Qui est Marie-Madeleine ? Une Reine Oubliée ? La mère du Messie ? Une personne imaginaire, imaginée ?  

Marie Madeleine était-elle
la compagne de Jésus-Christ ?

 

 

  S'agissant de l'interrogation de celui qui se demande : Marie Madeleine était-elle véritablement la compagne du Messie fils de Marie ? C'est une interrogation étonnante ! Car la façon d'analyser ce problème chez bon nombre de gens de la Bible n'a rien de constructif, de sérieux, de louable, de crédible. Et aucune personne censée ne l'approuvera.

Études sur ce sujet. 

Une internaute d'écrire : 

Bonjour,
 
Cela fait plus d'un an que je me penche sur la vie de celle qui fut appelée Marie-Madeleine. Je peux à présent affirmer, en me basant sur des faits que j'ai peu à peu recoupés, que Marie-Madeleine avait pour nom historique: la reine Hélène d'Adiabene.
 
Si vous voulez quelques pistes pour comprendre, en voici:
 
1. Marie-Madeleine est souvent représentée en pénitente, avec de très (trop) longs cheveux. Or toute femme pourra vous dire qu'il faut plusieurs années pour avoir des cheveux qui vont jusqu'aux cuisses comme ici:
 
http://www.wga.hu/art/l/lorenzo/credi/communio.jpg
 
http://altreligion.about.com/library/graphics/magdalen25.jpg
 
"Plusieurs années" pour qu'ils poussent aussi longs. Or il se trouve que la reine Hélène d'Adiabene est réputée pour avoir observé un très long naziréat (entre 14 et 21 ans). Et une des caractéristiques du naziréat était, non seulement de faire pénitence, mais aussi de ne jamais se couper les cheveux...
 
2. Marie-Madeleine est parfois considérée comme la femme adultère, ou la pécheresse. Or la reine Hélène d'Adiabene est réputée pour avoir offert au Sanctuaire du Temple une tablette en or sur laquelle était gravé un extrait de la Sotah concernant la femme adultère. A noter d'ailleurs que la rencontre entre Jésus et la femme adultère se situe au Temple, ce qui n'est pas anodin.
 
3. Le tombeau d'Hélène d'Adiabene se trouve au Louvre. Or la France a, depuis toujours, voué un véritable culte à Marie-Madeleine. Et même si le Da Vinci Code est un roman, je ne peux m'empêcher de penser qu'il situe également le tombeau de Marie-Madeleine au Louvre ! Et le "Tombeau des rois", qui fut le mausolée créé pour et par la reine Hélène d'Adiabene, à Jérusalem, est depuis 1886 une possession française. De plus, sur son mausolée, la reine Hélène avait fait construire trois pyramides. Or il y a trois pyramides au Louvre (la grande, l'inversée et la petite).
 
4. L'absence plus que suspecte de références à la reine Hélène, dans les évangiles officiels. Et pourtant, d'une part, les juifs lui vouaient une grande vénération à cause de ses bienfaits envers eux (soutien pendant la grande famine et la guerre contre les romains, entre autres) et, d'autre part, cette reine vivait à Jérusalem et ses environs dans le même temps que Jésus et sa famille. Elle y avait d'ailleurs fait ériger un palais grandiose ainsi qu'une Soucah pour la fête des Tabernacles (où elle se tint avec ses sept fils). Ce manque de références tendrait donc à prouver que le clergé a voulu "effacer ses traces" de la même façon qu'il a renié Marie-Madeleine.
 
5. Elle est née en 20/15 avant JC et est morte à Ephèse comme Marie-Madeleine et Marie-mère. Elle est morte en 58 après JC. Sa dépouille a été ensuite transférée au Tombeau des Rois, à Jérusalem.
 
6. Tout comme Marie-Madeleine, la reine Hélène a laissé dans l'Histoire la marque d'une conversion remarquée. L'absence de références à cette reine est d'autant plus suspecte que sa conversion et celle de son fils Izates ont été le fait de deux hommes pourtant connus des évangiles: Ananias et Eléazar.
 
7. Parmi les possessions du royaume d'Adiabene, il y avait la région de Mygdonia. Or ce nom me fait penser à la même racine que le mot Migdol qui signifie tour et qui aurait donné Magdala (mais ce parallèle avec Mygdonia n'est qu'une supposition). Mygdonia se trouve dans le coin supérieur droit de la carte ci-dessous. A noter que les possessions d'Adiabene s'étendaient jusqu'à Edesse (souvenez-vous de ce roi Abgar qui écrivit à Jésus et de la présence d'apôtres importants à Edesse et en Mésopotamie). Carrhae, également possession des souverains d'Adiabene, était réputée pour ses parfums. A souligner enfin que les premières communautés chrétiennes se sont développées dans cette région d'Edesse, baptisée d'ailleurs "berceau du christianisme".
 
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/e/ea/Asia_minor_p20.jpg
 
8. Le royaume d'Adiabene était connu pour être construit sur la grande rivière Zab. Et puisqu'un des autres noms de cette rivière Zab est "Saba", on peut imaginer que cette fameuse "Reine de Saba" qui vint, en grandes pompes à Jérusalem offrir quantité d'ors, de parfums et de présents, n'était autre que Hélène d'Adiabene. Son nom hébreu est d'ailleurs "Sadda". Car Hélène d'Adiabene est tout aussi réputée pour avoir offert à Jérusalem quantité d'ors et de présents. Et Marie-Madeleine est souvent comparée à la Bien-aimée du Cantique des cantiques (= la reine de Saba). Ajouter à cela le fait qu'elle aurait versé sur la tête de Jésus un parfum d'un grand prix (à tel point que cette dépense de femme riche choqua certains apôtres) et la reine de Saba est réputée pour avoir amené à Jérusalem quantité de parfums et d'aromates précieux.
 
9. Pour les anciennes religions de Mésopotamie, les démons étaient au nombre de sept. Or puisque MM/HA s'est convertie du zoroastrisme au judaïsme, on peut en conclure que, pour les juifs, elle ait été "délivrée des sept démons" de son ancienne religion ! Cela dit, Hélène d'Adiabene avait fait parler d'elle en se tenant seule avec ses sept fils (les sept démons dont elle aurait été "délivrée" ?) sous sa Soucah royale jugée fort grande (mais acceptée par les rabbins) lors de la fête des Tabernacles.
 
10. A noter que certains chercheurs, dont je fais partie, tendent à penser que Marie-Madeleine aurait été la véritable mère de Jésus (et que la vierge Marie serait une invention tardive du clergé pour tenter d'effacer la vierge Noire/Marie-Madeleine en la "purifiant" en vierge blanche/Marie Immaculée). Or il se trouve que la reine Hélène a eu un fils, nommé Izates, et que ce fils serait né en l'an 0 tout comme Jésus ! Fils qui, après sa conversion au judaïsme, fut appelé "roi des juifs". Fils qui, tout comme Jésus toujours, quitta sa famille à l'âge de 12 ans. A noter enfin que pour les arabes, Jésus est appelé Isa. Isa comme... Izates ?
 
11. Izates était un enfant adoré par ses parents et privilégié de par sa naissance royale. Il a certainement dû y avoir des mages qui se sont penchés sur son berceau. La religion originelle de la reine Hélène d'Adiabene était le zoroastrisme et le zoroastrisme était la religion des mages.
 
12. Le père d'Izates, Monobaze, aurait entendu une voix céleste lui parler de son fils "qui allait devenir un grand roi", alors qu'il touchait le ventre de la reine Hélène enceinte. Tout comme ce bon vieux Joseph qui entendait des voix ? Monobaze avait d'ailleurs des enfants d'autres femmes, avant la naissance d'Izates, et on sait à présent que Joseph avait déjà des enfants avant la naissance de Jésus (la fameuse fratrie de Jésus).
 
13. Un parallèle supplémentaire entre Marie, mère de Jésus et Hélène, mère de Izates: le fait qu'un (ou une) nazir qui avait profané son vœu (comme ce fut le cas pour Hélène qui vit ainsi son naziréat prolongé de sept ans) devait apporter au Temple deux colombes ou deux jeunes pigeons, ce que fit Marie.
 
14. La reine Hélène pleura douloureusement la mort de ce fils qu'elle adorait. Elle en mourût la même année. Marie-Madeleine est connue, entre autres, pour avoir douloureusement pleuré la mort de Jésus et ses larmes sont célèbres.
 
Enfin, rien que les deux faits qui vont suivre représentent pour moi la preuve irréfutable que Marie-Madeleine "est" Hélène d'Adiabene et que Jésus "est" son fils, le roi Izates II :
 
15. Dans les évangiles, à part quelques femmes (prostituée, onction à Bethanie) que l'Eglise a assimilées (à juste titre ou non) à Marie-Madeleine, est mentionné un épisode concernant nommément Marie-Madeleine, épisode ô combien important pour le christianisme puisqu'il se situe le dimanche de Pâques. C'est sa découverte du tombeau vide et sa rencontre avec Jésus déguisé en jardinier.
 
Or, dans les Tolédoth, la plus importante référence à la reine Hélène se situe justement au moment où elle recherche la dépouille de Jésus (au point de menacer tout Israël de représailles), dépouille qu'un jardinier a changé de place :
 
http://www.le-carrefour-de-lislam.com/Messie/Elie.htm
 
Pour ceux qui lisent dans le texte originel:
 
http://lemidrash.free.fr/JudaismeChristianisme/index_toledoth.html
 
16. Apollinaire raconte, dans son "Itinéraire de Paris à Jérusalem": "Le second tombeau était à Jérusalem. C'était la sépulture d'une femme juive nommée Hélène. La porte du tombeau, qui était de marbre comme tout le reste, s'ouvrait d'elle-même à certain jour de l'année et à certaine heure, par le moyen d'une machine, et se refermait peu de temps après. En tout autre temps si vous aviez voulu l'ouvrir, vous l'auriez plutôt rompue."
 
Or nous pouvons trouver ce passage éloquent, dans l'évangile apocryphe de Pierre: "La pierre qui avait été placée à la porte roula d'elle-même, et se rangea de coté, et le tombeau s'ouvrit et les deux jeunes gens entrèrent."
 
17. Sur l'iconographie du Moyen-âge, on peut encore trouver parfois une Vierge couronnée "bien avant" son Assomption puisqu'elle est déjà couronnée... à la naissance de Jésus !
 
http://www.insecula.com/oeuvre/photo_ME0000022658.html
 
Et cela nous ramène à la Vierge Noire, si souvent assimilée... à Marie-Madeleine:
 
http://campus.udayton.edu/mary//images/blackmadonna/bmimg6.jpg
 
Merci pour votre écoute et vos réflexions, et bonne semaine à tous,
 
Madeleine
 
Ps: si des historiens désirent utiliser cette étude pour l'approfondir et publier leurs recherches, j'en serai sincèrement touchée.
 
*******
  Bonjour,
 
Concernant la reine Hélène d'Adiabene, je reste plus que jamais sur mon idée. Concernant Jésus, je viens de découvrir que la reine Hélène avait un autre fils, nommé Ben Katin! C'était un grand-prêtre du second Temple.
 
Il avait inventé une machine à laver les pieds avant d'entrer dans le Sanctuaire, une machine qui avait "douze" robinets...
 
http://www.templeinstitute.org/day_in_life/copper.htm
 
Evidemment, c'était plus facile que comme ceci:
 
http://www.wga.hu/art/d/duccio/buo [...] erso02.jpg
 
Bon week-end à tous.
"Marie la bienheureuse, toi que je rendrai parfaite en tous les mystères des habitants d'En Haut, parle librement, ô toi dont le cœur est droit vers le royaume des cieux plus que tous tes frères" (Pistis Sophia) Source :  Lire...


Nous dirons : Ce que notre Livre sacré enseigne, de même notre Tradition, la biographie des prophètes, les commentaires coraniques. A savoir :
 - La vierge pure Marie (Coran XXI 91) avait un père qui dirigeait les Prières dans le Temple sacré de Jérusalem,
 - Sa mère, stérile, fit un vœu : l'enfant qui naîtrait d'elle sera dédié au Temple (Coran III 33-6).
 - Elle sera placée, dès son jeune âge, sous la tutelle de son oncle, le prophète Zacharie (sur lui la Paix !) (Coran III 37).
 - A un âge déterminé, étant sortie du Temple, de sa cellule ; elle recevra la visite de l'ange Gabriel qui lui fera don, de la part de son Seigneur, d'un enfant pur, créé et engendré dans le sein de Marie d'une façon miraculeuse (Coran XIX 16-21), sans l'intervention d'une personne masculine. Marie étant célibataire non fiancée et jamais mariée. Elle n'aura d'enfant que lui et restera jusqu'à sa mort auprès de lui.
 - Dans l'heure qui viendra, elle l'enfantera (Coran XIX 22-26). Puis, viendra elle-même le présenter à son peuple, lequel refusera de croire en la parole de l'enfant (Coran XIX 27). 
 - Les évènements feront alors que Marie et son enfant devront, pour un temps, s'exiler (Coran XXIII 50).
 - A trente ans, son fils se présentera à son peuple comme le sceau des Prophètes d'Israël, le Messager du Saint et Seigneur d'Israël (Coran III 49 ; Bible. Mt. 5 5-6 ; 15 24, etc.). Son peuple, à part un petit nombre, refusera de le reconnaître comme tel. Il cherchera, sur ordre de la Synagogue et gens de son époque, à attenter à son humble personne (Coran III 54-58 ; IV 157-9). 
 - Le peuple d'Israël assassinera le prophète Zacharie et son fils (sur eux la Paix !). 
 - Après avoir été élevé, corps et âme, sauvé de tout se qui se tramait contre lui, le peuple d'Israël se divisera après lui (Coran IV 157-9 ; LXI 14). 
 - Paul, sur ordre de la Synagogue, et contre l'enseignement des Douze, créera une secte pour écarter le monde évangélique de l'Évangile originel et de l'enseignement du Messie fils de Marie.  
 - Le Messie reviendra avant la fin des temps pour plusieurs missions dont tuer l'Antéchrist ou le Faux-Messie (arabe dadjdjal). Confondre les gens de la Bible (toranique + évangélique). Pour le triomphe de la Soumission. Il se mariera, aura des enfants qui mourront en bas-âge. Mourra en terre d'Arabie, à Médine et sera enterré près du Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Après lui, et selon un plan préétabli par le divin Créateur, se lèvera le Jour du Jugement dernier.
 - L'entourage féminin du Messie. Contrairement à l'idée reçue, il ne comprendra que sa mère, Marie. C'est elle qui l'accompagnera lors de ses missions. On rapporte qu'elle mourra avant l'élévation de son fils et sera enterré à Jérusalem. A un endroit inconnu du monde évangélique.

- Les gens de la Synagogue et le monde toranique.
 - Pour avoir refusé de s'écarter du "dépôt" qui lui était confié de la part du Saint et Seigneur d'Israël, les gens de la Synagogue et les Judaïsés haïront de tout leur cœur leur messager et prophète, le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !). De ce fait, ils s'enfermeront dans le négationnisme. Sauf, un petit nombre d'entre eux.
 - Les gens de la Synagogue et les Judaïsés refuseront de croire : 1) en la naissance miraculeuse du fils de Marie, leur prophète et messager, 2) en la virginité de Marie sa mère, avant et après enfantement (Coran IV 156) 3) aux miracles du Messie, et iront jusqu'à dire dans leur égarement qu'ils sont l'œuvre d'un sorcier-magicien, lequel a séduit Israël et abusé du Nom d'Hachem (Coran LXI 6). Au miracle aussi qu'il parla à son peuple alors enfançon (Coran 29-34), 4) à l'Évangile comme Livre divin les concernant, 5) en la mission prophétique du Messie fils de Marie (sur lui la Paix !), 6) en son élévation, corps et âme, sain et sauf, dans le Paradis divin. Selon eux, il goûtera, au contraire, réellement à la Mort, 7) en son retour à la fin des temps, 8) qu'ils assassinèrent les prophètes Zacharie et son fils (sur eux la Paix !), 9) qu'ils étaient dans l'attente, après le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !) d'un prophète des Fils d'Ismaël, annoncé par lui et du nom d'Ahmad (sur lui la Paix !) (Coran LXI 6 ; II 89-90). 

- Les gens de l'Église ou du Temple et le monde de l'Évangile.
 - Suivant les enseignements de Paul et de la Synagogue, ils s'égareront et s'écarteront de la vérité. Sauf un petit nombre d'entre eux.
 - Les gens de l'Église ou du Temple et le monde évangélique croiront bien, partie d'entre eux, en la virginité de Marie, la vierge. En la naissance miraculeuse du fils de Marie (sur lui la Paix !). Toutefois, dans leur égarement, ils soutiendront parallèlement une croyance en l'Incarnation, d'un enfant divin engendré et non créé dans le sein de Marie, sa mère. D'autres rejoindront l'avis du monde toranique, gens de la Synagogue.
 - Ils soutiendront qu'un dénommé Joseph le charpentier sera le père adoptif du Messie. D'autres soutiendront d'autres croyances, notamment qu'il est son père biologique. Que le Messie eut des frères et sœurs, etc.
 - Ils croiront aux miracles, toutefois concernant celui de la résurrection des morts, ils soutiendront qu'il est l'œuvre du divin Créateur incarné en le Messie ou pour cause de sa filiation divine. 
 - Ils croiront non à une mission prophétique du Messie sur terre et auprès de son peuple, mais plutôt à une mission divine de celui-ci. 
 - Ils croiront, la plupart, à un retour du Messie sur terre mais pour "juger" les vivants et les morts, non pour une toute autre mission de la part du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes. 
 - Ils croiront à Zacharie et son fils (sur eux la Paix !). A Zacharie en tant que prêtre (Bible. Lc. 1 5). Ils soutiendront que son fils sera l'auteur d'un dogme ou d'un sacrement : le baptême. Ce que l'Islam traditionnel réfute (Coran II 138). Ils croiront en leur assassinat. 
 - Ils refuseront de croire, comme les gens de la Synagogue et le monde toranique, sauf un petit nombre ; à l'annonce du Messie d'un prophète après lui du nom d'Ahmad (sur eux la Paix !) (Coran LXI 6). 

- Marie Madeleine.
 - Les textes bibliques mentionnent plusieurs Marie dont Marie Madeleine. Et les détracteurs de la religion du Messie utilisent un certain nombre de textes apocryphes, notamment l’ Évangile de Marie, l' Évangile selon Thomas et l’ Évangile selon Philippe, pour accréditer la thèse du mariage de Marie Madeleine et de Jésus, et l’importance accordée par ce dernier aux femmes. Ce qui est faux. Le Messie, s'il devait connaître le mariage, attendra son second retour, sa seconde venue parmi les terriens pour le voir se réaliser. 
   On a dit : La théorie faisant de Marie-Madeleine l’incarnation du « féminin sacré » est un thème récurrent des ouvrages féministes néo-gnostiques. Leurs auteurs essaient de réécrire l’histoire des débuts de l’Église en se reposant sur des écrits gnostiques." Lesquels ont pour origines les gens de la Synagogues et les Judaïsés et leurs sectes de l'époque. Rabbin Ludwing Blau, Docteur en Philosophie, professeur au collège talmudique de Budapest en Hongrie : « Le Gnosticisme juif précéda le Christianisme. C'est un fait digne d'être noté que les chefs des écoles gnostiques et les fondateurs de systèmes gnostiques (dont est issue la Franc Maçonnerie), sont désignés comme Juifs par les pères de l'Église. »
 Ressemblance. Une histoire biblique tronquée. L'exil de Marie et de son fils (Coran XXIII 50). Ayant quitté les apôtres, Madeleine part dans une retraite secrète où elle se retire totalement du monde. Comme pour Marie l'Égyptienne se pose la question de la nourriture: l'Égyptienne se nourrit pendant dix-sept ans de trois pains et jeûna les trente dernières années de sa vie ; la Madeleine, elle, est nourrie directement par les anges: 'Elle demeura trente années ignorée de tous les hommes. Pendant ce temps, elle ne prit aucune nourriture que celle que lui portaient les anges dans leurs mains. (De la pécheresse repentie à l'épouse de Jésus. Régis Burnet. Editeur: Cerf Documentation). Ainsi, il apparaît deux Marie en une. Il nous permet de voir que Marie première a 17 ans, âge pour recevoir le don du Seigneur. Auparavant, et à la lumière du Coran, elle dira à son oncle Zacharie que sa nourriture venait de son Seigneur (Coran III 37). Marie seconde demeura soustraite et ignorée des Fils d'Israël et des Judaïsés, des gens de la Synagogue, pendant une période de 30 ans. C'est alors que son fils se manifestera à son peuple comme messager et prophète du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes (Coran III 49). En regroupant textes officiels et différents textes apocryphes, on arrive, d'une certaine façon, à reconstruire une Marie telle qu'elle doit être et non telle que partie du monde biblique se l'imagine ou l'ont imaginé. 
   Marie une fille prostituée ? Telle est la croyance des gens de la Synagogue jusqu'à notre époque. Ils se réfèrent pour cela à divers écrits et commentaires (Torah, Talmud, etc.). Pour le monde de l'Évangile, on refuse catégoriquement cette croyance erronée, pernicieuse. Peu de gens rejoignent la croyance tendancieuse du monde de la Synagogue. Aussi peut-on lire concernant Marie Madeleine : Alors que rien, dans les Evangiles, ne laisse entendre que Madeleine ait été une prostituée, c'est ce qu'elle fut désormais aux yeux du monde : une fille de joie repentie… L'affirmation était si contradictoire avec certains passages des évangiles, qui faisaient de Marie de Magdala une femme assistant Jésus de ses biens, qu'elle suscita des réactions d'opposition au sein même de l'Eglise.
Qu'en était-il en fait ? Les différentes traditions conservées dans les écrits religieux consacrés à Marie-Madeleine nous permettent de retrouver le véritable visage de celle-ci, celui d'une aristocrate fortunée, initiée à la philosophie grecque… De nombreux éléments démentent formellement l'idée que Marie-Madeleine fut une prostituée repentie. Le terme "prostituée" s'il fut jamais attaché à la sainte, devait l'être à la façon dont les Pères traitaient les femmes gnostiques. Parce que celles-ci osaient enseigner, baptiser ou exorciser, elles étaient taxées de "prostituées". Sans doute était-ce par analogie : dans un monde antique où la femme est cantonnée au foyer, et n'a droit à aucune éducation, les courtisanes sont seules à avoir le loisir de s'instruire. En Grèce, elles écoutent les philosophes… En ce sens là, oui, Marie-Madeleine fut une "prostituée" aux yeux de l'Eglise. En ce sens là seulement. Des traditions que nous soumettons à la sagacité du lecteur, stipulent que Marie-Madeleine resta vierge toute sa vie. (Christian Doumergue Marie-Madeleine, la Reine Oubliée). 
 L'entourage féminin du Messie. Le monde évangélique le voit avec des femmes comme Marie Madeleine, Jeanne, Suzanne et plusieurs autres, qui les assistaient de leurs biens. (Bible. Lc. 8 1-3). Ce qui est faux. La seule personne qui accompagnera éventuellement le Messie est sa mère. Après sa mort, il sera seul. 
   Trois en une. Est-ce possible ? Certains hommes bibliques l'admettent ou l'ont admis. On peut admettre que l'histoire de la vraie Marie se retrouve en ses trois personnes précitées. Toutefois, Marie "pécheresse" ou femme "adultère" ou "possédée" par des démons ne saurait être. La mère du Messie est considérée, dans le Livre sacré, comme une personne féminine sainte, exemplaire, d'une tenue sans reproche, véridique (Coran V 75). Une des quatre grandes Dames du Paradis divin. Elle sera dans l'Au-delà, l'une des épouses du Messager de l'Islam (sur lui Prière et Paix !). 
   Descendance royale. Marie est, rappelons-le, fille de prêtre du Temple de Jérusalem (ou la Sainte Mosquée de Jérusalem). Ses parents n'auront pas d'autres enfants qu'elle (et ceci contrairement aux prétentions calomnieuses et mensongères de certains de ses détracteurs). Et c'est elle qui sera choisie pour recevoir ce don merveilleux du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes : le Messie (sur lui la Paix !). Ce qui signifie qu'aucun sang royal coule dans ses veines. Et l'erreur aura été pour certains exégètes du monde bibliques d'avoir compris la signification hébreue du mot "Messie" (oint) comme homme oint d'où futur roi d'Israël, ceci selon le rite de l'onction. S'il en avait été ainsi, les Fils d'Israël aurait apporté leur aide contre ses opposants et adversaires. Or la réalité, selon le monde biblique, sera tout son contraire. Il sera emmené vers le lieu de sa pendaison ou de son supplice par les gens de la Synagogue et partie du peuple d'Israël (version biblique). 
   Roi des Juifs. La littérature toranique ou autre voudrait nous faire croire que les gens de l'époque du Messie était dans l'attente d'un enfant roi qui les délivrerait du joug de l'occupation. Si tel est le cas, cet enfant ne pouvait être aux yeux des gens de la Synagogue enfant roi et prophète à la fois. Ceci étant contraire à leur doctrine. S'il était enfant roi, il allait les délivrer par une guerre sainte de cette occupation (V. Coran II 246 et suivant). Une annonce serait faite en ce sens par le Haut responsable de l'État et les prophètes. Et dans ce cas, aucun prophète important n'était attendu, à cette époque, en Israël... 
   S'il était prophète du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes, il était alors de ceux dont il est dit dans une parole prophétique, où il est spécifié que : « Les Fils d'Israël étaient gouvernés par des Prophètes...». Et que dans ce cas, les gens de la Synagogue et les Judaïsés ont refusé son gouvernement ou commandement. Comme ils ont refusé de reconnaître le prophète Zacharie et son fils en leur temps (Coran). La première partie de la Bible se garde bien de les mentionner comme Prophètes d'Israël après la destruction du premier Temple. Pourquoi cette attitude rabbinique ? Et si le monde de la Synagogue a voulu attenter à sa vie, c'est surtout, disent les Savants, parce que celui-ci a voulu toucher au Sabbat. Et pour les gens de la Synagogue toucher au Sabbat, n'est-ce pas toucher aussi à la Loi toranique ? Or, la loi toranique est immuable selon eux. Toutefois, une exception existe pour eux. Ne peut toucher à cette Loi que les gens de la Synagogue, et toujours selon leur interprétation : aucune autre loi autre que la Loi toranique n'est ou n'était à attendre après le prophète Mochè (sur lui la Paix !) ! Ce qui est faux. Enfin, leurs ancêtres à leurs yeux ont condamné à mort un homme roi, un homme qui voulait prendre le trône d'Israël, un usurpateur, un homme qui a voulu séduire Israël, et non un homme prophète en soi.  
   Ce qu'attendait réellement les gens du monde toranique. Selon nos Savants deux choses importantes que mentionnaient leurs Écritures originelles :
   1) la venue d'un prophète créé à partir d'une personne féminine sans père biologique. Créé et engendré par elle. Tel sera le cas du Messie et de sa naissance qui relève du miracle divin. Non le fruit d'une fornication (version du monde de la Synagogue - Coran IV 156 ; voir également les textes apocryphes du monde évangélique) ou le fruit d'une Incarnation divine (version évangélique Coran IX 30). 
   2) la venue du Prophète attendu et annoncé depuis Adam. Le Prophète ou Le messie d'après la Bible. 
   Dans un cas comme dans l'autre, le monde biblique rejettera tout cela. Pour les premiers, la naissance du Messie fils de Marie (si naissance, il y a eu) ne révèle d'aucun miracle. Il est le fruit de l'union de deux êtres de sexe opposé. D'une façon légale ou illégale. Le reproche divin à leur encontre : le monde toranique est un monde qui ne croit pas réellement aux miracles du Saint et Seigneur d'Israël (Coran IV 155). Enfin, le Messie n'est ni un prophète ni un messager du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes aux Fils d'Israël et aux Judaïsés. Pas de "visite" de Sa part au Séir. Secundo : Les gens de la Synagogue ne croit pas et refuse de croire que le Livre et la Prophétie soient passés de leurs mains aux mains des Fils d'Ismaël, le fils de la délaissée, l'ennemi d'Israël. Ils sont et resteront à jamais le "peuple" élu. Et à eux un droit de possession en Terre sainte. Et à eux, le droit d'aînesse. Et à eux la Torah. Droits immuables. De ce fait, la présence du Messager de l'Islam, sceau de la Prophétie n'a pas raison d'être. Sa mission, le Livre Le Coran, etc., sont autant de choses à rejeter. Ils ne sauraient concerner les Fils d'Israël et les Judaïsés. Pas de "visite" non plus de la part du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes à Paran (ou Pharan - à la chaîne montagneuse de La Mecque - Makkah - Arabie). Telle est la version et la croyance des gens de la Synagogue depuis l'apparition du sceau des Prophètes d'Israël, le Messie fils de Marie et du sceau de la Prophétie, le Prophète Mohammad (sur eux la Paix !). Sauf un petit nombre croiront en eux et s'écarteront de l'enseignement de leurs lointains ancêtres. Troisièmement : Le messie qui devait venir devait être descendant de David, il est est faux archi-faux de le voir en un descendant des Fils d'Ismaël... C'est donc un roi non un prophète qui devra "rassembler" le monde toranique et venir avec eux en Israël, en Terre sainte. Sa venue est attendue, et des sectes du monde toranique l'attendent avec impatience. En son temps, il sera lui-même sous les ordres du monde de la Synagogue... Et telles sont croyances du monde toranique !
   Pour les seconds, la naissance miraculeuse du fils de Marie est généralement bien acceptée. Toutefois, à cela on joint un dogme contraire à la raison et l'enseignement des prophètes (sur eux la Paix !) : l'Incarnation et la Ré-incarnation ! A savoir : Que le Messie soit consubstantiel à son Créateur ! Co-Créateur ! Co-éternel ! La
" substance" étant, selon la science du vrai Monothéisme, le propre des créatures, des choses créées, non du divin Créateur. Dieu est essence et elle reste inconnaissable, indescriptible. Nous Le connaîtrons seulement qu'à travers la manifestation de Ses attributs. Les gens de l'Évangile ont suivi dans ce domaine, et pour la plupart, une des sectes du monde toranique de l'époque ; et enfin les recommandations de Paul, lequel était envoyé et homme de confiance de la Synagogue, en son époque. De ce fait, ils prendront de la Bible une partie et rejetteront l'autre ! Secundo : Comme le monde de la Synagogue, ils rejetteront le sceau de la Prophétie, le Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Motifs : Les Dignitaires religieux et politiques de Byzance comme ceux d'Arabie de l'époque le refuseront, car il s'opposera à leurs dogmes comme : la filiation divine du Messie, sa déité, son appartenance au Trithéisme (ou la Trinité), Marie mère "de" Dieu, sa mort réelle sur une croix de bois... Selon les gens de l'Église ou du Temple ne pas reconnaître ces dogmes, c'est ignorer la vraie personnalité du Messie, et c'est surtout l'abaisser. Car toujours selon eux, il est plus qu'un prophète, il est dieu, Son fils, et enfin il est mort pour les péchés de l'humanité ! Troisièmement : le Messie ou Le messie des Écritures sont une seule et même personne : Le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !). Pas de "visite" à Paran. Telle est leur conclusion ! Sauf un petit nombre croira le contraire. 
   La reine Hélène d'Adiabene. Si on admet que "La religion originelle de la reine Hélène d'Adiabene était le zoroastrisme et le zoroastrisme était la religion des mages.", alors le récit biblique actuel viendrait de ce récit, et n'aurait rien à voir, de près ou de loin, avec la version originelle. N'oublions pas les ennemis futurs de la religion du Messie : 1) Le Sabéisme (représenté en Europe et partie de l'Afrique avec le Paganisme et la mythologie égypto-gréco-romaine, 2) Le Magisme ou le Dualisme représenté par la Perse et le Mithraïsme implanté à Rome et en Palestine. La vraie Marie et ses parents sont au-dessus de tout cela. Secundo : Les écrits contre Marie et son fils vont fleurir après leur disparition. Et les gens de la Synagogue pourront dire et raconter sur eux ce qu'ils veulent et que bon leur semble. Selon ces écrits, à l'instar du Toledot_Yéchou, les gens de la Synagogue recevront un appui important de la reine Hélène. Pour elle, "elle recherche la dépouille de Jésus (au point de menacer tout Israël de représailles), dépouille qu'un jardinier a changé de place." En fait ce ne sera qu'une dépouille présumée, non réelle, faisant suite à la parole de certains d'entre les gens de la Synagogue, du monde toranique de l'époque : « Nous avons vraiment tué le Messie » Ichoua (Iça, Jésus), fils de Marie, le messager de Dieu !... (Coran IV 157). Cette croyance fausse et erronée, les adversaires et opposants du Messie la répandront au sein des communautés toraniques du bassin méditerranéen pendant VII siècle. Il faudra attendre le VIIème siècle pour en avoir un démenti formel de la part du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes (Coran IV 157-9). Et c'est ainsi qu'à travers la Révélation à Paran, on apprendra que le Messie fils de Marie a été élevé saint et sauf, corps et âme, sur ordre divin, dans le Paradis divin (Coran III 55 ; IV 157-8). C'est là où il se trouve. Et c'est de là qu'il redescendra vers la fin des temps pour plusieurs missions dont tuer l'Antéchrist ou le Faux-Messie. Il fera qu'ainsi, et avant la fin du monde, éclater la vérité le concernant aux yeux du monde biblique. Tous seront confondus. Car à leurs ancêtres, "leur a été le semblable ou le doute". Et c'est ce "doute" ou ce "semblable" de visage qu'ils jugèrent, emprisonnèrent et exécutèrent. Et à l'Islam traditionnel de suivre non des sectes judéo-chrétiennes de l'époque révolue, mais uniquement la Vérité. Celle qui leur est venue de leur Seigneur. N'en déplaise aux détracteurs de la Religion ! Ainsi, le fils de Marie, et contrairement à la parole des gens de la Bible, n'a pas été tué par pendaison (version toranique) ni crucifié (version évangélique). Vivant son Seigneur le délivrera des stratèges mis au point par les gens de son peuple (Coran III 54-58). Troisièmement : Rappelons une fois encore que le Messie n'a pas de sang royal dans ses veines. Si tel était son cas, il faudrait qu'il est un père biologique, or comme Adam, il sera conçu sans père biologique, charnel. Ils seront tous deux l'œuvre de leur Créateur, ils sont créés par Lui. Et au Messie d'être créé du souffle de l'Ange Gabriel et engendré ensuite par sa mère. Enfin, et à l’origine disent les commentateurs, la prophétie revenait à la Tribu de Lévi fils de Jacob dont dépendait les prophètes Mochè et Aaron (Haroun) (sur eux la Paix !). La royauté, elle, à la Tribu de Juda fils de Jacob dont dépendait David et Salomon (sur eux la Paix !). (Le messianisme). La reine Hélène et son fils devaient être de la Tribu de Juda pour accéder à la royauté et y prétendre. Et c'est ainsi qu'elle le comprit pour le condamné : le sosie du Messie (sur lui la Paix !). D'où pour certains : "Marie-Madeleine "est" Hélène d'Adiabene et que Jésus "est" son fils, le roi Izates II." Car encore une fois, le monde de la Synagogue ne reconnaît pas David et Salomon comme prophètes du Saint et Seigneur d'Israël et des mondes, mais comme des simples rois de l'État d'Israël d'antan. Ne pas confondre. Et ils le répèteront d'ailleurs de vive voix au temps du Messager de l'Islam (Coran II 102).  
   Marie-Madeleine témoin oculaire de la résurrection ? Christian Doumergue : "Le point de départ de ma recherche pourrait se résumer en cette question : pourquoi Marie-Madeleine, premier et unique témoin de la Résurrection de Jésus selon Jean et selon Marc, chargée par le Christ d'annoncer sa résurrection aux apôtres, disparaît-elle brusquement du Nouveau Testament avec la fin des évangiles ? Les Actes des Apôtres ne la nomment pas une seule fois et font même de Pierre le premier témoin des apparitions du Ressuscité. La mise à l'écart de la sainte par le pouvoir ecclésial dominant est ainsi manifeste jusqu'au moyen-âge. Il faudra attendre le VIIIe siècle pour que le culte de Marie-Madeleine se développe en Occident. Cela peut paraître pour le moins surprenant : en annonçant la nouvelle de la résurrection du Christ aux apôtres, et donc au monde, Marie-Madeleine fonde, d'une certaine manière, le christianisme. Ernest Renan dira d'ailleurs d'elle qu'elle est celle qui, après Jésus, a le plus fait pour la création du christianisme."  
   Le fait d'apparaître et de disparaître n'est-ce pas là une preuve supplémentaire qu'un doute certain existe pour le copiste (ou les copistes) de l'Évangile, et ici des Évangiles au pluriel ? Pour les partisans d'une mort réelle du Messie, il faudra très vite étayer toute une panoplie de preuves pour convaincre leurs communautés du bien fondé de leurs croyances. Car le combat sera rude entre partisans et opposants d'une mort réelle du Messie. De là naîtra la falsification de l'Évangile. Et le monde latin et grec, sous l'impulsion de Paul, devra en plus avoir pour lourde tâche de faire comprendre à leurs suivants l'universalité du message évangélique. Autre problème de taille. Car pour le monde de la Synagogue, pas question de voir que le monde de l'Évangile se réclame de la Torah ou cherche à la réformer, ou à s'en réclamer. Secundo : les gens de l'Évangile aime avec cette prétendue résurrection apporter la preuve évidente que le Messie est bien ressuscité. Qu'une résurrection est certaine après la mort.   
   Nous dirons : Si le Messie n'a pas goûté à la Mort au départ pourquoi le ressusciter ? Lui la faire goûter ? Parler de Résurrection des morts ? En vérité, par cette prétendue mort en croix, les gens de l'Évangile ont été aveuglés. S'ils voulaient une preuve quoi de plus simple qu'à travers : 1) sa naissance miraculeuse, 2) la résurrection des morts qu'il effectuait réellement devant les Fils d'Israël et les Judaïsés. Mais ceux-ci resteront aveuglés à l'instar des gens de la Torah. A la naissance miraculeuse, ils donneront au Messie une descendance divine, et inventeront de plus un mystère dit de l'Incarnation et de la Ré-incarnation ! Quant à la résurrection des morts, ils l'attribueront, à tort, à Dieu apparut sous la forme du Messie ! Ils ne croiront pas que le divin Créateur puisse l'accomplir réellement à travers lui, et avec Sa permission. Dans un cas comme dans l'autre, la (ou les) preuve(s) qu'ils chercheront leurs échapperont. Baignant dans l'Associationnisme, la Mécréance, ils dévieront, s'égareront du vrai Monothéisme pour tomber dans l'obscurantisme et l'absurdité la plus complète. Aveuglés par l'enseignement de leur maître Paul, ils mettront en avant l'arme du crime, du supplice : la croix, et laisseront la gnose. Pourtant à la fin des temps, l'une des missions du Messie sur terre n'est-ce pas de détruire toute croix, tout crucifix ?       
   Vierge blanche ou vierge noire. A entendre certaines gens de par le monde biblique, Dieu serait noir ! Ici, Marie serait noire ! De race noire ! ? Dans ce cas, il faudrait admettre aussi et par la même occasion que ses descendants sont descendants de Ham non de Sam fils de Noé (sur lui la Paix !) ! D'une descendance maudite selon les gens de la Bible ! Combien Marie et sa famille sont au-dessus de ce qu'ils décrivent et lui associent !    
   La Bible. La Bible falsifiée, corrompue, soumise à la censure, c'est un fait évident, irréfutable, que les gens de la Bible voudraient nier. Et c'est une preuve évidente pour l'Islam traditionnel. Enlevons par exemple tout le récit dit de la "passion et résurrection" de la Bible, les épîtres ou différentes lettres dites de Paul et autres personnages du monde biblique, et qu'en restera-t-il ? Non, la Bible n'est pas pour l'Islam traditionnel source de références. N'en déplaise aux détracteurs de la Religion !     
   Nous pourrions dire : Une des hypothèses que nous soutenons est en effet, que pour mieux camoufler le personnage de Marie mère du Messie, la Synagogue réutilisa un certain nombre d'images et de textes parlant initialement de Marie mère du Messie pour les appliquer à plusieurs Marie imaginées ou imaginaires dont cette Marie de Magdala. La tâche était d'autant plus simple que la plupart des auteurs gnostiques désignaient Madeleine par son seul prénom : Marie. Jean, lui-même, ne déroge pas à la règle en certains passages de son évangile, disent les chercheurs. Or, nous savons tous que ces auteurs gnostiques, dualistes dans l'âme, étaient tous du monde toranique. Ne l'oublions pas : Dès le Ier siècle le gnosticisme constitue une branche fondamentale du christianisme. Cette religion nouvelle prêchée et enseignée par Paul et ses trois disciples : Nestor, Melkite et Jacob. Et l'orthodoxie représentée par différentes églises de l'époque (dont celle de Rome et d'Athènes pour l'Europe) devra tout faire pour remettre de l'ordre au sein des églises, même au moyen de la force. En son tout début, le monde de l'Évangile tombera dans le dualisme, représenté de notre temps par de nombreuses sectes occultes du monde biblique, loges, etc. Motifs. Lors de la naissance du Messie, les Mages attisèrent le Feu sacré, preuve selon les Savants, qu'il culbutera en lui toute personne qui le prendra comme Égal à son divin Créateur, comme divinité en dehors de Dieu !  
   Ce remplacement d'une Marie par une autre n'est qu'une illustration d'un phénomène de censure beaucoup plus vaste, destiné à plonger le monde de l'Évangile de l'époque dans l'ombre, l'ombre de l'obscurantisme et de l'égarement. Le fait que le concept de virginité ait été associé à Marie-Madeleine permet, encore, de mieux comprendre la façon dont le monde de la Synagogue a pu remplacer la figure de Marie, mère du Messie par une autre figure féminine, inventée de toute pièce dans sa dimension théologique : Marie-Madeleine. Ne dit-on pas d'elle : dans différentes traditions conservées dans les écrits religieux permettent de retrouver le véritable visage de celle-ci, celui d'une aristocrate fortunée, initiée à la philosophie grecque… Et de plus, un texte gnostique retrouvé en Egypte à la toute fin du XIXe siècle, parle clairement "d'une opposition d'ordre dogmatique entre Pierre et Marie-Madeleine. Marie-Madeleine ayant révélé aux disciples des paroles que Jésus lui avait dites en secret, et ce à la demande de Pierre, qui reconnaît donc son statut d'enseignante, Pierre s'en prend violemment à elle, et l'accuse de travestir le message du Christ. Il se refuse de prêter foi à ses paroles, affirmant qu'il ne va pas changer ses habitudes à cause d'elle. L'argument est significatif. D'autres, arguant du lien privilégié que Marie-Madeleine avait eu avec Jésus de son vivant, prennent au contraire sa défense. Le texte montre ainsi la naissance de deux groupes de disciples, l'un constitué autour de Marie-Madeleine, l'autre autour de Pierre. Ce qui a aucun rapport avec la mère du Messie, laquelle crut aux paroles de son Seigneur (Coran LXVI 12). Par contre, c'était là le but de Paul : diviser en sectes le monde de l'Évangile pour les perdre dans ce monde et dans l'autre...  
   
   Paroles et écrits qui fleurissent à notre époque et qui concerne cette personne biblique et mystérieuse : Marie Madeleine.

  Rappel. Sujet qui semble passionner de plus en plus bon nombre de chercheurs, historiens, exégètes du monde biblique. Il est vrai que si ce nom de 'Marie mère du Messie' est haï chez les gens de la Synagogue, il est aimé, voir aussi à l'exagération, par bon nombre de gens du monde de l'Évangile. Certaines sectes (ou Églises, Temples) ne disent-elles pas d'elle, qu'elle est "mère" de Dieu ? Que le divin Créateur s'est 'incarné' en elle, puis est apparut sous le trait du Messie ? Les Écrits bibliques sont nombreux la concernant. Son histoire, dès les premières heures, sera tronquée par les gens de la Synagogue eux-mêmes. Tout sera fait pour nier, haut et faut, parmi les gens de la Synagogue que, Marie, la vierge, la pure, a mis au monde le sceau des Prophètes d'Israël, le sceau de la Sainteté universelle.   
   Recherches et dires : 

La présence de la tombe de Jésus en Gaule !

  Vérité ou canular ? La Gaule a toujours été vue comme étant, au sein du monde évangélique d'Europe, comme la fille aînée de l'Église, romaine, vaticane... Cela a plu à certains, déplu à d'autres ! Au sujet de cette prétendue présence, on nous dit : 
  
"Il s'agissait d'un article du Dr Fugairon, paru en Juin 1897, dans L'Initiation. L'auteur y affirmait que, selon sa conviction, Marie-Madeleine, lorsqu'elle vint en Provence, avait ramené avec elle, le corps de Jésus : "Pour nous, il nous est doux de croire que c'est en Provence que se sont arrêtés les pas de celle qui a si passionnément aimé, que c'est là qu'elle a déposé les restes de celui qui a véritablement aimé les hommes et qui, le premier, leur a appris le mot de fraternité. "Il est là , dit M. L. Martin, dans quelque retraite profonde, soustrait pour l'éternité à la stupide profanation des hommes. De sorte que le plus généreux des hommes dort son grand sommeil au milieu du plus chevaleresque des peuples et du mieux fait à l'image de son évangile"". Si cet article ne prouve pas que le corps de Jésus repose bien dans le Sud de la France, il atteste, de manière irréfutable, qu'à la fin du XIXe siècle, certaines personnes appartenant au monde de l'occultisme (le Dr Fugairon appartenait à l'Eglise Gnostique (1) de Jules Doisnel) l'ont cru. J'écris "certaines personnes appartenant au monde de l'occultisme", mais il semble que ce fut également le cas au sein même de l'Eglise. (...)" (V. suite de l'article : Lire...)
  
(1) Rabbin Ludwig Blau, Docteur en Philosophie, professeur au collège talmudique de Budapest en Hongrie : « Le Gnosticisme juif précéda le Christianisme. C'est un fait digne d'être noté que les chefs des écoles gnostiques et fondateurs de systèmes gnostiques (dont est issue la Franc Maçonnerie), sont désignés comme Juifs par les Pères de l'Église. » Donc leur implication pour corrompre la religion du Messie est établi.
  
Bernard Lazare, Juif, dans « l'antisémitisme et ses causes », page 340 : « Les loges martinézites furent mystiques, tandis que les autres ordres de la Franc Maçonnerie étaient plutôt rationalistes, ce qui peut permettre de dire que les sociétés secrètes présentèrent les deux côtés de l'esprit juif : Le rationalisme pratique et le Panthéisme. Ces tendances parvinrent au même résultat : l'affaiblissement du Catholicisme. »
  
M.J. OLgin, Juif, dans le Journal de New York, « Freiheit » du 10 Janvier 37 : « Conformément à la religion juive le pape est un ennemi du peuple juif par le seul fait qu'il est le chef de l'Eglise catholique. La religion juive, rappelons-le, est opposée au Christianisme en général et à l'Eglise catholique en particulier. »

   Deux remarques pour le monde de l'Islam traditionnel : Première remarque : Le Messie ne connaîtra véritablement la Mort uniquement lors de son "retour" en Terre sainte, avant la fin du monde (Coran IV 159). Et seulement après la mise à mort de son ennemi : le Faux-messie, l'Antéchrist, et la destruction de Gog et Magog.  De plus, contrairement à l'idée reçue, se sera sa 'ressemblance', un autre personnage que le Messie lui-même, que le monde de la Synagogue feront mettre à mort (Coran IV 157). Et la division au sein du monde biblique (toranique + évangélique) demeure jusqu'à ce jour. 
  
Rappelons : Pour le monde de la Synagogue, le fils de Marie et sa mère sont des gens de mauvais aloi (Coran XIX 27-34). Marie aurait été abusé, et aurait mis au monde un bâtard (mamzer) ? Donc pas de reconnaissance de fait d'une naissance miraculeuse. Le monde de la médecine, de la gynécologie de l'époque, du monde de la Torah ; ne reconnaîtra jamais ce miracle divin : de la naissance d'un enfant mâle sans père biologique ! Et certaines sectes du monde de l'Évangile, les Dualistes (sectes occultes, loges), rejoindront plus ou moins cette idée. Pour elles, par exemple, le père biologique, naturel du Messie, n'est autre que le dénommé Joseph le Charpentier (ou le Magicien) ! ? Ou pour le monde du Dualisme, un homme révolutionnaire de l'époque ! A chacun sa petite idée sur ce sujet brûlant de l'histoire sainte. Pour la partie restante du monde de l'Évangile, si on reconnaît volontiers une naissance miraculeuse, on ajoute de suite que le Messie avait pour père : Dieu le Père, lequel est venu s'incarner, prendre corps en Marie ! ? Et d'ajouter encore : Le Messie fut "engendré" par Marie, non "créé" ! ? C'est-à-dire d'une croyance vraie, on y ajoute une parole abominable, une parole mécréante (Coran IX 30) ! 
  
Pour le monde de la Synagogue, et se référant volontiers aux écrits dénommés : Toledot_Yéchou, le fils de Marie connaîtra une mort infâme, lui qui aura abusé d'Israël, de son peuple, et du Nom divin. Il mourra
pendu. Notion reprise, d'une certaine façon d'ailleurs, par la secte des Témoins de Jéhovah. Le reste des gens de l'Évangile militant, eux et en grande majorité, pour une mort 'réelle' en croix. 
  
Pour le monde du Dualisme (loges, sectes occultes, etc.), et preuves à l'appui, le pendu aurait été 'décroché' de sa croix, soigné, il aurait fini sa vie à l'abri des regards avec quelques uns de ses disciples. Mort, il aurait été enterré en un lieu secret. Pour les gens de la Synagogue, dérobé, quelque part en Terre sainte. Pour les gens de l'Ahmadisme (1), le tombeau du Messie se trouve aux Indes ! Pour la grande majorité du monde de l'Evangile, le tombeau réel du fils de Marie se trouve à Jérusalem. Enfin, pour le monde de l'Islam traditionnel, on ne saurait parler véritablement de tombeau puisque le Messie ne connut jamais la Mort, et qu'il fut, sur Ordre divin, élevé par Gabriel au Paradis, saint et sauf, corps et âme. C'est d'ailleurs de là qu'il re-descendra pour accomplir sa seconde mission, avant la fin du monde.  
(1) Mirza Ghulam Ahmad (مرزا غلام احمد en arabe), (13 février 1835 - 26 mai 1908), est une personnalité religieuse indienne, fondateur de l'Ahmadisme, mouvement religieux du XIXe siècle siècle, inventé par le monde biblique anglophone alors occupant l'Inde, prétendant se réclamer de l'islam. Il se décrit comme étant le second Christ, le messie, le mahdi ainsi que le restaurateur (moujaddid) du 14e siècle islamique. Il ne fut pas reconnu comme tel par la majorité des musulmans et fut considéré comme un faux prophète et un imposteur.
  

  
Deuxième remarque : Elle concerne toujours et encore Marie, la vierge, la pure. Dans les Écrits des gens de l'Évangile, ils existent plusieurs "Marie". Nous l'avons vu. Et de là cette question : Laquelle concerne réellement la mère du Messie ? Les Écrits en leurs mains font naître bon nombre de suppositions, de doutes à ce sujet. D'où cette floraison d'ouvrages, d'écrits sur ce sujet brûlant en notre temps. On y joint également l'archéologie et d'autres sciences misent à disposition pour assister les recherches. Pourtant au Messie de n'avoir qu'une mère : Marie ! Laquelle, selon le monde de la Synagogue, et à entendre : morte, le roi ordonna qu'on l'enterre sous l'arbre où l'on avait pendu Jésus ! Pour les gens de l'Évangile, la plupart, voient Marie mourir quelque part en Terre sainte, Jérusalem peut être, puis élevée au ciel comme son fils ! Toutefois, un mystère semble entourer sa mort. Qu'on en juge : 
  
 
  
"Telle est la dernière mention explicite dans le Nouveau Testament, de Marie, dont on sait qu'après la mort de Jésus, le disciple Jean l'a prise chez lui. Que devient-elle alors ? Une tradition la fait vivre quelque temps avec Jean à Éphèse. Mais c'est sans doute à Jérusalem qu'elle termine son séjour terrestre. D'après des récits apocryphes remontant au 5ème siècle, les apôtres furent mystérieusement avertis de se retrouver à Jérusalem. Ils purent alors entourer la Mère de Dieu lors de ses derniers instants et de sa Dormition. Trois jours après sa mort, les anges enlevèrent le corps ressuscité de Marie vers le ciel. L'événement marial de ce jour correspond à la fois à la mort, à la résurrection et à l'Ascension du Christ. Au 6ème s., l'empereur byzantin étend à l'ensemble de l'Église byzantine une fête mariale le 15 août et lui donne le nom de Dormition de la Mère de Dieu. Cette fête se répand ensuite dans l'Église universelle. En Occident elle prend le nom d'Assomption. Les deux dénominations ne font que mettre l'accent sur deux aspects du même mystère."
  

  
Pour le monde de l'Islam traditionnel, Marie accompagnera son fils partout où il ira. Les commentateurs la voient mourir, pour certains, peu après l'élévation de son fils. D'autres, avant son élévation. Elle sera enterrée à Jérusalem. Et surtout elle n'aura jamais d'enfant d'autre que lui. Et le Messie ne connaîtra de femmes, de mariage légal réellement, d'avoir des enfants légitimes, d'après les commentateurs ; qu'après son 'retour' sur terre. Avant la fin des temps, du monde...
  
Enfin, à en lire certains, le 'christianisme', à l'image de Paul son fondateur ; n'apparaît-il pas dès sa fondation comme un culte très anti-femmes ? Voir à ce sujet les
écrits (évangiles) gnostiques. Cette présentation qu'on fait faire du Messie concernant sa propre mère. Bon nombre de Dignitaires religieux du monde biblique, de tous temps, n'arrivant pas à expliquer le 'célibat' du fils de Marie comme celui du fils de Zacharie (sur eux la Paix !) à leurs disciples. 
  
