786
Réponse à une question d'actualité.

La Controverse

Au Nom d'Allah, Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !
   Louange à Allah ! C'est à Lui qu'appartient et que revient la louange ! 

   Frère ! Tu trouveras ici les réponses à tes questions concernant un pamphlet (arabe-français) intitulé : « Les égarements des Tablighs »[1]

   Aussi :  De plus en plus, on note un regain, en France, et chez certaines personnes du monde estudiantin et intellectuel, pour diffuser : tracts, fatwas, cassettes-vidéo, ouvrages en tout genre, etc., contre la Transmission (ou le Tabligh)[2]
   Nous savons tous que ce mouvement, né, il y a plus de 70 ans maintenant, est apparu en Inde, à Delhi[3]. D'abord local, très vite, il prendra une ampleur nationale, puis internationale. 

   Les dires et la lecture d'ouvrages d'adversaires et opposants à l'"Invitation" (dawah) et à la "Sortie" (khouroudj). L'impact général. 

  Tout cela à un rapport négatif avec la foi et avec les questions religieuses. Il représente un double risque.
  a) Premier risque. L'étudiant de ces ouvrages (ou causeries en cassettes vidéo, etc.) est frappé par cette exacte, par la force convaincante de ses preuves. Il étend alors cette opinion à l'ensemble des disciplines de la Religion et généralise, à leur avantage, la clarté et la solidité des preuves avancées. Aussi, lorsqu'il entend reprocher aux adversaires des "Sorties" d'être récidivistes, négateurs, dédaigneux de la "Sortie", il rejette les vérités admises jusque-là par pur conformisme.
  "Si la foi en cette sortie était vrai, se dira-t-il, comment ces gens savants opposés à toute sortie ne l'auraient pas reconnue ? Or on prétend qu'ils sont négationnistes et dédaigneux de toute Sortie. La vérité consiste donc a rejeter et à nier les croyances de ses sorties". Que de gens ont perdu  la vraie foi  pour ce  simple raisonnement.
   On leur objectera la spécialisation du technicien. Le cultivateur, le lettré n'est pas nécessairement un bon médecin, et l'ignorant en mécanique ne l'est pas forcément en grammaire. Toute technique a ses experts sans rivaux, ignorants et stupides dans d'autres domaines. Les dires des Opposants à toute sortie sont fondés sur la "prétendue preuve irréfutable" ; leur Voie (minhadj), sur la conjecture. Mais on ne peut le savoir que par l'expérience.
   Malheureusement ces considérations échappent à ceux qui ne tiennent leur foi que du conformisme. Au contraire, ils persistent dans leur bonne opinion de toutes les disciplines venant des Opposants à toute sortie, poussés qu'ils sont par la passion, l'ironie négatrice et le désir déjouer aux beaux esprits.
    Le risque est considérable. En conséquence, il convient de blâmer les adversaires et les personnes qui s'opposent aux "Sorties". Quoique que disent les adversaires des "Sorties" : sans rapport avec la religion, ou avec la pratique des Anciens, la "Sortie" et l'"Invitation" au divin Créateur sont : 1°) la base de la revivification de l'effort du Sceau de la Prophétie, 2°) la base de la réforme de l'âme. Celui qui passe son temps à étudier les dires et ouvrages des adversaires, risque donc la contagion de leurs prétentions, de leurs égarements et de leur faux-pas. Peu s'en occupent sans échapper au danger de perdre la foi.
   b) Deuxième risque. C'est celui qui provient du Soumis ignorant. Pensant qu'il faut défendre l'Imitation au sentier du divin Créateur en rejetant toute "Sortie", il refuse toutes argumentations, allant jusqu'à nier leurs explications, qu'il prétend contraires à la Révélation, aux Anciens ! Ces propos, revenant aux oreilles d'un homme instruit par la preuve apodictique, ne le font pas douter de celle-ci, mais des bases de l'Islam, qu'il croît alors fondé sur l'ignorance et la méconnaissance des preuves apodictiques[4]. Cela ne peut que l'ancrer dans son amour pour le Négationnisme et la haine de l'Islam.
  Ceux qui croient défendre leur Religion en rejetant les "Sorties", lui causent, en réalité, le plus grand tort. La Révélation est affirmative dans ce domaine, et ces "Sorties" ne s'opposent nullement à la Religion. Mieux, elles font revivre et restaurent Celle-ci dans sa totalité.
    En quoi les paroles coraniques ou les paroles prophétiques ou celles des vicaires[5], et enfin le consensus (idjma') des Savants religieux entraîneraient-elles le rejet de l'"invitation", d'une part, et de la "Sortie" d'autre part ? Rien de cela qui doive être rejeté. 

   Reproches. 

   Parmi les reproches qu'on fait à ce mouvement dans ce pamphlet et en général, il y a :
   La Politique. Adversaires et sympathisants reprochent l'apolitisme de ce mouvement. Motifs invoqués le plus souvent, l'indifférence totale du mouvement fasse aux crises et problèmes nationaux et mondiaux de la Communauté, etc.
   La règle : refus absolu de croire qu'un changement de société passe nécessairement par la Politique[6]. Si cela était vrai, jamais Pharaon n'aurait perdu son pouvoir et son royaume... Relisez l'Histoire !
   De plus, la Politique ne réunit jamais les coeurs des gens. Au contraire, elle les divise. S'abstenir absolument d'en parler en est donc la devise essentielle et un bien nécessaire pour tous ! 

  La Science [religieuse] :

  Elle comprend deux parties.
  La règle : Etudier la science que nous avons tous besoin à chaque instant de notre vie ( 'ilm al-hâl).
  Première partie : Certaines mauvaises langues s'emploient à faire diffuser, parmi la Communauté, le message suivant : les gens du Tabligh (de la Transmission) sont des ignorants. Ils ne connaissent rien de la science...
   Cela est faux. A chaque individu qui "sort", il lui est demandé parallèlement à sa "sortie", de faire et de veiller à sa propre éducation religieuse[7]. S'il ne le fait pas, il est considéré comme seul responsable de ses actes[8] !
  Maintenant si on note une carence de ce côté, cela ne peut venir : 1° Des responsables (ou gens se déclarant responsables) de ce mouvement et qui n'assument pas leurs propres responsabilités concernant les directives à prendre dans ce sens, et surtout ne participent pas, eux-mêmes, à des cours donnés par les gens de la Science religieuse (Savants, Mouftis). 2° Des sympathisants et adeptes de ce mouvement qui négligent absolument ce point important du Tabligh.
  Deuxième partie : Certains critiquent tout ce qui touche une Ecole juridique, de près ou de loin.
   Seconde règle : s'abstenir de critiquer ou de prendre part à tout débat concernant les Ecoles religieuses de la Communauté (mazhab ou mazha'îb). Tout débat sur ce sujet, notamment lorsqu'on ignore tout les concernant, n'est que pure perte de temps, folie, et animateur de jalousies, prétentions et rancoeurs. Donc à éviter absolument !
  Maxime : II faut joindre l'utile : sortir, à l'agréable : étudier

  Remarques : Les Ecoles du Droit, de la Jurisprudence[9]. Ce qu'il faut savoir. 

   Elles sont au nombre de quatre : Hanafites, Malékites, Chaféites et Hanbalites. Chaque Ecole constitue un système juridique issu des fondations de la Loi sacrée (usoul al-fiqh)[10]. Les fondateurs de ces Ecoles sont : Malik fils de Anas (m 179/795) ; Aboû Hanifah (m. 150/767) ; Mohammad fils de Idrîs Chafeï (m 205/820) et Ahmad fils de Hanbal (m. 241/858). Dans l'Islam traditionnel, chaque Ecole considère les autres comme orthodoxes {sounnites), et que tout croyant soumis se doit nécessairement (wadjib d'adhérer à l'une d'elle. Le fait de mélanger des précédents et des applications entre Ecoles est inacceptable et refusé d'emblée[11].    (à suivre)


[1] Compilés par cheikh Rabi' ibn al-Madkhali. Pour toute information complémentaire voir : al-baida.com : rubrique : fatawa.
[2] ce mot est équivoque. Car il pourrait être interprété comme un groupe à part de la Communauté. Alors qu'il fait partie intégrante de Celle-ci et de l'Islam traditionnel. Leurs adversaires, de tout temps, à toute époque, ont voulu coller absolument une étiquette à ces gens de la Transmission, qui n'a jamais existé en réalité que dans l'imagination de ces derniers...
[3] « Tout individu qui appelle à Allah est « Mouballigh » [transmetteur], « Transmettez de moi ne serai-ce qu'un verset» mais la Jama'a des Tabligh qui est connue, d'origine indienne est pleine de fables, d'innovations et déformes de polythéisme, alors il n 'est pas permis de sortir avec eux, sauf pour une personne qui aurait de la science et qui sortirait avec eux dans le but de les réprimander et de les instruire. Mais si l'individu sort dans l'unique but de les suivre, alors non ! Car ils regorgent de légendes et d'erreurs, et un manque de science... »
   Et en note : [Tirée d'une K7 ayant pour titre : « La Fahva de cheikh -Abdoul -Aziz ihn Baz au sujet des Tablighs » et cette Fatvva fut donnée à Ta-if, deux ans environ avant la mort du cheikh. Et celle-ci rend caduque les ruses de la Jama'a des Tablighs qui utilisent des paroles anciennes du cheikh, en effet ces paroles furent prononcées avant que le cheikh ne connaisse leur vrai apparence et leur Minhaj]. [fin de citation).
   On peut comprendre aussi que cette fatwa a été donnée sous la pression. Les Salafites voulant coûte que coûte que cette autorité religieuse se range absolument sur leur position. A partir de là. on peut raconter et faire dire n'importe quoi à [et sur] ce Cheikh. Quant à dire qu'il ne connaissait pas leur vrai apparence et leur Minhaj, c'est grotesque. En tant que haute personnalité religieuse du royaume, il était nécessairement au courant de tout ce qui s'y passait. Et surtout qui était au juste ces gens de l'Inde ou d'ailleurs.
   Sans doute, faudrait-il mentionner au passage, les autorités du royaume, lors des événements tragiques du Haram. à la Mecque, et ayant trouvé certains sortants avec les perturbateurs ; les accuseront d'être et d'avoir été de connivence avec ces derniers, et les jetteront sans plus attendre en prison, sans aucun motif valable voire voudront condamnés certains à mort dont le frère indien, le Cheikh Saïd Khan (qu'Allah lui fasse miséricorde !), maintenant décédé.
   Contrairement aux investigations de l'époque, les sortants n'avaient rien à voir avec ces événements à la Mecque, de près ou de loin. Ils furent accusés à tort. et victimes des plus odieuses calomnies, délations et médisances qui soit... On n'a cherché en fait, à travers ces frères retenus malgré eux, qu'un prétexte pour salir l'image de la Transmission (tabligh) à la Mecque comme à l'étranger. Ne fait-on pas passer comme message parmi le monde arabe que ce travail de transmission d'origine indienne est pleine de fables, d'innovations et de formes de polythéisme (chirk) ? En fait. les gens veulent éteindre de leurs bouches la lumière d'Allah, alors qu'Allah ne veut que parachever Sa lumière, quelque répulsion qu'en aient les mécréants (Coran IX 32).
  Conclusion : II semble aussi que ça dérange, ça répuise bon nombre de personnes (notamment arabes) de voir que la Transmission parte de l'Inde plutôt que l'Arabie. D'où ce procès d'intention perpétuel !
[4] à l'instar de ce qui se passent, à notre époque, avec bon nombre de gens Soumis d'Afrique du Nord ou d'ailleurs venus s'installer en Europe.
[5] les 4 Califes réguliers : Abou Bakr, 'Omar, Othman et Ali (qu'Allah les agrées !).  
[6] La Politique, branche de la Philosophie, à sa Demeure. Ceux qui pensent en être amoureux, ont tout loisir d'y demeurer. De même, ceux qui pensent en avoir fait leur passion, leur métier. Toutefois dans un Etat, il ne peut y avoir que des politiciens. A chacun ses goûts...
[7] Car aucun enseignement touchant les questions religieuses, du Droit, sur le Monothéisme (tohid), etc., n'est dispensé avant, pendant et après les "sorties". Ceci relève uniquement du devoir des Savants religieux. D'où le  devoir de chaque sortant d'aller à leur rencontre, d'aller les voir pour apprendre et les consulter...

   Maxime : La science ne peut venir à vous, c'est à vous d'aller à elle ! vers elle !  
   Quant à la seule science dispensée aux "sortants", c'est uniquement celle des vertus de la pratique (fada 'ïl al-'amal). Laquelle ne nécessite nullement ce que nécessite celle dispensée par les Maîtres et Savants religieux.
   Quant à la personne portant un turban ('imamah) blanc (ou autre couleur) sur la tête. un habit religieux, une longue barbe (à l'image de bon nombre de sortants), cela n'indique ni ne signifie nullement pour celle-ci, qu'elle est pour autant une personne savante, un professeur en Religion ! Qu'elle a étudié elle-même sa Religion !  
   Quant au terme arabe « cheikh » (courant dans notre pays), celui-ci appartient exclusivement qu'au Maître ou au Professeur ou au Savant en Religion. Un sortant ou tout responsable (du choura ou autre) : ouvrier peintre, d'usine, docteur en économie ou finance, etc., ne peut prétendre et se faire appeler comme tel par les autres sortants ! Surtout si ce dernier n'a jamais étudié sérieusement auprès de Maîtres et Savants d'autorité.
   Le but de l'Invitation (du dawah) n'est nullement de former des « cheikhs » en Invitation (dawah), ou des êtres aimant se faire traiter ou appeler comme tel ! Qu'on relise et étudie les Anciens !
   Enfin, le centre de l'Invitation (merqez al-tabligh), où qu'il soit. ne peut en aucun cas : être ou devenir la Maison des Sentences (dar al-fatwah, al-iftah) des sortants ou toute autre personne de l'Islam !  
    Il  est  donc  du  ressort  de  tout  responsable  ou  membre  se  réclamant  de  la Consultation  [chourah)  de l'Invitation {dawah) de respecter pour lui cette règle et de la faire respecter !
  Une Consultation (chourah) ne peut en aucun cas trancher sur des questions relevant exclusivement du Droit (fiqh) ni se substituer aux personnes capables d'assumer cette haute responsabilité !  
   De nombreuses personnes ont pu faire mention, pu noter, voire s'étonner qu'il existe un dysfonctionnement dans ce domaine, dans notre pays, au Centre même de l'Invitation (dawah). et parmi ses responsables ou personnes s'en réclamant ! A eux d'être ordonné, de s'en corriger et d'y prêter la plus grande attention !
[8] Remarque : La vrai science religieuse ne peut s'apprendre : 1°) seul. 2°) à travers des ouvrages achetés en librairies. 3°) des moyens audiovisuels (cassettes vidéo, etc.). 4°) des cours par correspondance.
  Selon la parole des Savants religieux, la vraie science religieuse ne s'apprend nullement à travers les livres, mais uniquement de la bouche des Savants religieux. En les fréquentant et en s'asseyant nécessairement à leurs cours. Celui qui ne respectera pas cette règle, ira droit à sa perte et s'égarera...
  Le livre est un moyen, la cassette un moyen, etc., mais nullement un but en soi. Un livre ne peut s'expliquer par lui-même. Comment apprendre à lire correctement le Coran et à respecter ses règles, sinon qu'auprès d'un Maître patenté, en s'asseyant avec lui. Le Maître à l'Ecole est jugé indispensable. Comment ne le saurait-il pas pour toutes les questions et disciplines touchant la Religion ?
  Etudiant de la science n'imite pas la voie de ceux qui ne savent pas et ne veulent qu'en faire à leur tête ! Qui cherchent à te perturber dans ta foi et la voie que tu as prise ! Ecoute la parole des Anciens ! Et garde-toi de ceux qui ne savent que parler en mal des Maîtres et des Savants religieux !
[9] Ou fiqh. une personne versée dans le fiqh est appelée en arabe faqih (légiste, jurisconsulte, homme ou docteur de la loi divine). Connaître quelques versets du Coran par coeur, quelques paroles prophétiques, etc., ne suffit pas pour se faire appeler ou reconnaître comme tel (faqih).
[10] Dans l'Islam traditionnel, elle comprend : Le Coran, la Tradition (la sounnah). le consensus des savants (l'idjma'). le principe d'analogie (le qiyâs). Le Wahhabisme limite le principe d'analogie a la génération du Prophète, en fait à la génération de celui-ci et à leurs successeurs immédiats (les tâbi'oûn). Il écarte également le principe de « consensus » (idjma') parmi les bases de la loi islamique.
[11] En clair, il faut s'abstenir de prendre un peu de chaque Ecole. Ou de prendre que ce qui nous plaît de chaque Ecole. Ou de fonder sa propre Ecole...


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
12/09/08.

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire