Croyances

PROPHÈTES, PROPHÉTIE. 

Selon les Ecritures.

Au nom de DIEU,
Le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux !

Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !


Le Prophète Mochè - Moïse- Moussa

موسى - משה - צור


   Point de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les Prophètes et Messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4].

  • Le voyage des Fils d’Israël vers la Montagne de la Révélation. L’histoire de la Pierre miraculeuse. Leurs déboires.

   Au divin Créateur de révéler à Son sceau :

      « Et [souvenez-vous] lorsque Moïse demanda la pluie pour son peuple et que Nous lui avons dit : “Frappe la pierre de ton bâton”. D'elle jaillit douze sources et tous les gens surent où ils devaient boire.
   [Nous leur avons dit :] “Mangez et buvez ce que Dieu vous accorde et ne parcourez pas la terre en corrupteurs” » (Coran II 60).

   Décryptage.

   Tabari : « Lorsque Moïse dit à son peuple… » Dans tout ce passage, Dieu fait savoir à Son envoyé (sur lui Prière et Paix !) jusqu’où les Juifs s’écgarèrent en s’éloignant de la vérité et en contrevenant aux ordres de leurs prophètes en dépit des innombrables bienfaits que Dieu leur avait accordés. Par ce rappel, Dieu allège à Son Prophète les difficultés qu’il rencontre dans ses rapports avec les Juifs et tous les efforts qu’il déploie pour les ramener au respect de la dignité de Dieu, et Il lui dit en quelque sorte : ne t’afflige pas de tout ce que tu endures à cause d’eux, car s’éloigner de Dieu et de la vérité fait partie de leurs habitudes et faisant déjà partie de celles de leurs aïeux, et ton frère Moïse (sur lui Prière et Paix !) eut à affronter les mêmes difficultés. (Commentaire).

  • Le désert d’Attih.

   Après la colère puis l’invocation du prophète Mochè (sur lui la Paix !) contre son peuple, une nouvelle page va s’ouvrir dans l’Histoire sainte et le destin des Hébreux : les Fils d’Israël et les Judaïsés. Ce sera une dernière étape, for longue : 40 ans, avant d’entrée (cette fois) en Terre sainte : Jérusalem et ses alentours. Toutefois, et à en lire le commentateur toranique, les malheurs qui ont fait retarder cette entrée victorieuse ont pour cause principale un homme : Mochè (sur lui la Paix !) !

  • Le point de vue toranique sur un personnage prophète et biblique comme Mochè (sur lui la Paix !).

   Nous savons tous que pour le monde de l’Islam traditionnel, le prophète est un homme de hautes qualités. Homme intègre, droit, juste, etc. Tel n’est pas le cas chez les gens de la Torah comme ceux de l’Evangile[5]. Pour bon nombre d’entre eux, le « prophète » est un homme simple comme les autres, ordinaire, commettant des fautes comme tout le monde, mangeant et buvant comme tout le monde. Il peut donc, et comme tout individu, pécher, être amené à faire des actes graves, contre nature…

  • Cas de Mochè (sur lui la Paix !).

   Moïse (sur lui la Paix !), et selon l’exégète toranique, à commis au moins quatre péchés graves durant sa vie sur terre. Comme il a reconnu aussi avoir mal agi contre son peuple. Qu’on en juge :  

   LE ROCHER (צור) DONT L’ŒUVRE EST PARFAITE (Deu. 32:4). (…) Le Tseror hamor écrit également : Moïse dit : « J’ai commis un petit péché en appelant le peuple d’Israël “rebelles” ; le Saint, béni soit-Il, m’a infligé une sévère punition ; toutefois, j’invoque le nom de Dieu et je proclame qu’Il est juste dans Ses jugements et Ses actions. »

   Pour tout homme censé, il est impossible que le prophète ait pu prononcer ou tenir de tels propos. Ce sont là que paroles de rabbanim[6], paroles qui n’existent que dans leur propre imagination. C’est aussi porter de lourdes accusations contre un prophète. L’Histoire sainte des Hébreux a prouvée que le peuple d’Israël a toujours été un ‘peuple’ rebelle à la vérité, loin de leur Seigneur.

  • Les prétendus « péchés » de Mochè (sur lui la Paix !).

   Les gens de la Synagogue y croient dur comme fer. Qu’on en juge :

   RENSEZ HOMMAGE A NOTRE DIEU (Deut. 32:3). Moïse pécha quatre fois contre le Saint, béni soit-Il, et à chaque faute commise, il implora le nom de Dieu et loua le Créateur, parce qu’Il l’avait puni avec justesse. Quand Dieu voulut envoyer Moïse chez Pharaon en Egypte, Moïse répliqua : « Je ne suis pas beau parleur. » Je ne sais pas bien parler ; j’ai la bouche lourde et un défaut d’élocution[7]. Dieu répondit : « Qui donc, sinon Moi, créa le langage ? Je peux donc très bien te faire parler, comme il faut, lorsque tu seras en présence de Pharaon. Je suis Dieu le Créateur qui peut guérir tous les gens. Comme tu refuses d’exécuter cette mission, tu ne mériteras pas de conduire le peuple juif en terre d’Israël pour y vaincre les trente et un rois. » Moïse dit : « Le rocher dont l’œuvre est parfaite » ; « j’ai mal agi envers Dieu en affirmant que je savais pas bien parler. Dieu est comme le meilleur de tous les artisans ; il aurait donc très bien pu me faire parfaitement parler en présence de Pharaon. Je loue Dieu de m’avoir ainsi puni en toute équité. Moïse commit le deuxième péché lorsqu’il dit au Saint, béni soit-Il : « Pourquoi as-tu laisser le peuple d’Israël travailler si durement en Egypte[8] ? » Le Saint Nom lui rétorqua : « Tu vas pouvoir te rendre compte des miracles que Je vais accomplir pour le peuple juif. Mais les prodiges que Je réaliserai pour les Juifs en terre d’Israël, tu ne les verras point. » C’est pourquoi Moïse ajouta : « TOUTES SES VOIES SONT JUSTICE » (Deut. 32:4). Dieu est juste dans chacun de ses actes. Le troisième péché fut commis lorsque Moïse dit[9] : « Est-ce du petit bétail et du gros bétail qu’on égorgera pour eux qui leur suffira ? ». Moïse demanda[10] : « Comment pourra-t-on donner suffisamment de viande à Israël ? » Le Saint, béni soit-Il, répondit : « J’ai le pouvoir de tout faire ; alors pourquoi n’aurais-je pas celui de procurer de la viande au peuple juif autant que Je voudrais ? Moïse, tu ne verras pas les miracles que j’accomplirai en terre d’Israël. » Moïse loua Dieu en disant : DIEU DE VERITE ET NON DE L’INIQUITE (Deut. 32:4). Dieu est vérité dans chacune de ses actions. En me punissant de la sorte, Il ne m’a fait aucune injustice. Le quatrième péché fut commis quand Moïse aurait dû parler au rocher en disant[11] : « Donne de l’eau. » Or il le frappa avec son bâton Le Saint, béni soit-Il, le punit en lui expliquant : « Tu n’iras pas en terre d’Israël. Tu mourras dans le désert avant d’y entrer. » Moïse répondit alors : IL EST JUSTE ET IL EST DROIT (Deut. 32:4). Dieu est juste dans Ses jugements et dans Sa loi. Moïse dit à Israël : «  Vous devez encore plus clamer la justesse de la Loi et louer Dieu, car Il a pardonné vos péchés. »   

   L’idée que Moïse pécha ne peut-être retenue par le monde du Monothéisme[12]. En effet, selon les Savants de la science du Monothéisme[13], le prophète est une personne infaillible, impeccable, irréprochable. Qui ne peut commettre des péchés[14]. Secundo : Ce texte proposé n’est pas sans ombre. On ne peut accepter que ce qui vient d’être rapporté ci-contre émane du Nom[15] béni et de Moïse (sur lui la Paix !). Nous dirons plutôt que c’est là des paroles d’hommes : des rabbanim en l’occurence. Tertio : Des mots ou phrases choquent, comme : « …des miracles que Je vais accomplir pour le peuple juif. » au lieu de : pour les Fils d’Israël, le peuple, la communauté[16]. Quatrièmement : Quant aux soit-disant péchés commis par un prophète, à entendre les rabbanim, il voudrait signifier :

   1) Le refus d’un prophète d’obéir à l’ordre donné : premier péché. Ce qui est impossible pour un prophète divin.
   2) Le fait qu’un prophète juge Celui qui l’a envoyé, lui demande des comptes sur ce qu’Il fait ou a fait. Deuxième péché. Or ceci est impossible à un prophète divin.
   3) Le fait qu’un prophète doute de la capacité du Seigneur, de son Seigneur. Troisième péché. Ce qui est impossible pour un prophète.
   4) Enfin, se trompe dans ce qu’il a à faire, fait, oublie, se rappelle pas, fait à l’inverse de l’ordre reçu ! Quatrième péché. Ce qui est impossible pour un prophète.

   Enfin est-ce possible qu’on dise et qu’on fasse dire au Seigneur des mondes :

   Premier péché : Comme tu refuses d’exécuter cette mission, tu ne mériteras pas de conduire le peuple juif en en terre d’Israël !
   Deuxième péché : Mais les prodiges que Je réaliserai pour les Juifs en terre d’Israël, tu ne les verras point. 
   Troisième péché : Moïse, tu ne verras pas les miracles que j’accomplirai en terre d’Israël. 
   Quatrième péché : « Tu n’iras pas en terre d’Israël. Tu mourras dans le désert avant d’y entrer. »

   Réponse : Nullement. C’est rien de plus rien de moins qu’imputer à la Divinité Suprême, le divin Créateur et Législateur des paroles fallacieuses et des propos tendancieux dont Elle est pure ! Comment oser faire mentir le NOM ! Le déclarer MENTEUR ! Le juger comme une Divinité incapable ! Injuste ! En vérité, combien le Saint et Seigneur d’Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu’ils décrivent et Lui associent !

   Tout ce qui vient d’être dit et rappelé ci-contre, est nul et non avenue. C’est rien faire d’autre que s’attaquer à l’intégrité et la personnalité d’un prophète, lequel est un être sans reproche et sans défaut. C’est couvrir ses propres fautes, ses proches péchés. C’est se cacher derrière tout cela pour mieux légaliser l’interdit, l’illicite à soi-même. Pour se justifier aux yeux d’autrui[17].

  • Autres faits ou paroles incompatibles à sa dignité et son intégrité.

   Jacob ben Isaac d’écrire[18] : « JE NE PUIS PLUS SORTIR, NI RENTRER (Deut. 21:2). Moïse dit[19] : « Il m’est devenu impossible de participer à la guerre. » Sa force demeurait identique à celle qu’il possédait dans sa jeunesse[20] ; toutetefois Moïse s’obligea à consoler Israël[21] : « Ne vous attristez pas de ma mort ; vous ne devez pas vous faire de souci, car Josué vous conduira encore mieux que je n’ai pu le faire[22]. » Nos sages[23] disent : « Moïse expliqua qu’il ne pouvait plus marcher en éclaireur pour ouvrir la route, ce qui signifie : je ne peux plus vous faire étudier, car l’intelligence et la compréhension de la Torah m’ont abandonné[24]. Il n’était plus capable de répondre aux questions qu’on lui posait ; Dieu en décida ainsi afin que Moïse ne soit pas effondré à l’idée de la mort[25]. Il avait perdu l’intelligence de la Torah et Dieu se dit que la vie ne pouvait plus lui sembler que repoussante et sans saveur. Une raison supplémentaire est invoquée[26] : il oublia la Torah afin que Josué puisse mieux répondre que Moïse aux questions posées. Les Juifs voyaient ainsi que Josué était suffisamment averti et compétent pour devenir leur guide. Moïse transcrivit la Torah dans sa totalité avant de l’oublier[27].

   Rachi : Mochè alla […] je ne puis plus sortir et venir J’aurais pu penser que sa force eût faibli. Aussi est-il écrit : « … son œil n’avait pas faibli, et son humidité n’avait pas fui » (infra 34, 7). Que veut dire alors : « Je ne puis plus sortir et venir » ? Je n’en ai plus la permission, car le pouvoir m’a été retiré et donné à Yehochou‘a[28]. Autre explication de « sortir et venir » : Aller et venir dans les paroles de la Tora. Cela nous apprend que s’étaient obstruées chez lui les traditions et les sources de la sagesse (Sota 13b).
Je suis âgé aujourd’hui Aujourd’hui sont accomplis mes jours et mes années. En ce jour-ci je suis né, et en ce jour-ci je mourrai (Sota 12b).
Et Hachem m’a dit Là se trouve l’explication de : « Je ne puis plus sortir et venir ». C’est parce que Hachem m’a dit…
7 Alors Moïse appela Josué, et lui dit en présence de tout Israël: "Sois fort et vaillant ! Car c'est toi qui entreras avec ce peuple dans le pays que l'Éternel a juré à leurs pères de leur donner, et c'est toi qui leur en feras le partage.
Rachi : Car toi, tu viendras avec ce peuple-ci [Comme le rend le Targoum Onqelos :] « Tu monteras avec ce peuple-ci ». Mochè a dit à Yehochou‘a : « Les Anciens de cette génération seront avec toi, et tout sera fait selon leur avis et leur conseil. » (Sanhèdrin 8a). Mais le Saint béni soit-Il a dit à Yehochou‘a : « … car toi, tu feras venir les fils d’Israël vers le pays que je leur ai juré » (verset 23). Tu les feras venir contre leur gré [si nécessaire], cela ne dépend que de toi. Prends un bâton et frappe-les sur le crâne [si nécessaire]. Il doit y avoir un chef par génération, pas deux ! (sepharim.fr).

   A entendre et à en lire, qu’un prophète devienne âgé et le voilà impotent, à l’instar de tout autre individu ! Incapable de mener à bien sa mission ! Même sa mémoire l’abandonne ! Ce genre de discours plaît aux gens de la Synagogue et de la Torah, et c’est pour cela qu’ils le rapportent. Mais n’a pas cours dans notre communauté. De plus, le don la Prophètie le quitterait pour aller à un autre !? Et le comblen leur Seigneur serait associé à tout cela ! Que Dieu nous protège de telles infâmies !   

   A quarante ans, l’homme choisit par le divin Créateur pour être envoyé vers Ses créateurs, reçoit le don de Prophétie. Ce don ne le quittera jamais jusqu’à ce qu’il meurt. Il n’est pas transmissible, enlevé puis remis. Secundo : Perte de mémoire, perte de compréhension, perte d’intelligence du Livre divin et tout autre chose, abandon ; tout cela n’existe en réalité que dans l’imagination des rabbanim. Un prophète reste un prophète jusqu’à sa mort. Il reste un homme clairvoyant, sain, sage, intelligent, éveillé, loin de certaines maladies courantes et graves[29], etc. Il n’est pas et ne sera jamais comme le commun des mortels. Enfin, s’il transmet un Livre divin, il restera à jamais gravé dans son cœur. Ce qui signifie que Moïse a transmis la Torah sans jamais l’oublier. De même, le prophète n’a pas peur de la mort. Tel n’est pas le cas des gens de la Synagogue et de la Torah (Coran II 94-96 ; LXII 6-8) !

   Reste une question : Si les gens de la Synagogue et de la Torah décrivent leurs Prophètes ainsi, comment peuvent-ils prétendre et assurer à la face du monde que le NOM béni est avec eux en permanence, leur dieu spécifique en dehors de tout autre peuple de la planète Terre ? Leur fait grâce malgré tout le mal qu’ils ont faits et continuent à faire à Ses prophètes ? Que le pacte[30] pris avec les Patriarches et les Livres saints est un pacte perpétuel, lequel ne peut-être aboli, rompu ? Alors qu’ils n’ont reconnu, entre temps, ni le pacte pris avec leurs ancêtres à travers l’Evangile ni le pacte pris avec le Coran ? Que la Terre sainte est leur terre pour l’Eternité en dehors d’autres peuples sémites : les Fils d’Ismaël (sur lui la Paix !) ? Et oser dire et prétendre que les Fils de la Délaissée, Agar, n’ont aucun droit sur cette Terre sainte ? Qu’ils apportent leurs preuvent demande le NOM !

  • Prophète et hommes du monde.

    Nous savons tous que les gens de la Bible aiment parler en mal des Prophètes du Seigneur des mondes, de leurs propres Prophètes[31]. On les fait mentir, on les diabolise, on les caricaturise, on les stygmatise… Tout y passe chez eux ! Et interdiction est faite, au nom de la sainte liberté de pensée, de la sainte liberté d'expression de 1789, de parler d’une loi de blasphème, contre le blasphème !  Par contre, s’en prendre à un roi, un chef d’Etat, un homme politique quelconque, à un représentant des pouvoirs publics, gens d’assemblée, à une star…, les caricaturer, c’est un scandale clame Lucifer ! Un acte qui mérite des poursuites judiciaires… Qu’il faut dénoncer ! Ainsi sont les gens de la Bible (toranique & évangélique – croyants & incroyants), note l’observateur. Et c’est pas demain qu’ils changeront !

    Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu’Il aime et agrée !


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Évangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures. 
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] Du fait qu’ils suivent le même Livre saint : la Bible. Ils confirment, sans contester, la plupart des récits contenus dans la Torah. Enfin, le vocable prophète n’est pas un mot d’usage courant chez eux. Le fils de Marie étant plus qu’un prophète pour eux : un dieu ! un Homme-dieu ou un Dieu-homme ! Et ils considèrent que les prophètes d’Israël ne les regardent pas. Le seul prophète agréé est uniquement le prophète Avraham (sur lui la Paix !), un prophète d'exception. Les autres sont les prophètes des Hébreux, des Fils d’Israël et des Judaïsés. Donc à chacun son culte ! 
[6] Rabbins.
[7] Moïse n’avait pas peur d’aller en Egypte. La seule peur qu’il avait, c’est que Pharaon le fasse arrêter, puis juger et le faire mettre à mort pour avoir tué un copte, un des siens (Coran XX 45 ; XXVI 12-21). Il avait un défaut délocution, mais il priera son Seigneur que son frère Aharon l’assiste dans sa mission. Son Seigneur acceptera sa demande et son frère l’accompagnera dans toute sa mission (Coran XXVI 13 ; XX 25-36).
[8] A la lumière du Coran, cette parole de Moïse s’adresse, non à son Seigneur, mais plutôt à Pharaon : Est-ce là le bienfait que tu me reproches, alors que tu as asservis les Fils d’Israël ? » (Coran XXVI 22).
[9] Cela devrait s’adresser aux Fils d’Israël : [Nous leur avons dit :] “Mangez et buvez ce que Dieu vous accorde et ne parcourez pas la terre en corrupteurs” » (Coran II 60).
[10] Pareille parole s’adresse plutôt à son peuple. Exemple : Et les Juifs disent : « La main de Dieu est fermée ! » (Coran V 64 ; comparer : Bible. Deut. 15.7).
[11] Texte coranique à la pierre. Et à l’inverse de ce qui est dit, il fut dit simplement : « Et [souvenez-vous] lorsque Moïse demanda la pluie pour son peuple et que Nous lui avons dit : “Frappe la pierre de ton bâton”. Douze sources jaillirent alors de la pierre et tous les gens surent où ils devaient boire. (Coran II 60). Et l’ordre divin fut exécuté royalement, sans erreur.
[12] Les quatre péchés cités ne sont que des interprétations erronées et sans fondement de la part des gens de la Synagogue et de la Torah.
[13] Arabe, ilm tohîd.
[14] Et surtout des péchés capitaux, graves, refus d’obéissance, etc.
[15] Hébreu, Hachem.
[16] A entendre, le Seigneur des mondes, parmi tous les Fils d’Adam, aurait choisi spécialement un ‘peuple’ à Lui ! Idée partisane et sans fondement. A leur Seigneur de répondre à cette parole insidieuse : Coran V 18. Les gens de l’Evangile, parmi les Fils d’Adam : un ‘fils’ à Lui, de Lui (Coran IX 30) ! Tout cela démontre que la Bible actuelle dans les mains des gens de la Bible, n’est pas la Bible (originelle) mais une Bible tronquée, falsifiée.
[17] Qu’on réprimande quelqu’un, et à lui de répondre : Pourquoi me réprimandrez-vous ? Tel prophète n’a-t-il pas fait autant que moi et plus encore ? C’est ouvrir la porte à aucune retenue, au mensonge et à la calomnie… Exemple : le monde des ‘nus’ ne prend-il pas Eve femme d’Adam pour leur publicité ? Cause. N’est-elle présentée se promenant ‘nue’ (dans la Bible), sans honte, elle et son mari ? Et aux gens prévaricateurs, pervers, débauchés, athées, mécréants, etc., d’en être heureux. Heureux de cette présentation… Et à Lucifer de jubiler !  
[18] Le commentaire sur la Torah. Edit. Verdier.
[19] Parole grave qu’on fait dire à un prophète. Potant ou impotant, il lui incombe de répondre à l’appel de son Seigneur. Mais c’est plutôt à son peuple, le peuple Moïse que doit s’adresser cette parole. Lequel peuple refusa de faire la guerre sainte (Coran V 20-24). (Milhamot Hachem : "Les guerres de Dieu",)
[20] Ce qui paraît contradictoire !
[21] S’adresse plutôt à son peuple qu’à lui. Car à eux d’avoir une peure bleue de la mort : (Coran II 94-96 ; LXII 6-8).
[22] Les deux peuvent le faire, seul le Décret divin en décida autrement. Car tous les deux sont prophètes du NOM.
[23] Les gens de la Synagogue. Akham.
[24] Parole d’une extrême gravité. C’est méconnaître les Prophètes, leur capacité, leur droit.
[25] Comment peut-on faire mentir le NOM et Moïse ? Et faire mettre dans sa bouche de tels propos !?
[26] Encore plus grave que la première !
[27] Il est gravissisme d’écrire ainsi !
[28] Josué.
[29] Aveugle, estropié, manchot, muet, sourd, etc.
[30] Bible : Alliance. Un contrat pour être établi se fait nécessairement avec deux personnes au plus. Et si l’un rompt, celui-ci devient caduc. Tout Pacte divin pris avec les Fils d’Israël a été établi par l’intermédiaire des Livres révélés. Il engage donc et nécessairement les deux partis. Or, et à la lumière du Coran, les Fils d’Israël et les Judaïsés n’ont jamais respectés leurs engagements avec le NOM (Coran IV 155). Ce qui a fait d’eux des gens sur lesquels est descendue la Colère divine. Bannis à tout jamais de toutes prérogatives divines. Bien que les gens de la Synagogue et de la Torah refusent le fait accompli et s’entêtent dans leur prétention et égarement…
   Et aux gens de l’Evangile, partie d’entre eux (notamment la secte du Protestantisme et ses ramifications, gens de langue anglaise notamment : évangélistes, etc.), de les soutenir dans leur démarche et croyance erronée. Mais au retour du Messie fils de Marie sur terre, les gens de l’Evangile pourront constater où iront les gens de la Synagogue en ce fatidique. Suivront-ils le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !) où contenueront-ils à le nier ? Seront-ils enfin gens élus ou damnés ?
Insolite. Onde de choc. Les médias ont fait état que : "le rabbin Ovadia Yossef, qui a appelé Cheikh Al-Azhar à déclarer l'amnistie pour Moubarak, voici le rabbin juif Ephraïm Melvovic  qui annonce sur une vidéo diffusée sur YouTube, que la chute de Moubarak après 30 années au pouvoir, est un prélude  à l'approche de l'émergence du Messie Sauveur, qui va construire un grand royaume aux Juifs et leur octroyer le plein contrôle du  monde.
   Le rabbin Melvovic affirme que  l'âge du Messie Sauveur est de trente ans d’après le Talmud,  et  le Messie Sauveur  apparaîtra au  moment où les peuples seront confrontés à des crises et des difficultés, ce qui se passe actuellement dans la région en Syrie, au Yémen et en, Libye, selon les termes."
   Quand le « Messie attendu » [entendre : le FAUX-MESSIE pour l’Islam traditionnel] par les gens de la Synagogue et de la Torah viendra, ce sera, disent les Savants, pour réunir les gens de la Torah des quatre coins du monde, et surtout pour qu’ils participent tous à un dernier combat à Jérusalem avec un autre Messie Véridique cette fois, le Messie fils de Marie (sur lui la Paix !). Alors qu’attendent les Peuples et pourquoi cette agitation subite, cette frénésie ? La fin du monde, clame Lucifer en transes ! 
[31] Et en particulier, à notre époque, du Prophète Ahmad (sur lui Prière et Paix !) (Coran LXI 6).



Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
02/06/11.

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire