786

Etudes

La religion du Messie ou la Religion dénaturée.

Selon les Écritures.

Paul, l'envoyé contesté et contestataire. 

selon les Écritures bibliques


Au nom de DIEU, Hachem, Allaha !
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !
Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !

P


oint de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4]

Quatrième version (suite) :

   "…Les Aïtes prêtèrent foi aux propos des vauriens et jurèrent de tirer vengeance des Israélites parce qu'ils avaient pendu[5] Yezus. Judas constata les horreurs qu'ils accomplissaient et envoya des lettres aux Aïtes. On y disait : « Pas de paix dit le  Seigneur pour les méchants[6]. Pourquoi les nations se  démènent-elles, et pourquoi les peuples méditent-ils des riens[7] ! Venez à Jérusalem voir votre prophète de mensonge ! Voici son cadavre foulé aux pieds[8], chien crevé[9] pourrissant que j'ai placé dans les lieux[10] ! » Au courant de ceci les vauriens se rendirent à Jérusalem et virent Yezus déposé dans les lieux d'aisances. Revenus à Aï, ils déclarèrent mensonger le contenu de la lettre  de Judas, car, disaient-ils, nous sommes allés à Jérusalem : beaucoup se sont soulevés contre le roi et l'ont expulsé en raison de son refus de croire en Yezus ; nombre de Sages ont été tués pour refus de croire en Yezus. Les Aïtes prêtèrent foi aux mensonges des vauriens et continuèrent la lutte contre les Israélites. 

   Le roi[11] et les Sages constatèrent que les Aïtes l'emportaient sur Israël[12] ; de même les vauriens, frères et proches de Yezus se multipliaient. Le roi et les Sages tinrent conseil et demandèrent à Judas comment s'en tirer. « Voici, leur répondit Judas, l'oncle de Yezus, Simon Haqalphassi vieillard considéré. Allez transmettre à Simon le Nom explicite de telle façon que Simon gagne Aï et y fasse des miracles, en leur disant qu il fait tout cela selon[13] Yezus, les Aïtes croiront qu'il parle « au nom de  Yezus » car ils ne connaissent pas l'interprétation de selon, qui dans la langue des Sages, exprime la contrainte[14] : ils croiront aux paroles de Simon car c'est l'oncle de Yezus. Simon leur  dira que Yezus leur ordonne de ne point combattre les Israélites[15] car il tirera personnellement vengeance d'Israël ». Le roi et les Sages apprécièrent cet avis ; ils appelèrent Simon et lui communiquèrent ces propos ; il fit cette réponse : « Jurez-moi que j'aurai le monde à venir[16] et j'irai leur fabriquer des ordonnances qui ne seront pas bonnes de telle sorte qu'il n'y ait plus de guerre en Israël[17] ! ». Les Sages et les Anciens firent ce serment à Simon et lui transmirent le Nom explicite[18].

   Simon partit. Une fois près d'arriver à Aï[19], il créa[20] un petit nuage qu'il fit reluire d'éclairs et bruire de tonnerre ; il s'assit à la proue du nuage et fit entendre une voix roulante comme le tonnerre sur la ville d'Aï : « Aïtes ! Écoutez ! Rassemblez-vous auprès de la tour ! Là je vous donnerai des ordonnances « selon Yezus ». Au son de cette voix, les Aïtes furent terrifiés et se mirent à courir : ils parvinrent à la tour. Et voici que Simon volait sur le nuage dont il descendit pour se rendre à la tour ; les Aïtes se prosternaient sur son passage. « Je suis Simon Haqalphassi, l'oncle de Yezus, déclara-t-il, il est venu à moi et m'a envoyé devant vous pour que je vous enseigne ses ordonnances, car Yezus est le fils de Dieu[21]. Donc, moi Simon, je vous enseignerai les ordonnances de Yezus, ordonnances nouvelles ! ». Et Simon de leur faire des miracles[22] considérables comme preuves de ses dires auxquels les Aïtes prêtèrent foi : « Nous ferons et nous écouterons, lui dirent-ils, tout ce que tu nous ordonneras. » « Gagnez vos tentes ! » leur dit Simon et tous s'y rendirent. Simon s'installa dans la tour et il rédigea des ordonnances conformes aux ordres du roi et des Sages. Il modifia l'alphabet[23] de manière à ce qu'on lut en usant d'autres noms que ceux qui convenaient[24] : ainsi il insinuait que tout ce qu'il ordonnait était mensonger. Voici cet alphabet[25] : A, Bé, Tsé, Dé, 'é, F, Ha, Y, che, éL, éM, éN, A ( = o), pi, QOU, Ré, se. Ta', we, 'IK.S, ézéd, zèd. En voici l'explication : AB = mon père c'est Esaü[26], Tsé éF = TsaiD, 'ayef, chasseur et fatigué[27] ; ses fils croient donc en Yezus car HY CHéL, c'est-à-dire il vit comme un Dieu[28] ; leurs esprits connaîtront le trouble parce que à et éL éM éN = à Dieu (L) point de (M) mère (M) alors que YEZ"US a une mère, mais il est APIQOURrés (OPQRS) c'est-à-dire épicurien. Ta', abuseur, 'IKS pervertisseur, Mézed(= MY"ZP) mal intentionné, comme Esaü[29] qui mangea du bouillon de lentilles (Nezyd)[30].

   Il leur rédigea encore des livres mensongers[31] qu'il appela Avon Khilaïon, Perversion de la destruction, mais eux ils croyaient qu'il disait E"Ben Gilaio"n : c'est-à-dire  Père (E = A = Ab), Fils ( = Ben) et Manifesté (Gilouy) Esprit Saint[32]. Simon leur confectionna des livres tirés des disciples de Yezus et de Johannus[33]. Il affirma que Yezus lui avait transmis tout cela. Simon rédigea à mots couverts le livre[34] de Johannus[35] ; eux croient que ce sont là mystères[36], alors que le tout n'est que vanité et poursuite du vent : ainsi la vision de Johannus dans son livre au chapitre XIII[37] ! une bête à sept têtes, dix cornes et dix couronnes et son nom était celui de blasphème etc. ; la gematria[38] du nom de la bête est 666[39]. Telle est l'explication de ce chapitre : cette bête est YSH"U Ha-NOTSR"Y : il a sept têtes, car il y a sept lettres dans les deux mots précédents ; les dix cornes sont ces mêmes mots ; pour les dix couronnes[40] en voici le sens le Y en a une, le SH en a trois, le N et le TS, six. Le total fait dix. Tout ce qui est dit dans ce paragraphe fait allusion à Yezus. Pour la gematria de 666 c'est la valeur numérique de YSH"U NTSR"Y ( 10 + 300 + 6 + 50 + 90 + 200 + 10). Simon ne confectionna donc les livres[41] de l'Avon Khilaïon que pour les abuser[42] conformément à l'ordre du roi et des Sages.

   Au troisième mois du jour sixième, Simon chevaucha son nuage et rassembla les Aïtes auprès de la tour : il leur transmit le livre de l'Avon Khilaïon et leur donna des ordres. Lorsque des enfants leur naîtraient, ils devaient les asperger d'eau en rappel des immersions effectuées par Yezus dans les eaux de Bolet[43] ; ils devaient se conformer aux ordonnances énoncées dans l'Avon Khilaïon sans combattre Israël car Yezus tirerait personnellement vengeance d'Israël[44]. Les Aïtes entendirent ces paroles et dirent : « Nous agirons comme tu l'as dit ! ». Simon s'en fut sur son nuage à Jérusalem, les Aïtes croyant qu'il gagnait le ciel ; la crainte les retint de combattre encore Israël. Une fois parvenu à Jérusalem, Simon rapporta devant le roi et les Sages tout ceci, ce dont se réjouirent, le roi, les Sages et tous les Israélites. La guerre cessa entre eux et les Aïtes. A ce moment le roi Hérode mourut : son fils lui succéda pour régner sur Israël. Le roi apprit que les Aïtes s'étaient fabriqué une idole en l'honneur de Yezus et de Marie et que cette idole se dressait quand Hérode régnait. Le roi manda par lettres aux Aïtes de retirer cette ressemblance idolâtrique ; « dans le cas d'un refus, ce sera la discorde entre nous, sachez-le », disait-il. Les lettres parvenues à Aï, les Aïtes en envoyèrent en Césarée demandant du secours pour combattre les Israélites. Réponse du roi de la Césarée[45] : « Je ne suis pas en guerre avec eux ! ». Alors les Aïtes allèrent brûler cette idole et s'humilièrent devant les Israélites.

   En ces jours-là, la mère de Yezus, Marie[46], mourut et le roi ordonna qu'on l'enterre sous l'arbre où l'on avait pendu Jésus[47] ; il ordonna aussi de pendre les frères et les sœurs de Yezus[48]. Ils les pendirent et gravèrent sur un monument de pierre cette inscription[49] : ici furent pendus les fils de la prostitution[50] et leur mère est ensevelie en dessous, opprobre de leur mère etc[51]. Les vauriens proches de Yezus vinrent voler ce monument et lui en substituèrent un autre sur lequel était écrit : voici, une échelle était dressée par terre, sa tête touchant au ciel et voici que des anges de Dieu montaient[52], etc. La mère se réjouit de ses enfants Halleluyah ! Le roi apprit ce qu'avaient fait les vauriens : il ordonna de démolir le monument et il fit tuer des centaines de proches de Yezus[53].

   Alors Simon Haqalphassi se rendit devant le roi : « Mon seigneur le roi, lui dit-il, permets-moi de balayer tous les vauriens hors de Jérusalem ! ». « Va, lui dit le roi, l'Eternel t'accompagne ! ». Simon se rendit en secret auprès des vauriens : « Debout ! montons à Aï ! leur dit-il, vous y verrez les miracles que j'ai accomplis selon Yezus[54] et ceux que j'ai l'intention de faire ! ». Quelques-uns s'en furent à Aï, d'autres chevauchèrent avec Simon sur son nuage depuis Jérusalem. En chemin, Simon trancha son nuage : les vauriens tombèrent et moururent[55]. Simon revint à Jérusalem faire son rapport au roi qui s'en réjouit. Depuis ce jour Simon ne quitta plus le palais du roi jusqu'à sa mort. Il mourut, les Israélites prirent son deuil et arrêtèrent de jeûner le jour de sa mort chaque année : le huit de la lune de Tevet. Quant au reste des vauriens venus à Aï comme le leur avait déjà conseillé Simon, ils croyaient que lui et les vauriens qui chevauchaient le nuage, s'étaient rendus au ciel. Prenant connaissance des ordonnances de Simon au nom de Yezus, les vauriens qui étaient à Aï s'y conformèrent. Les Aïtes se marièrent avec des vauriens parmi lesquels il y avait des faux prophètes[56]. Les vauriens épousèrent des filles aïtes. Ils adressèrent par lettres à des îles éloignées le livre de l'Avon Khilaïon. Ils acceptèrent pour eux et leur postérité d'accomplir les paroles qui y étaient contenues ; ils abolirent la Torah de Moïse, se firent pour shabbath le dimanche, jour de la naissance de Yezus ; ils se firent également d'autres ordonnances et fêtes mauvaises. Aussi n'ont-ils pas de part ni d'héritage en Israël[57]. Maudits[58] sont-ils en ce monde, maudits dans le monde à venir ! L'Eternel bénisse son peuple d'Israël en paix !
 
   Telles sont les paroles de notre maître Rabbi Yohanan ben Zaccaï[59] à Jérusalem. Fin. (Version Huldreich. pp. 116-20). 

Conclusion : Le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !) ne fut selon ces textes qu'un impudent bâtard, fils d'une bâtarde, un imposteur, un magicien de premier ordre, fils d'une magicienne ! Quant à celui qui détruira le message évangélique, il est exalté en sauveur du peuple juif ! Mais est-ce bien vrai ? En regardant l'Histoire biblique de deux communautés religieuses distinctes, nous nous apercevons au contraire que les Fils d'Esaû (les gens de l'Evangile) et les Fils d'Israël (les gens de la Torah) ont toujours été des gens opposés à l'extrême. Et ils le seront ainsi jusqu'au "retour" du Messie, le fils de Marie sur terre. Et la responsabilité des gens de la Thora dans la falsification de l'Evangile original reste pleine et entière. Car, ne l'oublions pas, son peuple, le peuple du Messie, fils de Marie reste bien les Israéliens, les Fils ou descendants de Jacob, le Prophète (sur lui la Paix !), l'un des Patriarches. (à suivre...).

  Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Evangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Le mode juif croit avoir pendu le Messie. Les Témoins de Jéhovah penchent aussi pour cette version.
[6] NT. Is.LVII-21.
[7] NT. Ps. II-1.
[8] NT. Is. XIV-19.
[9] NT. I Sam. XXIV-13.
[10] Noter le ton…  
[11] Ici changement de langage. On nous parle de roi et des Aïtes. N'oublions pas que ce sont les Eduméens qui diffusèrent le message du Messie.
[12] Que se passa-t-il après l'élévation du Messie ? Les gens de la Bible sont plutôt avares dans ce domaine. Et ce n'est pas les écritures de Luc qui peuvent nous en dire d'avantage.
[13] Notons ce vocable : selon. Vocable très employé chez les gens de l'Evangile, et on voit comme il doit être interprété ! Ce qui rend les Textes évangéliques douteux de sources et origines. Ils émaneraient non de la Révélation, mais d'individus ayant trafiqués la Parole divine.
[14] On notera chez les gens de l'Evangile : Evangile selon…
[15] c'est exactement l'inverse qui se produira au sein des deux communautés.
[16] la place de celui qui trafique la Parole dine est le Feu, et ceci pour l'Eternité de l'Eternité !
[17] il n'y aura plus de guerres puisque cette partie du monde passera sous commandement des Fils d'Esaü, et qu'ils expulseront les Judaïsés. Seuls un petit nombre restera sur leurs terres.
[18] Ici, le grand Nom est connu des Sages et des Anciens. Changement de décors…
[19] NT.: Aï, la ville maudite, dont la destruction est racontée dans Josué VII et VIII. A noter que l'hébreu 'peut-être lu comme le début du mot 'ir et signifier la Ville, donc Rome ou Jérusalem (cf. S. Kraus pp. 159-160). (On oubliera pas de mentionner au passage que la religion du Messie sera propagée par les Eduméens, et par extension les Italiens (ou Romains))  
[20] il semble magicien de nature. Disons, il façonna à la manière des magiciens… Pour l'individu mécréant, on ne saurait parler de "miracles", mais plutôt d'artifices… Quand au vocable "créer", il appartient, au sens propre, au divin Créateur (exalté soit-Il !). Sa créature, à partir de ce qui l'environne : façonne, fait, etc. La Terre et tout ce qu'elle contient appartenant, de droit, au divin Créateur.
[21] Ce Simon, à l'inverse de Nestor, leur enseignera qu'il est bien fils de la Divinité… C'est donc bien les Judaïsés qui répandront cette croyance fausse.
[22] Faux, tronqués.
[23] Le sens de chaque lettre. Apparemment, il s'agirait de l'hébreu.
[24] Trafiquant de l'alphabet. Comparer : Coran IV 46. Spécialité des gens judaïsés.
[25] NT. Il s'agit de la prononciation allemande de l'alphabet qui prête à de savoureux et ingénieux jeux de mots inaccoutumés en allemand,  mais très fréquents dans l'exégèse traditionnelle.
[26] NT. Gen. XXXVI-9.
[27] NT. Ibid.. XXV-27/29.
[28] S'après ce sens, le Messie est comme Dieu !
[29] en clair, le Messie est un Fils d'Esaü, et comme lui a les pires vices et défauts !
[30] NT. Ibid., XXV-34.
[31] NT. Variation sur Talmud Shabbath 116 a (annexe n° II )
[32] La Trinité ou le Tri-Théisme.
[33] Yahya. Biblique : Jean ou Youhanna ou Johannus. Francisé.
[34] Deux avis apparaissent au sein même du monde biblique : Jean l'évangéliste, pour l'un, est auteur direct de ce livre. L'autre avis penche pour Jean, fils de Zacharie. Il apparaît que ce sont des paroles transmises au départ par le Messie alors vivant, qui seront mises dans cet ouvrage mais avec une liberté de langage propre aux trafiquants de la Parole divine… Et Dieu est plus Savant !
[35] NT. Il s'agit de l'Apocalypse, mais l'on voit que le rédacteur confond l'Evangéliste et le Baptiste.
[36] Pour le monde de l'Evangile c'est un livre divin. Il traite surtout, et selon eux, de ce qui devra se passer à la fin des temps. Le Messie devra apparaître avec gloire aux nations !
[37] NT. Apoc. XIII I.
[38] NT. Valeur arithmétique d'un mot en fonction des lettres qui sont aussi en hébreu des symboles numériques.
[39] 666 peut apparaître, selon les chercheurs, sous deux formes différentes. Premièrement une forme hideuse et deuxièmement une forme éblouïssante. S'il apparaît sous la seconde, c'est le nom caché En quelque sorte du Sceau de la Prophétie, le prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Pour le monde de la Thora, ce dernier est et étant le démon même. En clair, ô gens de l'Evangile, comme nous, rejetés le Sceau de la Prophétie, et faites-le apparaître aux yeux des nations sous la première forme… Soit… un démon.
[40] Les couronnes sont des ornements qui accompagnent certaines lettres. Cf. Menahoth 29 a et b.
[41] Avec les sectes apparaîtra un nombre incalculable de livres. Les Mandéens auront leur Livre saint, etc.
[42] Dans le monde de l'Evangile, l'accent est mis sur les "prétendues" lettres de Paul aux Eglises. Ouvrage touchant mais combien destructif. Les Textes évangéliques sont relégués au second plan. Même son de cloche chez les gens de la Synagogue. Le Livre par excellence reste pour bon nombre de Sages et de rabbis, le Talmud de Jérusalem ou de Babylone.
[43] Bible : le Jourdain. En clair, institution du baptême. Non de la circoncision.
[44] Lors de son "retour" à la fin des temps.
[45] L'empereur du Saint Empire !
[46] Pourtant très aimée du monde évangélique, pas un seul membre de cette communauté connaît l'endroit exact où elle fut enterrée. De plus, on peut s'étonner qu'elle ne combattrât pas les nouveaux enseignements parvenus aux disciples de son fils ! Elle qui l'accompgnait toujours dans ses déplacements ? Ce qui place ce récit plus près du récit des Actes. Bien que les Textes dit officiels ne mentionnent nullement sa mort. Il faudra pour cela, et une fois de plus, faire appel aux textes de la légende chrétienne.
[47] Drôle d'humiliation !
[48] croyance biblique. Le fils de Marie aurait des frères et des sœurs. L'Islam traditionnel rejette cette croyance.
[49] Très difficile de savoir le jour, le mois, l'heure où naquit le Messie.
[50] NT. Osée II-6.
[51] Le monde de la Thora croit qu'elle est une prostituée… Par la grâce divine, aucun membre de la Thora pourra la toucher. Rappelons que selon certains commentateurs, elle mourra avant l'élévation de son fils. Ce qui paraît plus probable.
[52] NT. Gen. XXVIII-12.
[53] Guerre déclarée contre les descendants de David et méthodes radicales connues du monde de la Thora.
[54] Noter l'emploi du vocable selon.
[55] Conte pour enfants.
[56] Le Messie était le Sceau des prophètes d'Israël. Ce qui paraît for douteux comme renseignement.
[57] Dans ce monde ? ou dans l'Autre ? Dans ce monde, ils leurs succèderont sur leurs terres jusqu'aux 7ème siècle. Puis, les Fils d'Ismaël leurs succèderont…  
[58] Cette malédiction sera transmise de générations en générations…
[59] NT. Disciple de Hillel et fondateur de l'école de Yabné après la destruction du Temple, ce qui confère un poids certain au texte précédent.


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

 


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
28/10/06 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire