786

Etudes

La religion du Messie ou la Religion dénaturée.

Selon les Écritures.

Paul, l'envoyé contesté et contestataire. 

selon les Écritures bibliques


Au nom de DIEU, Hachem Allaha !
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !
Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !

P


oint de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4]

Le monde de la Torah. 

   Le monde de la Thora et Paul. Ce que rapporte le monde toranique, le monde talmudique de cette époque très lointaine.
   Nous savons vu que Paul aurait pu se manifester vers les années 60 et plus. Nous savons tous, et comme le notent si bien les commentateurs coraniques, que c'est la haine du Messie, fils de Marie (sur lui la Paix !) qui a poussé, partie du monde de la Thora ; à dire du mal sur sa mère (V. Coran IV 156, et commentaires). Comme c'est l'amour excessif des gens de l'Evangile qui les pousseront à faire du Messie et de Marie deux divinités égales au Saint et Seigneur d'Israël. Paul dénaturant le message évangélique, est-ce possible ? Sans nul doute en étudiant ce qui suit. Toutefois, son nom comme celui d'autres personnages du monde évangélique, semblent apparaître un peu différemment. Mais le but recherché reste le même : détruire à la base le message du Messie (sur lui la Paix !). Entrons dans le monde de la légende qu'aime beaucoup le monde biblique en général. Et découvrons, au passage, certains mots du vocabulaire biblique.

   "… Alors les Sages d'Israël[5] requirent de la reine[6] licence souveraine pour tirer justice et vengeance des vauriens comme ils l'avaient fait pour Yeshuh[7]. Elle leur accorda la licence de faire comme il leur semblerait juste. Ils en mirent beaucoup à mort, les autres s'enfuirent et les Israélites les poursuivaient et en tuaient bon nombre.

   Parmi les douze[8] disciples, trois se rendirent[9] en Arménie, trois à Rome, trois au royaume qui est en face de la mer : ils abusaient les gens et beaucoup se plaignaient d'eux[10]. A cause d'eux abondaient luttes, assassinats, désordres, meurtres, pertes d'argent : chacun tuait ses proches sans pitié[11]. Malgré tout, ils n'abandonnaient point la Torah de Moïse et les juifs ne pouvaient entrer au Temple[12] à cause des vauriens[13] qui les en empêchaient. Ce que voyant les Sages tinrent conseil[14] : « Voici déjà trente ans que Yeshuh[15] fut tué[16], dirent-ils, sans que nous jouissions du calme et du repos : ceci arrive à cause de nos nombreux péchés, car l'Eternel nous punit à cause de l'énormité de nos fautes et de celles de nos ancêtres[17] ; il se souvient de la parole qu'il a dite : Ils m'ont rendu jaloux par ce qui n'est point Dieu, ils m'ont irrité par leurs vaines idoles, et moi je les rendrai jaloux par ce qui n 'est pas un peuple[18], je les irriterai par une nation folle[19]. Jusque à quand nous sera-t-il un piège[20] ? » disaient les Sages. L'un d'eux dit à son compagnon : « Choisissons un Sage qui oblige les vauriens à quitter notre Torah et les  accompagne en cette démarche.  Pour son  péché  nous l'endosserons[21] et nous nous engageons sous peine de nidduy et de hérem[22] à prendre sur nous la faute afin d'avoir tranquillité et repos et d'éviter davantage de pertes et de massacres[23]. Déjà nous les avions mis en garde en leur prodiguant des avertissements des jours entiers, il y a de cela trente ans, sans qu'ils consentent à abandonner le mensonge et la tromperie[24]. Nous avions expliqué que c'était un bâtard fils d'impure[25] sans qu'ils fassent pénitence[26]. Convaincus qu'il est fils[27] de Dieu[28], ils sont tout aussi perdus que Yeshuh leur Messie[29]. Laissons à chacun emprunter la voie qu'il veut suivre de manière à trouver le repos et la tranquillité, loin de la guerre[30] ! » Telles furent leurs décisions[31].

   Ils[32] choisirent un Sage nommé Elie et lui dirent : « Nous avons décidé à l'unanimité que tu seras notre sauveur. Tu connais en effet toutes les persécutions et les maux qui se sont abattus sur nous depuis l'époque de Yeshuh jusqu'à présent. Ses disciples ne nous laissent pas en repos. Aussi tous les Israélites ont-ils pris une décision qui te concerne. Tu dois être l'artisan de notre salut. Il faut que tu les trompes[33] et que tu leur fasses abandonner la Torah d'Israël[34]. Toi aussi tu leur prêteras ton concours oral, mais non de pensée[35]. Nous nous engageons sous peine de hérem à endosser devant l'Eternel tous les péchés[36] que tu commettras en cette affaire[37]. Il faut que tu te rendes au Temple pour apprendre le Nom[38] explicite comme le fit Yeshuh afin d'être à même d'accomplir tous les miracles[39] que tu voudras pour qu'ils aient foi en toi. » II y consentit et passa à l'action[40].

   Il se rendit à Antioche[41], où se trouvaient les vauriens et il manda qu'ils se rassemblent. Il rassembla aussi tous les vauriens qui se trouvaient ailleurs et leur dit : « Mes frères, fils de Yeshuh, apprenez que je suis disciple de Yeshuh, mon Seigneur. Il m'a envoyé vers vous pour que je vous enseigne la voie où vous engager et la pratique à suivre. » Leur liesse fut immédiate. Ils dirent : « Donne-nous un signe ou une preuve que tu es son disciple ! » « Apportez-moi un mort que je le ressuscite, leur dit-il, un aveugle que je le guérisse, un paralytique qu'il marche sur ses jambes une fois guéri[42] ! Quelles que soient les épreuves auxquelles vous me soumettrez, vous trouverez que mes paroles sont authentiques ! » II fit ainsi en leur présence à l'aide de la puissance du Nom explicite. Alors tous de dire : « C'est notre Dieu qui nous a sauvés et nous espérons en lui ! » Ils s'inclinèrent et se prosternèrent[43] devant lui, après quoi ils l'interrogèrent : « Où se trouve Yeshuh ? » « Au ciel avec son père ! » II ajouta : « Écoutez ce qu'a dit Yeshuh, ce qu'il m'a ordonné de vous dire ; qu'aucun de vous ne se révolte contre sa parole mais qu'il l'accomplisse pour qu'elle lui serve de bouclier ! Voici ce que vous ordonne Yeshuh ! Auparavant il vous rappelle ce que lui ont fait les juifs, car pour cette raison son père qui est au ciel l'a envoyé pour vous sauver, et il a tout pris en charge à cause de vous. Aussi vous ordonne-t-il de vous charger de tout ce que Yeshuh vous ordonne, car il était l'ennemi des juifs dont il s'était séparé. Il vous dit d'en faire autant et de vous en éloigner en tout, car c'est une abomination pour vous à l'appui de quoi il cite le verset : Vos fêtes et vos  néoménies mon âme les hait[44]. Il commence par vous ordonner de ne plus observer leurs shabbaths[45] et leurs fêtes. » Aussitôt les vauriens de lever les bras en louange à Yeshuh[46].

   « De vous fabriquer une figure à sa ressemblance[47] et de la placer au milieu de deux bois disposés en croix[48]. Représentez également les coups qu'ils lui donnèrent, le sang qui sortait de lui, les clous qu'ils plantèrent dans ses bras et ses pieds afin de commémorer tout ce que subit Yeshuh qui supporta les coups et accepta les souffrances, le tout parce qu'il vous aimait sans recourir à la vengeance[49]. Ainsi vous souffrirez vous aussi, par amour pour lui, ne commettant ni mal ni dommage aux juifs, qu'il s'agisse de leurs personnes ou de leurs biens[50] ! L'auteur d'une transgression de ce commandement sera chassé en ce monde et n'aura pas part au monde à venir dans le jardin d'Eden : il veut se venger en personne afin que vous n'alliez point en enfer. Autre commandement qui vous concerne : quiconque verse le sang des Israélites, versera son propre sang. Il vous ordonne de faires vos prières à part[51] et de vous marier[52] entre vous et non avec eux[53]. L'âme de celui qui couchera avec une juive ira en enfer[54]. Autre commandement[55] : puisque les juifs célèbrent le jour du shabbath, vous, vous devez vous livrer à vos occupations ce jour-là en vous gardant de travailler le premier jour de la semaine[56] et de vous reposer le shabbath. car Yeshuh le dédaigne. Vous observerez le dimanche[57] car c'est ce jour-là que Yeshuh est monté de son tombeau au ciel. Autre commandement[58] : de tout animal domestique ou sauvage, de tout oiseau, vous verserez le sang et vous mangerez, car il est écrit : comme l'herbe verte, je vous ai donné tout cela[59]. Il vous admoneste encore en ce qui concerne le commandement d'aimer[60] : si un juif te dit : « accompagne-moi un mille pour m'alléger la route, il  faudra l'accompagner deux[61]  milles et le quitter en paix, car telle est la volonté de Yeshuh. Autre commandement[62] : vous appellerez les juifs, Hébreux[63] parce qu'ils viennent d'au-delà[64]. mais vous vous donnerez le nom[65] de goyym[66] (gentils) conformément au verset : j'ai présenté mon dos (gewy) à ceux qui me frappaient et mes joues à ceux qui m'arrachaient le poil, ma face je ne[67]... etc. Si les juifs usent de contrainte à votre égard, avisez-vous de ne point rendre le mal pour le mal. Autre commandement[68] : si un juif vous frappe du poing du côté droit, offre-lui le gauche afin qu'il agisse à sa guise ; vous direz avoir accepté cela par amour pour Yeshuh et vous ne persécuterez ni peu ni prou[69]. Autre commandement[70] : si un juif vous insulte, ne répliquez point, contentez-vous de lui dire : ton arrogance te met au-dessus et laissez-le aller, car pour cette raison Yeshuh a accepté d'être mis à mort pour vous, constituant pour vous un modèle d'humilité. Il vous adresse encore cette admonestation : si vous voulez partager avec Yeshuh le monde à venir, acceptez avec amour et bonne volonté tous les maux que voudront vous infliger les juifs, car il vous gratifiera d'un bon salaire dans le monde à venir. Autre admonestation : choisissez parmi vous des Anciens pour assurer la rectitude de la voie que vous emprunterez. » Tous répondirent : « Nous agirons conformément à ce que nous avons entendu ! ». Après avoir terminé son discours, il leur dit : « Yeshuh m'a ordonné de me séparer de vous et de tout homme, de me tenir dans la solitude sans manger de viande ni boire de vin, ne consommant que pain, eau et fruits afin que je sois pur lorsqu'il voudra parler avec moi ! ». Aussitôt tous les vauriens de se calmer et de ne plus causer d'autres dommages aux juifs.

   Cet Elie et tous les vauriens qui croyaient en Yeshuh s'en furent à Tibériade. Il ordonna de faire annoncer que les trois cent dix disciples étaient arrivés et s'étaient agrégés à lui. Tous vinrent et dirent : « Qui es-tu ? ». « Je suis l'envoyé de Yeshuh qui m'envoya à vous pour vous communiquer ses commandements ». « Donne-nous une preuve ! ». « Quel signe voulez-vous que j'accomplisse pour vous ? » leur dit-il. « Si tu fais un signe nous te croirons dirent-ils». «Amenez-moi un paralytique, un lépreux, un aveugle que je les guérisse ». Ils s'exécutèrent et il fit à sa guise. Ils tombèrent face contre terre : « Pour sur, dirent-ils, nous croyons que tu es l'envoyé de Yeshuh car il en faisait autant, et nous pouvons dire de toi : le délégué d'un homme est considéré comme sa personne même[71]» Alors Elie dit aux disciples de Yeshuh : « II se trouve avec son père qui est au ciel et il veut se venger des juifs ses ennemis comme l'a décidé David dans le psaume : « Parole de l'Eternel à mon  Seigneur, Assieds-toi à ma droite jusqu'à ce que je fasse de tes  ennemis l'escabeau de tes pieds[72]». Immédiatement les disciples le bénirent et il leur dit les commandements dont on a  parlé ci-dessus : ils les acceptèrent. « L'exigence fondamentale de Yeshuh, leur dit-il, c'est que vous vous sépariez des juifs par la doctrine[73], la langue, la société, les shabbaths et les fêtes et que vous construisiez des maisons pour vos prières[74] ». Tous répondirent : « Nous nous conformerons à ce que tu as dit ! ». Et à partir de ce moment ils se séparèrent des juifs accomplissant tout ce qu'il avait décidé à leur propos. Ils demandèrent son nom : « S. Paolo » dit-il[75]. Les disciples se séparèrent des juifs et des méchants aussi, de manière à cesser d'être juifs[76]. Les gens connurent la tranquillité. On fit une maison à S. Paolo afin qu'il y réside sans se souiller en mangeant et en buvant.