N'oublions pas aussi ce combat fratricide entre gens de la Torah, d'une part, et gens de l'Évangile d'autre part, et concernant leur vision réciproque sur le monde et la religion en général. Les gens de la Torah 'amoureux' de ce bas-monde et de qu'il contient, ont, notent les observateurs, tendance à tirer le monde et ce qu'il contient vers le 'bas'. Le monde des gens de l'Évangile, et suivant les conseils et instructions du Messie, ont eux une tendance opposée, une tendance à tirer les gens vers le haut, vers l'Au-delà et le Paradis céleste. N'est-ce pas le bas-monde (dounia) qui a perdu les Fils d'Israël ? Ce ne sont pas des gens qui croient avec certitude.   

   Présentation des Prophètes par les gens de la Synagogues. L'abomination.

   Une habitude des gens de la Bible, n'est-ce pas de croire un peu trop aux légendes, en leurs légendes ? Ainsi est la vie de toute personne qui ne croit pas vraiment au divin Créateur. 
  
La terre du Châm ou la Terre promise recèle en elle de nombreux trésors et secrets pour l'humanité. Bon nombre de Prophètes (sur eux la Paix !), d'hommes saints, martyrs de la foi et vertueux (que Dieu leur fasse miséricorde !) y sont morts. Toutefois, et concernant le monde biblique, et le monde toranique en particulier ; aucun d'entre eux ne connaît réellement les tombeaux de leurs prophètes (sur eux la Paix !). Exemple : les tombeaux des prophètes Mochè (Moïse-Moussa) et de son frère Haroun (Aaron) (sur eux la Paix !) ont été soustraits à la vue des gens de la Torah. Aucun homme de la Synagogue n'en connaît leur endroit exact ! ? Pourquoi ? Notre Prophète, le Messager de l'Islam, si. Et cela a été mentionné. Et que dire des autres prophètes d'Israël ?  
  
Contrairement à l'enseignement du monde de la Synagogue, le nombre des Prophètes d'Israël était très élevé. Et à ce sujet, la Bible actuelle entre leurs mains ne peut être une référence. N'oublions pas que les Fils d'Israël et les Judaïsés ont eu et connu des Prophètes-rois comme : David et Salomon (sur eux la Paix !). Ce que les gens de la Synagogue refusent d'accepter et de reconnaître. Un sceau des Prophètes en la personne du Messie fils de Marie. Ce que les gens de la Synagogue refusent toujours d'accepter et de reconnaître. Élevé, sain et sauf, corps et âme, dans le Paradis divin. Ce que les gens de la Synagogue refusent d'accepter et de reconnaître. Le Messie (sur lui la Paix !) aura une mère vertueuse, sainte, pure, vierge. Ce que les gens de la Synagogue refusent d'accepter et de reconnaître. 
  
Par contre, et comme le montre de nombreux écrits, ils seront, à travers Paul, dénaturer la religion du Messie (sur lui la Paix !). Ils feront apparaître au monde que cet homme (le Messie) appartient à un autre peuple, à un autre monde, à une autre histoire. A l'histoire d'Ésaü ! A l'Italie ! En aucune façon à eux, à leur peuple ! Bon nombre de gens de la Synagogue combattront de tout temps, la religion du Messie. Sa personnalité. Sa mère. De nombreux écrits apparaîtront. Écrits qu'on retrouve ci et là en Terre sainte, l'Égypte, etc. Et ces écrits concernant ces "Marie" dont "Marie Madeleine" en sont une preuve évidente.  
  
Les gens de la Synagogue ne disent-ils pas à travers leurs écrits des abominations sur leurs Prophètes (sur eux la Paix !) ? Sur les Prophètes (sur eux la Paix !) d'avant la révélation de la Torah et l'Évangile ? Exemple : Comment osent-ils présenter Adam et Eve leurs parents en Paradis ? N'est-ce pas comme des êtres sans pudeur, entièrement dénudés (Bible. Gen. 2 25) ? Comment osent-ils présenter le second Adam de l'humanité, Noé (sur eux la Paix !) ? N'est-ce pas comme un ivrogne, homme dont la nudité sera découverte (Bible. Gen. 9 20-1) ? Comment osent-ils présenter Loth (sur lui la Paix ) ? N'est-ce pas comme un être ayant été abusé par ses deux filles, et donnera naissance à des peuples bâtards (Bible. Gen. 19 30-8) ? Comment osent-ils présenter Jacob (sur lui la Paix !) ? N'est-ce pas comme un être ayant été capable de lutter avec le Saint et Seigneur d'Israël (Bible. Gen. 32 23-30) ? Comment osent-ils présenter le prophète Ismaël, fils d'Agar ? Et enfin, et comme nous l'avons vu le Messie et sa mère ?   
  
Conclusion. Ils portent de tout cela une lourde responsabilité.

Marie et son fils en terres étrangères ?

La présence de Marie et de son fils en terre des Gaules ne peut être pris au sérieux. De même ailleurs. Tout cela n'appartient qu'à des légendes entretenues par partie du monde biblique. Les commentateurs admettent volontiers que le Messie se déplacera hors de la Terre sainte, après et pendant sa mission. Mais la vie de Marie s'arrêtera à Jérusalem, en Terre sainte, sa capitale. C'est là, et nulle part ailleurs, qu'elle sera enterrée. Quant au Messie, c'est de Terre sainte, de Jérusalem, qu'il sera élevé au Paradis divin. Sa mère, elle, et contrairement à l'enseignement d'Églises ou de Temples ; ne connaîtra jamais l'élévation (dormition, assomption : culte rendu à Marie et très tardivement). N'en déplaise aux détracteurs de la Religion ! Pour l'Islam traditionnel, et contrairement à l'enseignement véhiculé par certaines sectes du monde de l'Évangile, il nous est formellement interdit de prendre le Messie et sa mère comme des divinités égales, co-éternelles, consubstantielles avec le divin Créateur (Coran V 116).   

La présence de la tombe de Jésus en Gaule
confirmée... ?

   C'est le sujet d'un article. Si quelque chose a été transporté en terre des Gaules, il ne peut s'agir (supposition) que du corps du "sosie" du Messie. Pour certains commentateurs, celui qui mourra à la place du Messie ne s'appellera-t-il pas Judas ? Voir l'Évangile de Barnabé. De plus, n'oublions pas qu'après l'élévation du Messie au Paradis divin, deux courants vont durement s'affronter au sein des Fils d'Israël, des Judaïsés. L'un mené par les Compagnons du Messie, les Douze. L'autre enfin par le destructeur de la religion du Messie : Paul, l'Iduméen. C'est lui qui introduira ces croyances erronées comme : la filiation divine du Messie, la trinité, etc. La bataille fera rage ! Et à partir de là, naîtra les scissions, les guerres intestines, les légendes que nous connaissons tous.  

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !

_________________________
Autres articles à voir aussi :

   Comprendre et croire - Jésus était-il marié ?
    Les baisers de Jésus à Marie Madeleine mentionnés dans l’Evangile selon Philippe sont sans doute la marque du caractère confidentiel et intime de ...
  
Le texte biblique. Références sur Marie Madeleine
   La vie amoureuse de Jésus. Dossier.
   L'énigme de Marie Madeleine
  
LA CÈNE DE LÉONARD DE  VINCI ET  "DA VINCI CODE"

   Le Christ vu par une des sectes du monde de l'Évangile : Les Mormons.
Lire...
 
    
Forum : http://rennes-le-chateau-la-revelation.com/forums/viewtopic.php?t=7927   
  
L’enigme de Marie Madeleine
   La Vie de Marie-Madeleine de la Sainte-Baume - Ouvrage -
  
Marie Madeleine était-elle la compagne de Jésus-Christ ?
  
Marie Madeleine - Forum
  
Marie Madeleine - Site.  
   


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

O gens du Livre (de la Bible), n'exagérez pas dans votre religion, et ne dites de Dieu que la vérité (Coran IV 171)

 

Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
04/06/07 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire