786
Histoire du monde.
   L'Empire Ottoman ou l'Ancien Empire islamique

L'Empire démembré
(Démembrement et création d'une multitude d'États turcophones et autres)

Naissance de la Turquie. Explosion du monde turcophone. 1 

En réalité la Turquie est née, il y a 78 ans.
1922. Fin de la dynastie ottomane. Les Turcs menacés de perdre l'ensemble de cette partie du monde, ont du faire une guerre sans merci contre les Grecs, du monde biblique. La Grèce, biblique, orthodoxe, ne rêvait-elle pas de rétablir sa souveraineté sur Constantinople ?
1923. Les grecs reviennent à la charge, bien équipés avec 1 400 000 de soldats grecs. Les Turcs avec 400 000 hommes gagneront. Malgré ce petit nombre, l'avantage tournera donc en leur faveur. Mustafa Kemal devient président.

Oeuvres et réalisations d'un nemrodiste, le dénommé : M. Kemal.

   Jamais le monde ottoman ne connaîtra, à travers Mustapha Kemal, une telle humiliation, un tel abaissement. Et à travers lui et tous ceux qui le suivirent, une telle catastrophe pour le monde islamique. Aussi, dira l'historien le concernant :
Enfance, études. A ce sujet, on a dit : ATATÜRK (Mustafa Kemal) est né à Salonique (ancien Thessalonique, Grèce, naguère rattaché à Empire ottoman). Issu d'une famille modeste. Né en 1881 dans le quartier de Kocakasim de Salonique, dans une maison rose de trois étages située sur la rue d'islahhane. Son père est Ali Riza Efendi et sa mère Zübeyde Hanim. Hafiz Ahmed Efendi, son grand-père paternel, est un des nomades de Kocacik qui ont été placés en Macédoine depuis Konya et Aydin aux XIVème et XVème siècles. Sa mère Zübeyde Hanim était la fille d'une vieille famille turque installée dans la ville de Langasa près de Salonique. Ali Riza Efendi, qui a travaillé comme officier de milice, clerc des fondations pieuses et commerçant de bois de charpente, s'est marié avec Zübeyde Hanim en 1871. Quatre des 5 frères d'Atatürk sont morts en bas âge, seulement une soeur, Makbule (Atadan) a vécu jusqu'en 1956.
L'enfant, dit-on encore, a commencé l'école du voisinage de Hafiz Mehmet Efendi et plus tard, sur le désir de son père, a été transféré à l'école de « semsi Efendi ». il a perdu son père en 1888 puis il est resté à la ferme de son oncle maternel pendant un moment et est revenu à Salonique pour achever ses études. il s'est inscrit à Rüstiye de Mülkiye de Salonique (école secondaire civile) et bientôt a été transféré en 1893 à l'école secondaire militaire. Tandis qu'il étudie à cette école, son professeur de maths, également nommé Mustafa, a ajouté " Kemal " à son nom. Plus tard, après avoir achevé ses études au lycée militaire de Manastir entre 1896 - 1899, il a commencé l'école de guerre d'Istanbul dont il a reçu un diplôme en 1902 avec le grade de lieutenant. il s'est plus tard présenté à l'académie militaire et a reçu un diplôme le 11 janvier 1905 avec le grade de capitaine (Général Staff College). Entre 1905 - 1907 il a effectué des services à Damas sous l'ordre de la III ème Armée. En 1907 il a été promu au grade de " Kolagasi " (capitaine ancien) et a été nommé à la IIIème Armée située à Manastir. il était commandant d'état-major dans "l'Armée de Mouvement" (Hareket Ordusu) qui est entrée à Istanbul le 19 avril 1909. il a été envoyé en France en 1910 où il a participé aux manoeuvres de Picardie. En 1911 il a commencé à travailler sous les ordres de la Présidence d'état-major à Istanbul. Il participe à la guerre entre l'Italie et l'Empire Ottoman en 1911-12 et aux guerres balkaniques de 1912-13, guerres qui vont miner l'empire de la Porte.
1905-1918. Mustafa Kemal devient chef d'état-major à Salonique et réprime les tentatives de déstabilisation visant la constitution proclamée un an auparavant. En 1910, il représente les forces armées turques aux manoeuvres militaires de Picardie, en France et se bat contre les Italiens à Tripoli en 1911. Il remplit des fonctions dans les régions de Tobruk et de Derne avec un groupe de ses amis pendant la guerre déclenchée par l'attaque italienne de Tripoli. Il gagne la bataille de Tobruk le 22 décembre 1911 contre les italiens et il a été nommé commandant de Derne le 6 Mars 1912. Quand la guerre balkanique a commencé en octobre 1912, Mustafa Kemal a rejoint la bataille avec des unités de Gallipoli et de Bolayir. Ses contributions à la reprise de Dimetoka et d'Edirne sont considérables. En 1913 il a été nommé comme attaché militaire à Sofia. Alors que toujours à ce poste, il a été promu au grade de lieutenant-colonel en 1914. Le poste d'attaché militaire a terminé en janvier 1915. À ce moment-là la première guerre mondiale avait commencé et l'Empire d'Ottoman y était inévitablement impliqué. Mustafa Kemal a été envoyé à Tekirdag avec l'attribution de former la 19ème Division. La Turquie s'engage dans la 1ère guerre mondiale au coté de l'Allemagne. Mustafa Kemal s'oppose à l'alliance de la Turquie avec l'Allemagne, mais il combat néanmoins pour l'empire Ottoman. Il affronte les forces alliées: les Russes sur le front de Mus à l'est ainsi que les Anglais en Syrie et en Irak. Ses capacités militaires exceptionnelles et ses opinions politiques largement répandues, prônant un état turc indépendant, lui gagnent la sympathie populaire. Il s'oppose à la présence des puissances étrangères en Turquie et souhaite la fin de l'empire de la Porte.
Mustafa Kemal a fait preuve, dirons ses adeptes et défenseurs, d'héroïsme à Çanakkale, pendant la Première guerre mondiale, commencée en 1914, et a fait admettre aux puissances alliées qu'il n'y avait "Pas de passage aux Dardanelles !". Quand les flottes anglaises et françaises ont essayé de frayer leur voie vers le détroit de Dardanelles le 18 Mars 1915, elles ont subit une lourde défaite, et elles ont décidé de placer des unités terrestres sur la péninsule de Gallipoli. Les forces ennemies, qui ont débarqué à Ariburnu le 25 avril 1915, ont été arrêtées à Conkbayiri par 19ème Division, commandée par Mustafa Kemal. Celui-ci a été promu au grade du colonel après cette victoire. Les forces anglaises ont de nouveau attaqué Ariburnu les 6-7 août 1915. Mustafa Kemal, en tant que commandant des forces d'Anafartalar a gagné la victoire d'Anafartalar, les 6-7 août 1915. Cette victoire a été suivie de celle de Kireçtepe le 17 août, et de la deuxième victoire d'Anafartalar 21 août. La nation turque qui a subi une perte d'environ 253 000 hommes dans ces batailles, était parvenue à sauver l'honneur contre les forces alliées (entender : forces bibliques). En fait, le destin du front a changé quand Mustafa Kemal s'est adressé à ses soldats avec ces mots : « je ne vous commende pas d'attaquer, mais de mourir ! ".
Mustafa Kemal a rempli des fonctions à Edirne et à Diyarbakir après les guerres de Çanakkale, et a été promu au grade du général de division le 1er avril 1916. Luttant contre les forces russes, il a repris les villes de Mus et de Bitlis. Après les courtes missions à Damas et à Khallepo, il est revenu à Istanbul en 1917.
Voyages. Il a voyagé en Allemagne avec Vahdettin Efendi, l'héritier au trône et fait des observations sur le front. il est tombé malade après ce voyage et est allé à Vienne et à Karisbad pour son traitement.
Retour au front. Il est revenu à Khalleppo le 15 août 1918 en tant que commandant de la 7ème armée. A ce front, il a effectué un combat défensif avec succès contre les Anglais. il a été nommé comme commandant du groupe des armées de Yildirim le 31 octobre 1918, un jour après la signature de l'armistice de Mondros. Après la suppression de cette armée, il est revenu à Istanbul le 13 novembre 1918 et a commencé à travailler au ministère de la Défense.
1919. Des troupes grecques occupèrent Izmir sur la côte anatolienne, le 15 mai 1919, et massacrèrent les habitants. Mustafa Kemal, qui avait été nommé inspecteur de l'armée du Nord (IXe armée) en Anatolie, arriva à Samsun le 19 mai. Il entreprit aussitôt d'unifier le mouvement nationaliste turc et de créer une armée de défense. Mais les nationalistes durent tout d'abord s'opposer au régime du sultan ottoman à Constantinople Mehmet VI, qui semblait disposé au démembrement du territoire national. En 1920, le gouvernement de Constantinople tomba en discrédit pour avoir accepté l'occupation de la capitale par les Alliés et signé le traité de Sèvres (10 août 1920), qui reconnaissait le contrôle grec sur certains territoires de l'Anatolie. Entre-temps, Mustafa Kemal avait mis sur pied un gouvernement provisoire à Ankara, en avril 1920. Après une série de revers, il remporta des victoires décisives sur les Grecs, à Sakyara (août 1921) et à Dumlupinar (août 1922), puis occupa à nouveau Smyrne en septembre. Ayant libéré la Turquie, il reçut le titre de Gazi (victorieux).
Conclusion : Montée rapide en grades. Ce qui lui permet de réaliser ses rêves et ses futurs plans. Début des problèmes turco-grec et inversement. Chacun rêve de refonder un vaste empire sur les ruines de l'autre. En attendant, les forces, bibliques, vont commencer à dépouiller et dépecer ce qui reste de l'Empire ottoman. Première étape : Pour soi-disant obtenir la "Paix", on va dépouiller cet Empire de son arsenal militaire. Le rendant ainsi plus vulnérable.
1919-1920. Après que les forces alliées ont commencé à saisir les armes de l'armé de l'Empire Ottoman, après l'Armistice de Mondros, Mustafa Kemal est allé à Samsun le 19 mai 1919 en tant qu'inspecteur de la 9ème Armée. Dans la circulaire qu'il a publiée le 22 juin 1919 à Amasya, il a déclaré: "la liberté de la nation sera restaurée avec la résolution et la détermination de la nation elle-même" et il a alors convoqué le congrès de Sivas. Il a établi le congrès d'Erzurum du 23 juillet au 7 août 1919, et le congrès de Sivas du 4 au 11 septembre 1919, pendant lesquels il a défini la voie à suivre vers la liberté de la patrie. Il a été accueilli avec un grand enthousiasme à Ankara le 27 décembre 1919. La guerre turque d'indépendance a commencé par la première balle tirée contre l'ennemi le 15 mai 1919, pendant l'occupation grecque d'Izmir. Au début, ce sont les forces de milice appelées « Kuva-yi Milliye » qui combattent les vainqueurs de la première guerre mondiale, lesquels avaient divisé l'Empire ottoman suivant le Traité de Sèvres signé le 10 août 1920. La Grande Assemblée turque, qui a établi plus tard une armée régulière et réalisant l'intégration de l'armée et de la milice, a pu conclure la guerre par une victoire.
1918-1923. Mustafa Kemal est à la tête de la Guerre d'Indépendance turque, symbole d'un mouvement de résistance national, il installe un gouvernement rival à Ankara. et s'emploie à jeter les fondements d'un nouvel État turc. En 1920, il instaure les bases d'un nouvel État en réunissant à Ankara, le 23 avril 1920, une grande assemblée nationale dont il devient le président. Grâce au Traité de Lausanne (24 juillet l923), l'instauration d'un état national souverain et indépendant est proclamé. La même année, il fonda le parti républicain du peuple.
1920. La grande Assemblée nationale turque qui s'est réunie pour la première fois le 23 avril 1920 à Ankara était la première étape vers la République turque. La gestion réussie de la guerre d'indépendance par cette assemblée a accéléré la fondation du nouvel Etat turc. Il a été élu comme président de la grande Assemblée le 24 avril 1920 et une deuxième fois le 13 août 1923. C'était un statut égal à celui de président et de premier ministre. La République a été proclamée le 29 octobre 1923. Il a été élu en tant que premier président. Les élections du président ont été renouvelées tous les quatre ans selon la constitution. La grande Assemblée Nationale turque l'a de nouveau réélu en tant que président en 1927, 1931 et en 1935.
1922. Année noire pour le monde islamique. Le 1er novembre 1922, le califat et l'autorité de Sultan ont été séparés et ce dernier a été supprimé. Ainsi, il n'y avait plus aucun lien administratif avec l'Empire ottoman.
1923. Ere nouvelle et début d'une dictature militaire. Le 29 octobre 1923, la République turque a été formellement proclamée et Atatürk a été unanimement élu en tant que son premier président. Le 30 octobre 1923, le premier gouvernement de la République a été constitué par Ismet Inönü. La République turque a commencé à se développer sur les bases des principes telles que, " Le souveraineté appartient sans réserve à la nation " et "La paix à l'intérieur et la paix à l'étranger ".
En vertu de la loi sur les noms de famille, la grande Assemblée turque a octroyé " Atatürk " (père des Turcs) comme le nom de famille à Mustafa Kemal le 24 novembre 1934.
Élections. 1920. Il a été élu comme président de La grande Assemblée le 24 avril 1920 et une deuxième fois le 13 août 1923. C'était un statut égal à celui de président et de premier ministre. La République a été proclamée le 29 octobre 1923. Il a été élu en tant que premier président. Les élections du président ont été renouvelées tous les quatre ans selon la constitution. La grande Assemblée Nationale turque l'a de nouveau réélu en tant que président en 1927, 1931 et en 1935.
Voyages. Il a effectué, dit-on, des voyages fréquents dans le pays et inspecté les travaux entrepris par l'État, donnant des directives aux intéressés concernant les obstacles. Au titre de président il a accueilli les présidents, les premiers ministres, les ministres et les commandants étrangers qui effectuaient des visites officielles dans le pays.
Vie privée. Grand amateur de femmes. Il a mené, dit-on, une vie privée très simple. Il s'est marié avec Latife Hanim le 29 janvier 1923. ils ont fait ensemble beaucoup de voyages dans le pays. Ce mariage a duré jusqu'au 5 août 1925. Un grand amoureux des enfants. Il a adopté des filles appelées Afet (Inan), Sabiha (Gökçen), Fikriye, Ülkü, Nebile, Rukiye et Zehra et un petit pâtre appelé Mustafa. Il a également pris deux garçons appelés Abdurrahim et Ihsan sous sa protection. Il a préparé un bel avenir à ceux qui ont pu survivre parmi ces enfants.
Bon vivant. Humaniste. Il a fait don de ses fermes au Trésor et de certains de ses biens immobiliers aux municipalités d'Ankara et de Bursa en 1937. il a réparti son héritage entre sa soeur, ses enfants adoptifs et des institutions de l'histoire et de langue turque. Il aimait lire, danser, faire de l'équitation et s'intéressait à la musique aussi bien qu'à la natation. Il s'est beaucoup intéressé aux danses de Zeybek, à la lutte et aux chansons de Rumeli. Les jeux des billards et du trictrac lui donnaient un grand plaisir. Il prenait soin de son cheval appelé Sakarya et de son chien appelé Fox. Il possédait une riche bibliothèque. Il avait l'habitude d'inviter des hommes de science, des politiciens, et des artistes aux dîners où les problèmes du pays étaient discutés. Il prenait soin de son apparence physique. Il était également un amoureux de la nature. Il avait l'habitude de fréquenter la ferme de la forêt d'Atatürk et de s'associer aux travaux.
Langues. Il connaissait le français et l'allemand.

Pouvoir temporel et spirituel : Début d'un pouvoir d'essence humaine et satanique : la laïcité.

De 1923 à 1938, Mustafa Kemal s'active à faire entrer l'État et la société turque sur la voie [dite] de la modernité (souveraineté du peuple). A la proclamation de la République le 29 octobre 1923, le principe de laïcité a été introduit comme l'un des fondements de la nouvelle constitution. Ainsi (soit-disant) un grand nombre de réformes a été adopté : le calendrier et l'heure internationaux (1923), l'alphabet latin est adopté, les droits des femmes (droit de vote et d'éligibilité) sont améliorés.
Réformes. Poursuite et accélération de la campagne de désislamisation de ce nouvel État.
Il a proclamé une république séculaire et a fermé tous les établissements religieux islamiques, y compris le système traditionnel de l'éducation religieuse. Il a supprimé l'alphabet arabe et le remplaçant par l'alphabet latin. Dans son effort d'aligner la Turquie, nouvel État sur les coutumes des nations [dites] occidentales [comprenez bibliques, on dit à ce sujet qu'il avait une admiration pour le christianisme. Religion simple pour lui, sans contraintes…], il a demandé l'utilisation de la robe occidentale et a adopté l'utilisation des noms de famille [on ne dira plus comme en arabe ou en hébreu : un tel fils d'un tel]. C'est pour cela qu'il prend le nom d'Atatürk, ce qui signifie "père des Turcs" [arabe, c'est un surnom recommandé, traditionnel : Abou un tel]. Le système légal a été entièrement modernisé et un nouveau code civil et pénal a été adopté. Les formes populaires de divertissement ont été autorisées, tout comme la consommation d'alcool, tous les deux normalement interdits dans les sociétés islamiques. Ses tentatives de moderniser l'économie furent moins réussies que ses autres réformes. Le pays est resté essentiellement agricole (c'est-à-dire sans rien). 
Conclusion : Bien qu'ayant combattu (pour raison personnelle) les grecs du monde biblique et les autres nations bibliques d'Europe et d'ailleurs, il deviendra le bien aimé des gens de la Bible. Avec lui, l'Islam sera tel que le désirait les nations, européennes, bibliques. C'est-à-dire une religion sans aucun pouvoir, mis à l'index... Et jusqu'à ce jour, le monde biblique d'Europe (croyants & incroyants) à les yeux tournés vers ce pays. Oui, pour l'intégration complète et entière au sein d'une Europe unie (alors que ce petit pays, agricole, est un pays asiatique faisant partie intégrante du monde turcophone), mais sous certaines conditions. Toute trace d'Islam doit nécessairement disparaître... Alors attendons-nous au pire !                  Page 2 (à suivre).

                                                                                                                         [Retour haut de page]


la Mosquée bleue: sultan Ahmed Camii (en turc le c se prononce j)

Agrandir cette image




Agrandir cette image

Agrandir cette image

 


 Ouzbékistan - Tachkent

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le 15/09/11. - 28/05/2003

   Retour menu