   Après cela le royaume de Perse se redressa une seconde fois[77]. A cette époque il y avait un gentil du nom de Nestor[78] c'est-à-dire nosso o frate. Il commença à finasser avec les Sages sur nombre de points[79]. Il se rendit en Israël où il trouva des égarés qui se tenaient tranquilles, pratiquant en maintes choses les ordonnances de S. Paolo. Il leur dit : « S. Paolo vous a abusés en vous disant de ne point vous circoncire car c'est une prescription juridique qui vous impose la circoncision, et Yeshuh était circoncis[80]. Vous vous rendez encore coupables d'hérésie[81] en affirmant de Yeshuh qu'il est Dieu alors qu'il est né d'une femme et d'un homme ; pourtant l'Esprit Saint reposait sur lui comme il le fit sur les prophètes[82] ». Ce Nestor fut le premier à fomenter une dispute avec les chrétiens[83], car il séduisait toutes les femmes : « S. Paolo, leur disait-il, a ordonné aux maris de prendre toutes les femmes qu'ils voudraient : vous resterez à l'état de servantes. Moi je veux que l'on ne prenne qu'une seule femme[84] de telle sorte que vous soyez honorées par vos maris[85] ». Aussi les femmes aimaient-elles Nestor. Il ordonna qu'aucun homme n'épouse plus d'une femme sous peine de hérem et de nidduy et de perte du monde à venir. Il y eut désaccord[86] entre Nestor et S. Paolo[87]. C'est pourquoi les gentils ne font point leurs prières dans l'Eglise de Nestor ni les Nestorites dans l'Eglise de S. Paolo. Nestor se rendit à Babylone au lieu qu'on appelle Hatsitsa : tous finassèrent en sa présence. Les femmes restèrent avec Nestor qui était un homme robuste : « Que veux-tu de nous ? » lui demandèrent-elles.

  « Seulement une offrande de pain et de vin, dit-il, que vous me présenterez dans la Hatsitsa ! ». Une fois que chaque femme lui eut apporté l'offrande, alors qu'il montait pour en faire l'offrande, les femmes le frappèrent à grands coups jusqu'à ce qu'il meure sous leurs mains.

   En ce temps-là il y avait en Israël un Rabbi nommé Simon Kepha parce qu'il se tenait sur la pierre sur laquelle le prophète Ezéchiel avait prophétisé (elle était près du fleuve Kabar). C'était le chef des chanteurs, sa voix sortait de la pierre, il avait une sagesse considérable, et son appartenance aux Israélites le faisait jalouser. Rabbi Simon était conscient de cette jalousie. Que fit-il ? A l'époque de Succoth, il monta sur le mont des oliviers le jour d'Hosannah Rabba. Les disciples de Yeshuh commencèrent à s'entretenir avec lui qui triomphait dans toutes les connaissances sans qu'ils puissent répliquer, car ils le craignaient. Constatant l'étendue de sa sagesse, ils tinrent conseil : « Ne laissons pas un homme aussi sage que lui aux juifs, enlevons-le leur, car en un rien de temps il anéantirait notre doctrine ! ». Et aussitôt de le faire prisonnier : « Nous savons, lui dirent-ils, qu'il n'y a pas deux sages comme toi en Israël, que tu peux retrancher ou ajouter, détourner ce qui a été fait et l'accomplir. L'Eternel te donne la grâce devant Yeshuh d'accomplir notre religion ! Tous nos Sages sont juifs : en voyant tes actions nous avons dit : c'est lui qui doit parfaire notre religion. Chaque jour voit notre nombre grandir et celui des juifs diminuer. Il ne faut pas qu'un homme de ton importance soit avec eux. Viens avec nous pour nous enseigner les commandements et les ordonnances bénéfiques de manière à ce que nous héritions du monde à venir ! Nous te mettrons à notre tête comme chef. Personne ne te dira ce que tu dois faire. » « Vos paroles sont excellentes, leur répondit-il, mais je ne veux point abandonner ma religion ! ». « Si tu ne te convertis pas, nous te tuerons ainsi que tous les juifs, de telle sorte que pas un ne survive ! ». « Tout est dans la main de Dieu, que l'Eternel nous aide » leur dit-il. Ils se mirent à tuer les juifs qui tremblants et craintifs vinrent tous en prière se présenter à Rabbi Simon : « Satisfais leur demande ! lui dirent-ils, et libère-nous de leurs mains ! Ce péché nous l'assumons ! Agis avec ta grande sagesse!». Les goyym (gentils) volaient et dérobaient les juifs, et les vendaient pour une monnaie : trois juifs pour trois sous car ainsi avait été vendu Yeshuh[88]. A ce spectacle Rabbi Simon dit : « II vaut mieux que Simon et cent autres comme lui soient perdus plutôt que ne se perde une âme en Israël ! ». Que fit-il ? Il dit qu'il irait avec eux. Donc le pape[89], l'évêque[90] Giulio (?) l'accompagnaient : « Que voulez-vous de moi ? leur dit-il, si c'est la destruction des juifs, je refuse de rester avec vous, mais si vous consentez à faire ce que vous ordonna S. Paolo au nom de Yeshuh, car ses paroles sont valables, voici ce qu'il vous faut faire pour recevoir à nouveau et accomplir les conditions qu'il vous a dictées. Cessez de lapider les juifs ! Permettez-leur d'entrer dans leurs maisons de façon à ce qu'ils ne soient plus abandonnés selon votre désir ! Laissez-les fréquenter leurs synagogues afin qu'ils puissent croire en Yeshuh. Si vous n'en n'usez point ainsi, les juifs diront que vous les poursuivez... ». Aussitôt ils acceptèrent les propos de Rabbi Simon : « Toutes les dispositions et tous les commandements que tu nous imposeras nous les accomplirons ! ». Désormais il fut établi que chaque juif qui voulait passer à leurs abominations, le pouvait. Il leur dit encore : « Je vous ordonne et fais le vœu de m'abstenir ma vie durant de manger de la viande au sixième jour, car en ce jour Yeshuh fut tué ; je fais également vœu de m'abstenir de boire du vin toute ma vie, afin d'éviter de me réjouir, par amour pour Yeshuh. Je serai séparé de tous les hommes dans une maison isolée afin que dans ma solitude mes yeux ne m'abusent point et pour accomplir ce qui est écrit à propos des paroles mensongères. J'ai accepté sous peine de hérem d'être séparé de tout homme afin d'établir pour vous de bonnes lois et de bonnes ordonnances et de vous révéler les mystères du monde de façon à ce que vous connaissiez la vérité et lui prêtiez foi. Donc je vous ordonne de construire une haute tour où j'habiterai ma vie durant de manière à ce que je ne subisse ni dommage ni embarras à cause de mon culte et de ma sagesse, car je ne prends pas en mal la foi mais je sais qu'elle est la voie authentique. Aussi désormais vous ne contraindrez[91] plus aucun homme à partager votre doctrine ni à recevoir le baptême, mais il le fera de son plein gré. Si vous ne procédez pas ainsi, et si vous amenez des juifs à votre religion, vous la diminuerez et vous leur donnerez à entendre qu'elle n'est pas bonne. Aussi quiconque veut se convertir, qu'il le fasse de son plein gré, et même s'il affirme que c'est le cas, ne le recevez pas avant un séjour de trente jours dans la maison des gens de biens ! Pour l'enfant de neuf ans ne le recevez pas, car il n'agit pas par raison ! ». Les goyym construisirent une grande tour pour qu'il y siège. Il fut le premier pape qu'il y eut (les grecs l'appellent kléros ( ?)), Tout ce qu'il fit manifestait une grande ruse destinée à éviter de manger des nourritures impures et de se prosterner devant leurs images. Il se tint seul dans sa tour[92] prenant de nombreuses dispositions que les govym acceptèrent sous peine de hérem. Pendant le temps même de sa résidence, il  composait  des  pizmonim[93]  en  grand  nombre  pour  Israël ! Tous sont en son nom pour cette raison. Il écrivit : « sachez Israélites qui croyez en l'Eternel et en sa Torah achevée (elle est une Torah véritable et ils l'appellent leur héritage), sachez que moi Simon Kepha je me suis chargé par amour pour Lui de toutes ces persécutions et de tous ces maux nombreux, car je discerne la vérité du mensonge. Acceptez donc les poésies que j'ai composées afin qu'il me pardonne ainsi qu'à vous, car tout ce que j'ai fait, c'est pour votre pardon et votre salut ! ». Ils reçurent la lettre joyeusement et cordialement, ils l'adressèrent à l'exilarque et montrèrent les poésies aux directeurs des yeshiwoth et au sanhédrin. Tous les déclarèrent bonnes et agréables; il fallait que les chantres les entonnent dans leurs prières. Aujourd'hui encore on a coutume de les dire chaque shuhbath[94]. C'est ce Simon Kepha que les goyvm (gentils) appellent S. Pietro[95]. (Manuscrit de Vienne. p. 57-65). (à suivre)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Evangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Le Sage, selon le Judaïsme est plus haut et plus important que le prophète. Ce que l'Islam traditionnel rejette.
[6] Selon certaines de nos sources, Paul était roi en Israël. Il abandonnera cette haute fonction pour mieux détruire la religion du Messie… Technique ou stratège militaire…
[7] l'orthographe de ce mot peut varier. Toutefois, un simple homme juif ne saurait le porter tant il est repoussant.
[8] mention des Douze et non des Onze compagnons du Messie, fils de Marie (sur lui la Paix !).
[9] Ils devaient surtout se rendre auprès des communautés juives de l'étranger.
[10] Il faut comprendre ceux qui refusaient le message évangélique. Tout était fait pour descréditer ces envoyés du Messie.
[11] Ceci sont des propos mal placés et mensongers.
[12] Le Temple, lieu des prières, rassemblait gens de la Thora comme ceux de l'Evangile. Détruit, les gens de l'Evangile se garderont bien de le reconstruire et de restaurer. Il restera ainsi jusqu'à l'arrivée du second Vicaire : 'Omar fils de Khattab (que Dieu l'agrée !).
[13] NT. (soit : note du traducteur : Jean-Pierre Osier.). Les vauriens, dont le nom hébreu a quelque consonance avec le mot hébreu pour pharisiens, signifie par opposition à ces derniers tous ceux qui, juifs, ne suivent pas la Torah.
[14] Leur rôle sera ici décisif pour la survie du Judaïsme. Leur conspiration commence à prendre corps. Ici ce sont eux qui conspirent. Selon ce que nous avons vu, ce serait Paul seulement.
[15] Soit, le Messie, fils de Marie.
[16] Soit : 33 + 30 = 63. Il reste peu de temps avant la destruction du Temple. Tout ceci se passera donc, et selon cet écrit, bien avant sa destruction.
[17] Paroles pleines de bon sens.
[18] NT. Bible.Deut. XXXII-21. (V. p. 79, il s'agit des Nazaréens).
[19] NT. Bible. Ex. X-7. (Idem. Il s'agit des Ismaélites)
[20] Le Messie.
[21] Notion chère au Judaïsme de porter les fautes des autres. Les gens de l'Evangile ne la reprendront-ils pas à leur compte ?
[22] Les deux formes de l'excommunication.
[23] Leur Seigneur leur fera porter leurs fautes plus y ajoutera celles des autres. A eux double peine. Le mot massacre est un peu fort. Il signalerait que des combats se seraient déroulés avec les gens de l'Evangile, de l'époque !
[24] Comparer : Coran LXI 6. C'est de la magie manifeste.
[25] Voir Coran IV 156 ; XIX 27-33.
[26] Mot en vogue de nos jours…
[27] à priori, il s'agit là d'une secte du monde évangélique qui défend cette thèse… Car le Messie était l'illustre (Coran III 45). Rien de plus, rien de moins.
[28] Pour l'Islam traditionnel, le Messie, fils de Marie est un prophète et messager du Saint et Seigneur d'Israël. Il est aussi, le Sceau des Prophètes d'Israël (sur eux la Paix !).
[29] S'il s'agit du Messie, aucune crainte à avoir. S'il s'agit d'un imposteur, aucun doute. S'il s'agit des Fils d'Israël et des Judaïsés, doute est à avoir… Il est vrai que pour bon nombre de rabbis, le Nazaréen est un damné, de même tous ceux qui le suivent.
[30] Jugement erroné. La guerre ! Elle sera perpétuelle entre les gens de la Bible. Qu'on re-lise l'Histoire ! Combien de morts de part et d'autre ?
[31] Le résultat sera pire.
[32] NT. A partir d'ici, note Krauss, le texte est celui publié par Jellinek dans son Bel-Ha-Midrash. Jérusalem, 1938, VI, pp. 11-14.
[33] La tromperie, la ruse, une des lois de la guerre.
[34] Point primordial parmi d'autres cités par la suite… Ici, ils sont la cause directe de l'abandon de la Thora par les gens de l'Evangile. A chacun sa religion !
[35] de croyances. Tu resteras ferme en nos croyances.
[36] Cela leur sera d'aucun recours au Jour des Comptes. Ils s'illusionnent que…
[37] Si tel est le cas, la malédiction divine ne cessera d'être sur eux et leurs descendants…
[38] Hachem. Le nom ineffable. Bon nombre de Judaïsés accorde une grande importance au Nom sacré du divin Créateur. Et pense qu'il sera employé d'une façon malveillante par le Messie, fils de Marie. Ce qui est faux. On a dit qu'ils demanderont au prophète Mochè (Moïse) le Nom divin. Il leur sera répondu : le Vivant (alhay), le Subsistant (alqayoûm). On a dit que l'Evangile commençait ainsi : Au nom de Hachem…
[39] Si le Messie accomplit de nombreux miracles, c'est uniquement avec la permission de son Seigneur (Coran III 49). Le Nom divin, suivant la pensée biblique, n'a ici pas lieu d'être.
[40] Dans pareil cas, on ne pourra pas parler de miracles. Plutôt de prodiges merveilleux. Employé le Nom ineffable pour des fins personnelles et malsaines est très dangereux.
[41] Ville importante pour le monde biblique. Ville qu'on retrouve mentionner dans les Actes.
[42] Voir Bible et Coran.
[43] La salutation de ce genre était permise selon l'ancienne loi.
[44] NT. ls. 1-14.
[45] Respecter le repos sabbatique, le samedi.
[46] L'origine, c'est Paul qui les invitera à ce genre de chose.
[47] A l'instar des sabéens. Plus tard donnera naissance à la guerre aux icônes, images sacrées, etc.
[48] le monde toranique pense, à tort, avoir pendu le Messie. Là, l'insistance sera mise sur sa prétendu "crucifixion". (V. Coran IV 157)
[49] Jour de commémoration : Pâques. Jeudi, vendredi et samedi saints. Dans certaines parties du monde, on commémore ces jours avec éclat. Des gens vont jusqu'à se laisser crucifier. Ex.: Philippines…
[50] En clair adorez la croix et laissez le monde juif tranquille ! Nous savons que l'adoration de la croix apparaîtra sous Constantin. V. IIIème s.
[51] second commandement. Ne plus prier derrière les Judaïsés. Chacun pour soi…
[52] Selon le Talmud : "Il est permis d'épouser les filles d’Ammonite ou de Moabite", dit le Michnâ (...) Pourquoi ne pas faire la même déduction au sujet des Edomites et des Egyptiens (Coptes) ? Parce que la Bible leur fait un reproche de n'avoir pas été au-devant des Israélites avec du pain et de l'eau (Deutéron. XXIII, 5)..." (Traité Yébamoth. Chap. VIII. p. 120). Et concernant Paul : Actes de Verceil : « Ils offrirent à Paul du pain et de l’eau, afin que, la prière ayant été faite, il les distribua à chacun... ». Et en note : il s’agit évidemment de l’Eucharistie ; mais il est étrange qu’on mentionne de l’eau et non du vin. (Evang. Apocryphes. D. Rops. Edit. Cerf-Fayard. p. 189)
[53] A notre époque, cela aurait plutôt mauvaise presse parmi les gens de la Bible.
[54] Que penser des gens de notre époque ? Et que deviendra la femme juive pour s'être souillée avec un infidèle ?
[55] le troisième.
[56] soit le dimanche.
[57] Troisième commandement.
[58] Concernant la nourriture. Quatrième commandement.
[59] NT. Gen. IX-4.
[60] Aime ton ennemi comme toi-même. Cinquième commandement.
[61] D'une importance capitale pour les futures relations entre les deux communautés.
[62] Sixième.
[63] Ce qui est naturel.
[64] Sens du mot hébreu : d'au-delà du fleuve : l'Euphrate. A notre époque, le monde de la Thora invite d'appeler les gens de la Thora, juifs et non hébreux.
[65] A chacun son nom. Toutefois le nom usuel sera plutôt Nazarénien, Nazaréen. Plus tard changé en : chrétien.
[66] Ce qui est anormal. Ce mot, s'il signifie non juifs, revient à la Communauté de Mohammad (sur lui Prière et Paix !). N'oublions pas que chez les Romains ce mot signifie : noble. Les gens nobles n'était-ce pas les Compagnons du Sceau de la Prophétie ? Chez les Judéo-chrétiens : gentil = païen, soit : = associateurs = hérétiques.
[67] NT. Is. L-6.
[68] Septième.
[69] beaucoup. En clair gardez-vous de réagir au mal qu'ils vous feront. Au regard de l'histoire, on remarquera qu'il en sera, de part et d'autre, tout autrement. Qu'on relise l'Histoire !
[70] huitième.
[71] NT. Mishnah Berakhoth V-5.
[72] NT. Ps. CX-4 et Matth. XIII-44. C'est-à-dire le carnage est proche.
[73] Pareille paroles seraient bien mal vue à notre époque chez bon nombre de gens de la Bible.
[74] Dogmes essentiels pour la future communauté. Ils sont clairs. Par contre, on découvre la naïveté des suivants du Messie.
[75] En clair : Paul. Et qui plus est suivi et vénèré jusqu'à nos jours par la plupart des gens de l'Evangile.
[76] A partir de là chacun chez soi.
[77] Selon nos historiens, les premiers qui commencèrent à détruire Jérusalem furent les Perses. Après l'assassinat du fils de Zacharie : Jean. Puis, après cela, ce sera le tour des gens de l'Italie avec Titus d'entrer en action.
[78] Selon nos sources, et comme nous l'avons vu, ce Nestor n'est en fait qu'un disciple de Paul. Il n'a rien à voir avec le célèbre patriarche de l'an 427-431.
[79] Deux choses restent à faire : la circoncision et la monogamie. Voir plus loin.
[80] NT. Allusion au concile de Jérusalem. Actes XV-1/12, Gal.  II.
[81] Ne l'oublions pas pour bon nombre de gens de la Thora, le christianisme n'est qu'une hérésie du Judaïsme. Au sujet de la personnalité du fondateur de la religion chrétienne, le Dr D. Hofmann ajoute encore les considérations suivantes : « Chaque homme objectif doit reconnaître qu’il n’a pas agi pour l’accomplissement de la loi de la Thora, mais qu’il a fondé une toute nouvelle religion. La constitution du christianisme était donc, d’après les paroles de la Thora, une épreuve pour Israël. Israël s’est bien tiré de cette épreuve. Mais l’expansion victorieuse qui a suivi et le règne mondial de la religion mondiale de la religion chrétienne ont toujours été une pierre d’achoppement pour la fidélité d’Israël et pour son attachement à Dieu et à la Thora. Israël a persisté et ne chancellera jamais dans sa foi. » (V. La Voix de la Thora. Le Deutéronome. p. 129).
   « Votre religion est aux yeux des juifs un blasphème et une subversion. Votre Dieu est pour nous le Diable, c’est-à-dire le condensé du mal sur la terre » Yusuf al-Hajj de déclarer dans son livre Le temple de Salomon : « Le grand rabbin Emmanuel Rabinovitch a prononcé, devant le Conseil des grands rabbins tenu à Budapest le 12 janvier 1952, un discours où il disait : « Nous ne voulons voir d’autre religion que la nôtre survivre à la surface de la terre, car la présence de plusieurs religions serait un danger permanent pour notre souveraineté ...»
[82] s'appelerait plutôt Barnabé !
[83] Premièr emploi.
[84] La loi biblique ne limite pas le nombre des épouses.
[85] Il est impossible de déterminer à quoi le texte fait allusion...
[86] Selon nos sources : le désaccord veut qu'il survienne après la mort du Maître : Paul et non de son vivant.
[87] NT. Il peut s'agir de la confusion entre Pierre et Nestor, puisque Pierre s'est effectivement opposé à Paul qui en bouillant néophyte était enclin à rejeter ce qu'il avait jusque là adoré. De toute manière, il y a un peu de Pierre en Nestor pour un juif qui considère de l'extérieur le développement d'une hérésie mettant en cause une orthodoxie représentée par les thèses pauliniennes.
[88] Par Juda. Pour nous, on ne peut ni infirmer ni confirmer de tels propos vue que le Messie, pour nous encore, fut élevé sain et sauf.
[89] N’oublions pas que le message évangélique était destiné à l’origine uniquement aux Fils d’Israël, aux Jusaïsés. Les documents découverts à Qumrân nous le prouvent. On a dit aussi : « Jusqu’à ce que les Juifs aient leur territoire envahi, sous Hadrien, quinze évêques se succédèrent [à Jérusalem], dont tous, à partir du premier, auraient été, dit-on, des Hébreux, et avaient obtenu sur le Christ des informations de première main, non dénaturées... Car, à l’époque, l’Eglise entière qui en relevait était composée d’Hébreux fidèles, et il en avait été ainsi depuis l’époque des Apôtres jusqu’au siège [de Jérusalem] » (Eusèbe, Hist. ecclés., IV, v). Leurs noms auraient été : Jacques, Siméon, Juste, Zachée, Tobie, Benjamin, Jean, Matthieu, Philippe, Sénèque, Juste II, Lévi, Ephraïm, Joseph et Jude. Et Dieu est plus Savant !
[90] NT. En italien dans le texte comme d'autres noms propres.
[91] NT. Ce commandement traduit les aspirations du monde juif au moven âge : qu'on permette au juif de le rester et qu'on l'abandonne à son erreur. Toute l'histoire juive du moyen âge n'est que la chronique de ces aspirations déçues. Cf. Joseph Hakohen. La vallée des Pleurs,. Paris, 1951.
[92] Selon nos sources : il s'agirait plutôt de Paul lui-même. Il invitera les suivants du Messie à faire ainsi pour qu'il puisse mieux étudier les Écritures, dont l'Évangile en particulier.
[93] NT. Pièces liturgiques.
[94] NT. En particulier la prière du Nishmat  qui précède le Shema'  lors de l'office du Shabbath.
[95] Saint Pierre, le chef des Douze.


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

 


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
28/10/06 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire