786

Etudes

Nemrod, sa vie, son oeuvre. La Babylonie et la Magie.

Selon les Textes bibliques.

La Babylonie : berceau de la Magie.

                                              selon les Écritures


Au nom de DIEU, Hachem, Allaha,
Le TOUT-MISÉRICORDIEUX, le TRÈS-MISÉRICORDIEUX !
Louange à Allah, Seigneur des mondes, Prière et Paix sur Ses messagers et Ses prophètes, et sur tous ceux qui suivent Sa guidée !

 

P


oint de divinité[1] excepté Allah[2] le Très Haut. Que les meilleures salutations[3] soient sur les prophètes et messagers divins dont le Sceau de la Prophétie[4]

   Au Seigneur des mondes de révéler : 

   "Et ils suivirent [les Judaïsés] ce que les diables racontèrent du règne de Salomon. Alors que Salomon n'a jamais mécru ! Ce sont les diables qui ont mécru : ils enseignent aux gens la magie ainsi  que ce qui a été révélé aux deux anges Hârout et Mârout, à Babylone ; mais ceux-ci n'enseignent rien à personne, qu'ils n'aient dit d'abord : "Rien d'autre : nous sommes une tentation : ne sois donc pas mécréant " ; ensuite les gens apprennent d'eux comment créer de la division entre l'homme et son épouse. Or ils ne sont capables, après cela, de faire du mal à quiconque, que par permission de Dieu. Et ils apprennent ce qui leur fait du mal à eux sans leur faire aucun bien. Et ce qu'ils savent, très certainement, c'est que celui qui s'achète çà, pas de part pour lui dans l'au-delà. Et en effet c'est une mauvaise marchandise qu'ils se sont achetée, à eux-mêmes ! S'ils avaient su !" (Coran II 102). 

   Nous savons tous que les gens de la Thora ne croient pas en la fonction prophétique de deux rois en Israël : David et son fils Salomon (sur eux la Paix !). Ils confirmeront tout ceci au Sceau de la Prophétie. Toutefois, ils seront démentis par la Révélation[5]. De même, dans le monde biblique, on aime présenter ces deux personnages comme des Maîtres de la Magie[6]. Ayant détenus un pouvoir venant de cette dernière. Là encore, par la Révélation, un démenti divin sera révélé, publié (II 103). Le monde occulte, cabalistique, des loges francs-maçonniques, etc.; aiment se référer à Salomon, à un prétendu livre émanant de lui : "Les Clavicules de Salomon"[7]. Nouveau démenti : Et ils suivirent [les Judaïsés] ce que les diables racontèrent du règne de Salomon. Alors que Salomon n'a jamais mécru ! Ce sont les diables qui ont mécru : ils enseignent aux gens la magie ainsi  que ce qui a été révélé aux deux anges Hârout et Mârout, à Babylone… L'auteur des fausses rumeurs émanent donc des Fils d'Israël, des Judaïsés. Autre fausse rumeur : Les épouses de Salomon auraient détourné son cœur vers d'autres dieux… (Bible. I Rois 11/1-13). Pour l'Islam traditionnel, Salomon et David sont des prophètes-rois impeccables. Loin d'eux ce qu'ils décrivent ! 

Babel, le berceau de la Magie antique. Haroût et Maroût. 

   On a dit les concernant : « Hâroût et Mâroût étaient deux Anges descendus sur terre pour y arbitrer les affaires humaines (...). Or une femme vint demander leur arbitrage et ils jugèrent en sa faveur pour lui être agréable. Ils ne purent alors retourner au ciel et eurent à choisir entre le châtiment de ce monde et le châtiment de l’Autre. Ils choisirent le châtiment de ce monde et ils enseignèrent la magie aux gens après s’être engagé à ne rien apprendre à quelqu’un sans lui avoir dit au préalable « Nous ne sommes qu’une séduction, ne sois pas impie  » ».
   Selon E. Munk : On enseignait cependant à l’Ecole de R. Ismaël que le sacrifice d’Azazel est destiné à expier les péchés de débauche, qui sont (...), l’œuvre des anges déchus qui, selon Gen, VI, se livrèrent à la débauche avec « les filles des hommes » (Yoma 67 b).
  Selon le Midrach, Moïse aurait dit à son Seigneur : ...mais il y a deux anges qui sont descendus de Tes hauteurs. Ouza et Azaël, et qui ont convoité les filles de la terre et se sont corrompus avec elles. (V. La Voix de la Thora. Les nombres. Elie Munk. p. 117.).
  On a dit : "En ce qui concerne Samyaza (araméen : שמיחזה, Grec : Σεμιαζά), il est appelé, selon les versions, Sêmîazâz, Semjâzâ, Shemyaza, Shemhazai, et Amezara.
Son nom vient de l'araméen "Shemyazaz" et pourrait signifier "rebelle renommé" ("Shem" = "nom" ou "renommée" et "azaz" = "rébellion" ou "arrogance"). Ou alors son nom peut aussi signifier "il a vu le nom (de Dieu)". Certains le traduisent aussi par "Son nom est Azza", c'est pourquoi dans certains livre on l'appelle Azza ou Ouzza.
Le "Livre de la sagesse de Salomon" prétend que c'est lui qui a donné tout son savoir au roi Salomon.
Certaines traditions prétendent qu'ils aurait été expulsé du ciel à cause de son opposition à Dieu qui voulait promouvoir Hénoch au rang d'archange Métatron. Cela ressemble à ce qu'écrit le Coran au sujet de l'ange Iblis qui avait été chassé du ciel pour avoir refusé d'adorer Adam comme Dieu le lui ordonnait." (Le philo-zine)

  On a dit encore :

  Selon le Zohar :

"Deux anges des cieux, Aza et Azaël dirent devant le Saint, béni soit-il : 'Si c’était nous qui avions été sur la terre, nous n’aurions jamais démérité !' Il leur demanda : 'Avez vous le pouvoir de résister au mauvais penchant ?' Ils répondirent : 'Nous avons ce pouvoir !' Dès cet instant il les fit descendre sur la terre ainsi qu’il est écrit : 'Les nephilims étaient sur la terre, ce sont les héros, hommes de renom du monde'. Dès qu’ils arrivèrent sur la terre, le penchant au mal s’introduit en eux, ainsi qu’il est écrit : 'Ils prirent des femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent'. Ainsi furent-ils déchus de leur saint rang."

Selon le Midrash Abkir (Xème siècle) :

"Quand Dieu s'est mis en colère contre les enfants des hommes, en raison de leur idolâtrie, aux temps d'avant le Déluge, les deux anges Shamhazai et Azael ont dit : 'Seigneur du monde, l'homme n'est pas digne que vous vous préoccupiez de lui !' Dieu leurs répondit : 'Il est clair et manifeste pour moi que si vous alliez sur la terre, le mal vous envahirait, et vous deviendriez encore pire qu'eux.' Mais les anges demandèrent quand même la permission de vivre avec l'humanité et à sanctifier le nom de Dieu sur la terre. Cela leurs a été accordé, mais quand ils furent descendus du ciel sur la terre, ils n'ont pas pu maîtriser leur attirance pour les belles filles des hommes. Shamhazai est devenu épris d'une jeune fille nommée Ishar, mais quand il lui a demandé de lui rendre son amour, elle a déclaré qu'elle ne le ferait que s'il lui révélait le nom de Dieu ('"ha-Shem Meforash'), grâce auquel il devient possible de monter au ciel'…"

Selon le Liqqute Midrashim / Beit ha-Midrash 5:156 :

"En ces jours seule une vierge appelée Istahar restait chaste. Quand les fils de Dieu se sont intéressé à elle, elle a pleuré : "Prêtez-moi d'abord vos ailes !" Ils l'ont fait et elle, s'envolant jusqu'à ciel, est entrée dans le sanctuaire du trône de Dieu, et celui-ci l'a transformée en la constellation de la Vierge - ou, selon certains, des Pleiades. Les anges déchus ayant perdu leurs ailes, sont restés bloqués sur la terre. De de nombreuses générations plus tard, ils ont pu remonter chez eux en utilisant l'échelle de Jacob."

Selon le Breisheet V :

" Quand Shamhazai a remarqué une demoiselle dont le nom était Istahar, il a posé un regard lascif sur elle et lui a dit : 'Offrez-vous à moi !'
Elle a répondu : 'je ne m'offrirai pas à vous tant que vous me donnerez pas vos ailes et ne m'enseignerez pas le nom ineffable permettant d'aller au ciel.'
Alors il lui a donné ses ailes et lui a enseignée le nom. Sur quoi elle l'a prononcé, et est allée directement jusqu'au ciel, et a été ainsi épargnée de la corruption.
Le Saint a dit : 'Puisqu'elle a évité la transgression, allez la placer parmi les sept étoiles qui dominent là-bas'. C'est ainsi que cette Istahar a été placée dans la constellation du Dragon."


Selon le Midrash Bereshit Rabbati 29-31 :

"Dés qu'ils (les anges veilleurs) sont descendus sur la terre, des mauvaises pensées se sont emparées d'eux. Quand ils ont vu la beauté des femmes mortelles, ils se sont épris d'elles, et ne pouvaient pas réfreiner leur convoitise, ainsi que le disent les écritures : 'et les fils de Dieu, etc...' (GEN 6:2).
Shemhazai a remarqué une demoiselle dont le nom était 'Asterah (ou Istehar). Il a fixé son regard sur elle et lui a dit : 'Obéis-moi !'
Elle lui a répondu : 'Je ne vous obéirai pas tant que vous ne m'aurez pas enseigné le nom ineffable, celui qui permet de monter au ciel quand on le prononce.'
Il lui a alors immédiatement enseigné, elle l'a prononcé, et elle est montée directement au ciel.
Le Saint, béni soit-il, a dit : 'Puisqu'elle s'est maintenue pure du péché, j'en ferai un exemple de sorte que tout le monde s'en rappellera.' Immédiatement il l'a fixée parmi les sept étoiles prééminentes, dans les Pleiades.
Quand Shemhazai et 'Azael ont vu ceci, ils ont épousé les femmes, et engendré des enfants..."


Selon le Zohar 1;19b :

"... jusqu'à ce que Naamah arrive. En raison de sa beauté deuxs fils de Dieu se sont perdus pour elle : 'Ussa et 'Azael. Et elle a enfanté avec eux des esprits et des démons dans le monde."

Et voici l'histoire complète des anges déchus selon le "Midrash de Shemihazah et Aza'el (ou Shemhazaï et Azazel)" / Yalqut Gen 44; Bereshit Rabbati, 29-30 :

"Voici comment s'est produite la chute d'Azazel et de Shemhazai. Lorsque la génération du déluge commença à se livrer à l'idolâtrie, Dieu fut profondément attristé. Les deux anges Shemhazai et Azazel se levèrent et dirent 'Seigneur de l'univers ! Voici que s'est réalisé ce que nous avions prédit lors de la création du monde et de l'homme, en te disant `Qu'est-ce que l'homme, pour que Tu te soucies de lui ?'
Et Dieu dit 'Et qu'adviendrait-t-il du monde, sans l'homme ?'
Les anges répliquèrent : 'Nous nous en occuperions.'
Alors Dieu dit : 'Je sais bien que si vous alliez habiter sur la terre, le mauvais penchant vous subjuguerait et vous seriez alors encore plus iniques que l'homme n'a jamais été.'
Les anges insistèrent: 'Donne nous l'autorisation d'habiter parmi les hommes et Tu verras que nous sanctifierons Ton Nom.'
Dieu céda à leur désir, et leur dit : 'Descendez donc et séjournez parmi les hommes !'
Ainsi les deux anges sont descendus sur la terre, où ils étaient sûrs qu'ils pourraient résister aux puissance des instincts mauvais. Mais dès qu'ils ont vu combien les filles des hommes étaient belles, ils ne purent maîtriser leur passion et ils ont oublié leurs voeux. Ils ont voulu avoir des amantes parmi elles, reniant leur essence pure. Ils leurs ont enseigné des secrets de la façon à les séduire, les arts sombres de la sorcellerie, des incantations, et des racines. Alors les deux anges ont décidé de choisir des épouses pour eux-mêmes parmi les filles des hommes. Azazel désira Na'amah, la soeur de Tubal-Caïn, la femme la plus belle sur terre.
Shemhazai vit une jeune fille appelée Istahar (ou Esthera) et il fut pris de passion pour elle mais elle l'a repoussé. Ceci l'a incité à la vouloir d'autant plus.
'Je suis un ange' lui a-t-il dit, 'Vous ne pouvez pas me refuser !'
Istahar a répondu 'Je ne me donnerai pas sauf si vous m'enseignez le nom ineffable de Dieu.'
'Je ne peux pas le faire' répondit Shemhazai répondu, 'C'est un secret du Ciel.'
'Pourquoi devrais-je vous croire ?' dit Istahar. 'Peut-être que vous ne le savez pas du tout. Peut-être vn'êtes-vous pas vraiment un ange.'
'Naturellement que je le sais' a dit Shemhazai, et il a donné le nom de Dieu.
Mais aussitôt qu'elle l'eut appris, elle prononça le Nom et monta au ciel elle-même, sans accomplir sa promesse faite à l'ange.
Dieu dit, 'Parce qu'elle s'est tenue à l'écart du péché, nous la placerons parmi les sept étoiles, pour que jamais les hommes ne l'oublient', et elle fut placée dans la constellation des Pléiades.
Toutefois, Shemhazai et Azazel, ne furent pas découragés de conclure des alliances avec les filles des hommes et deux fils naquirent à Shemhazai : Hiwwa et Hiyya. Ils ont à leur tour pris des épouses et ont engendré Sihon et `Og. Azazel se mit à inventer les parures et les ornements qui permettent aux femmes de séduire les hommes. Dieu envoya alors Metatron (un autre nom pour Enoch dans certaines traditions juives) auprès de Shemhazai pour lui dire qu'Il avait décidé de détruire le monde et d'amener le déluge. L'ange déchu se mit à pleurer et à s'affliger sur le sort du monde et de ses deux fils. Si le monde disparaissait, que mangeraient-ils, eux qui avaient besoin quotidiennement de mille chameaux, de mille chevaux et de mille bouvillons ?
Les deux fils de Shemhazai, Hiwwa et Hiyya (ou Hayya et Aheyya), firent des songes. Le premier vit une grande pierre qui recouvrait la terre et la pierre était marquée partout de lignes d'écriture. Un ange vint et avec un grattoir effaça toutes les lignes, ne laissant que quatre mots sur la pierre. Le deuxième fils vit un grand bocage planté de toutes sortes d'arbres. Des anges portant des haches s'en approchèrent, abattirent les arbres, n'en laissant qu'un seul avec trois de ses branches.
En s'éveillant, Hiwwa et Hiyya rapportèrent à leur père leurs songes qui les interpréta en disant, "Dieu amènera le déluge et personne ne sera sauvé à l'exception de Noé et ses trois fils." Entendant cela, ils se mirent à pleurer et à sangloter, mais leur père les consola 'Doucement, ne soyez pas affligés ! Chaque fois que les hommes tailleront ou hisseront une pierre, ou lanceront un vaisseau, ils invoqueront vos noms : Hiwwa ! Hiyya !' Cette prophétie les apaisa.
Alors Shemhazai se repentit. Il se suspendit à l'envers entre ciel et terre et il se trouve jusqu'à ce jour dans cette position de pécheur pénitent (il est devenu la constellation d'Orion).
Mais Azazel persista dans son péché, égarant l'humanité par des parures sensuelles. Alors Dieu l'a accroché à l'envers dans une gorge, lié par des chaînes, où il reste à ce jour. Pour cette raison le Jour de l'Expiation (Yom Kippur), deux boucs sont sacrifiés au Temple, l'un à Dieu, pour qu'Il pardonne les péchés d'Israël, l'autre à Azazel, pour qu'il porte les péchés d'Israël.


Selon le Midrash Bereshit Rabbati, Midrash Abkir :

"D'autres prétendent que quand les deux anges, Shemhazai et Azazel, sont descendus sur terre, ils étaient toujours innocents. Mais ils ont été corrompus par les démones Na'amah et Lilith.
Les enfants qu'ils ont eu étaient les géants appelés 'Nefilim', ou 'les tombés'. Ils ont eu six enfants à chaque naissance, et leurs fils se sont levé précocement, ont parlé la sainte langue, et ont dansé avant eux comme des moutons. On a dit qu'ils étaient soixante en tout. Ces géants avaient un si grand appétit que Dieu a fait pleuvoir de la manne sur eux, avec plein de différentes saveurs, pour les empécher de manger de la chair. Mais ils ont rejeté la manne, et préféré la viande des animaux abattus, et ont même diné avec de la chair humaine.
D'autres encorent disent que la progéniture des anges déchus était grande et belle, et qu'ils avaient une plus grande force que tous les enfants des hommes. En raison de l'origine merveilleuse du leurs pères, on les appelait 'enfants du ciel'."


Selon un autre Midrach, Moïse aurait dit à son Seigneur :

"... mais il y a deux anges qui sont descendus de Tes hauteurs, Ouza et Azaël (ou Aza et Azâya), et qui ont convoité les filles de la terre et se sont corrompus avec elles. (V. La Voix de la Thora. Les nombres. Elie Munk. p. 117)."

Selon le Emeq ha-Melekh, Aza (Shemhazai) et Azazel ont été enchaînés ensembles. Et un texte de la kabbale dit qu'Afrira et Qastimon, démons-archontes de la terre d’Arqa (une des sept terres inférieures), réveillent à chacun de leurs passages Aza et Azaël. Ceux-ci se lèvent alors, pensant que c’est déja l’heure du jugement et que Dieu les réclame. (Op. cit.)

  Décryptage :
  
   Les gens de la Synagogue et de la Torah mettent l'accent sur deux choses importantes à leurs yeux : ces deux anges tombèrent dans le péché à cause de personnes féminines, ils s'éprirent de leur beauté. Doù... Secundo : Le rôle de 'Azazel n'est pas négligeable chez les gens de la Synagogue et de la Torah. Qu'on en juge : 
  
"Autrefois, au Jour des Expiations (Yom Kippur), que les juifs célébraient le dixième jour du septième mois, le grand prêtre prenait deux boucs et jetait le sort sur eux. Un était pour Jéhova et l’autre (le bouc émissaire) était destiné à 'Azazel . Le bouc pour Jéhova, était alors mis à mort et son sang porté à l’intérieur du sanctuaire pour faire l’expiation en faveur des enfants d’Israël. Ensuite, le grand prêtre mettait ses deux mains sur la tête de l’autre bouc, l’émissaire, et confessait ses péchés et ceux du peuple. Puis le bouc il était conduit dans le désert de Beth-khaduda (Doudaël) et mis en liberté. "Le bouc emportera sur lui toutes les iniquités dans une terre désolée ; il sera chassé dans le désert "(Lévitique XVI, 10-22)."
   Enfin, les textes évangéliques font que le Messie (sur lui la Paix !) pour y rencontrer le Démon banni (Matthieu 4:1-11 ; Matthieu 4/Luc 4:  "Jésus est mené par l’esprit" "au désert" pendant "40 jours". Jésus était éprouvé par les tentations. Jésus triomphait en faisant appel aux Écritures qui étaient dans son coeur (Psaumes 119:11).)

   'Azazel, terme énigmatique que l'on trouve dans le Tanakh ainsi que dans certains apocryphes...
  
   On a dit :
Mais qui était cet 'Azazel a qui était livré le bouc émissaire ?
Certains textes (Isaïe XIII, 21 et XXXIV, 14) en font le prince des animaux maléfiques vivant dans le désert et notamment le souverain des boucs ou des seirims (= "velus" = satyres).
Dans l'Apocalypse d'Abraham, Azazel est tour à tour identifié au Serpent tentateur et au grand dragon chargé de dévorer les réprouvés en enfer. Dans l'Apocalypse d'Abraham 13:4-9" il y est identifié aussi à l'oiseau malpropre qui est descendu sur le sacrifice d'Abraham dans Genèse 15:11 :
"Les oiseaux de proie sont descendus sur les carcasses, mais Abram les a chassé."
  
Azazel serait donc le nom du Diable. Son nom (Araméen : רמשנאל, syriaque : Azzail, Grec : ‘Αρρκιήλ, Hebreu : עזאזל, Arabe : عزازل = Azazil) signifie arrogant / rebelle envers Dieu ("Âzaz" = "force / rebellion /arrogance" et "El" = "Dieu"). Il dérive peut-être du dieu cananéen 'Asiz, qui fait brûler le soleil fortement ("Azaz" = Force, grandeur, majesté).
Une confirmation se trouve dans le livre d’Énoch, un apocryphe de l'Ancien Testament, ou le nom Azazel, est donné à un des anges déchus, et on y évoque sa condamnation à l'exil hors de notre univers. Cela démontre clairement comment les Juifs, en général, comprenaient ce nom à cette époque.

   Selon les commentateurs coraniques, Azazîl (ou Azazel) est le nom propre de Satan le lapidé avant sa chute. Puis, on lui donna le nom de : Iblis, parfois transcrit Iblîs, Āblīs ou Eblîs (de l'arabe : إبليس ). Contrairement à l'idée reçue, il n'est pas le nom d'un djinn (génie) particulier. Il est un être créé de feu, qui refusa notamment de se prosterner devant Adam (Coran XV 30-44).   
   Pour l’Islam traditionnel, ces deux anges sont purs de toutes ces accusations. Et la révélation de ce verset vient pour réfuter les dires et accusations les concernant, et émanant des gens de la Synagogue et de la Torah. Ce sont les diables qui sont les seuls responsables de tout cela. Et combien le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu'ils décrivent et Lui associent !   

Les fils d’Elohim

   Dans le Midrach Rabba, nous lisons : 5 - « Et les fils d’Elohim[8] virent que les filles des hommes étaient belle(s) » (Gen. 6:2). Rabbi Chiméon ben[9] Yohaï traduisait par « fils des juges » et maudissait quiconque traduisait par (fils de Dieu (Elohim)[10] ».
   ...Pourquoi [les fils des juges] furent-ils nommés « fils d’Elohim » ? Rabbi Hanina et Rabbi Chiméon ben Laqich répondirent tous deux : Parce que leur vie longue, sans souffrance ni malheur. Et ce, afin [d’avoir le temps] d’établir les cycles [astronomiques] et la computation, dit Rabbi Hana au nom de Rabbi Yossé. [Plutôt] afin d’être châtiés [ultérieurement] pour leurs fautes et celles des générations suivantes dirent les rabbis.
   « Etaient belle. » Rabbi Youdan dit : Le texte écrit « belle » (au singulier) car dès qu’on avait paré une fiancée pour son mari, un grand faisait irruption et la possédait avant lui. « Etaient belle » : allusion aux jeunes filles ; « et ils prirent pour eux des femmes » : allusion aux femmes mariées ; « parmi tous ceux qu’ils avaient choisis » : allusion aux hommes et aux animaux. Rabbi Samlaï dit : Chaque fois qu’il y a débauche, survient une peste qui extermine bons et mauvais. Rabbi Azaria et Rabbi Yehouda bar Rabbi Simon dirent au nom de Rabbi Yehochoua ben Lévy : Le Saint béni soit-Il sait se montrer patient pour tout, excepté pour la débauche, la preuve ? « Et les fils d’Elohim virent que les filles, etc. », or que dit-on ensuite ? « YHVH dit : Je vais effacer etc. » (Gen. 6:7)... 

Le livre d’Hénoch[11].  

   Chapitre VI. L’union des anges avec les filles des hommes

En matière de
religion,
la filiation divine
n’existe pas

   Nous y lisons : Or, lorsque les enfants des hommes se furent multipliés, il leur naquit en ces jours des filles belles et jolies ; et les anges[12], fils des cieux[13], les virent, et ils les désirèrent, et ils dirent entre eux : « Allons, choisissons-nous des femmes parmi les enfants des hommes et engendrons-nous des enfants. Alors Semyaza, leur chef, leur dit : « Je crains que vous ne vouliez peut-être pas (réellement) accomplir cette oeuvre, et je serai, moi seul, responsable d’un grand péché. » Mais tous lui répondirent : « Faisons tous un serment, et promettons-nous tous les uns aux autres avec anathème de ne pas changer de dessein, mais d’exécuter réellement (ce dessein). » Alors ils jurèrent tous ensemble et s’engagèrent là-dessus les uns envers les autres avec anathème. Or ils étaient en tout deux cents, et ils descendirent sur Ardis, le sommet du mont Hermon ; ils l’appelèrent « mont Hermon » parce que c’est sur lui qu’ils avaient juré et s’étaient engagés les uns envers les autres avec anathème. Et voici les noms[14] de leurs chefs : Semyasa, leur prince ; Arakib, Aramiel, Kôkabiel, Tamiel, Ramiel, Daniel, Ezéqiel, Baraqiel, Asaël, Armaros, Batariel, Ananiel, Zaqilé, Samsapel, Satariel, Touriel, Yomeyal, Arazeyal. Ce sont leurs chefs de dizaine. 

   Chapitre VII Naissance et méfaits des géants

   < Ceux-ci[15] > et tous les autres avec eux, prirent des femmes ; chacun en choisit une, et ils commencèrent à aller vers elles et à avoir commerce avec elles, et ils leur enseignèrent[16] les charmes et les incantations, et ils leur apprirent l’art de couper les racines et (la science) des arbres. Or celles-ci conçurent et mirent au monde de grands géants[17] dont la hauteur était de trois mille coudées. Ils dévorèrent tout le fruit du travail des hommes jusqu’à ce que ceux-ci ne puissent plus les nourrir. Alors les géants[18] se tournèrent contre les hommes pour les dévorer. Et ils commencèrent à pécher contre les oiseaux et contre les bêtes, les reptiles et les poissons ; puis ils se dévorèrent la chair entre eux, et ils en burent le sang. Alors la terre accusa les violents. 

   Chapitre VIII. Ce que les mauvais anges ont appris aux hommes

   Et Azazel apprit aux hommes à fabriquer les épées et les glaives, le bouclier et la cuirasse de la poitrine, et leur montra les métaux, et l’art de les travailler, et les bracelets, et les parures, et l’art de peindre le tour des yeux à l’antimoine et d’embellir les paupières, et les pierres les plus belles et les plus précieuses et toutes les teintures de couleur, et la révolution du monde. L’impiété fut grande et générale ; ils forniquèrent, et ils errèrent, et toutes leurs voies furent corrompues. Amiziras instruisit les enchanteurs et les coupeurs de racines ; Armaros (apprit) à rompre les charmes, Baraqiel (instruisit) les astrologues, Kôkabiel (enseigna) les signes, Tamiel (la signification) de l’aspect des étoiles, et Asdariel enseigna le cours de la lune. Et dans (leur) anéantissement les hommes crièrent, et leur clameur monta au ciel[19]

Anges déchus ? 

   Leurs noms. Hârout et Mârout : Aza et Azâya. Selon les commentateurs coraniques noms syriaques (هاروت وماروت  اسمان سريانيان). Leurs noms originaux étaient, dit-on : Hâroût : 'Azâ, Maroût : 'Azâyâ (وكان اسم هاروت عزا وماروت عزايا)...  Ils seront changés ensuite. Pour les gens du Monothéisme, les anges sont des êtres impeccables, infaillibles. On ne saurait, comme la Bible, parler d’anges déchus. Selon des propos malveillants à leur encontre, une belle femme les aurait donc séduit. Par punition, ils ont été enfermés dans un puits, à Babylone, et enseignent la magie à ceux des hommes qui la leur demandent. Tout cela pour nous est incompatible avec nos croyances. En vérité, ce sont les diables qui, eux, ont mécru. (Coran II 102). 2. La Bible parle de Nephilim. Qui sont-ils ? Selon une recherche faite par les gens de l'Evangile : Tombeurs, Ceux qui font tomber [les autres]. D'où : Ce nom est une transcription du mot hébreu nephilim, pluriel qui apparaît trois fois dans la Bible (Gn 6:4 ; Nb 13:33 [deux occurrences]). Il semble dériver de la forme causative du verbe hébreu naphal (tomber), qu’on rencontre par exemple en 2 Rois 3:19 ; 19:7.
  On nous dit : Le récit biblique dans lequel Jéhovah s’irrite contre les hommes aux jours de Noé, avant le déluge, relate que “ les fils du vrai Dieu ” prirent pour eux des femmes parmi les séduisantes filles des hommes. Il mentionne ensuite la présence de “ Nephilim ” en ces termes : “ Les Nephilim étaient sur la terre en ces jours-là, et aussi après cela, quand les fils du vrai Dieu continuèrent d’avoir des rapports avec les filles des hommes et qu’elles leur donnèrent des fils : ce sont les hommes forts [héb. : haggibborim] d’autrefois, les hommes de renom. ” — Gn 6:1-4. 

Leur identité.  

   On nous dit que les commentateurs de la Bible ont avancé plusieurs suppositions concernant l’identité de ces Nephilim. D’après certains, la racine de leur nom indique qu’ils étaient tombés des cieux, autrement dit qu’ils étaient des ‘ anges déchus ’ qui se seraient unis à des femmes pour engendrer “ les hommes forts [...], les hommes de renom ”. D’autres biblistes, s’arrêtant surtout sur l’expression “ et aussi après cela ”, déclarent que les Nephilim n’étaient pas les ‘ anges déchus ’ ni les “ hommes forts ” puisqu’ils “ étaient sur la terre en ces jours-là ”, avant que les fils de Dieu aient des relations avec des femmes. Ils affirment que les Nephilim n’étaient que des hommes méchants comme Caïn — des bandits, des brutes et des tyrans qui errèrent sur la terre jusqu’à ce que le déluge les détruise. D’autres enfin, se fondant sur le contexte du verset, arrivent à la conclusion que les Nephilim n’étaient pas eux-mêmes des anges, mais les descendants hybrides d’anges matérialisés qui eurent des rapports avec les filles des hommes.

   Qui étaient ces prétendu ‘ fils de Dieu ’ qui engendrèrent les Nephilim ?

   On nous dit notamment : Les fils de Dieu mentionnés en Genèse 6:2 devaient donc être des anges, des “ fils de Dieu ” du monde spirituel. Cette expression est d’ailleurs appliquée à des anges en Job 1:6 ; 38:7. Ce point de vue est corroboré par Pierre, qui parle des “ esprits en prison, qui, autrefois, avaient désobéi, quand la patience de Dieu attendait aux jours de Noé ”. (1P 3:19, 20.) En outre, Jude évoque “ les anges qui n’ont pas gardé leur position originelle, mais ont abandonné leur demeure naturelle ”. (Jude 6.) Les anges avaient le pouvoir de revêtir un corps charnel, et certains l’utilisèrent pour transmettre des messages de la part de Dieu (Gn 18:1, 2, 8, 20-22 ; 19:1-11 ; Jos 5:13-15). Mais le ciel est la demeure normale des créatures spirituelles et les anges y occupent des fonctions au service de Jéhovah (Dn 7:9, 10). Quitter cette demeure pour résider sur la terre et délaisser la tâche qui leur avait été assignée pour avoir des rapports charnels, c’était en fait de la rébellion contre les lois de Dieu, de la perversion.
   La Bible déclare que les anges désobéissants sont maintenant des “ esprits en prison ”, qu’ils ont été ‘ jetés dans le Tartare ’ et qu’ils sont “ réservés avec des liens éternels, sous l’obscurité profonde, pour le jugement du grand jour ”. Cela semble indiquer qu’ils sont soumis à de nombreuses restrictions et qu’ils ne peuvent plus se matérialiser comme ils le faisaient avant le déluge. — 1P 3:19 ; 2P 2:4 ; Jude 6…
    Dans la mythologie. Il semble que le renom des Nephilim et l’effroi qu’ils suscitaient inspirèrent de nombreuses légendes chez les peuples païens qui se dispersèrent sur toute la terre après la confusion du langage à Babel. Les mythologies de l’Antiquité (celles des Grecs n’en étant qu’un exemple) rappellent de façon remarquable le contexte historique du récit de la Genèse, bien que celui-ci ait été grandement déformé et enjolivé. Ces mythologies parlent de dieux et de déesses qui s’unirent à des humains pour engendrer des héros surhumains et des demi-dieux effrayants dotés de caractéristiques divines et humaines.
   Un rapport destiné à terrifier. Les dix espions qui ramenèrent aux Israélites campant dans le désert de fausses nouvelles sur le pays de Canaan déclarèrent : “ Tout le peuple que nous avons vu au milieu de lui, ce sont des hommes d’une taille extraordinaire. Nous y avons vu les Nephilim, les fils d’Anaq, qui sont d’entre les Nephilim ; si bien que nous sommes devenus à nos yeux comme des sauterelles, et tels sommes-nous devenus à leurs yeux. ” Il y avait sûrement quelques hommes de très grande taille en Canaan, comme le montrent d’autres textes des Écritures. Cependant, excepté dans ces “ mauvais propos ” présentés en des termes soigneusement choisis pour semer la peur et la panique parmi les Israélites, ils ne sont jamais appelés Nephilim. Nb 13:31-33 ; 14:36, 37.
   Conclusion : Les Nephilim que rencontrèrent les Fils d'Israël sont des hommes forts, de hautes tailles. Ce sont les Amalécites lesquels s'établirent au Hidjaz, à Châm, en Egypte et dans les pays avoisinant la Péninsule arabique. D'ailleurs, en arabe, le vocable 'amalaq signifie : gigantisme, géant, colosse. On a dit : les Arabes de souche comprennent tous ceux dont la généalogie remonte à Ya'rob (Bible. Yèrah) fils de Qahtân (Bible. Gen. 10 25-26 : Yoqtân). Leurs cousins paternels sont les Amalécites et les Fils de Amîm.
   Quant aux deux anges descendus sur terre (Coran II 102), ils sont purs de ce que les hommes ont pu raconter sur eux, de près ou de loin. 

Les Anges. 

   En hébreu mal´akh, en grec aggélos, en arabe malak. Tous ces mots ont pour sens “ messager ”.  Les anges, par nature, sont des êtres obéissants. Ils ont été créés à partir de la lumière. Les hommes du monde bibliques semblent avoir confondu entre génies, démons et anges.
   Selon les gens de la Bible, ils ont un corps spirituel invisible, et résident “dans les cieux”. (Bible. Mc 12:25 ; 1Co 15:44, 50.) Ils sont appelés “fils du vrai Dieu”, “étoiles du matin” et “saintes myriades” (ou “ saints ”). — Jb 1:6 ; 2:1 ; 38:7 ; Dt 33:2. Selon les gens de l'Evangile, se référant à leur maître Paul, "comme les anges ne se marient pas et ne reproduisent pas leur espèce", le Créateur aurait créé chacun d’eux par l’intermédiaire de son Fils premier-né, “ le commencement de la création de Dieu ”. (Bible. Mt 22:30 ; Ré 3:14.) “ Par son moyen [celui de ce Fils premier-né, la Parole] toutes les autres choses ont été créées dans les cieux [...], les invisibles [...]. Il est aussi avant toutes les autres choses, et par son moyen toutes les autres choses ont reçu l’existence. ” (Bible. Col 1:15-17 ; Jn 1:1-3). Les anges furent créés longtemps avant l’apparition de l’homme, car, lorsque ‘ fut fondée la terre ’, “ les étoiles du matin poussaient ensemble des cris de joie et [...] tous les fils de Dieu poussaient des acclamations ”. (Bible. Jb 38:4-7). Ils disposeraient dit-on, comme les humains, du libre arbitre avec le pouvoir de choisir entre le bien et le mal (Bible. Gn 6:2, 4 ; 2P 2:4). Et par un choix tout personnel, des hordes d’anges se joignirent ainsi à Satan dans sa rébellion. On prétend aussi que les anges désobéissants ont manifestement été jetés dans "le Tartare aux “ jours de Noé ” (1P 3:20), environ 2 000 ans plus tard ils apparaissent suppliant Jésus “ de ne pas leur ordonner de s’en aller dans l’abîme ”"… 

   Nous dirons : Tout cela, nous ne pouvons ni le croire ni l'accepter. Car il apparaît chez les gens de la Bible plusieurs choses : 1°) qu'ils ne connaissent pas le monde des génies et des démons. 2°) la différence qu'il existe vraiment entre ce monde et le monde angélique, 3°) d'où vient chacun d'eux. Les anges ayant été créé à partir de la lumière, les génies, le diable banni et les démons, à partir du feu, 4°) enfin, aucun des anges n'a été créé par l'intermédiaire du fils de Marie, Sa parole. Et aucun d'entre eux ne rejoignit satan dans sa rébellion. Et enfin, aucun d'entre eux fut jeté dans le Tartare. Tout cela, rappelons-le, est faux et sans fondement.
   Quant aux gens de la Magie, du Dualisme, des sciences occultes, de la franc-maçonnerie, de la cabale, etc., tous ne travaillent-ils pas avec les génies malfaisants ou les démons, nullement avec des anges ? (Coran LXXII 1-17, LI 56, LV 15, 33, XLVI 39, etc.). Et n'ont-ils pas fait du Psautier, un livre de Magie pour invoquer le Démon lapidé et ses diables ? Et combien le Saint et Seigneur d'Israël et des mondes, Allaha, est au-dessus de ce qu'ils décrivent et Lui associent !

Conclusion : Le berceau du Monothéisme pur, c'est Makkah (la Mecque). C'est là qu'Adam et Eve se retrouveront après leur expulsion du Paradis. L'un, Adam venant de Ceylan, des Indes, l'autre, Eve, de Djeddah. C'est là aussi, où Abraham fera résider une partie de sa descendance.
   Le berceau des autres religions, c'est Babel. De la Magie, c'est encore Babel. Sa compagne sera ensuite et plus tard, l'Égypte... (à suivre...)

   Que le Seigneur des mondes nous guide tous dans ce qu'Il aime et agrée !

 


[1] Le Créateur des cieux et de la terre est donc la seule et véritable divinité qu’on adore et qu’on se doit d’adorer véritablement.
[2] En langue arabe, Allah. En hébreu, ïl. Nom divin, il est employé couramment pour les gens de l’Evangile de langue arabe. En français, le terme Dieu est compris généralement, non comme un Nom divin, mais plutôt comme signifiant l’Etre-Suprême, le Créateur et Maître de l’Univers.
[3] Formules d’eulogies comme : que Dieu prie sur lui, l’agrée, lui fasse miséricorde, etc., formules propres à  l’Islam traditionnel. Les exégètes interprètent la « prière » divine comme étant un octroi de Sa miséricorde et la « prière » angélique comme une demande de pardon pour les créatures.
[4] Soit : Ahmad-Mohammad, fils d’Abd Allah, (...) fils d’Ismaël, fils d’Abraham  (sur eux la Paix !). Pour l’Islam traditionnel, il est le Sceau de la Prophétie, le Sceau des prophètes et messagers divins.
[5] A Médine, ces Juifs réagissaient en se disant : "Vous ne vous étonnez pas de Mohammad ? Voilà qu'il affirme que Salomon, fils de David, était un Prophète alors qu'il n'était qu'un magicien !" C'est alors que Dieu fit descendre le verset : Coran II 102. selon le fils de Djarîdj : "Les démons dictèrent la magie aux Juifs au temps du règne de Salomon et c'est après ce règne qu'ils s'adonnèrent à cette magie. Selon Tabarî : Dieu vient de décrire la fraction des Docteurs juifs qui laissèrent derrière eux le Livre qu'Il révéla à Mochè, en faisant semblant d'ignorer son contenu, en dissimulant ce qu'ils connaissaient et en trahissant l'Engagement de mettre ce Livre en pratique, Engagement que Dieu avait alors pris avec eux.
   Après nous avoir dit que "ceux qui ont reçu le Livre de Dieu derrière eux comme s'ils ne savent pas" (Coran II 101), Dieu nous dit à présent qu'"ils suivent les textes dictés par les démons" c'est-à-dire qu'ils préfèrent la magie enseignée par ces derniers.
[6] Les francs-maçons, naguère des ordres comme les Templiers, etc.; aiment se réclamer donc d'eux. Mais ce sont eux qui ont mécru. Alors que Salomon n'a jamais mécru ! Ils ne sont pas les Pères fondateurs de la Magie et de ses dérivés.
[7] Le fils de Ishâq de déclarer : "…les démons apprirent la fin prochaine de Salomon, ils réunirent en un seul ouvrage des éléments de magie qu'ils avaient inspirés ici et là. Ils apposèrent ensuite sur cet ouvrage un sceau comparable au Sceau de Salomon et en l'intitulant : "Voici les trésors de science qu'écrivit Açaf, fils de Barkhiyâ qui reconnut la vérité du Roi Salomon, fils de David". Ce livre fut enterré sous le trône de Salomon. Plus tard il fut remis à jour et circula parmi les Fils d'Israël qui en arrivèrent à s'imaginer que toute la science de Salomon se résumait à cette magie.
[8]Lire Ilohim. Un des noms divins en hébreu. Pluriel de respect, etc.
[9] ben : en hébreu et arabe dialectale d’Afrique du Nord : fils. Arabe courant : ibn. Peut être rattaché à ce qui suit. Ex.: Ben jamin (ou yamin) devient Benjamin, etc.
[10] N.T. : « Fils d’Elohim » = fils des juges, selon Ex. 22:7. Ces « fils d’Elohim » furent très tôt assimilés à des anges. Bien que cette interprétation ne soit consignée (I Hénoch 6-11) qu’à partir du IIe siècle avant notre ère, elle doit en fait remonter bien plus haut, jusqu’à l’époque de la domination perse. En effet, c’est certainement sous l’influence de la religion iranienne que l’angélologie fleurit dans le judaïsme. Aussi la condamnation de R. Chiméon ne visait-elle pas forcément les chrétiens (« fils de Dieu ») mais peut-être plutôt les milieux juifs où l’unanimité était loin d’être acquise sur ce point (cf. Nid. 6Ia ; Yom. 67b ; Ps. Jo. Gen. 6:4, etc.). A l’époque de R. Chiméon (IIe siècle de notre ère) les rabbis sont engagés dans un combat contre une angélologie en pleine expansion (cf. P.S. Alexander « The Targounim and the Early Exegesis of Sons of God » Journal for Juwish Studies, 1972).
[11] Traduit sur le texte éthiopien par François Martin. Edit. Arché 1986. « II Hénoch 33, 10 fait allusion aux livres qu’il aurait composés à l’instar d’Adam et de Seth et qui sont gardés par les anges Ariuk et Mariuk. Le Livre des jubilés fait de lui un prophète, puisqu’il est celui qui « commença à appeler au nom du Seigneur sur terre ». Enfin, l’ancienne tradition rabbinique raconte comment il fut involontairement cause de l’idolâtrie de sa génération en façonnant, pour montrer à ses contemporains comment Adam avait été créé, une figure de glaise que Satan anima et devant laquelle les hommes se prosternèrent. » (V. Psaumes des errants. André Villey. p. 219).
   Nous dirons : Hénoch est au-dessus de ce qu'ils décrivent. Pour Haroun (Aaron), ils diront de même. Pourtant, le seul et unique responsable de tout cela à un nom : Satan, le lapidé (que Dieu le maudisse !). C'est lui l'auteur de l'Associationnisme dans le monde. L'auteur du Sabéisme, de l'infidélité. Les prophètes étaient tous des hanif, c'est-à-dire des fidèles. L'infidèle étant ce nom donné à celui qui ne professe pas la religion considérée comme vraie.
[12] N.T. Le Syncelle : « ...les veilleurs, et ils s’égarèrent à leur suite (des filles des hommes) et ils dirent les uns aux autres. »
   Pour nous, les anges sont des êtres impeccables et infaillibles, obéissants et adorateurs du divin Créateur, Dieu (exalté soit-Il !). Loin de nous donc l’idée biblique d’anges « déchus » ou d’êtres à ressemblance humaine. Les gens de la Bible les représentent généralement sous forme humaine, masculine, d’enfant, etc. L’angéologie, venant des milieux des Mages, du Dualisme ou Magisme, se retrouve et a beaucoup influencé les gens de la Thora après leur retour de Babylonie. Les Arabes associateurs faisaient des anges et des génies une descendance divine (Coran XVII 40, etc.).
[13]Comparer : Bible. 6 1-4. Les Jubilés, IV, 15, donnent une raison différente de la descente des anges : « Dans ses jours (de Iared), les anges du Seigneur descendirent sur la terre, ceux qu’on appelle les veilleurs, afin d’apprendre aux enfants des hommes à pratiquer le droit et l’équité sur la terre. »
[14] lesquels varient selon les manuscrits.
[15] N.T. : cf. Sagesse, VII, 17-21.
[16] A la lumière du Coran, nous voyons, au contraire, que ce sont les « diables » qui apprirent tout ceci aux humains. (Coran II 102).
[17] A l’origine, Adam était un géant. L’homme n’a cessé ensuite de rapetisser pour être de nos jours, ce qu’il est. Les faits sont racontés ici d’une façon différente.
[18] « A Seth, lui aussi, il naquit un fils qu’il appela du nom d’Enoch ». On demanda à Abba Cohen Bardela : [Pourquoi ce chapitre énumère-t-il] Adam, Seth et Enoch dans aller au-delà ? Réponse : Jusqu’à [l’homme] était selon l’image et la ressemblance. Après quoi les générations se dégradèrent et les centaures furent créés.
   [Et en note : Puissances mi-humaines mi-animales de la mythologie grecque, descendants de Centauros, lui-même issu de l’union d’Ixion, premier des humains à avoir versé le sang d’un parent, et de la nuée Néphelé. Centauros restera un proscris, «  » un faux-semblant d’enfant... en marge de tout ce qui existe sur la terre comme au ciel... un rien dans l’ordre de la filiation » (J.P. Vernant, introduction aux Jardins d’Adonis de Détienne, Gallimard, 1972, se conduisent en brutes toujours prêtes à violer le pacte social » (M. Detienne ibid. p. 167). L’apparition des Centaures annonce celle des nephilim, géants monstrueux, fruits des fils d’Elohim et des filles des hommes.]
   Après quoi les générations se dégradèrent et les centaures furent créés. Quatre choses se métamorphosèrent à l’époque d’Enoch : les montagnes devinrent rocailles les cadavres se mirent à grouiller de vers, le visage de l’homme devint pareil à celui d’un singe, et les hommes furent laissés en pâture aux destructeurs (aux démons). Rabbi Itshaq dit : Les hommes sont responsables d’avoir été laissés en pâture aux démons, car ils dirent : Se prosterner devant une idole ou devant un homme, quelle différence ?
   [Et en note : D’idolâtres qu’ils étaient, les hommes ont fini par se diviniser. Au fond du culte idolâtre gît le culte du monde. L’homme, débarrassé de tout au-delà - dieu, fils ou projet - se confond avec le monde, se corrodant avec lui.]. (V. Le Midrach Rabba. T. I. Edit. Verdier).
[19] L’ensemble de ces paroles semble être attribué à tort aux humains. A la lumière du Coran, nous savons tous que se sont des êtres comme les génies qui habitèrent les premiers la terre. Il fut écrit que ces premiers habitants se multiplièrent sur terre et se mirent à s’entre-déchirer et s’entre-tuer. Et lorsque la terre s’en est plaint au Seigneur des cieux et de la terre, Celui-ci y envoya des anges avec le diable banni qui se nommait Azazîl (ou Azazel, ou Izraïl), alors chef en titre de tous les anges. Les premiers habitants furent chassés de la terre et s’installèrent dans les grottes des montagnes, les déserts, les îles, etc. Le diable banni fut alors le maître incontesté de la terre. Il adorait son Créateur sur terre et dans le ciel. Sa victoire foudroyante lui fit perdre la tête. Son Seigneur décréta alors de l’éprouver en mettant, sur terre, un lieutenant, un vicaire à Lui (Coran II 30). Quant aux anges, ils craignirent que la terre redevienne un lieu du mal et où le sang sera de nouveau répandu. Mais leur Seigneur, Savant de l’Invisible, du présent, du passé et de l’avenir les rassura.... 


Point de divinité, de dieu que Dieu !
« Vulnerant omnes, ultima necat. »
Nous ne le dirons jamais assez.
Explicit totus liber.

*Droits de reproduction et de diffusion réservés ; © Le Carrefour de l’Islam
  Usage strictement personnel. L'utilisateur ne peut traduire, exporter, publier tout document du site sans autorisation préalable. L’utilisateur du site reconnaît avoir pris
connaissance du droit d’usage, en accepter et en respecter
    les dispositions.
         Politique de confidentialité du site.

 


Retour au menu

Copyright © 2001 Le Carrefour de l'Islam. Tous droits réservés.
Cette page a été mise à jour le
20/09/10.

Classement de sites - Inscrivez le vôtre! annuaire