Une tombe perdue du monde biblique ! 

Le fils de Marie était-il marié à Marie-Madeleine ? Qui était cette femme ? A-t-il eu un enfant ? Ont-ils eu un caveau commun en Terre sainte, à Jérusalem ? Enquête pour démêler l'Histoire de la fiction du monde biblique...

Dans l’Évangile de Philippe, on découvre ... (trad. de JY Leloup)

Page 61 Planche 107 :
    32 - "ils étaient trois qui marchaient toujours avec l'Enseigneur
    Marie sa mère, la sœur de sa mère et Myriam de Magdala
    qui est connue comme sa compagne(koïnonos)
    car Myriam est pour lui une soeur, une mère et une épouse (koïnonos)."
Page 65 Planche 111

    55 - [...]
    "La compagne (koïnonos) du Fils est Myriam de Magdala
    L'Enseigneur aimait Myriam plus que tous les disciples
    il l'embrassait souvent sur la bouche"
    [...]

L'histoire de The lost tomb of Jesus débute, nous dit-on, en 1980, avec la découverte d'une tombe à Talpiot, un quartier de Jérusalem.

L'histoire serait inoffensive si elle ne remettait en question les fondements mêmes de la foi de l'ensemble du monde biblique (toranique & évangélique). L'histoire actuelle voudrait-elle donner raison à l'hypothèse émise par Dan Brown dans Da Vinci code

Les hommes bibliques, les autorités religieuses, les gens de la Bible eux-mêmes ont souvent faussé l'image de Dieu. Mais Il ne nous ressemble pas. La Bible nous dit : « Dieu est Amour ». Le Messie et enfin le Messager de l'Islam sont venus, tous deux pour manifester cet amour divin qui veut prendre soin de nous et de notre bonheur dans ce monde et dans l'Autre. Qu'on en juge : 
« Si vous avez toujours aimé Dieu (Allaha, Hachem), suivez-moi. Dieu (Allaha, Hachem) vous aimera et vous pardonnera vos péchés ; et Dieu est pardonneur, miséricordieux. »
Dis(-leur) : « Obéissez à Dieu (Allaha, Hachem) et au Messager (Mohammad). Et si vous tournez le dos... (à ce présent appel) alors non, Dieu (Allaha, Hachem) n'aime pas les mécréants ! » (Coran III 31-é).

 
Qui est Marie-Madeleine ?

On nous dit à ce sujet : Marie Madeleine tient son nom de Magdala, village du bord de la mer de Galilée, probablement son lieu d'origine. Que savons-nous d'elle ? Peu de choses en fait. Elle n'est citée que dans les quatre Evangiles : Jésus la délivre de 7 démons, suite à quoi elle se joint au groupe de disciples qui le suivait partout (Bible Lc. 8/2). Nous pouvons noter au passage que Jésus accueillait des femmes parmi ses élèves, choses impensable et totalement innovante pour l'époque (pour plus d'informations à ce sujet voir : Jésus et les femmes).

La première mention de Marie-Madeleine (dans le passage cité plus haut) suit directement le récit des pleurs d'une femme prostituée -dont le nom est inconnu- pardonnée par Jésus. Certains ont pensé qu'il s'agissait de la même personne, faisant de Marie-Madeleine une femme de mauvaise vie re-pentie (d'où l'expression "pleurer comme une Madeleine"). Mais ce rapprochement est arbitraire et hautement improbable.
Comme d'autres disciples, Marie assiste au supplice de la crucifixion de Jésus et à sa mise au tombeau (Bible. Mt. 27/56-61). La mort de Jésus ayant eu lieu à Pâques, la veille d'un jour de sabbat (où l'on ne doit rien faire), son corps n'a pas eu le temps d'être embaumé, comme cela se faisait en ce temps là. Après le sabbat (premier jour de la semaine), plusieurs femmes se rendent donc à son sépulcre avec des aro-mates, afin d'enduire le corps. Marie-Madeleine est parmi elles. C'est alors qu'elles trouvent le tombeau ouvert et qu'elles voient deux anges qui leur expliquent que Jésus est ressuscité ! Jésus est vivant, comme il l'avait annoncé ! (Bible. Mc. 16/1-8) Tandis que les autres femmes rentrent chez elles, Marie court avertir Pierre et Jean (Bible. Je. 20/1-2). Revenue avec eux au tombeau, elle reste devant, tandis que Pierre et Jean repartent trouver les autres disciples.

Marie-Madeleine pleure. Elle n'a pas compris les paroles des anges. C'est tellement inimaginable ! C'est alors que le Christ lui apparaît et parle avec elle (Bible. Je. 20/11-18) ! Il lui dit qu'il va retourner auprès de Dieu et qu'il faut qu'elle le dise aux autres disciples (lire le texte). Suite à cela, Jésus apparaîtra aux autres disciples, qui pourront le toucher. Il mangera même avec eux, avant de remonter au ciel quelques jours après. Quant à Marie-Madeleine, il n'est plus fait mention d'elle dans la Bible ou dans les écrits des premiers chrétiens...  

Et encore : Une étude statistique confiée à un chercheur de l'université de Toronto les a évaluées à une contre 600. À partir de là, on peut prendre en compte les conclusions de l'analyse d'ADN sur prélèvements de poussières dans les ossuaires (les restes humains avaient été retirés et enterrés selon la tradition juive, en 1980) : l'absence de parenté génétique entre Jésus et Marie Madeleine prouverait qu'ils étaient mari et femme. Mais, bizarrement, le film ne dit rien sur la recherche d'un lien sanguin entre les parents et « Judah, fils de Jésus ». Que Jésus ait eu une femme, un fils et des frères heurte moins la doctrine chrétienne que les prétendues traces de ses « restes » humains. Le Dr James Charlesworth a eu beau expliquer, lundi, que la thèse de « Jésus fait homme » en sort renforcée et qu'elle ne contredit pas son « ascension spirituelle », le cardinal de New York Edward Egan n'y voit qu'« une théorie du jour » ne remettant pas en cause la parole de l'Évangile. Le théologien Ben Witherington dénonce « une mauvaise lecture critique de l'histoire pour faire de la bonne télé » et le président de la Ligue catholique, Bill Donahue, remarque que « pas une saison de carême ne se passe sans qu'un auteur ou une émission ne jette le doute sur la divinité ou la résurrection de Jésus ».

« L’affaire du tombeau » est bien révélatrice de l’affrontement entre le matérialisme athée qui met tous ses efforts à vouloir « démontrer » l’ineptie d’une prétention à une quelconque transcendance, et les « spiritualistes » qui défendent avec acharnement leur « foi » qui est pour eux un besoin profond et vital. Les premiers s’appliquent à réduire le « fait christique » à la seule dimension physique, donc éphémère de « Jésus de Nazareth ». Les seconds affirment leur foi en « Jésus-Christ » c.à d. en « Jésus-homme mort sur la croix, enterré et ressuscité comme Christ Rédempteur pour tous les hommes ». La différence est de poids et explique les émotions des tenants et adversaires du Christianisme ! (Source : Sophie...)


Jésus marié à Marie-Madeleine ?

Sur ce domaine, l'exégète de l'Islam traditionnel rejoint l'idée défendue par partie du monde évangélique, biblique. Le fils de Marie ne prendra pas épouse lors de sa venue, n'entretiendra pas de relations amoureuses, intimes avec une quelconque personne féminine en son temps. Pas de mariage secret. Dire autre chose est contraire à la logique et à ce qu'on attend d'un homme prophète. De plus, n'est-ce pas porter atteinte à sa dignité, à son intégrité, à sa personne, en parlant ainsi ? On nous dit d'ailleurs : 
"Pour les historiens et les chercheurs en sciences religieuses, le secret étonnant du mariage de Jésus qu'annonce Dan Brown n'en est pas un. L'hypothèse d'une relation intime entre Jésus et Marie-Madeleine remonte en effet à plusieurs siècles et la liste de livres publiés, uniquement ces 20 der-nières années, est considérable.

Cette idée vient en réalité de la pensée, véhiculée par certains mouvements ésotériques, que Jésus ne pourrait être pleinement humain que s'il avait connu des relations sexuelles ou tout au moins une relation amoureuse avec une femme. Mais aucune des premières sources chrétiennes ne fait mention d'un tel événement, ni les Evangiles, ni les écrits des premiers chrétiens. Même les "autres évangiles" mentionnés par Dan Brown ne parlent pas de cette hypothèse (voir Da Vinci Code : ce que disent les "autres" évangiles). Cette idée n'a donc aucun fondement historique."

Nous dirons : On remarque que cette idée inadmissible aurait été véhiculée par 'certains mouvements ésotériques' de cette époque lointaine. Si tel est le cas, on voit ici combien la personne même du Messie a profondément divisé, dès les premières heures, le monde biblique (toranique + évangélique). Cela vient surtout de cette idée du monde toranique qui a véhiculé un Messie tantôt homme, ou tantôt ange ou de filiation divine. Car il faut avoué, la personnalité du Messie a profondément divisé le monde toranique, et par extension le monde évangélique à travers Paul, le représentant de la Synagogue de l'époque. 
Le monde de la Synagogue, à la lumière du Coran, semble être un monde qui prêche l'Anthropomorphisme et le Panthéisme à ses adeptes. Qu'on lise et relise bien les paroles contenues dans le Talmud ou la Kabbale ou commentaires bibliques pour s'en rendre compte. Déjà, après la destruction du premier Temple et la disparition totale de la Torah, à eux de prendre Esdras (Ozair) comme fils du Saint et Seigneur d'Israël (Coran IX 30) ! Et auparavant, le "veau d'or" façonné par Mikha (Michée-Samiri) ! Et que diront-ils sur le chemin qui les emmènera au Sinaï :   
"O Moïse, désigne-nous un dieu comme ces gens-là ont des dieux." Il (leur) dit : "Vous êtes un peuple d'ignorants, vraiment.
En vérité, ce à quoi ceux-là se tiennent va être détruits ; et demeurera vain ce qu'ils oeuvres. " (Coran VII 138-9). 

Nature du fils de Marie. On nous dit :
"Cela est de toute façon en totale contradiction avec la mission et la nature de Jésus : Jésus ne s'est jamais présenté comme étant un homme comme les autres, (ayant donc des prétentions à un bonheur "terrestre" : un foyer, une maison, un métier), mais comme Dieu fait homme. Il est venu se révéler à nous, de façon visible, et s'est sacrifié à notre place pour nous apporter le salut en nous par-donnant nos péchés (voir : "Jésus, homme ou Dieu ?")."

Nous dirons : Évidemment, le monde de l'Islam traditionnel ne rejoint pas cette idée. En effet, le Messie dès les premières heures de sa naissance s'est présenté à son peuple tout entier comme un homme prophète, un humain, un être de nature humaine comme Adam, un esclave du Saint et Seigneur d'Israël (Coran XIX 30-34). Comme le fils de Zacharie, son cousin (sur eux la Paix !), ils n'auront pas de foyer, pas de maison, pas de métier. Il est venu se révéler à son peuple, aux Fils d'Israël, et sur Ordre divin, de façon visible comme tous les prophètes d'avant lui (Coran III 48-51). Il vint à son peuple comme messager divin et avec un signe de leur Seigneur. Et leur dira entre autre :
"Criagnez Dieu (Elohîm), donc, et m'obéissez ! En vérité, Dieu est mon Seigneur (Adôn) et votre Seigneur. Adorez-Le : voilà un chemin droit." (Coran III 51-2).
En clair : et surtout gardez-vous d'adorer le Saint Et Seigneur d'Israël en moi ! Coutume très présente chez bon nombre de gens de l'Évangile. Et cela contredit évidemment ce qui suit. Qu'on en juge :

"A plusieurs reprises, il a bien établi son identité et sa mission auprès de tous. Si certains trouvent des ambiguïtés dans les affirmations de Jésus, une chose est sûre, c'est que ses ennemis ne les voyaient pas. Lorsque Jésus demanda aux chefs religieux ce qu'ils avaient contre lui, ils lui répli-quèrent :   

- Nous ne voulons pas te tuer pour une bonne action, mais parce que tu blasphèmes. Car, toi qui n'es qu'un homme, tu te fais passer pour Dieu. (Evangile de Jean ch.10 v.33)

En vérité, le Messie a bien établi son identité et sa mission auprès des Fils d'Israël, son peuple, les gens de la Synagogue. N'avait-il pas dit : Et me voici pour confirmer ce qu'il y a devant moi du fait de la Torah, et pour vous rendre licite partie de ce qui vous était interdit." (Coran III 50). 

Pour les gens de la Synagogue, il est une chose inadmissible pour eux : d'admettre ou d'accepter un quelconque changement de la loi, des lois contenues dans la Torah. Selon eux, après le prophète Mochè (Moïse-Moussa) (sur lui la Paix !), il n'y aura pas d'autre Torah, pas d'autre Loi. A partir de là, on comprend leur refus catégorique d'accepter l'Evangile et surtout la Loi du Coran. Et ceci expliquant cela : la mission des deux prophètes : le fils de Marie et Mohammad, fils d'Abd Allah (sur eux la Paix !). Admettre et surtout accepter ces lois nouvelles ne mettrait-il pas leur statut en danger ? Sans aucun doute. N'oublions pas que les gens de la Synagogue, s'ils n'acceptent pas les lois nouvelles, acceptent volontiers d'interpréter les lois bibliques comme bon leur semble. L'abrogation, la radiation, la modification, étant leur chasse gardée ! Et ceci depuis la destruction du second Temple.   

Mort programmée du Messie. Une des raisons qui fera que les gens de l'époque : gens de la Synagogue, roi, etc., tentent, par tous les moyens, de mettre fin aux jours du Messie, disent les exégètes du monde de l'Islam traditionnel ; c'est justement qu'il se prenne pour l'égal à son Seigneur : Elohîm. Qu'il se donne une stature d'homme de loi, de jurisconsulte, de juge ! Surtout qu'il ose s'appuier pour accomplir sa mission sur un Livre divin : l'Évangile ! Et qu'à partir de là, qu'il permette, à travers ce Livre divin nouveau : l'Évangile, de changer certaines lois contenues dans la Torah, et qu'il aille enfin jusqu'à prétendre qu'il le fasse sur ordre divin ! Tout cela, les gens de la Synagogue et les Juges ne pouvait l'accepter. Leur statut en dépendait... 

Quant à la parole biblique Je. 10 33 : cette parole, note l'exégète biblique, s'adresse "aux juges, appelés « dieux » par métaphore en raison de leur charge, car « le jugement est de Dieu », Dt. 1 17 ; 19 17 ; Ex. 21 6 ; Ps. 58. (Voir Bible. Commentaires)." L'erreur de partie du monde évangélique est ici patente. Il n'a pas compris ici la démarche des Dignitaires religieux de la Synagogue.  Cette erreur aura un prolongement pour l'avenir de la communauté évangélique avec Paul. Lequel, sur ordre des gens de la Synagogue de l'époque, invitera ses suivants à rejeter en bloc les lois toraniques ! Elles devront rester l'exclusivité du monde toranique, de la Synagogue ! Et surtout, il arrivera à convaincre du bien fondé de son action partie du monde évangélique ! Par là, par ce dévoiement, la mort de cette future communauté n'était-elle pas programmée ?   

A noter que l'enseignement traditionnelle de la plupart des Églises : d'un fils de Marie présenté comme étant un homme dieu ou comme Dieu fait homme, est inacceptable pour l'exégète du monde de l'Islam traditionnel. Non plus qu'on dise : "Il n'y a pas non plus de doute quant au fait que les disciples et les premiers chrétiens ont considéré la divinité du Christ comme un fait à la base de leur foi (Bible. Col. 1 15-6)." 
 Nous nous dirons plutôt que ce sont les suivants de Paul, les gens qui se réclameront plus tard de sa secte : le Christianisme, qui l'interprèteront, à tort, ainsi. Le Messie fils de Marie est l'image d'un homme : Adam (Coran III 59) non d'un dieu, de Dieu. Rien de plus, rien de moins. Et pour créer l'Univers et ce qu'il contient, le Seigneur des mondes n'a eu besoin de personne d'Autre que Lui-même ! N'en déplaise aux détracteurs de la Religion ! Pas d'intermédiaire. Car l'idée même d'accepter cet "intermédiaire" ne démontrerait-il pas l'incapacité même d'une divinité se prétendant divin Créateur ? Porterait atteinte à Sa dignité, à Sa divinité, à Sa capacité, à Sa créativité ! Il serait 'homme', un être créé lui-même comme les autres, non une divinité en soi. Les paroles de Paul n'ont ici aucune valeur. Elles ne servent qu'à égarer. Il a voulu sans doute éviter de faire comprendre aux gens de l'Évangile, les paroles qui veulent qu'en raison des 'mérites' du Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !), l'Univers a été créé, fut créé ! Rappelons que les prophéties bibliques, comme le Messie en personne (Coran LXI 6) ; annonçaient depuis la nuit des temps, la venue du Messager de l'Islam. N'en déplaise aux détracteurs de la Religion ! 
Enfin, pour l'exégète de l'Islam traditionnel, le Messie sera élevé sain et sauf, corps et âme dans le Paradis divin. Ce qui signifie clairement la non acceptation qu'il se soit ou "s'est sacrifié à notre place pour nous apporter le salut en nous par-donnant nos péchés." Le Prophète pardonneur était à attendre en la personne du fils d'Abd Allah non en la personne du fils de Marie. Au jour des Comptes, le Messie portera (au sens figuré) ses propres péchés, de même tout membre de sa communauté, se réclamant de lui. Et tout être humain, prophète, aura à paraître devant le Seigneur du Trône ! Le Seul juge de Ses créatures en ce Jour terrible ! N'en déplaise aux détracteurs de la Religion ! Et contrairement aux paroles trompeuses de Paul, le Messie n'a pas détruit la Loi d'essence divine par sa mort (présumée) sur la croix. Pas plus que par elle, la haine a disparue (Bible. Eph. 2). Bien au contraire. Dès les premières heures des guerres fratricides auront lieu entre gens de la Torah, d'une part, et gens de l'Évangile d'autre part (Coran II 253 ; XIX 37 ; LXI 14). Elles ensanglanteront, au cours des siècles, tout le bassin méditerranéen, l'Europe... 
 
 Qui est Marie-Madeleine ? La mort d'un sosie : Achoua. 

Premier acte. On nous dit à ce sujet : Marie Madeleine tient son nom de Magdala, village du bord de la mer de Galilée, probablement son lieu d'origine. Que savons-nous d'elle ? Peu de choses en fait. Elle n'est citée que dans les quatre Evangiles : Jésus la délivre de 7 démons, suite à quoi elle se joint au groupe de disciples qui le suivait partout (Bible Lc. 8/2). Nous pouvons noter au passage que Jésus accueillait des femmes parmi ses élèves, choses impensable et totalement innovante pour l'époque (pour plus d'informations à ce sujet voir : Jésus et les femmes).

La première mention de Marie-Madeleine (...) suit directement le récit des pleurs d'une femme prostituée -dont le nom est inconnu- pardonnée par Jésus. Certains ont pensé qu'il s'agissait de la même personne, faisant de Marie-Madeleine une femme de mauvaise vie re-pentie (d'où l'expression "pleurer comme une Madeleine"). Mais ce rapprochement est arbitraire et hautement improbable.
Comme d'autres disciples, Marie assiste au supplice de la crucifixion de Jésus et à sa mise au tombeau (Bible. Mt. 27/56-61). La mort de Jésus ayant eu lieu à Pâques, la veille d'un jour de sabbat (où l'on ne doit rien faire), son corps n'a pas eu le temps d'être embaumé, comme cela se faisait en ce temps là. Après le sabbat (premier jour de la semaine), plusieurs femmes se rendent donc à son sépulcre avec des aro-mates, afin d'enduire le corps. Marie-Madeleine est parmi elles. C'est alors qu'elles trouvent le tombeau ouvert et qu'elles voient deux anges qui leur expliquent que Jésus est ressuscité ! Jésus est vivant, comme il l'avait annoncé ! (Bible. Mc. 16/1-8) Tandis que les autres femmes rentrent chez elles, Marie court avertir Pierre et Jean (Bible. Je. 20/1-2). Revenue avec eux au tombeau, elle reste devant, tandis que Pierre et Jean repartent trouver les autres disciples.

Nous dirons : quelle autorité faut-il accordée à ce qui vient d'être dit ? Aucune. En effet, la Bible actuellement dans les mains des gens de la Bible, n'est pas, risque de leur déplaire, la Bible originelle. C'est une Bible tronquée. Secundo : Dans les Textes évangéliques, on se plaît à mentionner le nom de sectes religieuses, toraniques, qui auraient existées à l'époque. Des noms de personnages difficiles à identifier. D'ailleurs on l'admet volontiers. Tout cela démontre à quel point la main du falsificateur a été destructive. Troisièmement : La personne prénommée : Marie-Madeleine est une personne difficile à saisir. Qui est-elle au juste ? Si on admet qu'elle a assistée au (prétendu) supplice du Messie, alors il ne peut s'agir que de la mère du Messie. Comme nous l'avons souligné, les exégètes divergent au sujet de sa mort. Etait-ce avant l'élévation de son fils ou après ? Quatrièmement : Le crucifié s'appellera Achoua. Et le fils de Marie : Ichoua, ne pas confondre. Cinquièmement : L'homme qui sera mis au tombeau, Achoua, disparaît, pourquoi ? Parce qu'il est ressuscité ? Nullement. Car rappelons-le une fois encore, le Messie sera élevé corps et âme, sain et sauf, dans le Paradis divin. N'étant pas mort, n'ayant pas goûté à la mort, comment pouvait-il ressuscité ? La supercherie mise au point par les gens de la Synagogue sera grande, et le plus terrible se retournera contre eux. Car pour les partisans de l'Associationnisme de la Distinction (ou trinité ou trithéisme), il y a eu un déicide ! Dieu fait homme en la personne du fils de Marie a été mis à mort par Son peuple : les Fils d'Israël ! 

Deuxième acte. On nous dit encore : Marie-Madeleine pleure. Elle n'a pas compris les paroles des anges. C'est tellement inimaginable ! C'est alors que le Christ lui apparaît et parle avec elle (Bible. Je. 20/11-18) ! Il lui dit qu'il va retourner auprès de Dieu et qu'il faut qu'elle le dise aux autres disciples (lire le texte). Suite à cela, Jésus apparaîtra aux autres disciples, qui pourront le toucher. Il mangera même avec eux, avant de remonter au ciel quelques jours après. Quant à Marie-Madeleine, il n'est plus fait mention d'elle dans la Bible ou dans les écrits des premiers chrétiens...  
Dans les Évangiles, on peut voir le signe d'une relation affective entre Jésus et Marie-Madeleine (elle pleure à sa mort, elle se prosterne à ses pieds...). Cependant Jésus a le même genre de relation avec n'importe lequel de ses disciples. A plusieurs reprises il manifeste un amour inconditionnel envers tous ceux qu'il croise et il exhorte ses disciples à aimer les autres comme lui le fait.

Nous dirons : La personne qui apparaît ici, apparaît comme un personnage qui doit "retourner auprès de Dieu" ! Donc, elle n'est pas une divinité, le divin Créateur. De plus, elle se garde bien de se prendre pour l'égal de Dieu. Secundo : Cette personne ne peut être le fils de Marie. Ce n'est autre que le personnage qu'on prendra pour lui : Achoua, le Juif. Le Saint et Seigneur d'Israël ayant jeté sur cette personne la 'ressemblance' du Messie. Si tel n'avait pas été le cas, note l'exégète du monde de l'Islam traditionnel, le message du Messie n'aurait pu survivre après son élévation. Une chose est sûre, la confusion sera totale.   

Les erreurs de Dan Brown et d'autres personnages du monde biblique. 
On a dit : "Pour justifier son affirmation du mariage entre Jésus et Marie-Madeleine, Dan Brown dit qu'il était quasiment impossible, à l'époque, pour un homme de plus de 20 ans, de ne pas être marié. Il cite comme preuve ce que mentionnent les Manuscrits de la Mer Morte. Mais il ignore visiblement ce que sont ces manuscrits car, d'une part ils ont été écrits deux cents ans avant J.C. et rapportent es-sentiellement des données relatives à l'Ancien Testament, d'autre part ils proviennent de la bibliothèque d'un groupe d'hommes célibataires, les Esséniens, sortent de "moines" juifs !

Dans le Da Vinci Code il est écrit aussi que dans l'Evangile de Philippe (censé parler du mariage secret), le mot araméen "compagnon" (utilisé pour Jésus envers Marie), peut vouloir dire "époux". En fait, cet évangile apocryphe est en langue copte et non pas en araméen. Ensuite, le mot, emprunté du grec, est "koinonos", qui désigne clairement un ami ou un associé, et non pas un époux. Donc en réalité, le seul élément dans les textes qui pourrait soutenir cette idée, ne la soutient pas du tout. (voir Da Vinci Code : ce que disent les "autres" évangiles)"

Nous dirons : Le fils de Marie et sa mère resteront soustraits aux regards des gens de son peuple jusqu'à le dévoilement de sa mission (Coran XXIII 50). La Bible voit, elle, le "retour" de Marie et son fils après la mort du roi de l'époque. La réalité veut justement qu'ils restent cachés aux yeux des gens de la Synagogues jusqu'à ce que vienne l'Ordre du Saint et Seigneur d'Israël les concernant. Rappelons au passage, que les gens de la Bible décrivent souvent leurs prophètes (sur eux la Paix !) d'une façon inadmissible. Ils n'hésitent pas à salir leur image et leur attribuer bon nombre de choses dont ils sont purs. Et l'exemple le plus frappant n'est-il pas sous nos yeux ? Et de plus, ces derniers n'hésitent pas à mentir également sur eux. Ce que n'acceptera jamais un exégète de l'Islam traditionnel. Pour être 'prophète' ou 'messager' du divin Créateur, certaines règles sont à suivre. Les enfreindre sera contraire à la Loi divine. Et porterait atteinte à Sa dignité ! A Son Nom !
Pour l'Islam traditionnel et à la lumière du Coran et de la Tradition, nous rappellerons encore et encore, le fils de Marie ne se mariera pas lors de sa première mission. Ce sera lors de sa seconde mission sur terre. Et son rôle avec les personnes féminines tel qu'il est présenté dans les Écrits officiels ou autres, est inexact et inacceptable. Une telle tenue ne sied pas pour un homme prophète. Et pour ceux qui le prirent comme fils de la Divinité ou un dieu ou Dieu Lui-même comment pareille conduite pourrait être acceptée? Comment peut-elle figurée dans les Écritures ? Preuve que celles-ci ont été falsifiées par les ennemis du Messie (sur lui la Paix !).   

 Polémique soulevée autour d'un présumé tombeau du Messie fils de Marie

On nous dit à ce sujet : Une nouvelle polémique sur Jésus déclenchée par un film. Après « La passion du Christ » de Mel Gibson et « La dernière tentation du Christ » de Martin Scorsese, un documentaire déclenche les foudres de l’Église. Produit par James Cameron et réalisé par l'Israélien Simcha Jacobovici, « Le tombeau perdu de Jésus » affirme que Jésus est enterré en Israël au côté de Marie-Madeleine avec qui il aurait eu un fils.
Selon le film, le tombeau, découvert dès 1980, se trouve à Talpiot, un quartier de Jérusalem, et des analyses permettent aujourd'hui d'affirmer qu'il aurait renfermé le corps de Jésus mais aussi de sa compagne et de leur fils, prénommé Judas.
«En tant que documentariste, je ne dois pas avoir peur de chercher la vérité», a affirmé lundi James Cameron, évoquant la présence de «preuves tangibles et inédites» de l'existence physique de Jésus.

Nous dirons : 1) Pour les Eglises catholique et orthodoxe, la tombe du Christ se trouve sous l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem, tandis que les protestants la situent plus au nord, hors des murs de la vielle ville. 
Et encore : S'il s'avérait que Jésus a eu un ossuaire, cela entrerait en contradiction avec la foi catholique voulant qu'il ait ressuscité trois jours après sa mort et qu'il soit monté au ciel 40 jours plus tard.
Ce nouveau sursaut médiatique ne fait pas forcément l’affaire des Eglises chrétiennes. Non seulement, dans le sillage du roman de Dan Brown, il accrédite la thèse de Jésus marié à Marie-Madeleine et avec laquelle il aurait eu un fils, mais il situe aussi sa sépulture hors du Saint-Sépulcre, où la tradition place le véritable tombeau du Christ et sur lequel a été édifiée une basilique.
Comme on peut le constater, les gens de l'Evangile sont divisés. 
2)  J. Cameron se trompe lourdement. Et comme dit le verset IV 157 : En vérité, et ceux qui divergent, à son sujet (le Messie), en ont certainement un doute : ils n'en ont d'autre science que la poursuite d'une conjecture
La mort que lui voulait partie de son peuple, ne l'a pas atteint. Les gens de son peuple, les gens de la Synagogue, les dirigeants de l'époque,  ont cru, à tort, avoir mis fin aux jours du Messie. Mais le Saint et Seigneur d'Israël est formel. Qu'on en juge : 
"Car ils ne l'ont certainement pas tué, mais Dieu (Elohîm)  l'a élevé (sain et sauf, corps et âme) vers Lui (dans Son paradis). Et Dieu demeure Puissant, Sage." (Coran IV 15-8). 
Ce qui signifie clairement qu'aucune preuve tangible et inédite de l'existence physique du Messie existe en sa découverte, en Terre sainte. N'en déplaise à J. Cameron ! Secundo : Les corps des prophètes depuis Adam à Mohammad, Messager de l'Islam, ne peuvent connaître réellement, à l'inverse de la plupart des Fils d'Adam ; la décomposition. Si le Messie était là où prétend qu'il soit J. Cameron, son corps serait, devrait être intact. Il pourrait le toucher, l'admirer. Mais tel n'est pas le cas. Et à partir de là, il devrait arrêter ses suppositions et prétentions.   

« Hollywood attaque le christianisme »

 
On nous dit : Le film, qui sera diffusé le 4 mars sur la chaîne câblée Discovery Channel, pourrait en tout cas bien déclencher une nouvelle controverse, comme «La passion du Christ» et «La dernière tentation du Christ» (voir **) en leur temps, même si Cameron se défend de toute volonté polémique.  
 
En attendant, des organisations chrétiennes n'ont pas tardé à faire connaître leur mécontentement. « Depuis des années, Hollywood attaque le christianisme », dénonce le pasteur américain Rob Schenck, président du Conseil national du Clergé, citant le précédent du «Da Vinci Code».

**Évoquer le caractère terrestre de Jésus peu engendrer de violentes réactions. Ainsi en 1988, un attentat visant le cinéma Saint Michel, à Paris, parce qu’il diffusait «La dernière tentation du Christ», de Martin Scorcese, qui évoque la vie fantasmée de Jésus avec Marie-Madeleine, avait fait 14 blessés. (Source : 20Minutes.fr, éditions du 26/02/2007).

Nous dirons : « Depuis des années, Hollywood attaque le christianisme », cela n'est un secret pour personne de savoir et connaître que le monde de la Synagogue ne voue aucune sorte d'amitié pour le Nazaréen (entendre : le Messie) et sa mère. Ce serait plutôt une haine et une inimitié sans borne, entretenue depuis son apparition sur terre, selon les Écritures. Le cinéma ayant en son sein un grand nombre d'acteurs, compositeurs, financiers, etc., du monde toranique, anglophone et autre ; ceci expliquant en partie cela, note l'observateur. Ce n'est qu'un pur alignement sur des thèses et croyances for anciennes défendues depuis plus de 2000 ans par le monde de la Synagogue. Lequel monde n'a pas changé son point vue d'un iota sur le sceau des Prophètes d'Israël et sur sa mère Marie (sur eux la Paix !). Ajouter à cela, quitte à se rabâcher, nous connaissons tous la haine et l'inimitié sans borne que véhicule depuis toujours le monde de la Synagogue contre Esaü et sa descendance ! Selon les gens de la Synagogue, n'est-ce pas Paul, l'Iduméen et ses suivants à travers l'Italie pour centre, qui répandra le message évangélique ? Qu'on re-lise bien leur histoire à la lumière de la Bible, et surtout à la lumière du Coran. Toute attaque, toute atteinte à leur personnalité (le Messie + sa mère) ne peuvent que réjouir le monde toranique dans son ensemble, note encore l'observateur.
Question : Faut-il condamné les auteurs de ces films ? Réponse : sans aucun doute. Car quelque part, ces sortes de gens, sous prétexte soit d'informer s'appliquent à "salir" un peu plus l'image de leur prophète. On remarquera que ce genre de film vise toujours et encore le sceau des Prophètes d'Israël, le Messie (sur eux la Paix !) ! Jamais aucun autre prophète biblique dont le prophète Mochè (sur lui la Paix !), pourquoi ? Encore une fois, n'oublions pas la haine qu'entretient le monde de la Synagogue contre celui qu'elle appelle le "Nazaréen" (entendre : le fils de Marie) ! Dieu soit loué, pareille croyance n'existe pas chez l'exégète de l'Islam traditionnel. Et à la lumière du Coran, le Messie et sa mère, les Douze, l'Évangile, sont décrits comme ils doivent être décrits, non comme les gens de la Bible les décrivent et leurs associent ! N'en déplaise aux détracteurs de la Religion ! Et combien le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu'ils décrivent et Lui associent !

 La découverte, comment était-elle ?

Dans cette tombe, nous dit-on, on a retrouvé dix boîtes funéraires et, dans ces boîtes, trois crânes humains. Sur six des boîtes, des inscriptions en hébreu, en latin et en grec, soit :

  • Yeshua bar Yosef (Jésus, fils de Joseph);
  • Maria (Marie);
  • Matia (Mathieu);
  • Yose (José, frère de Jésus, dont parle l'Évangile de Marc)
  • Yehuda bar Yeshua (Judas, fils de Jésus);
  • Mariamne e mara (en grec signifiant: Marie-Madeleine, connue comme la maîtresse).
  • « Si vous trouvez un John, un Paul et un George, vous n’allez pas en tirer de conclusions… à moins que vous ne trouviez un Ringo ». Pour le réalisateur de Titanic, James Cameron, pas de doute : les tombeaux découverts en 1980 à Talpiot, un quartier de Jérusalem, sont ceux de Jésus et de sa famille. Pour preuve, les prénoms gravés sur les cercueils : Yehoshoua Ben Yossef (Jésus fils de Joseph), Yéhouda Bar Yehoshoua (Judas fils de Jésus) et Mariamene e Mara, ce qui est, dans certains écrits, le nom attribué à Marie-Madeleine.
    (...) Avant même sa diffusion le 4 mars sur la chaîne câblée Discovery Channel, la théorie avancée par le documentaire est d’ores déjà contestée par des scientifiques. Comme Amos Kloner, éminent archéologue israélien, pour qui le documentaire n'apporte "pas de preuve scientifique". "C'est un tombeau juif du premier siècle après J.C.", a-t-il expliqué. "Les noms visibles sur six des ossuaires sont très intéressants, car ils rappellent ceux des principaux personnages du Nouveau Testament. Mais qui dit que ‘Marie’ est Madeleine et que ‘Judas’ est le fils de Jésus? Cela ne peut être prouvé". D’autres scientifiques insistent sur le fait que le premier usage de "Mariamene" pour Marie-Madeleine date de 200 ans après Jésus-Christ, ce qui implique que Marie-Madeleine n’était pas connue sous ce nom à sa mort. (Le Figaro.fr - Publié le 27 février 2007)
  • Les conclusions médico-légales et même mathématiques suggèrent que :
    • ce sont les membres de la famille de Jésus-Christ;
    • Jésus a été marié à Marie-Madeleine;
    • Jésus a eu un fils.

 Nous dirons : Premièrement : Noms du Messie en langues araméenne et syriaque, et selon les commentateurs : Ichoua, Aichoua. Arabisé, il deviendra ‘Iça (ou ‘Issa avec un seul s). Chez les gens de l’Évangile de langue arabe : Yaçou’a. En français, on notera que la lettre Y est devenu J (au fil de l'histoire), soit : Jésus. On a dit que la forme hébraïque ancienne, telle qu’on la retrouve dans les Écritures est Yochoua ou Yechoua, souvent rendu par Yesu, Jésu. C’est à la forme grecque du mot que nous devons le s final, Jésus.
Ceci (Ichoua, Aichoua), les gens de la Bible se gardent bien de le mentionner, de le rappeler à leurs fidèles. Pourquoi ? Si un francophone vient à appeler le Messie : Jésus ! Répondra-t-il à son appel ? Pourquoi le monde biblique s'est-il permis de déformer le nom propre de leur prophète (prénom) ? N'oublions de mentionner au passage que, l'Évangile originel révélé au Messie a été détruit ! Et la traduction actuelle (grecque) est en langue étrangère aux Fils d'Israël et Judaïsés de l'époque. Pourquoi ? Dans "Jésus raconté par les Juifs", nous lisons :
   « Alors les Sages s’adressèrent à la reine et lui dirent : « Garde-toi de prêter foi à ses paroles ! Car en l’occurrence il ne devait pas interpréter selon le sens matériel mais selon le sens spirituel : l’Écriture dit de lui : Heureux l’homme (ha-ish), car l’homme a pour valeur numérique celle de Yeshuh, les initiales de ce mot voulant dire que son nom et son souvenir soient effacés (Ymah Shemoh U-zikrono). On devrait conformément au droit effacer son nom du monde. Nous avouons que c’est un homme dont l’Ecriture dit : Maudit soit l’homme qui fait etc., et s’il est prophète, il est dit : Et l’homme qui agira par présomption en n’écoutant pas le prêtre, etc. C’est un bâtard fils de nidah et non un fils de Dieu ; il mérite les quatre peines capitales du tribunal ! » (p.42)
   Que 'son nom et son souvenir soient effacés', voilà là une façon de s'exprimer qu'il est terrible d'entendre et qui fait froid dans le dos ! Mais de la part des ennemis des prophètes, rien d'étonnant. Qu'on re-lise leurs histoires ! 
   Deuxièmement : Quel est le nom véritable du fils de Marie en hébreu ? A en lire et entendre, ni les gens de la Synagogue, ni les Dignitaires religieux évangéliques, sont à même de nous répondre ! En effet, l'orthographe du mot fait querelle. Qu'on en juge : 

   Selon Schalom Ben-Chorin : La forme hébraïque du nom ainsi choisi n’est pas évidente. Il existe trois, voire quatre possibilités : Yoshoua (ou Yehoshoua), Yeshoua ou encore Yeshou. Toutes ces versions signifient “Rédempteur” ou “Sauveur”, et sont effectivement interprétés de cette manière. C’est la forme Yeshoua (textuellement : “Salut”) qui exprime le plus clairement cette idée de mission à accomplir. Cependant, dans les sources juives, Jésus est systématiquement désigné par Yeshou. Quant à la forme Yoshoua ou Yehoshoua, elle évoque surtout Josué, le disciple et successeur de Moïse, qui conquit la terre de Canaan.
   Le nom de Yeshou était d’ailleurs courant du temps de Jésus. Dans les Apocryphes, nous rencontrons l’auteur des Proverbes nommé Jésus ben Sira (Siracide). Dans le Nouveau Testament (Col 4, 11) est également mentionné un collaborateur de Paul qui se nomme Jésus (mais aussi Justus).
   Si ce nom n’a plus guère été utilisé par la suite, c’est pour deux raisons opposées : Pour les Juifs, le nom de Yeshou ou Yeshoua était banni, alors que les formes Yoshoua et Yeoshoua ont continué à être employées jusqu’à nos jours ; chez les chrétiens (du moins en Occident), le nom de Jésus a pris un caractère sacré et n’a donc plus été donné, de manière générale, aux enfants nouveaux-nés. Notons toutefois qu’en milieu musulman il s’est conservé sous sa forme arabisée : Issa. (Marie, un regard juif sur la mère de Jésus. Ed. Desclée de Brouwer).
 
   Troisièmement : A la lumière de ce qui vient d'être dit, dans cette tombe trouvée, c'est "Yeshoua" qui sera mentionné. Preuve que le monde toranique : les Fils d'Israël et les Judaïsés, de l'époque, est passé par là. Tout ce qui est mentionné (les noms) par les chercheurs, ne se retrouve-t-il pas dans la Bible ? Et comme le récit du Messie et de sa mère a été tronqué volontairement dans la Bible, cette découverte étonnante ne fait que confirmer tout cela. Ne fait que confirmer le verset coranique :
En vérité, et ceux qui divergent, à son sujet (le Messie), en ont certainement un doute : ils n'en ont d'autre science que la poursuite d'une conjecture (Coran IV 157. Les gens de la Synagogue ont donc falsifié les faits, tronqué leur histoire sainte.
   

Autre tombeau. Existe-il un autre lieu présumé ? 

À en lire et entendre à notre époque, il existe bien d'autres lieux. Pour preuve :
   1) France métropolitaine.
  
Reliquaire
  
La présence de la tombe de Jésus en Gaule confirmée par un reliquaire ? ... historique à l'idée de la présence du corps de Jésus dans le Sud de la France. ...
   2) Inde.
  
Certains affirment, preuves à l'appui, que Jésus aurait vécu en Inde après sa résurrection.
Il existe un tombeau de Jésus Christ à Srinagar, au Cachemire, et dans ses Actes, Thomas raconte qu'il a franchi la frontière indienne en compagnie d'un personnage qui ressemble étrangement à Jésus.
  
- LES ANNÉES PERDUES DE JÉSUS
   Issa le Bouddha, la vie du Christ en Inde et au Tibet Jesus en Inde
  
A noter que l'on parle ici de Issa, nom qu'on retrouve en arabe coranique. Les Bouddhistes parlent de lui dans leurs ouvrages ou écrits anciens.
  
Pour certains chercheurs et historiens :  Ce sont les gens de l'Anglicanisme, une des sectes des gens de l'Evangile, qui fera revivre cette prétendue croyance. Pour cela, et pour rester aux Indes (Hindoustan), ainsi tous les moyens seront bons pour occuper éternellement... Les gens de l'Évangile d'Angleterre créeront donc de toute pièce : l'Ahmadisme (ou la Quadianisme), de Ghulam Ahmad Mirza. Il sera prétendra prophète divin, et prétendra que le verset coranique : LXI 6, le concernait ! Il mourra, selon les historiens, dans les toilettes, lors d'une conférence internationale, d'une dysenterie ; au moment où il voulait déclarer au monde sa mission ! Contrairement à l'idée reçue, à une désinformation, l'Ahmadisme (ou la Quadianisme, autre branche) n'a rien à voir, de près ou de loin, avec l'Islam traditionnel (voir l'Islam tout court). Les adeptes prétendent se dévouer, corps et âme, à l'étude du Coran. Pas de Prière du Vendredi, pas d'Imans, au sens propre du mot... 
  
Jusqu'à ce jour, partie du monde biblique (toranique & évangélique) oeuvre pour l'épanouissement et le rayonnement de cette secte dans le monde. Leur secte, pour l'observateur, à surtout pignon sur rue en Angleterre, en territoires anglophones, anciennes dépendances anglaises (Pakistan, Inde, île Maurice, etc.). Une télévision MTA diffuse, en permanence, et en plusieurs langues leurs programmes.
   2) Japon.
  
Voici la légende, telle qu'on peut la lire dans les brochures touristiques ou se la faire raconter sur place :

A l'âge de 21 ans, Jésus Christ (イエスキリスト) vint au Japon pour y étudier la théologie, et ce durant 12 ans. Il retourna en Judée à 33 ans pour y prêcher, mais les judéens refusèrent son enseignement et l'arrêtèrent pour l'exécuter en le crucifiant.
Toutefois, c'est son petit frère Jsus Chri (イスキリ) qui prit sa place et finit sa vie sur la croix. Jésus Christ, ayant échappé à la crucifixion, reprit ses voyages et finit par fouler de nouveau le sol du Japon, où il se fixa, dans ce village, Herai, pour y vivre jusqu'à l'âge de 106 ans (certaines versions parlent de 118 ans et d'une épouse nommée Miyu).
Sur cette terre consacrée, la tombe de droite est dédiée à Jésus Christ, tandis que celle de gauche commémore son petit frère Jsus Chri. Tout cela est décrit dans le testament de Jésus Christ.

   C'est donc un "autre" qui est censé mourir à sa place. Et Thomas (le frère jumeau) aurait-il pris sa place ? En vérité, combien le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu'ils décrivent et Lui associent !  
   
Un pavé dans la mare

On nous dit : Malgré cette bombe qui frappe le catholicisme en plein cœur, les artisans du film et le diffuseur Discovery Channel ne croient pas toucher au fondement de la foi. (...) . »

(...) S'il s'avérait que Jésus a eu un ossuaire, cela entrerait en contradiction avec la foi catholique voulant qu'il ait ressuscité trois jours après sa mort et qu'il soit monté au ciel 40 jours plus tard.

Ce nouveau sursaut médiatique ne fait pas forcément l’affaire des Eglises chrétiennes. Non seulement, dans le sillage du roman de Dan Brown, il accrédite la thèse de Jésus marié à Marie-Madeleine et avec laquelle il aurait eu un fils, mais il situe aussi sa sépulture hors du Saint-Sépulcre, où la tradition place le véritable tombeau du Christ et sur lequel a été édifiée une basilique.

Nous dirons : Cette re-cherche nous vient tout droit d'Outre-atlantique. Du monde de la Bible. De sectes diverses ayant pignon sur rue chez l'Oncle Sam. Il semble que le monde biblique anglophone (toranique & évangélique) soit friand de ce genre d'études. Il y a les bons et les méchants. Les bons sont ceux qui suivent la foi orthodoxe. Les méchants sont les dévoyés. 
  
Cette querelle entre gens de la Bible concernant un prophète met à rude épreuve leurs croyances réciproques. D'un côté, les gens de la Torah, lesquels croient dur comme fer aux croyances prêchées et enseignées par leur Synagogue. De l'autre, les gens de l'Évangile, lesquels, eux aussi, croient dur comme fer, aux croyances prêchées et enseignées par leur Église (ou Temple).  Et cette querelle intestine durera jusqu'au 'retour' du Messie fils de Marie sur terre. D'où la parole divine :  
  
"Tel, parmi les gens du Livre (la Bible), sûrement croira, avant sa mort. Et au jour de la Résurrection il sera témoin contre eux (Coran IV 159).
  
Selon les commentateurs, il n'est personne parmi les gens de la Bible, vivant au moment du retour du Messie en ce monde, qui ne croira au Messie avant que celui-ci ne meure. Et au jour des Comptes : Ce jour-là, le Messie sera témoin contre les gens de la Bible : il témoignera que ceux qui l'ont considéré comme menteur étaient dans l'erreur, et que ceux qui l'ont reconnu comme véridique et comme s'acquittant de la mission que le Seigneur lui avait donnée, et qui ont reconnu que ce qu'il transmettait de la part de Dieu était vrai, étaient dans la vérité. 
   Cette 'bombe' qui n'en est pas une, si elle devait toucher quelqu'un, c'est l'ensemble du monde biblique. Car le message évangélique s'adresse à l'ensemble des gens se réclamant de la Bible (toranique & évangélique), et non à une secte ou communauté religieuse particulière. Le reste étant une question de goût ! 

  Un pavé dans la mare pour Paul et ses suivants.
   

  
Prouver l’existence matérielle de la « tombe quasi familiale » de Jésus, c’est détruire du même coup toutes les bases de la foi chrétienne , selon la lettre de Saint-Paul (I.Cor.,14/15) : « Mais si le Christ n’est pas ressuscité, alors notre prédication est vide, vide aussi notre foi….. ».

On nous dit : Le christianisme dépend entièrement de la Résurrection !

 Si Jésus-Christ n’est pas ressuscité des morts, la foi chrétienne est vaine, et cela, même l’apôtre Paul le reconnaît. De plus, comme Dieu ne leur a pas vraiment pardonné, des millions de chrétiens vivent dans l’illusion depuis près de 2000 ans et sont plus à plaindre que le reste du monde.

 D’un autre côté, si Jésus est ressuscité des morts, cela prouve qu’il disait vrai quand il affirmait être Dieu. Cela nous donne aussi l’assurance qu’il y a une vie après la mort, que Dieu est venu sur cette planète nous manifester son amour, et que Jésus-Christ est le chemin, la vérité et la vie, le pont entre nous et notre Créateur.

 Les arguments en faveur de l’historicité de la Résurrection reposent essentiellement sur les preuves fournies par trois faits établis de façon indépendante. Si on peut démontrer que le tombeau de Jésus était bel et bien vide, que Jésus est apparu physiquement et corporellement à de nombreuses personnes après sa mort, et que l’origine de la foi chrétienne ne peut s’expliquer que par sa résurrection, alors, s’il n’y a pas d’explication naturelle plausible qui s’accorde avec les faits, on peut raisonnablement conclure que Jésus est ressuscité des morts.

Nous dirons : Dans cette recherche du monde biblique, tout le monde crie au loup ! Le fondateur du Christianisme et de ses sectes a un nom : Paul, l'Iduméen. Lequel n'était, aux yeux des chercheurs, qu'un produit de la Synagogue, en son temps. La religion du Messie fils de Marie était la Soumission (l'Islam). N'en déplaise aux détracteurs de la Religion divine.  
   Aussi, et pour l'exégète de l'Islam traditionnel : 1) le fait que le Messie fils de Marie est né d'une façon hors-norme et miraculeuse, et 2) qu'il a réellement, avec la permission divine, ressuscité des morts ; n'est-ce pas là une preuve évidente de la Résurrection des morts donnée aux Fils d'Israël et aux Judaïsés ? Cela leur donnait à tous aussi l’assurance qu’il y a une vie certaine après la mort, s'ils étaient vrais croyants ; et surtout nul besoin pour le divin Créateur de "descendre" sur terre et de s'y faire Homme, et y connaître enfin la mort comme tout Fils d'Adam ! Nul besoin et utilité d'un tel sacrifice, vue que la Divinité est au-dessus de ces choses créées par Elle et réservée exclusivement pour Sa créature :la  vie, les souffrances et les affres de la mort. 
   Pourtant, cette preuve évidente les Fils d'Israël et les Judaïsés la rejetteront ! Son peuple, les personnes à qui Marie présentera son enfant, refuseront absolument de croire en sa pureté (Coran XIX 27-34). Selon l'enseignement de la Synagogue, le Nazaréen et sa mère sont tout, sauf des gens bien ! Secundo : Les Fils d'Israël et les Judaïsés refuseront de croire aux lettres de créance du Messie : les miracles dont celui de la Résurrection de morts. Et à ce sujet, Sem fils de Noé (dont ils aiment se réclamer), ressuscité, les invitera-t-il pas à suivre le sceau des Prophètes d'Israël, le Messie (sur eux la Paix !) ? Mais rien y fera : Le peuple d'Israël et les gens de la Synagogue refuseront de croire et de suivre le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !). Sauf un petit nombre. Et enfin ils rejetteront le Livre divin : l'Évangile du Saint et Seigneur d'Israël !  
   Quand le Messie sentira de la mécréance de la part de son peuple, à lui de se tourner vers ses compagnons les 12 (Coran III 52-4 ; Bible. Je. 12 37-50). Et à eux de croire et d'apporter leur aide et leur précieux secours. 
   
   Second volet. Les gens de la Bible (de notre temps), et on le voit à travers certaines déclarations, ont une peur terrible de voir leurs croyances respectives remises en question. En effet, et à la lumière du Coran, à peine né, les Fils d'Israël et les Judaïsés présents (lors de la présentation du Messie par sa mère) ne commenceront-ils pas à croire et faire croire (par la suite) que cet enfant miraculeux est en fait un enfant divin (Coran IX 30) ! Fils de la Divinité-suprême : Dieu (Hachem) (Pureté à Lui !) ! D'autres, le fruit d'une fornication ! Pourtant, et pour couper court à tout cela, le Saint et Seigneur d'Israël fera parler l'enfant. Lequel attestera, haut et fort, qu'il n'est qu'un humain, un futur prophète aux Fils d'Israël (Coran XIX 30-35). Et que sa venue en tant que prophète, créé sans l'intervention d'une semence mâle, était également annoncé dans leurs Écritures. Alors pourquoi cette polémique, cette réserve, ce doute, cette interprétation, ces insultes ? Et enfin, au temps même de sa mission, le Messie insistera auprès des Fils d'Israël et des Judaïsés pour qu'ils arrêtent de le prendre en dieu, adore Dieu en lui ! D'où sa phrase : En vérité, Dieu (Hachem) est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le, donc : voilà un chemin droit. Et encore : Ce sont à coup sûr des mécréants ceux qui disent (d'entre les gens de l'Évangile) : « En vérité, Dieu c'est le Messie, fils de Marie ! » Alors que le Messie a dit : « O Fils d'Israël, adorez Dieu, mon Seigneur et votre Seigneur. » Quiconque, en vérité, donne à Dieu (Hachem) des Associés (dans Son essence, dans Sa royauté, dans Ses attributs et dans Ses actions), en vérité, Dieu (Hachem) lui interdira le Paradis ; et son refuge est le Feu (infernal). Et pour les prévaricateurs (ceux qui recouvrent leur foi de prévarication : mécréance, associationnisme), pas de secoureurs (dans ce monde et dans l'Autre) ! (Coran III 51 ; V 72 ; comparer : Bible. Je. 20 18). 

   Vint enfin le miracle de la résurrection de morts. Là encore les gens de la Torah de l'époque qui assisteront à ce miracle s'égareront et égareront. C'est donc l'homme prophète qui, avec la permission divine, ressuscitera réellement les morts. Non jamais Dieu fait homme en la personne du Messie ou l'homme dieu, le Messie qui ressuscitera les morts ! Ne pas confondre. Les gens de la Torah ont refusé de croire en ce miracle. Les gens de l'Évangile, ceux qui suivirent Paul crurent, eux, au miracle mais exécuté par Dieu fait homme ! ? De ce fait, ils croient en une partie, puis deviennent mécréants par le fait qu'ils croient, dur comme fer, que c'est Dieu fait homme qui l'a exécuté (Coran V 17, 72) ! Et de ce fait, quitte une fois de plus de déplaire aux pauliens, le Messie (et comme nous venons de le voir), n'a jamais affirmer, haut et fort, qu'il est Dieu, Dieu Lui-même fait homme ! ? Le dire et le prétendre, comme le fit Paul et ses suivants, n'est-ce porter atteinte à la Dignité divine ? N'est-ce pas mentir sur le Messie et le faire passer comme un menteur ? En vérité, combien le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes est au-dessus de ce qu'ils décrivent et Lui associent ! 
   
   La prétendue résurrection du Messie fils de Marie.
   
   A la lumière du Coran, cette résurrection est remise en cause. Pour qu'il est eu résurrection, il faudrait, au départ, que la personne concernée est vécue réellement la Mort. Or, à la lumière du Coran nous voyons qu'il n'en est rien. Le mort, celui qui goûtera réellement la Mort a un nom : Achoua, le Juif. Homme âgé de 50 ans, selon les chercheurs et commentateurs. D'autres, ont donné également d'autres noms (Judas, etc.). C'est d'ailleurs sur lui que sera jeté la 'ressemblance' du Messie fils de Marie. Et pour Son créateur, Divinité capable, rien est impossible ! Et les gens de la Torah de l'époque, eux qui voulaient sa perte, se laisseront tromper, abusée par cette fausse ressemblance. Ils prétendront, au contraire, avoir réellement mis à mort le Messie, le Nazaréen (Coran IV IV 157) ! Les Douze, par contre, ne le croiront pas. Mais Paul, reprenant la parole de partie des gens des Fils d'Israël, arrivera à convaincre ses suivants du bien fondé de ces gens ! Enfin, la Révélation du Coran dévoile ainsi et clairement comment les Fils d'Israël et les Judaïsés ont été désavoué par le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes (Coran III 54). Et ceux qui prétendre à la face du monde qu'ils ont raison, d'entre les gens de la Bible (toranique & évangélique), si tel était le cas, leur Seigneur n'aurait pas fait une telle révélation pour eux ! Bien au contraire. En réalité, la Révélation du Coran du même coup a détruit toutes les bases de la foi paulienne et dévoilée au grand jour le comportement inadmissible des Fils d'Israël et des Judaïsés au temps du Messie et après son élévation. De ce fait, depuis plus de 2000 ans, les gens de la Bible (toranique & évangélique), ne vivent-ils pas dans l'illusion à cause des gens de la Synagogue et des gens de l'Église (ou du Temple) ? Et sont gens plus à plaindre que le reste du monde ? 
   
   L'œuvre du faussaire. L'histoire sainte biblique une histoire tronquée ?  
   
   Alors se pose la question : Qu'a-t-on trouvé exactement en Terre sainte, à Jérusalem ? Sinon un lieu de morts d'une époque révolue. Il peut s'agir de celui qui devait être sacrifié à la place du Messie et de gens de sa famille, ou en l'absence de preuves évidentes, de toute autre personne. Une chose est sûre, et contrairement à l'idée reçue, le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !) n'a pas encore de tombeau. Il faudra attendre sa seconde mission pour qu'il en est un comme tout Fils d'Adam. N'en déplaise aux détracteurs de la Religion divine ! Et à partir de là, il n'a pas ressuscité le troisième jour, est monté au ciel après quarante jours, s'est assis, enfin, à la droite de Dieu. Étant Dieu (consubtanciel, co-créateur, co-éternel, engendré et non créé dans le sein de sa mère) comme le prétendre, à tort, certaines sectes du monde de l'Évangile ; comment au Ciel, peut-il s'asseoir à la droite de lui-même ? Secundo : Les chercheurs voient, à la lumière du Coran et de la Tradition, le Messie fils de Marie élevé au Paradis au moment précis où, parmi les Dirigeants, les gens de la Synagogue, les Fils d'Israël et les Judaïsés, ont voulaient attenter à sa vie, voir l'arrêter pour le juger et le condamner.
   Comme on peut le constater, le Messie (sur lui la Paix !) vue à travers la Révélation, n'a rien à voir avec le Messie présenté tout à tour par le monde biblique (toranique & évangélique).
   
   Un débat tronqué. 
   
   Si le monde biblique était sincère avec lui-même, ce n'est pas de la Mort du Messie qu'il faudrait le plus nous entretenir. Mais plutôt celle de prophètes d'Israël comme : Zacharie et son fils (sur eux la Paix !). Accusé à tort par les Fils d'Israël et les Judaïsés d'avoir abusé de sa nièce : Marie, Zacharie (sur lui la Paix !) ne mourra-t-il pas comme martyr, assassiné ? Puis, ce sera au tour de son fils Yahya (Hou Yèyè, Jean) (sur lui la Paix !) de connaître le martyr, après l'élévation du Messie (sur lui la Paix !), pour bon nombre de chercheurs et commentateurs. Et c'est justement ce qui fera déborder la goutte d'eau du vase. La colère du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes s'enflammera contre les Fils d'Israël et les Judaïsés. Ceux qui refuseront de suivre l'Évangile du Saint et Seigneur d'Israël. Les Perses, puis les Romains (Italie) avec Titus, exerceront tout à tour la colère et la vengeance divine. Le second Temple sera détruit et tous connaîtront l'humiliation, la mort ou l'exil parmi les nations. Et la venue tant attendue du 'Prophète' annoncé dans les Écritures (Coran IV 157 ; LXI 6, etc.) : le Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !), ne permettra pas ce "retour" tant espéré en Terre sainte. Cause : leur mécréance de le suivre et de croire en lui.  

Le roman de Dan Brown Da Vinci Code est plein de révélations. Le mélange  entre des faits historiques et d'autres présentés comme tels (mais dus à l'imaginaire de l'auteur) permet de glisser de la réalité vers la fiction de façon inaperçue. Le lecteur non averti n'a pas les connaissances nécessaires pour départager la fiction du réel. Atoi2voir s'est penché sur la relation entre Jésus et Marie Madeleine et vous propose de partir en quête de leur histoire...

(Pour ceux et celles qui n'ont pas
lu le livre ou vu le film :
résumé du Da Vinci Code)
 

 

Conclusion

On nous dit : Marie-Madeleine, a été et est considérée par certains comme une incarnation du Féminin Sacré, représentant d'une certaine manière la Déesse-Mère, dont le culte s'étendait au Moyen-Orient dans l'Antiquité. Au travers de mythes, de légendes et de symboles, un conte romanesque s'est élaboré autour d'elle et s'est répandu en Europe. Cependant, tous les adeptes de son culte et de son mariage secret avec Jésus reconnaissent qu'ils émettent des hypothèses et que les faits qu'ils invoquent ne reposent sur rien.
À l'issue de cette analyse, le Da Vinci Code n'apparaît donc pas comme un roman historique. C'est une fiction, un divertissement, jusque dans les allégations historiques qu'il avance.

Ce livre et le film qui en est tiré sont par contre l'occasion pour tout un chacun de considérer à nouveau les dires de Jésus-Christ. Qui est-il vraiment pour que toute l'humanité se pose la question ? 
   
 Nous dirons : Jusqu'au "retour" du Messie sur terre, on fera couler beaucoup d'encre. Les gens de la Synagogue ne continueront-ils pas à le dénigrer lui et sa mère ? A refuser de voir en lui : le sceau des Prophètes d'Israël (sur eux la Paix !) ?  
 Les gens du Dualisme (loges, sectes occultes, etc.), alliés des gens de la Synagogue, ne continueront-ils pas, eux aussi, à voir en le Messie d'Israël tout sauf un prophète du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes ? Tout au plus, un mortel d'entre les mortels, un révolutionnaire de son temps, et parmi tant d'autres en Palestine. Un magicien...
 Les gens de l'Évangile, très divisés, continueront de voir un Dieu fait homme. Et tout le débat sera centré uniquement sur la nature du fils de Marie :Nature divine ou nature humaine ou les deux à la fois ?  
   Si le m
   Si le mSi le mL'article qui suit présente un résumé de son message fondamental :  

Le reproche adressé à l'encontre du monde islamique. 

Le monde biblique, les Dignitaires religieux, en voyant le monde islamique refuser catégoriquement la filiation divine du Messie, sa divinité, la trinité, la mort (présumée) du Messie en croix, etc., montrent un certain mécontentement, agacement. Pour certains, ce monde n'est-il pas un monde laxiste, défendant un certain sectarisme d'antan, au temps du Messager de l'Islam, en terre d'Arabie ? Et ainsi, ce serait ces gens sectaires, ennemis de la foi orthodoxe, que le Messager de l'Islam aurait rencontré et défendu ? ! Accusations gratuites.
Pour d'autres, le Messager de l'Islam en refusant la Trinité (ou le Trithéisme de la Distinction) ne se fait-il pas apôtre du monde toranique ? 
Enfin, le monde toranique, les gens de la Synagogue refuseront de re-connaître le Messie fils de Marie comme le sceau des Prophètes d'Israël (sur eux la Paix !). Comme ils refuseront de reconnaître le Messager de l'Islam (sur lui Prière et Paix !), comme le sceau de la Prophétie. Et à eux de prétendre qu'ils sont toujours dans l'attente d'un Messie, du Messie ! 

 

 

 

 

 

L'endroit qui met en émoi le monde biblique. 

 

Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

O gens du Livre (de la Bible), n'exagérez pas dans votre religion, et ne dites de Dieu que la vérité (Coran IV 171)

 


Retour haut de page

Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
04/06/07 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire