coran IV 157). Car dans un cas comme dans l'autre, pas d'Alliance sans versement d'un sang : animal (toranique, humain (évangélique). Ce que l'Islam traditionnel récuse !

   L'Islam traditionnel.

   Il ne reconnaît ni l'a version toranique des faits ni la version évangélique. La Bible actuelle n'étant pas source de référence. Le Messager de l'Islam est venu pour rétablir la tradition abrahamique (dans son intégralité) comme par exemple la circoncision. Et il est venu aussi et surtout pour circoncise le cœur des gens. Et c'est là la preuve du bienfait divin à son égard. D'une de ses grandes qualités. Nous avons vu que le monde de la Synagogue dit volontiers : "les prophètes utilisent toujours ce mot "ôrla, prépuce, bouché" pour qualifier le peuple qui ne veut pas connaître la parole de D.ieu, ni l'entendre , ni l'appliquer, ni se différencier par là des autres peuples..."

   Dans Isaïe, le prophète, il était, dit-on écrit (et concernant le Sceau de la Prophétie) :

   « Il ouvre les yeux bornes et fait revivre les cœurs morts... »
autre variante :
   « Il ouvrira les yeux bornes et les oreilles sourdes, et fera revivre les cœurs incirconcis » (Comparer : Bible. Is. 42 1-4).

   On a dit que Dieu le Très-Haut a dit encore :

   « O Mohammad ! Certes, Je vais faire descendre sur toi, une Nouvelle Thora. Par elle, tu ouvriras des yeux aveuglés, des oreilles sourdes, des cœurs incirconcis.
   D’elle sortira la science, la compréhension de la sagesse, et le printemps (ou pluie printanière) des cœurs. »  

   Enfin, aboû Moussa Ach'ari rapporte du Prophète (sur lui Prière et Paix !) : "Lorsque Dieu (exalté soit-Il !) veut faire miséricorde à une communauté, Il fait périr son prophète avant elle, de façon à en faire son éclaireur et son devancier. Mais s'Il veut la perte d'une communauté, Il la châtie alors que son prophète est encore en vie et la fait périr sous ses yeux, consolant ainsi son prophète des moments où son peuple l'a traité de menteur et lui a désobéi.' (Transmis par Mouslim).

   C'est justement ce qui arriva à des prophètes comme : Noé, Isaïe, Jérémie, Zacharie et son fils (sur eux la Paix !), pour ne parler qu'eux. 

   Aboû Sa'îd et Aboû Horairah rapportent du Messager de Dieu (sur lui Prière et Paix !) : "Tous les prophètes que Dieu a envoyés et tous leurs successeurs ont eu deux catégories de conseillers : ceux qui leur ordonnaient de se conformer à la loi et qui les y incitaient et ceux qui leur ordonnaient de faire ce qui est blâmable et qui les incitaient. Seuls seront préservés (de l'égarement) ceux que Dieu aura préservés." (Transmis par Bokharî).

   Aboû Horairah rapporte du Messager de Dieu (sur lui Prière et Paix !) : "Les fils d'Israël étaient commandés par des prophètes. Chaque fois qu'il en mourait un, un autre lui succédait. Après moi, il n'y aura pas de prophète mais des vicaires en grand nombre." Ils demandèrent : "Que nous ordonnes-tu ?" Le Prophète répondit : "Respectez le pacte passé avec le premier, donnez-leur ce qui leur revient de droit. Demandez à Dieu ce qui vous revient et Dieu leur demandera des comptes au sujet de ceux qu'Il leur aura confiés." (Transmis de Bokharî et Mouslim). 

   Le fils de 'Omar a rapporté le récit suivant : "Nous nous demandions pourquoi le pèlerinage de l'Adieu avait reçu ce nom et ce, en présence du Prophète (sur lui Prière et Paix !). Alors, le Messager de Dieu prit la parole, glorifia Dieu et Lui adressa des louanges puis il évoqua longuement l'Antéchrist en ces termes : "Il n'est pas un prophète qui n'ait mis en garde sa communauté contre l'Antéchrist, à commencer par Noé, suivi en cela par tous les prophètes postérieurs. S'il venait à apparaître parmi vous et que vous ayiez des doutes à son sujet, il ne vous échappera pas que votre Seigneur n'est pas borgne alors que l'Antéchrist, lui, l'est et que son oeil droit est comparable à un raisin sec. Dieu a rendu votre sang et vos biens sacrés de même qu'Il a fait de ce jour un jour sacré, de ce mois un mois sacré et de cette terre une terre sacrée. Ai-je bien fait parvenir (le message) ? Ils dirent : "Oui, ceux qui étaient présents." Le Prophète reprit : "Mon Dieu sois mon témoin ! Mon Dieu sois mon témoin ! Mon Dieu sois mon témoin ! Prenez garde ! A ma mort, ne redevenez pas (semblables à) des mécréants en vous entre-déchirant." (Transmis par Bokharî et Mouslim). 

   Rejet du Prophète ou des Signes divins ?

   Le père de Sâlih a dit : “ L’ange Gabriel vint un jour vers le prophète (sur lui Prière et Paix !) alors que celui-ci était assis et triste. L’ange lui dit : “ Qu’est-ce qui t’attriste ? ”
   Il dit : “ ces gens me déclarent menteur ! ”  
   L’ange lui dit alors : “ En vérité, ils ne considèrent pas comme menteur ; ils savent que tu es véridique, mais ce sont les Signes de Dieu que les gens injustes rejettent. ”  
   Nouvelle confirmation : Le père de Ishaq rapporte que Nâdjiya a dit : “ Abou Djahel dit un jour au Prophète (sur lui Prière et Paix !) : “ Ce n’est pas toi que nous mettons en doute, mais nous mettons en doute ce que tu transmets ”. C’est alors que Dieu révéla : “ Or, en vérité, ils ne te considèrent pas comme un menteur, mais ce sont les Signes de Dieu que les gens injustes rejettent ”. (Coran VI 34). 

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !

Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

 

Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
19/07/06 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire