786

Etudes

       Paul et sa conversion. La        nouvelle communauté.

Selon les Écritures.

Paul, l'envoyé contesté et contestataire.
selon les Écritures bibliques

Au nom de DIEU, Hachem, Allaha !
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !
Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !

P


oint de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4]

   Naissance d'une nouvelle communauté religieuse. 

   A - Le monde dans lequel naquit l’église chrétienne (suite). 

   1)  - En 35 environ.

   Après le départ de Jésus (élevé au Paradis), l’oppression ne s’arrêta pas. C’est alors que vivait un jeune juif appelé « Saul[5] de Tarsus » connu plus tard sous le nom de Saint-Paul. Il fut non seulement un haïsseur de Jésus, mais aussi le pire ennemi de ses enseignements[6] de l’Évangile.

Selon l’Express 15/6/2000 : ...En mars, c’est la Société païenne de Norvège — 300 membres — qui réclame et décroche à son tour le droit de monter sur le toit d’un immeuble un lundi soir sur deux pour scander « Dieu n’existe pas ! Les flammes de l’enfer sont éteintes ! ». Objectif : obtenir du droit, insolite, de faire  du bruit parce que l’on croit en un dieu  », explique Per Kristian Hansen, membre du comité de direction de la Société païenne, qui milite activement en faveur de l’athlétisme en se moquant de toutes les religions... »

   La Bible nous en parle ainsi : 

   «  Et ils se précipitèrent tous ensemble sur lui, le traînèrent hors de la ville, et le lapidèrent. Les témoins déposèrent leurs vêtements aux pieds d’un jeune homme nommé Saul. Et ils lapidaient Etienne... «  (Bible. Actes 7:58-59).
   «  Saul, de son coté, ravageait l’Église ; pénétrant dans les maisons, il en arrachait homme et femme ; et les faisait jeter en prison. «  (Bible. Actes 8:3).
   «  Cependant Saul, respirant encore la menace et meurtre contre les disciples du Seigneur, se rendit chez le souverain sacrificateur et lui demanda des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s’il trouvait des partisans de la nouvelle doctrine, hommes ou femmes, il amène liés à Jérusalem... » (Bible. Actes 9 : 1 et 2).
   La persécution venue de Saul fut si terrible que les disciples de Jésus durent se disperser pour sauver leurs vies :
   «  Ceux qui avaient été dispersés par la persécution survenue à propos d’Étienne, allèrent jusqu’en Phénicie, dans l’île de Chypre, et à Antioche, annonçant la Parole seulement aux Juifs. (Bible. Actes 2:19). 

   2)  - La conversion de Saint-Paul.

   Saul de Tarsus[7], comprit qu’il ne pourrait pas détruire les enseignements de Jésus par la persécution, ceux qui le suivaient s’étant dispersés. Il pensa alors à « se convertir » pour tromper[8] les gens (Bible. Actes 9 : 3-18), en avançant faussement qu’il avait rencontré Jésus, qui lui aurait demandé de se convertir, de telle façon qu’il puisse falsifier totalement les enseignements de Jésus. Les premiers mots qu’il prononça après sa prétendue conversion furent de pures et simples blasphèmes : les théories païennes de l’adoration du soleil datant du roi-Nemrod, mélangées avec le Bouddhisme qui prévalait alors en ces lieux sous le nom de Mithraïsme[9]. Avec la seule intention de confondre les croyants, il prêcha ouvertement le blasphème comme il est rendu évident dans ce passage du nouveau testament :

   « Et après qu’il eut pris de la nourriture, les forces lui revinrent. Saul resta quelques jours avec les disciples qui étaient à Damas. Et aussitôt il prêcha dans les synagogues que Jésus est le fils[10] de Dieu[11]. Tous ceux qui l’entendaient étaient dans l’étonnement, et disaient :

«  N’est-ce pas celui qui persécutait à Jérusalem ceux qui invoquent ce nom, et n’est-il pas venu ici pour les emmener liés devant les principaux sacrificateurs ? » Cependant Saul se fortifiait de plus en plus, et il confondait les Juifs qui habitaient Damas[12], démontrant que Jésus est le Christ[13] (il est à noter que ce mot fut inventé par Constantin en 325, ce qui laisse entendre que ce texte a du être écrit après 325). »

   « Lorsqu’il se rendit à Jérusalem, Saul[14] tacha de se joindre aux disciples, mais tous le craignaient, ne croyant pas qu’il soit un disciple » (à suivre...)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Evangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] L'étude faite ici suit ce qui est rapporté dans la Bible. Aussi, l’auteur des Actes, selon les gens de l’Évangile : « Luc, le cher médecin », est-il, comme l’a pensé pendant des siècles, l’auteur des Actes ? » Quel qu’il soit, cet auteur est le même que celui du troisième évangile. Les deux ouvrages sont dédiés à Théophile et le prologue des Actes fait allusion à l’évangile (Lc. 1.3 ; Ac. 1.1) ; l’étude de la langue et de la pensée des deux œuvres est très favorable à cette identité d’auteur. La présence des passages « en nous » des Actes suggèrent que cet auteur pouvait appartenir à l’entourage de Paul, ce que confirmerait en particulier la place accordée par le livre à l’activité de Paul et des accords marquants avec la pensée paulienne. Luc serait alors à peu près le seul candidat possible (cf. Col. 4.14 ; Phm 24). Mais d’autres observations doivent être prises en compte. Sur certains points, comme la notion d’apostolat ou le rôle de la Loi, l’accord entre les Actes et Paul est au moins problématique. De même, certaines affirmations ou certains silences concernant la crise galate par exemple seraient étonnants de la part d’un compagnon de Paul. La candidature de Luc est-elle ainsi exclue ? C’est au moins une question qui se pose… » (V. Bible. TOB).
   Les actes et l’histoire. On admet que « selon la coutume des historiens anciens, l’auteur a certainement composé plus ou moins librement les discours qu’il place dans la bouche de ses personnages… »
   Parmi les récits douteux et composés plus ou moins librement dans cette lettre à Théophile, il nous faut mentionner :
   • la Pentecôte. (V. Ac. 2),
   • la mort d’Etienne, ce martyr mentionné (Act. 6, 7), mais inconnu parmi les Églises !
   • L’histoire de Paul notamment sa prétendue conversion, ses prétentions, son arrogance et ses prétendus voyages dans le bassin méditerranéen (Act. 9 ; 13, 2 ; etc.).
   • Ses relations avec Barnabé.
   • Les problèmes touchant la circoncision et les produits licites à la consommation.
   • Le séjour à Antioche et sa rencontre avec Agabus (Act. 11), etc.
   En outre cet homme fera du mal : 1°) à lui-même, 2°) aux gens de la Thora, 3°) à tous ceux qui suivirent l'Évangile. Pour preuve :
   Maimonide, l'homme qui a redéfini le judaïsme, écrit : “Comment pourrait-il y avoir plus grosse pierre d’achoppement que la [chrétienté] ? Tous les prophètes parlent du Messie comme du Racheteur et Sauveur d’Israël (...). [Au lieu de cela, la chrétienté] a frappé les Juifs de l’épée, dispersant leurs rescapés et les humiliant, altérant la Torah, et faisant errer la vaste majorité du monde, l’amenant à servir un autre Dieu que le Seigneur.” — Le Mishne Tora, “Les lois des rois et leurs guerres”, chapitre 11.
[6] Avec lui, on verra notamment : 1. la loi de la Thora sera totalement abolie. La parole du fils de Marie sera considérée ici comme nulle et non avenue (V. Bible. Mt. 5 1 et sv.). Les humains suivant ou se réclamant du Messie devront faire eux-mêmes leurs propres lois ! 2. Abolition de la circoncision. L’incirconcis, cet homme impur, ayant sur lui la trace et ce signe de la mécréance, sera déclaré préférer, individu plein de dignité ! Alors que tous admettent que le Messie fut circoncis ! 3. Liberté totale concernant l’alimentation : consommation de la viande de porc, etc. 4. La religion devra être rattachée au Christ non à Dieu ! Ou plutôt, on se devra bien d’adorer Dieu, mais en Jésus ! 5. Ce même Christ se voit gratifié d’appellations nouvelles, comme : fils de Dieu, Dieu, etc. 6. Croyance au libre-arbitre, fatalisme, etc.
[7] Saint Jérome prétend qu'il naquit à Giscala (Haute Galilée), Epiphane à Tarse (Turquie) ?
[8] L'auteur du Livre connu sous le titre de "Honte de ceux qui ont altéré l'Évangile", dit, en parlant des Évangiles aujourd'hui reconnus par les Chrétiens, qu'ils ne sont pas les véritables Évangiles que Dieu avait révélé au Prophète, c'est-à-dire, Ichoua le Messie. Il ajoute dans le même endroit : "Le véritable Évangile est celui qui est sorti de la bouche du Messie". En parlant ensuite des honteuses inventions des Chrétiens, il dit : "Paul vient ensuite qui leur déroba, par ses fraudes habiles, leur ancienne religion, quand il vit que leurs esprits étaient susceptibles de recevoir tout ce qu'il leur présenterait. Ce fourbe (ainsi encouragé) effaça jusqu'au dernier vestige de l'ancienne Loi". (Op. cit.)
[9] Secte du Magisme ou Dualisme. Fit aussi son entrée à Rome. Plusieurs empereurs s'en réclamèrent.
[10] Fils dans la Bible est un titre honorifique rapporté par Esaïe et attribué au Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Dans la Bible, il était demandé aux Fils d'Israël et aux Judaïsés d'être des Fils de la Volonté divine. Sous-entendu : de la Soumission. Mais…
   L'un des documents de Qumrân (4Q246) a été appelé le texte du "fils de Dieu". Ce texte parle d'un homme appelé le "fils de Dieu et fils du Très-Haut" et qui déclare vouloir être "grand sur la terre". Ce sont là exactement les termes dans lesquels les gens de la Bible ont fait parlé l'archange Gabriel du Messie dans l'annonce à Marie.
   Le texte indique :
   7 [Un autre/dernier roi se lèvera et lui] il deviendra grand sur la terre.
   8. [Les rois] feront [la paix avec lui] et tous [le] serviront.
   9. [Le fils du gr]and [Seigneur] il sera appelé et par son nom il sera désigné.

   Colonne 2
   1 Le fils de Dieu il sera appelé et ils l'appelleront fils du Très-haut.

   1 comme les comètes
   2 que vous avez vues, ainsi sera leur règne. Durant des années ils règneront sur
   3 La terre et ils fouleront aux pieds tout le monde : un peuple écrasera un peuple et une province (écrasera) une province.
   4 [vacat] Jusqu'à ce que le peuple de Dieu se lève et délivre chacun du glaive
   5 Son royaume est un royaume éternel, et toutes ses voies sont dans la vérité. Il juge[ra]
   6 la terre en vérité, et tous feront la paix. Le glaive sera banni de la terre.
   7 et toutes les provinces lui rendront hommage. Le grand Dieu lui-même sera
   8 sa force. Il fera la guerre à son compte ; Il tiendra les nations dans ses mains et toutes Il les mettra à ses pieds. Sa souveraineté est une souveraineté éternelle
. (V. L'autre Messie. Israël Knohl. Ed. Albin Michel.)
   Qui est ce personnage appelé le "fils de Dieu", et avec qui tous les peuples font la paix et que tous servent, et quel rapport entretient-il avec le Messie ?
   La réponse : Ce personnage appelé le "fils de Dieu" est le Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !). Il délivrera les peuples de l'injustice. Fera la guerre au nom de son Seigneur Qui l'assistera. La Perse et les Arabes lui feront allégeance. Bysance cessera d'être une grande puissance. Après sa mort, sa religion et son message se répandront comme une trainée de poudre… Tel n'a pas été le cas de la religion du Messie et de son message. Le Temple sera détruit, les Fils d'Israël et les Judaïsés connaîtront l'exil. Pendant trois siècles, le Paganisme sera roi dans cette partie du monde. Tel n'a pas été le cas du Prophète Mohammad (sur lui Prière et Paix !) et de sa religion. Les gens de la Bible, en voulant admettre une prophétie au Messie, se sont lourdement trompés. Qu'on re-lise la Bible et l'Histoire ! Et ces documents prouvent, une fois de plus, l'œuvre abominable des falsificateurs.
[11] Et les Juifs disent : « Ozaïr est fils de Dieu » et les Nazaréniens disent : « Le Messie est fils de Dieu ». Telle est, dans leurs bouches, leur parole. Ils imitent la parole de ceux qui avant mécrurent. Dieu les combatte ! Comme les voilà mis à l’envers !  (Coran IX 30).
   D’après les commentateurs, les historiens et les chercheurs  : Ozaïr serait Esdras ou Ezra. Pour d’autres, son nom serait plutôt : Lazare, ou un personnage ayant un autre nom. On a dit qu'il contesta la prédestination. Il eut un sommeil de cent ans (Coran II 259). Puis, restaura la Bible qu’il avait apprise par cœur, et dont les exemplaires avaient été détruits par Nabuchodonosor.
[12] Bon nombre de gens ne connaissent rien de leur Histoire religieuse. Et les gens de l’Évangile semblent être de ceux-là. Ce que nous rapportons sur ce dénommé Paul, se trouve dans de nombreux ouvrages en langue arabe. C’est pourquoi certains Dignitaires religieux contestent ces faits historiques. En effet, si Paul est enlevé de la Bible que leur reste-t-il à enseigner ? Et pourquoi cette mention de Damas dans leurs Écritures ?
[13] Paul semble jouer avec les mots. Tantôt, on nous dit qu’il voit le fils de Marie comme le Messie, tantôt comme étant le fils de la Divinité ! Que croire ?
[14] Dans "Jésus, anatomie d'un mythe", Patrick Boistier d'écrire : L'opération de fusion, faisant de deux hommes (Saül et Paul) un seul et même personnage, ne se fit pas sans difficultés. L'identification intervient lors du passage des Actes (13/6-12) où Saül est censé convertir le proconsul romain Sergius Paulus : [et il lui d'en rapporter le texte].
   Hormis le fait que la punition infligée à Elymas ressemble étrangement à celle de Saül sur le chemin de Damas (transpositions des faits et renversements des rôles par scribe interposé ?), on en arrive à l'inévitable question : Paul ne serait-il pas tout simplement Sergius Paulus ?
   On sent bien, dans ce passage, que l'auteur des Actes a cherché à souder en un même corpus deux textes distincts mettant en scène deux personnages étrangers l'un à l'autre. Jusqu'à ce passage, Paul, nom de substitution de Saül était appelé Paul… Antoine Guérin (C.C.E.R. n° 100/1977) fait pertinemment remarquer le subterfuge :
   "C'est ce simple membre de phrase, perdu dans un contexte qui ne comportait jusque là nulle mention de Paul, qui a permis à la critique d'accepter les yeux fermés la fusion de Saül et de Paul. C'est cette indication unique et furtive, qu'aucun texte ne garantit, qui a gréé ou confirmé la légende d'un Paul nommé Saül. Le nom de Saül est ignoré non seulement des Epîtres pauliniennes, mais aussi des Epîtres pastorales, et même des Apocryphes, ce qui montre bien son caractère tardif. Paul n'a jamais dit qu'il portait le nom de Saül, et personne ne l'a appelé ainsi".
   On ne peut imaginer, en effet, que Paul se soit tu sur son nom de circoncision, voire même qu'il y ait renoncé, si – comme indiqué en Actes 9/4-5 – Jésus s'était manifesté à lui en l'appelant "Saül".
   D'ailleurs, dans ses Epîtres, Paul [et en note : c'est le nom (ou le surnom) de Paulos (texte grec) ou de Paulus (texte latin) qui figure dans l'adresse de chacune des Epîtres, comme étant l'appellation comme celui qui les a écrites ou dictées…] ne parle à aucun moment de cet événement capital que représente sa rencontre avec Jésus sur le chemin de Damas. En II Corinthiens (12/2-4), il nous confie sobrement son expérience de ravissement "jusqu'au troisième ciel", "dans le paradis", où il a "entendu des paroles ineffables qu'il n'est pas permis à l'homme d'exprimer" ; rien de commun avec le phénomène lumineux décrit dans les Actes où l'auteur, lui, ne se prive pas de nous relater le dialogue entre Saül et Jésus.
   En raison de toutes les anomalies ci-dessus répertoriées, l'authenticité des Actes des apôtres est fortement sujette à caution. (Op. cit. p 203-4)
   Le prétendu "ravissement "jusqu'au troisième ciel". Ce ravissement ne concerne nullement sa personne. Il concerne, et Dieu est plus Savant, le Messie lui-même. Ceci, dans ce récit, il y a quatorze ans déjà. Et d'ajouter : Etait-ce en son corps ou hors de son corps ? je ne sais ; Dieu le sait - …cet homme-là fut ravi jusqu'au troisième ciel. [semble être une querelle soulevée entre les gens, d'où cette réponse. N'oublions pas que le Messie fut élevé, sain et sauf, corps et âme, dans le Paradis] Et cet homme-là – était-ce en son corps ? était-ce sans son corps ? je ne sais, Dieu le sait [nouvelle affirmation] -, je sais qu'il fut ravi jusqu'au paradis et qu'il [lui et non pas celui qui parle et à qui on fait part de ce qui s'est passsé voilà quatorze ans] entendit des paroles ineffables, qu'il n'est pas permis à un homme de redire. Pour cet homme-là je me glofierai ; mais pour moi, je me glofierai que de mes faiblesses…
   Reste à savoir ici le nom exact de celui qui parle. Secundo : Il existe dans le monde toranique deux noms : un nom de circoncision donné par les parents, plus un nom usuel et administratif. Ceci dit-on pour passer inaperçu et vivre en paix avec son pays d'accueil. Ainsi Paul en terre biblique retrouve ses origines et se comporte en bon citoyen et disciple de la Bible. En terre étrangère changement de décor, Paul est étranger parmi les étrangers ! On adapte sa religion par rapport au milieu dans lequel on vit ! Troisièmement : On fait découvrir ainsi que le Messie fut bien élevé, mais reste à savoir, une nouvelle fois, qui se cache derrière celui qu'on fait parler. Est-ce Paul l'homme au double langage ou un autre individu à qui on aurait piraté sa vie et son œuvre ? Le mystère reste entier. 


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

 


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
28/10/06 .

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire